Le couple après la naissance d’un enfant

On s’aime, on profite de la vie à deux, on sort, on discute, on se dispute aussi mais on s’aime oui. Un jour, vient l’envie de fonder une famille (pas pour tout le monde, certes, c’est une généralité) puis l’enfant arrive (même remarque malheureusement). L’amour se multiplie mais l’équilibre change. Que se passe-t-il pendant ce temps où tout est bouleversé ? Que se passe-t-il tant que les nouveaux repères ne sont pas établis ?

 

Avant d’avoir des enfants, je ne comprenais pas comment il était possible de se séparer peu de temps après la naissance d’un bébé. Maintenant si. Non pas que je l’aie vécu mais j’ai remarqué un certain de changements et de nouvelles difficultés. J’ai eu envie d’en savoir plus et j’ai trouvé des chiffres impressionnants sur ce phénomène appelé « Baby-clash ». Je n’ai pas réussi à trouver de chiffres officiels, seulement cette observation, sur Doctissimo, du Dr Geberowicz, co-auteur avec Colette Barroux du livre Le Baby-clash : Le couple à l’épreuve de l’enfant :

20 à 25 % des couples se séparent dans les premiers mois après la naissance de bébé. Et ce chiffre est en progression constante.

 

C’est impressionnant et triste… On devrait plus en parler, pendant les cours de préparation à l’accouchement par exemple. On pense que cela n’arrive qu’aux autres mais les chiffres semblent montrer que c’est plus fréquent qu’on ne le croit.

 

Cela mérite plusieurs billets. Mais voici pour commencer, quelques pistes de réflexion grâce à une interview de Cécile Ensellem, sociologue à l’Ecole des parents et des éducateurs. Les propos ont été récueillis par Sonia Crozier en avril 2009 (je ne retrouve pas le site, veuillez m’excuser).

 

Remarquez-vous de plus en plus de séparations qui interviennent très rapidement après la naissance ?

Cécile Ensellem : Oui. C’est en augmentation et c’est surtout le père qui part.

Peut-on expliquer sociologiquement le fait que l’enfant puisse séparer un couple ?

C. E. : Nous sommes dans un contexte où il y a de plus en plus de naissances hors mariage. Ajouté au fait que l’on a des enfants bien plus tard et que le projet parental se dessine également bien plus tard qu’avant, souvent après une longue cohabitation, l’enfant peut jouer un rôle de séparation, de défusion conjugale.

On peut même adapter les théories psychanalytiques freudiennes où le père a une fonction de séparation de la dyade mère-enfant, mais là, c’est l’enfant qui est le tiers séparateur en quelque sorte.

On parle de parité homme-femme. Est-ce que nier la différence des sexes peut être un facteur aggravant ?

C. E. : On est dans ce contexte des « nouveaux pères » où les jeunes couples peuvent vivre dans un idéal d’égalité. Mais l’égalité homme-femme doit composer avec la différence biologique des sexes. Il ne s’agit donc pas de nier la différence des sexes, mais de la penser autrement pour ne pas banaliser le départ ou la fuite des pères.

On dit souvent : l’instinct maternel. Non seulement on ne dit pas instinct paternel, mais en plus, on sait que certaines femmes souffrent de cette idée quand elles se retrouvent face à des angoisses et des ambivalences à l’égard de leur grossesse et de leur bébé. Du coup, c’est très culpabilisant pour elles. Les spécialistes de la périnatalité (comme les Ecoles des parents et des éducateurs) le savent bien.

D’ailleurs parfois, les dissensions, les conflits peuvent être liés à l’incompréhension des futurs pères à l’égard des angoisses ou ambivalence de la future mère.

 

Il n’y a pas que l’aspect sociologique qui compte mais ça a le mérite d’ouvrir des pistes de réflexion et d’englober cela dans la question plus large du rôle du père et de la mère (mais là n’est pas mon sujet).

 

Si on me demandait mon avis, voici ce que je donnerais comme conseils aux jeunes parents :

– C’est normal d’être perturbé par tous ces changements et de se disputer plus que d’habitude. La fatigue en est en grande partie responsable.

– Essayez de prendre du temps pour votre couple : une ou deux heures en tête-à-tête de temps en temps.

– Parlez ! Communiquez ! Dites ce que vous ressentez avant que ça n’explose et que l’autre, se sentant agressé, ne puisse rien entendre.

– N’oubliez pas que vous vous aimez !

 

Je n’ai rien inventé, je sais mais ça ne fait pas de mal de le rappeler.

 

J’aimerais poursuivre cette réflexion, je suis donc à la recherche de témoignages sur ce sujet. Si vous voulez me raconter votre expérience (anonyme ou pas), n’hésitez pas à m’écrire à clemlamatriochka(at)gmail.com

 

Clem la matriochka

68 réflexions sur “Le couple après la naissance d’un enfant

  1. C’est pas facile de se trouver quand l’enfant nait. Pour ma part, les 1ers mois étaient centrés sur la laloutte et je ne prenais pas de temps pour moi alors pour mon couple.. La fatigue s’est installée et tout m’énervait chez l’Homme et puis il ne savait pas faire (traduction: pas comme moi) alors on s’est éloigné. Heureusement, je ne laisse jamais une situation empirée et nous en avons discuté longtemps et souvent, je ne dirais pas que nous avons retrouvé notre vie de couple encore mais on y travaille, je pense qu’avec la puce qui grandit, nous arrivons aussi à trouver un équilibre à 3 et donc tous les deux. Mais c’est vrai que la vie de couple en prend un coup et que nous sommes pas assez prévenus .. sujet tabou !!!

