Nouvelles générations : imaginaire ou tactile ?

En suivant les clicks je suis tombé sur un article qui m’a motivé pour une nouvelle prose dans les VI. L’article en question c’est celui ci « Accros aux écrans : nos enfants, ces mut@nts » d’  parut le 27-10-2012 dans le nouvel obs temps réel. Une critique qui s’ajoute à tant d’autres dans ce débat : faut il laisser nos bambins aux prises des écrans ?

L’article est plutot bien mené puisqu’il étale des arguments des pro et anti nouvelles technologies. Mais le plus intéressant il me semble, ce sont les avis des spécialistes sur l’impact sur le cerveau d’une exposition prolongée à ces jeux en réseau, internet, ou même la télévision.

Avec l’écran, on est dans un nouveau mode : fluide, rapide, fragmenté, automatique. Ce sont plutôt les régions postérieures du cerveau, les parties visuelle, sensorielle, l’intelligence élémentaire, qui sont activées, indique Olivier Houdé.

Les enfants des nouvelles générations maitriseraient d’avantage l’écran tactile que la construction de cabanes et ne serait plus vraiment aptes à l’évader de longues minutes dans un imaginaire sans fin.

Si un enfant n’apprend pas à jouer, il est amputé de la capacité d’imaginer, de développer son sens de l’humour, ce qui le prive d’un moyen puissant d’éviter la dépression. »

Je crois qu’il est légitime sous ces regards scientifiques de vouloir se retourner vers un apprentissage plus manuel, et libre, loin de l’instauration de tablette des la maternelle ! Même si ces apprentis 2.0 ont pu développer des facultés de réactivités que les générations d’avant n’avaient pas, le bilan global semble plutôt négatif. Est ce que nos administratifs au gouvernement prendront note de ces constats ? Rien n’est moins sur malheureusement.

L’auteur fait référence également aux parents qui proposent ces activités comme solution de facilités au détriment du développement des enfants :

«  On sollicite moins, ou trop rapidement, le cortex préfrontal, la partie la plus noble, que l’on appelle parfois « l’organe de la civilisation », siège de la synthèse personnelle, du recul, de l’abstraction. Sans être catastrophiste, il y a là quelque chose qui risque de modifier l’intelligence humaine. »

Le constat est le suivant :

[…] une consommation excessive peut altérer la formation des synapses et perturber les apprentissages. Les parents, eux-mêmes enfants de la télé, ne réalisent pas toujours que les temps d’écran, avec l’ordinateur, les tablettes, les jeux vidéo, ne cessent de s’allonger et de brouiller la tête de leurs bambins. Ils croient si bien faire en les préservant de l’ennui… L’ennui si cher à Winnicott, qui jugeait ces temps de jachère indispensables à de solides fondations intérieures. 

L’article termine sur une note un peu alarmiste :

Pour Olivier Houdé, le successeur d’Alfred Binet à la Sorbonne, l’enjeu est précisément là. « Dans le développement de l’intelligence, il existe un moment essentiel : l’inhibition, c’est-à-dire la faculté de bloquer des informations non pertinentes, de sélectionner ce qu’il nous faut, savoir faire le vide. Aujourd’hui, pour nous tous et pour les enfants en particulier, c’est très difficile, face aux tonnes d’informations qui nous inondent. Le cerveau, surchargé, risque un burn-out. » Il faut d’urgence le mettre au repos, lui ménager, dans ce monde frénétique, des temps de pause.

Cet article m’a particulièrement touché pour plusieurs raison.