    • Pardon de répondre si tard…
      Ce que tu décris doit arriver beaucoup plus souvent qu’on ne le dit, en effet. Sans aller jusqu’à la séparation, il peut se passer plein de choses difficiles et c’est bien d’en parler. On donnera du coup moins de « pouvoir » à cette situation puisqu’on saura que cela arrive aussi chez les autres !
      Je cherche des témoignages à publier sur mon blog, si ça te dit…

  2. ce sujet me passionne!
    j’avais d’ailleurs témoigné dans les Maternelles sur le thème « la sexualité après l’accouchement »

    si tu veux, j’en ai fait une rubrique sur mon blog
    http://unechambreamoi.blogspot.fr/search/label/Couple
    dont un billet par exemple, celui-ci:
    http://unechambreamoi.blogspot.fr/2010/11/etre-parents-rester-un-couple.html

    Personnellement, ça va bien, avec mon homme. On est passé par des phases difficiles, comme tout le monde, mais en devenant mère je me suis aperçue que je n’ai jamais mis mon côté « amante » en retrait. (je m’en doutais, avant, d’ailleurs…séduction, sexualité, apparence physique… ça a toujours été important pour moi, pour me sentir bien à travers le regard de mon homme)
    Je suis devenue une mère à 100%, en restant femme à 100% (seulement, pas tout en même temps! il a fallu apprendre à passer d’un rôle à l’autre, ce qui est assez dur au début). j’ai toujours eu besoin de retrouver mon homme, d’avoir du temps pour moi, sans bébé, pour souffler, lire, prendre un bain… avoir des moments calmes en amoureux, pour discuter, rire, se retrouver… et faire l’amour! c’est mon côté indépendante, et même un peu egoiste… je le suis aussi par rapport à mes enfants.
    Bon rien n’est simple, il y a des moments où c’est juste la cata, épuisement, tensions, stress, boulot, etc… mais à chaque fois qu’on se retrouve, on passe un moment génial, on est heureux. Ca motive pour continuer.

    En fait je dirais que le bouleversement le plus fort est peut etre pour l’arrivée du premier… même si personnellement je m’y étais pas mal préparée.
    Pour le deuxième, même si la vie quotidienne est devenue encore plus sport et crevante qu’avec un seul enfant, paradoxalement notre vie de couple a repris ses droits de manière plus cool, et naturelle.

    • Merci pour ton commentaire (et pardon de ne répondre que maintenant) ! C’est un beau témoignage. Ce qui est difficile c’est d’être sur tous les « fronts ». C’est évident que l’équilibre à 3 est long (plus ou moins) à retrouver mais il faut quand même essayer de se préserver des moments à deux (facile à dire), tu as raison et ce n’est pas égoïste du tout !

      Est-ce que tu accepterais de témoigner sur mon blog (soit avec un billet que tu as déjà publié sur le tien ou un autre) ?

  3. La naissance d’un enfant nous plonge dans l’ambiguïté en tant que mère mais aussi pour ma part en tant que couple. On s’aime plus fort, on regarde ensemble le fruit de notre amour mais, nous, couple fusionnel de 10 ans quand elle est née, nous nous sommes un peu perdus… et pas encore retrouvé.
    Deux ans et demi après, on souffre de ne pas se voir suffisamment. Clem, je serais ravie de témoigner sur ce sujet qui me tient tant à coeur.
    Et merci d’avoir lancé ce sujet ici :)

    • je dirais que ca depend des couples
      de mon coté,bebe a renforcé notre couple ,je pense au fond d emoi que notre couple etait fait pour fonder une famille,alors que je l’ai repoussé longtemps,que c’est dans ce role qu’on s’epanouirait le plus,qu’on se completerait le plus.certes plus de routine,certes moins de sexe…mais tellement plus d’emotions et de bonheur a trois!

    • Pardon de répondre si tard…
      Cela prend plus ou moins de temps selon les couples, c’est vrai. Certains couples changent de fonctionnement et ça leur va bien, pas vous si je comprends bien ?
      Tu sais qu’il m’est arrivé d’apprécier aller faire des courses au Franprix du coin avec mon mari juste parce qu’on n’était que tous les deux ! C’est dire si ça me manque parfois !

      Je serais ravie d’avoir ton témoignage, envoie-moi un mail à clemlamatriochka(@)gmail.com (à moins que tu préfères répondre à des questions ?)

  4. Merci beaucoup de ta contribution!!! Je n’ai jamais trop vécu les choses telles qu’elles sont décrites… Après la naissance de l’APA, je souffrais de ne pas avoir assez de temps disponible pour moi, pour Mr D, un peu pour tout finalement… Mais je vis avec un monstre de patience (doté d’une mémoire de poisson rouge) qui ne s’est jamais posé la question de « l’avant », qui n’a jamais eu peur du changement…Effectivement, rien n’a plus jamais été comme avant après la naissance de l’APA, mais ça ne nous a jamais paru triste…
    Après, je dirai naïvement que peut être l’augmentation de ces ruptures juste après une naissance prend sa source dans cet espèce de tabou de plus en plus dénoncé qu’avoir un enfant c’est cui-cui les petits oiseaux, un raz de marée de bonheur et d’extase tout en oubliant soigneusement de dire que c’est d’abord un raz de marée tout court, où chacun (père, mère, couple, grands parents, etc..) cherche sa place et sa nouvelle identité… Cela ne veut pas dire qu’il faut faire peur aux jeunes couples désireux de fonder une famille bien au contraire, mais tout comme on n’imaginerait pas consulter un médecin pour fatigue excessive après un marathon, il faut admettre que tout ne sera pas idyllique après une naissance… mais heureusement: ça passe!!!

    • Pardon de répondre si tard…
      Je ne suis pas triste en pensant à l’avant non plus mais j’ai senti qu’après la naissance les choses étaient un peu plus compliquées entre nous (ou moins simples en tout cas !), du coup j’ai envie qu’on en parle un peu plus. Je suis d’accord avec toi, il ne s’agit pas de faire peur mais juste de « préparer » un tout petit peu ou en tout cas, leur laisser la possibilité d’en parler sans gêne, sans honte et de ne pas penser en premier lieu que tout est fini entre eux.
      Vaste sujet !
      Tu veux témoigner pour moi ???

  5. J’ai justement un billet sur le sujet, à l’état de brouillon depuis plusieurs mois maintenant. J’aimerais trouver les mots pour le terminer mais je ne prends jamais le temps de vraiment me poser devant. Pourtant, nous devons faire partie des couples pour lesquels il n’y a pas vraiment eu de clash, tant nous étions sur la même longueur d’onde : tous deux prêts à tout pour notre enfant, nous oubliant nous-mêmes pour satisfaire au mieux (de notre idée) ses besoins. Je ne sais pas si la meilleure façon de faire mais au moins, aucun de nous ne souffrait du peu de temps que nous avions à nous consacrer mutuellement. C’est seulement lorsque l’on commence à sortir la tête de l’eau que l’on prend la mesure de ce que la relation de couple est devenue : très très différente !!! Pas forcément en mal, nous ne sommes pas malheureux, nous savons toujours pourquoi nous avons choisi de fonder un foyer ensemble mais il faut à présent faire des efforts pour se rapprocher, trouver du temps à deux, se convaincre que notre enfant peut survivre un peu sans nous, etc.
    Un long cheminement quoiqu’il arrive, clash ou pas, je dirais…

    • Je suis tout à fait d’accord avec ta conclusion (pardon pour le retard d’ailleurs…). Voilà c’est ça : on n’est pas forcément malheureux mais la relation change et il faut s’y habituer, accepter certains changements et ne pas en laisser d’autres nous détruire. En même temps, c’est beau, cela signifie que nous évoluons, que ça ne reste jamais figé.
      J’ai hâte de lire ton billet sur le sujet et si jamais tu veux témoigner sur mon blog, n’hésite pas. C’est bien aussi qu’on ne parle pas de ça avec des clashs forcément. Il y a différents types de changements.

  6. Pingback: Une petite fille est née [mini-debrief] « Les Vendredis Intellos

  7. Bonsoir à Toutes,

    Je viens de découvrir ce blog et les divers commentaires de Femmes et Mamans concernant les ruptures si nombreuses après l’arrivée d’un enfant dans un couple. On parle souvent de la frustration des hommes vis-à-vis de leur femme car celles-ci manque de désir pour leur compagnon, mais on ne parle pas souvent du manque de désir sexuel des hommes vis-à-vis de leur femme après un accouchement… Et moi, c’est à cette situation que je suis confrontée depuis plus de 14 mois maintenant. Alors que le Papa n’a rien « vu » de l’accouchement puisque cela s’est terminé en césarienne.

    Avant mon accouchement et l’arrivée de ma petite puce, le Papa (j’emploie ce terme car mon compagnon est plus un Papa qu’un compagnon ou un amant à l’heure actuelle et c’est une situation qui me fait beaucoup souffrir) était très attentionné, gentil, câlin, tendre, enfin un vrai Amour avec moi, avant la grossesse et pendant toute la grossesse également : je pense que par moment les gens devaient nous envier cet état amoureux permanent un peu comme deux adolescents éperduement amoureux, j’avais trouvé ma moitié, mon âme soeur…
    Et louloute est arrivée (vivement désirée par nous deux, enfin finalement peut-être plus par moi que par lui, je ne sais plus…) et là, plus de compagnon, mais un Papa et un Homme de maison bien impliqué (j’ai l’impression de jouer à « Madame est servie » c’est pour dire), c’est sûr que de ce point de vue là, je ne suis pas à plaindre (le ménage est fait, le repassage aussi, les repas, la vaisselle, une vraie fée du logis : il l’était aussi avant d’ailleurs, mais il était aussi mon Amant !) ! Mais j’aimerais tellement retrouvé mon Prince charmant du début, de l’avant, qui m’aimais « amoureusement ».
    Car pour ma part, je me suis retrouvée, je suis de nouveau femme, séduisante, sexy, active (j’ai repris quelques heures d’une activité professionnelle), j’ai perdu tous les kilos de la grossesse et même plus, mais voilà, je suis malheureuse car j’ai perdu mon Homme, mon Amant, mon Prince Charmant…
    Je tenais à témoigner sur ce blog car on parle très peu voire trop peu du manque de désir des hommes vis-à-vis de leur compagne alors que certaines d’entre nous font tout dès l’après accouchement pour ne pas délaisser leur homme et entretenir des rapports sexuels réguliers pour ne pas laisser sombrer le couple… Et ça, je l’ai mis en place à peu près un mois après l’accouchement alors que j’avais eu une césarienne et que les douleurs, ce n’était pas tip-top.

    Voilà, j’espère que mon témoignage pourra servir à quelques-unes d’entre nous, malgré que je n’ai pas de solution miracle… Je galère toujours aujourd’hui et suis à la limite du point de rupture, puisque même en parlant à mon compagnon et en communiquant, le problème ressurgit de manière récurrente (pas assez de gentillesse, d’attention, de gestes tendres à mon égard, etc.), c’est fatigant de se répéter encore et encore : j’ai l’impression d’être devenue sa mère en ayant accouché de ma fille… C’est horrible comme pensée, mais parfois quand j’analyse ses comportements, je n’arrive qu’à cette pauvre conclusion et cela m’attriste profondément.

    Si vous avez le moindre conseil à me soumettre, je suis à l’écoute, car j’ai envie de sauver mon couple, mais je m’essoufle…

    Merci par avance et merci de m’avoir lue jusqu’au bout.

    • Je te remercie beaucoup de ton témoignage sincère et touchant… ce sont vraiment des moments difficiles que tu traverses et tu as raison: on n’en parle pas assez… Personnellement, je n’y crois pas au « traumatisme » des pères suite à l’accouchement: la venue d’un bébé, le passage au statut de père m’en semble un bien plus colossal qu’un sexe de femme étiré et quelques gouttes de sang!!!
      J’ai pas mal cherché et encouragé les neuroneuses à se pencher sur les ouvrages parus sur le vécu des papas et la façon dont eux aussi gèrent le processus d’élaboration psychique de l’enfant à naître… J’ai aussi cherché des psys pour en parler… mais en vain!! Je suis sûre que la situation va bientôt se débloquer mais le chemin est encore long!!!
      Concernant ton homme et ta famille, je suppose que vous avez déjà songé à évoquer cette situation devant un thérapeute…? L’arrivée de votre puce a probablement réactivé beaucoup de choses chez ton homme et ça serait bien qu’il puisse les exprimer librement…
      Je te remets aussi le lien vers cet article, il s’adresse aux mamans en premier lieu mais je doute qu’il ne soit en rien pertinent pour les papas…
      https://lesvendredisintellos.com/2012/04/13/notre-enfant-ce-miroir-de-notre-ombre/
      Plein de courage en tout cas!

    • Chère Fabienne,
      merci pour votre témoignage. Je crois que le plus important est de parler avec votre mari, même s’il faut répéter. C’est vrai que c’est fatiguant mais il le faut quand les points de vue divergent tant. Si possible, il faut le laisser s’expliquer. Peut-être qu’il pense toujours témoigner son amour et se vexe quand vous lui dites que non, peut-être a-t-il un autre problème dans ce cas, mieux vaut laisser le dialogue ouvert. J’imagine que c’est déjà ce que vous faites, pardon si mon conseil vous semble inutile.
      L’idée d’un thérapeute de couple est une bonne idée.
      Peut-être aussi un thérapeute juste pour vous, pour que vous puissiez exprimer vos propres émotions, vos difficultés.
      Bon courage ! N’hésitez pas à m’écrire ou à laisser un autre commentaire si vous le souhaitez.