D’abord, j’avais déjà l’intuition qu’effectivement les écrans (tv, ordi, …) ne vont pas aider Mon P’tit Bout à « grandir », à développer sa motricité, ni son imaginaire. J’ai donc eu confirmation. Il est vrai que moi-meme ayant beaucoup regardé la télé petite et pendant mon adolescence, je pourrais être un de ces contres exemple qui témoigne qu’on peut « réussir » meme baigné par l’écran, qu’au jourd’hui d’ailleurs je ne regarde que rarement, et qu’on peut devenir une adulte réveuse et sportive.  En meme temps, d’une, ce n’est pas avec 1 exemple qu’on géneralise ;) et deuxiemement, on peut tres bien à la place, profiter de toutes ces heures « perdues » devant l’écran pour « apprendre » et s’émerveiller beaucoup plus dans la vie réelle. Sans parler de la violence qu’on retrouve trop souvent à la télé…

Ensuite, j’avoue (non sans honte), j’ai déjà présenté à Mon P’tit Bout  mon smartphone ou un bout de dessin animé pour avoir 1 minute tranquile. Minute qui a pu me servir à couper des ongles trop long, à soufler 5 min apres un reveil trop tot avec un Ptit Bout fatigué et grognon, ou à appaiser des pleurs dans le siège de la voiture… Et c’est vrai qu’il est fan ! Il va souvent vouloir attraper le téléphone… Il va systématiquement vouloir venir pianoter sur l’ordi… Il va rester scotcher sur l’image à la télé… C’est vrai que je ne montre pas vraiment l’exemple, souvent à dérouler les pages sur mon téléphone asise à coté de lui qui joue avec de vrai jeux, à pianoter sur mon ordi, à lire mes emails, facebook… et son papa, accro à la télé… Mais bon, on essaye d’éviter, en tout cas quand Mon P’tit Bout est là, quand on a ces quelques heures quotidiennes à partager avec lui. On essaye de profiter de ses découvertes. On ruse. On stimule autrement. Et ca marche ! Il aime également attraper un livre et tourner les pages, seul. Ou découvrir de nouvelles activités. Crapahuter dehors, toucher, sentir, gouter.

A la maison ce sont donc les activités physiques, intellectuelles, ou quotidiennes qui sont privilégiées. On essaye de s’inspirer des activités Montessori, des pédagogies alternatives. Et pour l’instant ca se passe bien ! On s’éclate :) Enfin bon, mon Ptit Bout n’a que 13 mois donc il n’est pas encore « contaminé » par la pollution électronique, des copains qui regardent eux quotidiennement la télé, ou  ont chacun leur ordi… On verra si ca change !

Et vous, c’est plutot imaginaire et construction à la maison, ou écran tactile et 3D vituel chez vous ?

Vous pouvez me retrouver chez mon modeste moi ici.

Publicités

15 réflexions sur “Nouvelles générations : imaginaire ou tactile ?

  1. Pingback: Nouvelles générations : imaginaire ou tactile ? « Becoming Super Mum

      • exactement ! Avec l’âge ils apprennent à se réguler d’eux même … et même les uns pour les autres, mais l’ordinateur et la télé sont dans le séjour, pièce centrale de la maison, où l’adulte veille. Les cabanes dans les bois, manipulations de légos et autres expériences avec les dentifrices restent quand même au goût du jour ! C’est l’équilibre entre tout ça qu’il est important … pas toujours facile … de garder.

  2. Chez nous, c’est très clair : il n’y a pas de TV à la maison, mais l’i*pad à disposition de temps en temps, uniquement avec papa, jamais avec moi ! Donc ça limite beaucoup, et ce sont des applications adaptées (donc actifs), pas des dessins animés (passifs). Une seule exception : quelques Pin*gu de temps en temps.

    Je ne me sers jamais d’un écran pour souffler, je me connais, la tentation serait trop grande que « de temps en temps » deviennent « trop souvent ». Et je préfère favoriser l’ennui : Winnicott a raison ! Passé les quelques secondes de grognements quand je suis occupée et que je n’ai pas prévu d’activité pour occuper mon aînée 2 ans, elle finit par trouver une occupation qui parfois m’étonne et m’épate (ou m’exaspère, mais bon…). Si vraiment elle est trop « pénible », c’est qu’elle a vraiment besoin de moi : hop, dans le porte-bébé dans mon dos, et je continue d’étendre ma lessive / cuisiner…
    D’ailleurs, quand elle était petite, je m’arrangeais toujours pour l’occuper moi-même d’une manière ou d’une autre quand je voulais me couper les ongles (pour reprendre ton exemple qui m’a fait rire).
    Je ne le fais plus du tout avec ma cadette (6 mois) : les activités Montessori font des merveilles ! Les mobiles sont juste extraordinaires ou un miroir à proximité, un objet en bois et des images en noir&blanc et c’est partie pour 3/4 d’heure d’explorations, gazouillis et cris de joie !