      • Bonjour à Toutes,

        Je reviens vers vous mais pas forcément avec de bonnes nouvelles, malheureusement. Tout d’abord, merci pour vos réponses et vos conseils. Il y a quelques mois, devant nos difficultés, j’avais déjà émis l’idée de voir un thérapeute soit ensemble, soit séparément, mais il reste complètement fermé à cette proposition. Je lui en ai reparlé mais rien à faire, il me dit qu’il est persuadé de faire tout ce qu’il faut pour mon « bien-être » et moi je lui réponds que je suis persauadée qu’il ne s’occupe plus de moi, ni qu’il soit attentif à mes souhaits et désirs. En fait quand il dit être persuadé de faire tout pour mon bien-être, il ne pense qu’aux choses matérielles, et c’est bien là le fond de notre problème je crois.
        Pour lui : réaménager sa maison depuis mon arrivée et l’arrivée de la petite, faire le ménage, le repassage, les courses, la cuisine, la vaisselle, etc. doivent me faire me sentir bien, je lui ai dit que cela contribue à mon bien-être certes, mais qu’il ne faut pas que ce soient les choses, qu’il y a beaucoup d’autres choses dont j’ai besoin (affection, mots gentils, câlins, sorties diverses et variées, moments rien qu’à moi) pour me sentir bien, les choses matérielles sont une choses, mais il n’y a pas que cela.

        Je me rends compte que je ne connaissais pas mon compagnon aussi bien que cela. Je pense que je l’avais idéalisé la première année de notre rencontre (il était tellement gentil, attentif et aux petits soins pour moi), et le deuxième année idem, je pense que j’étais vraiment sur un trop gros petit nuage pendant ma grossesse : ne dit-on pas l’amour rend aveugle ?

        Voilà, cela fait 3 ans que je le connais sans le connaître et cette 3e année est la plus critique car je me rends compte de tous les défauts qu’il a… Je me sens dévalorisée par ses paroles et ses comportements : lorsque nous avons un avis divergent ou que je ne fais pas quelque chose comme il le faudrait, j’ai droit à des explications sans fin, une sorte de leçon « de moral », c’est fatigant… et c’est lui qui me dit que je ne lui fais pas confiance… c’est un peu aberrant ! Car lorsque je lui demande de me donner des exemples sur des points sur lesquels je ne lui fais pas confiance soit disant : rien, aucun exemple ne ressort, alors comment puis-je améliorer ce soit disant manque de confiance que j’ai en lui s’il est incapable de me donner des exemples concrets que je pourrais corriger…
        Enfin, j’ai l’impression de plus en plus de parler dans le vide et je suis lasse : d’ailleurs j’éprouve une grande fatigue physique due à cette situation je pense, mon corps s’exprime par différents maux et cela m’inquiète vivement maintenant.

        J’essaie de passer du temps avec ma fille en étant joyeuse, et en jouant avec elle, en faisant des drôleries, car je sais que lorsque je ne me sens pas bien elle le ressent et ce n’est pas bon pour elle, mais c’est très difficile de garder le moral et de ne pas me mettre à pleurer devant elle tellement je suis déçue par cette vie de couple que j’avais imaginée belle, trop idéalisée en somme… je me réveille d’un rêve éveillée et le réveil est très dur !

        Merci encore à vous qui me lisez et qui me conseillez, cela me fait du bien de pouvoir exprimer ce que je ressens sur votre site, même si c’est par écran interposé et que l’on ne se connaît pas, j’avais envie de témoigner de ce rêve que peut-être d’autres d’entre nous ont fait : un merveilleux compagnon dans les débuts qui se révèle être un Homme tout à fait comme les autres sans beaucoup d’écoute ni de soutien pour sa compagne une fois l’enfant arrivé. A croire qu’une fois qu’une femme à donner un enfant à un homme, elle ne l’intéresse plus et n’est plus qu’un meuble pour lui ? Il se sent le maître et se dit qu’il n’a plus rien à conquérir puisque la femme à enfanter pour lui ? Des psychologues ou psychothérapeutes se sont-ils penchés sur cette question ?

        Merci encore à vous.

        • Je suis vraiment désolée de lire ça. Peut-être que vous avez besoin de vous retrouver les deux, de passer une soirée (ou plus) en amoureux. Si la discussion, les explications n’ont pas fait avancer les choses, il faudrait peut-être faire des choses ensemble sans votre fille. Pardon si vous le faites déjà ou si ce n’est pas un bon conseil.
          S’il a l’impression de bien faire, il se sent peut-être agressé. Il est possible que tes remarques lui semblent injustes. Je ne le connais que par ce que tu dis, donc je ne peux pas dire grand-chose mais cela peut être une piste.

          Bon courage !

        • je suis à peu près dans la meme situation, sauf qu’en l’occurrence c’est moi le mec…
          notre couple est tres tres proche de la rupture, avoir ton point de vue m’éclaire peut être un peu sur ce que n’a pas reussi à me dire ma compagne….
          Ou en es tu maintenant?

        • Tu sais tu es entrain de raconter ma vie sauf que dans mon cas à part ce que tu viens de décrire et que je suis entrain de vivre mot par mot, je me suis trouvée encore enceinte avec un deuxième bébé après 5 mois de mon accouchement (C’était la surprise du jour de l’an). De plus j’ai reprit mes études, et je suis dans une période très critique, je dois passer un examen décisif . donc tous le temps stressée et fatiguée. Ce qui empire notre situation c’est que je ne suis pas une bonne communicatrice. Je laisse tous à l’intérieur et quand je lui semble gênée ou triste il ne comprend pas pourquoi. Je sais que c’est ma faute mais quand je fais un effort pour m’exprimer j’ai un sentiment qui ne me comprend pas. Il ne veut pas se remettre en question.

        • Offrer lui le livre réinventer le couple au 21 siècles ou faite intervenir une amie ou un ami pour lui faire comprendre ce que vous ressentez. Avant que quelque chose ne se brise en vous…

    • #FabienneM , je suis l’homme que tu décris dans cette première partie (je salue les efforts que tu as/fais pour ton couple. Je n’ai pas cette chance. Mais ce n’est pas le sujet)

      Notre histoire : idem. Relation fusionnelle. à croire que tout le monde voulait être nos ami(e)s. Une attraction !
      Nous étions formidable !

      M’occuper de mon enfant (et de la maison comme tu le décris) c’était d’abord moi pour moi. Elevé par ma mère je m’étais promis de ne pas reproduire le passé.
      Je voulais être le super héro que je n’avais pas eu.
      C’est autant pour ma femme que pour mon fils.
      Je voulais qu’elle soit elle pour elle …..
      Je travaille mais pas elle et nous avons très mal géré la crèche. Elle garde notre loulou 3 jours pas semaine et c’est compliqué d’exister….
      Du coup, j’ai compensé
      J’ai réduis mes nuits pour pouvoir rentrer plus tôt le soir du travail. Dès que j’arrive je prends le relais et quand j’ai finis il est 9h et vraiment je suis épuisé. Le wk je m’occupe à 100% des corvés

      Au final, le temps donné lui a permis de s’épanouir en marge du couple.
      Le sentiment d’exister, comme avant…..de vivre pour elle…..d’exister….. est né chez elle……mais sans nous !
      Aujourd’hui, elle voudrait vivre à 200 à l’heure……elle rayonne de confiance….et je ne la retiendrais pas !
      Je ne veux pas lui faire de leçon….je ne veux pas demander des efforts de sa part…je veux rester son ami, son âme sœur quitte à perdre le statut de prince charmant (j’ai lu ton post suivant. Peut-être que ton homme ne veut pas le perdre. C’est peut-être lui qui est dans le vrai)

      Même si ton post date de + 5 ans, j’espère que VOUS existez toujours !

      • Bonjour Anonyme, je ne peux pas m’empêcher de vous répondre après avoir lu votre mail. Je suis exactement comme votre femme, ou du moins j’étais … J’étais fusionnelle avec le père de ma fille, nous partagions tout. Ma fille est née, je me suis inconsciemment dé-fusionnée. Le père de ma fille faisait tout à la maison, mais nous n’avions plus d’intimité, il ne demandait rien. Aux 5 ans de ma fille, je me suis vue triste, sans vie, juste une maman adorant son enfant. J’avais envie de faire 1000 choses, mais je me sentais coincée. Le père de ma fille s’est mit à boire. Je rêvais de redevenir une femme, et j’ai rencontré quelqu’un à mon travail, un coup de foudre qui m’a fait revivre quelques temps. J’ai quitté le père de ma fille, je n’ai pas vécu avec mon coup de foudre. Aujourd’hui ma fille à 13 ans, j’ai refais ma vie avec quelqu’un qui ne me correspond pas. Je vis avec le regret d’avoir quitté le père de ma fille, que j’ai rendu très malheureux, parce que je me reproche de ne pas avoir mis tous les moyens pour sauver mon couple. Bref, je ne dirais qu’une chose : avant la rupture, donnez vous une vraie chance en rencontrant un thérapeute ou conseiller. Ça m’aurait aidé à voir les choses autrement, et pas que de mon point de vue.

        • Malheureusement les hommes et les femmes ne sont pas fait de la même façon, n’ont pas tjrs le même vécu et les mêmes objectifs. C’est souvent la que ça coincé souvent. Pendant ma séparation je me suis énormément remis en question sur mes erreurs et malheureusement trop tard ! Elle ne parlais pas bcp et ne me montrais pas quand elle a été épuisée du rhytme de vie et à finalement décidée de mettre un terme à notre histoire longue de 10ans sans nous laisser une chance. Avec un garçon de 7an et une petite fille de 4ans.c’est très difficile à gérer mais voilà. Tout ça pour vous dire que les hommes n’arrive pas tjrs à entendre. Ils ont souvent besoin que l’on leur disent quoi faire. Je sais c’est bête mais on est fait comme ça. Les hommes viennent de Mars et les femmes de venus.

  8. Pingback: Le couple après la naissance d’un enfant (Les vacances des VI) « Les Vendredis Intellos

  9. Pingback: Pour le meilleur et pour le pire | Home Sweet Môme

  10. bonjour a toutes voilà je m’appelle jimmy je suis un homme de 27 ans, ma femme 21 nous vivons ensemble depuis 5 ans sommes ensemble depuis 6 ans et nous sommes mariés depuis 1 an nous avons eu une petite et merveilleuse fille qui a 2 mois aujourd’hui. Notre vie de couple allé plutot bien avant la venu de notre fille mais depuis son arrivé et voir meme peut etre avant (durant la grossesse) notre couple bat un peu de l’aile surtout de ma faute je me sent abandonné, vide et je ne sais quoi encore je me resent plutot d’envie pour ma femme à mon grand regret des question ce bouscule dans ma tête je ne sais plus ou j’en suis j’ai vraiment besoin d’aide pour me reconstruire et pour sauver ma vie de couple
    aidez moi svp………

    • Pas facile de te répondre Jimmy, chaque couple a ses spécificités, son histoire et vit le grand chamboulement de l’arrivée d’un enfant à sa façon. Ceci étant, je pense sincèrement que les couples ne sont pas bien informés sur le fait que ces chamboulements – même déstabilisants- sont normaux…Un enfant équivaut à « rien ne sera plus jamais comme avant » et 2 mois, c’est encore très très petit!! Je dirai donc qu’il faut laisser passer un peu de temps, et faire en sorte que cette attente soit supportable et constructive pour votre couple. Echanger, exprimer ses sentiments en disant « je », essayer de formuler ce dont on aurait besoin pour se sentir plus à l’aise et ne pas hésiter à demander l’aide d’un thérapeute si on en ressent le besoin. Solliciter la famille (grand parents notamment) aussi si elle est disponible pour vous permettre de disposer de quelques instants pour vous retrouver tous les deux! Mais ce n’est là que mon bien modeste avis…