    Les écrans restent une source de fascination, d’autant plus que nous utilisons beaucoup les ordis (mais pour le travail, donc interdiction absolue d’y toucher). Mais c’est à petite dose, et ça n’empêche pas une très grande dextérité : mon aînée a su déverrouiller un i*phone à 9 mois ; j’en suis tombée de ma chaise quand j’ai vu ça, merci tonton !

    • Merci pour avoir partagée ton expérience oops06. Il est vrai que nous sommes baignés dans le numérique et donc il sera difficile de ne pas les laisser y gouter. C’est surtout la mesure du temps passé sur chaque écran qui fera la différence !

  3. je pense qu’il faut vivre avec son temps et… sans le 2.0, c’est aussi priver l’enfant de qqch je pense. la mienne a 18 mois donc c’est encore très très très limité, je veille et parfois j’avoue j’en ai abusé et donc je redouble de vigilance. Je vois bien que ma fille aime certains générique et certains courts dessins animés alors je la laisse (peut etre qu’elle en regarde 3 dans la semaine soit 20 minutes). l’ipad et l’iphone la fascine, je laisse moins car elle est trop petite et a tendance à laisser tomber l’iphone (hé oui… il marche toujours) donc on verra en tout cas ce qui est certain est que je serais très vigilente à ce qu’elle fera dessus! j’avais écris sur la TV il y a 15 jours, si ça te dis: http://theworkingmum.wordpress.com/2012/11/09/television-pour-bebe-alliee-ou-ennemie/

    • Salut theworkingmum. Merci pour ton lien, j’avais lu ton article effectivement, et commenté d’ailleurs. C’est clair qu’ils faut qu’ils restent dans leur temps, mais je ne crois pas que si jeune ils en ai déjà « besoin ». Apres chacun fait comme il le sent ! Je ne crois pas qu’il faille privé l’enfant de télé, ou ordi, juste qu’ils y passent un temps limité en fonction de leur évolution. Je ne suis pas sur que si petit ca leur servent tellement de jouer à l’ipad, meme si ici aussi ca lui arrive.

  4. Il me semble que les divers écrans font partie du monde actuel alors ils sont incontournables. Je ne souhaite pas interdire ou enlever car GirlyMowgli vit dans ce monde donc elle sera confrontée à ces écrans. Chez nous, les écrans sont là mais avec parcimonie. Girlymowgli a deux ans et demi, elle voit quelques fois des dessins animés 15mn, elle joue avec mon ipad et l’iphone de son papa. Mais ces activités face aux écrans sont très réduites par rapport à tous les autres activités.
    Pour l’instant, il semble que GirlyMowgli ne réclame pas très souvent ces écrans, un peu plus les jeux tout de même.
    Il est clair que les enfants en bas âges ont surtout besoin d’activité sensorielles.

    • Effectivement, les enfants en bas ages ont surtout besoin d’activités sensorielles ! Mais c’est vrai qu’a partir d’un certain age, voir un épisode de dessin animé par ci ou par là leur fera découvrir un univers nouveau, également riche pour leur imagination. Reste à trouver le bon équilibre, qui selon moi, tend vers un dosage sélectif et restreint des écrans. Merci d’avoir partagé ton expérience !

  5. Tout le monde semble être d’accord sur la nocivité à haute dose et la difficulté de poser des limites adequat étant donné qu’il est difficile pour les parents de se limiter soi-même!

  6. Pingback: Trop ou pas assez? {mini-débrief} « Les Vendredis Intellos

  7. Pingback: L’imagination au pouvoir {Mini-Débrief} | Les Vendredis Intellos

  8. Pingback: L’imagination au pouvoir {Dossier Thématique} | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s