  11. En ce qui me concerne, nous nous sommes rencontrés en 2002 et nous nous sommes installés ensemble en 2004 après sa demande en mariage. J’ai terminé mes études et nous avons économisé pour nous marier. J’ai insisté pour qu’on ouvre un compte pour financer notre union.
    En 2009, il m’a demandé de ne plus utiliser de contraceptif, on verra ce que ça donne. En 2010, il m’en a parlé un peu plus sérieusement et j’ai fini par accepter. Notre fille est née le 22 décembre 2011. Après la naissance de notre fille, sa mère a commencé à s’inviter chez nous et elle me demandait systématiquement d’aller ailleurs pendant qu’elle s’occupait de ma fille. J’en ai parlé à mon compagnon, qui demande à sa mère de me laisser un peu tranquille. Cette dernière est bouleversée et mon compagnon a pris son parti, alors que c’est lui qui avait pris l’initiative de lui parler. Il était devenu de plus en plus distant. Il me disait qu’il allait exploser. Il refusait tout contact entre moi et ses parents. Il emmenait la petite chez ses parents, mais sans moi. Je n’y comprenais plus rien. Il était devenu de plus en plus désagréable. Je lui ai demandé ce qui se passait à plusieurs reprises. J’ai essayé d’engager un dialogue, mais il ne voulait pas en parler. … J’ai invité ses parents à déjeuner et sa mère m’a complètement ignorée. J’ai appelé ses parents pour leur rendre visite avec la petite, mais sa mère a refusé mon offre. Finalement, sept mois après la naissance (juillet 2012) mon compagnon m’a annoncé qu’il me quittait. « Je t’aime, mais je ne peux plus continuer comme ça ». Nous vivons toujours sous le même toit, mais il s’absente beaucoup et passe le moins de temps possible avec notre fille. Pourtant, il dit qu’il l’aime et qu’il veut faire partie de sa vie. La procédure de séparation est en court.
    Finalement, il n’y a pas eu de mariage et notre vie familiale est anéantie.

    • Chère Sophie, tout cela est bien triste et je suis désolée pour toi. Il est difficile de trouver les bons mots à ce stade mais j’espère que tu vas trouver la force de vivre au mieux ce changement. Est-ce que malgré la séparation, vous arrivez à communiquer ? Peut-être que tu ne peux plus tenter de sauver votre relation en abordant les questions importantes mais tu peux essayer de savoir ce qui se passe avec votre fille. Au départ, il avait l’air investi, non ?
      Il est toujours aussi proche de ses parents ? J’imagine que c’est difficile de leur parler à eux aussi…
      En tout cas, je te souhaite bon courage pour la suite ! N’hésite pas si tu as besoin de parler, nous sommes au bout du clavier ;-)

      • Personnellement la venue au monde du petit a totalement détruit motre couple qui n’existe plus a ce jour

        nous étions ensemble depuis 9 ans, je ne dirai pas que ce fut 9 ans de pure bonheur bien sur puisque nous avions pas mal de conflits mais nous étions bien malgré tout il y avait un certain équilibre

        a la base je ne voulais pas d’enfant parce que j’ai beaucoup de problèmes de santé, mais elle a tellement insisté que c’est arrivé

        je lui en veux énormément d’avoir tellement voulu cet enfant, je ne comprendrais jamais pourquoi les couples veulent absolument faire quelque chose qui 1 fois sur 2 va les détruire

        quand le petit est né le 12 janvier 2012 je me suis dis qu’après tout ça allait peut-être nous rapprocher nous renforcer … 2 mois après on se séparait

        elle est partie 3 mois mois avec le petit puis elle est revenue mais notre couple n’est jamais redevenu ce qu’il était

        je m’occupe du petit du mieux qu je peux avec mon état, elle a trouvé du boulot entre temps, de ce faite je me suis dis que les choses allaient se calmer puisqu’elle pouvait se vider un peu l’esprit sans avoir le petit sur le dos toute la journée

        mais la encore c’était une utopie

        nous n’avons eu que 4 ou 5 rapports maximum depuis celui qui donna naissance a notre fils, même le moindre signe de tendresse est devenu inexistant, discuter … n’en parlons même pas tout tourne toujours autour du gosse ou du boulot

        tout va pour le petit, voila en gros notre vie de couple a été détruite pour faire de nous les esclaves de cet enfant

        je ne dis pas que je n’aime pas mon fils mais qu’est ce que je lui en veux je regrette d’avoir accepter de le faire

        je veux retrouver notre vie d’avant notre couple, même si ce n’était pas parfait nous étions ensemble, nous étions nous, nous étions 2, la nous somme chacun de notre coté seul pour ma part, je ne sais pas de son côté

        la garde sera certainement partagé puisqu’il faudra bien que je m’en occupe pendent qu’elle boss, mais personnellement je ne veux même pas de cette garde, a chaque fois que je le vois je ne vois que la destruction de 9 ans de vie de couple

        de son côté elle est contente elle a eu ce qu’elle voulait et va en profiter un maximum comme si avoir un enfant était le seul et unique but final des femmes peut importe qu’elle a perdu son couple elle en formera certainement un nouveau avec un mec qui sera lui son nouveau complice son nouvel amant, de mon côté je me retrouve seul juste bon a être le père d’un enfant que je ne voulais pas et qui a détruit ma vie amoureuse

        • Je répond à ton commentaire, 2 ans plus tard. J’aurais bien répondu à un autre commentaire, plus récent, mais le tient me parle. Je me reconnais un peu dans ce que tu décrit, pas totalement, mais il y a quelque similitudes.

          ça fait également une petite dizaine d’années que je suis avec celle qui a été mon amie, puis ma femme, et enfin, il y a 2 mois, la mère de mon fils. L’enfant été voulu, j’avais fait suffisamment trainer les choses à ce niveau là pour attendre le bon moment, en tout cas de mon point de vue. J’ai fait les choses dans l’ordre (si un ordre existe), nous avons vécu ensemble, nous nous sommes mariés puis avons eu notre enfant.

          Aujourd’hui, 2 mois après la naissance, je sens bien que quelque chose cloche dans notre couple, en tout cas de son côté : absence de gestes tendres (sans forcément parler de rapports sexuels – calme plat depuis plusieurs mois même avant la naissance), absence de discussion d’une manière générale…

          C’est frustrant de donner et ne pas recevoir.

          Je me dit que l’accouchement n’est pas si loin, qu’il faut du temps pour se retrouver? Je crève quand même l’abcès et lui en parle, ne supportant plus la situation et le manque d’explication. J’aurai préféré que ce soit un problème d’hormones, de baby blues ou autre.

          C’est finalement bien plus basique : elle n’est plus sure de ses sentiments.

          Le simple fait qu’elle n’en soit pas tout à fait certaine devrait me consoler. Bien au contraire. la seule chose qui la fasse rester chez nous, c’est le bébé.

          Me voilà donc aujourd’hui avec ce mélange :

          – de tristesse : merde 10 ans c’est pas rien, et je l’aime toujours autant…

          – de peur : notre fils a 2 mois; j’ai tardé pour me sentir suffisamment mature et en vouloir un, aujourd’hui je n’imagine pas ma vie sans lui. Je n’imagine pas non plus sa vie avec un beau-père dans les parages. C’est moi le vrai papa, j’ai peur qu’on ne lui rappelle pas suffisamment durant son jeune age et qu’un beau-père me pique la place – ma place – dans son cœur.

          – de colère : contre ma femme qui attend d’être mariée et avoir un enfant pour remettre en question ses sentiments, contre elle qui est capable d’envoyer valser 10 ans de vie ensemble

          – de rage : contre moi. Je me sens con, si con, beaucoup trop con… Et c’est là que je te rejoins un peu Ludovik. J’ai le sentiment qu’elle a eu ce qu’elle voulait, qu’on fond je suis le géniteur et c’est tout.

          J’espère qu’en ce qui te concerne tout va mieux aujourd’hui en 2015 et que tu as appris à aimer ton enfant (laisse moi espérer dans le cas contraire !).

  12. Pour nous la naissance de notre bébé a été très difficile et ça l’est encore. Au fait dès que la petite est né il ne s’est jamais intéressé ou occupé de sa fille. Le jour de la sortie de la maternité il a été d’une humeur écrasante et n’arrêtait pas de me faire des reproches sur ma façon de m’occuper du bébé. Mon ami était malheureux, triste, énervé avant même qu’on soit confronté au quotidien avec notre fille. Aujourd’hui louloute a 10 mois et la situation n’a pas vraiment changé. Il ne lui adresse quasiment jamais la parole et ne veut pas s’en occuper. Ne l’a jamais prise dans ses bras pour lui faire un câlin ou lui dire un mot doux. Il est distant vis à vis de moi quand elle est là. Nous ne sortons presque jamais tous les 3 car il ne veut pas et j’ai déjà fait la mauvaise expérience de forcer un peu et le solliciter et si la petite pleure, il s’énerve et devient trop agacé alors ce n’est pas de plaisir pour personne. Il s’investit tout de même pour le montage des accessoires de puériculture et ses courses mais ça s’arrête là. Nous avons déjà envisagé une séparation mais avons décidé de faire des efforts pour préserver notre couple et famille. Mais voilà 10 mois passés déjà et il est vrai que les disputes sont plus rares mais la situation stagne car j’ai perdu confiance en lui, je ne vois aucun effort pour s’attacher à sa fille. Il ne communique pas avec elle et même si j’en ai besoin pour qu’il la garde car je suis occupée, il fait systématiquement appel à une nounou. Il m’a déjà dit qu’il ne ressentait rien pour le bébé, que la vie de famille ne l’intéresse pas. Cet enfant représente trop de contraintes pour lui. Il trouve qu’on n’a plus de couple. Sa vision de choses me fait souffrir car je ne le comprends pas et surtout je ne vois pas de solution pour améliorer nos relations à tous les 3. Il m’est inconcevable de mener une vie de couple comme avant sachant qu’il ne ressent rien pour louloute. Du coup moi aussi je deviens moins câline avec lui et plus distante comme lui envers sa fille.
    Voilà ma petite histoire

    • Je ne sais pas trop quoi vous conseiller. Mon fils a 4 ans et je suis en train de faire mes cartons pour déménager alors …
      La seule chose que je peux dire c’est qu’il est indispensable de communiquer. Que chacun fasse part de ses ressentis, que l’autre écoute et accepte le ressenti de l’un même s’il les trouve injuste, démesuré etc. L’étape d’après ? Je ne sais pas, probablement qu’il faut arriver à formuler nos besoins pour ne pas avoir de ressentis négatifs. Mais tout ça, je n’ai pu l’expérimenter.
      Pour la séparation, nous voyons une médiatrice familiale car il nous est impossible de nous parler autrement. Peut-être pourriez vous envisager de voir une tierce personne pour vous aider à formuler vos ressentis et vous aider à trouver des solutions qui conviennent à tous ? Il est indispensable que les 2 soient volontaires et investis dans cette démarche, sinon ça ne sert à rien. Bon courage.

      • Merci beaucoup, ca me fait plaisir que vous m’ayez répondu et de cette façon soutenue! Je pense que vous aussi vous êtes en train de vivre une situation fort difficile et je vous souhaite beaucoup du courage et de bonheur!

    • Coucou Marie-Lise, je suis très triste de lire ton histoire, tout ça doit être très douloureux et difficile à vivre… 

      Tu ne m’en voudras pas j’espère, je vais te dire le fond de ma pensée à propos de ta situation, bien sur ce n’est QUE mon avis, c’est toi la mieux placée pour savoir ce qui est le mieux pour vous, et si tu n’as pas envie de lire mon avis, je ne t’en voudrai absolument pas, car je vais te parler avec sincérité et ce n’est pas forcément agréable…

      D’abord j’avoue que c’est difficile pour moi de ne pas me poser la question: si la vie de famille n’intéresse pas ton ami, pourquoi a-t-il fait un enfant? Tu ne l’as pas faite toute seule…  Bon, ceci mis à part… c’est triste ce que je vais dire, mais un parent, c’est quelqu’un qui s’investit au quotidien. Un homme qui ne s’adresse jamais à sa fille est-il bien un père, ou simplement un géniteur?
      Pense à ta fille, à ce dont elle a besoin… Elle a besoin de parents épanouis, heureux et bien dans leurs bottes… Si la situation est insupportable pour toi, ou trouveras-tu la force de te consacrer à ta fille et de la rendre heureuse? Et lui, comment la rendrait-il heureuse puisqu’à te croire, il n’a qu’indifférence pour elle? Peut-être que tu as peur d’être seule, mais j’ai l’impression que tu es DEJA seule, en tous cas tu es seule à être parent dans ton couple… Et je n’ose imaginer combien tu dois te sentir seule au quotidien?
      Bien sur, être parent nécessite parfois quelques sacrifices. Mais je ne pense pas qu’il faille vraiment se sacrifier, renoncer à soi, à son bonheur, car les enfants ont à mon avis besoin de parents épanouis, heureux, aimants et disponibles.

      Bref… Je te souhaite beaucoup de courage pour affronter cette situation difficile, et quels que soient les avis que moi ou n’importe qui d’autre puisse te donner, c’est toi qui sais le mieux, écoute ce que tu as au fond de ton cœur.

      • Merci beaucoup pour ton soutien! Je me sens moins seule. C’est vrai que la situation n’est pas évidente et peu importe ma décision il me faudra beaucoup de force pour avancer. Pour l’instant mon compagnon n’est qu’un géniteur, c’est une évidence. j’espère que ca va changer. Non pas que ca devienne un papa poule. Je crois que ceci est impossible mais pour qu’il soit un père, n’importe quel type de père…Je suis consciente que cette période de « baby-clash » comme disent certains se prolonge trop chez nous. Et que notre fille ne devrait pas grandir avec quelqu’un qui l’ignore. Je crains pour son équilibre émotionnel et relationnel plus tard. Alors j’attends…j’espère. Rares sont les fois où je vois une petite complicité entre eux 2. Ca a du arriver 4 ou 5 fois depuis qu’elle est née. Et ca dure si peu de temps mais ca me fait chaud tellement au cœur.

        • Cela changera peut-être avec le temps. J’ai eu un papa qui m’adorait, qui ne laissait personne m’approcher pour s’occuper de moi, puis à mes 14 mois mes parents ont divorcé et je n’ai plus jamais eu de nouvelles de mon père, j’ai 41 ans… Alors, cela ne veut rien dire…
          Ton conjoint veut-il que les choses changent? Avez vous envisagé une thérapie conjugale? Je pense à un blocage chez lui. Es-tu sûre que c’est depuis le jour même de la naissance qu’il a changé? Pas un peu avant? Il a visiblement peur de se retrouver seul face à sa fille et pour une raison x ou y a peur du contact surtout physique.
          Le fait qu’il s’occupe du matériel de puériculture et des courses prouve qu’il ne s’en moque pas tant que ça, mais que tout ce qui impliquerai un contact physique lui fait peur ou le rebute. Il faudrait probablement remonter dans son histoire personnelle.
          En tout cas prends soin de toi et de ta fille, si tu as des amies et une famille à l’écoute fais toi aider et soulager n’hésites pas. Après il vaut peut-être mieux une maman seule et heureuse qu’une maman en couple et malheureuse…

    • j’ai l’impression que ton compagnon a très peur, que le bébé le renvoie à des choses difficiles.
      C’est une situation éminemment compliquée pour toi, on sait combien les jeunes mamans ont besoin de tout le soutien de leur compagnon… Tu dois te sentir si seule !

      Avez-vous déjà pu avoir une discussion avec lui sur ce qui le rebute chez le bébé? Comment ce bébé est-il arrivé dans votre couple? Tient il vraiment à toi?

      Je peux te raconter mon expérience, je suis séparée, et c’est aussi suite à la naissance de mon fils, plus ou moins. Mon ex entretenait une relation fusionnelle avec moi, il s’attendait à ce que je sois un peu sa mère… ce qui n’a plus été possible quand j’ai été maman d’un vrai bébé. Il ne l’a pas supporté, et a commencé à partir en vrille. Notre relation s’est dégradée de jour en jour. Il s’occupait du bébé mais ne me supportait pas en tant que maman. Certains hommes ont du mal avec la mère, et c’est compliqué pour eux de voir leur amante le devenir. Il y a aussi qu’un bébé, en pleurant, met un homme face à ses émotions, dont ils ont souvent été coupés.

      Je suis sure que tu trouveras le chemin qui est le bon pour toi… une conseillère conjugale pourrait en effet vous aider à voir plus clair l’un pour l’autre sur ce qui fait blocage.

      • bonjour
        je cherche un peu de réconfort, suite à la naissance de mon 1er enfant il y a quelques semaines, je ne reconnais plus mon conjoint, il est devenu méprisant avec moi et ne s’intéresse qu’à l’enfant, j’ai l’impression qu’il n’a plus d’amour que pour lui. Il me reproche tous mes défauts d’avant la naissance et plus je fais des efforts et plus il me repousse, il me dit que les choses entre nous ne peuvent pas changer. Je perds pied, chaque soir quand il rentre je me dis qu’il va m’annoncer qu’il ne m’aime plus et qu’il me quitte, je ne le supporterai pas, ma vie sans lui n’a pas d’intérêt. En même temps, je sens que je lui mets la pression, je pleure beaucoup et je lui ai dit que j’avais peur qu’il me quitte, il me dit qu’il lui faut du temps et que ce n’est pas le moment d’en parler. J’ai peur que mon insistance ne le conduise à accélérer sa décision, je ne sais plus quelle attitude adopter.
        merci pour vos réponses

        • ça doit être très difficile quand on vient d’accoucher et qu’on est super fragilisée…
          Peux tu trouver de l’aide à l’extérieur? aller voir quelqu’un qui t’écoutera et te conseillera?
          Ton histoire me fait penser à la mienne…. cet homme a l’air particulièrement tourné vers lui-même et ingrat avec toi :-( Ca me met en colère de lire ça. A une autre période ce serait différent, tu aurais les ressources dans doute pour trouver des solutions et prendre confiance en toi.. mais là tu as un tout jeune bébé à t’occuper, et c’est difficile de travailler sur autre chose à ce moment là. C’est le moment où tu as le plus besoin de soutien et de sécurité pour n’avoir que ton bébé à te préoccuper, je ne sais pas s’il le réalise? Réalise-t-il qu’il fait du mal aussi à son bébé à travers toi?

          Vraiment ne reste pas toute seule, actuellement tu as trop besoin de soutien, va voir une conseillère conjugale, un thérapeute, ou toute personne pouvant t’aider et te soutenir, entoure toi de personnes bienveillantes avec toi… qui t’épauleront et te permettront de prendre des décisions bonnes pour toi. Il y a des groupes de soutien de parents un peu partout en France, et aussi sur le net, facebook par exemple, personnellement je suis sur « education bienveillante et parentalité positive » qui peut être un soutien quotidien (mais qui ne remplace pas un bon conseiller conjugal). Les groupes comme ceux de la Leche League peuvent aussi apporter du soutien. C’est primordial de pouvoir en parler dans ce cas là…
          Je t’envoie plein de courage et de chaudoudoux, tu es dans une situation pas facile du tout .
          Bon courage

        • Bonjour,
          je suis désolée de lire ce qui vous arrive. C’est une situation qui semble vous faire souffrir tous les deux. Peut-être en effet faut-il lui laisser un peu de temps tout en ne niant pas vos propres sentiments, il doit aussi les entendre. Chacun doit faire des concessions. S’il vous est possible de ne pas lui mettre de pression, ce sera sûrement bénéfique mais cette situation ne peut pas durer éternellement, il doit le comprendre aussi. Prenez ce temps pour vous consacrer à votre bébé. Regardez-le s’occuper de votre enfant à vous deux, cela montre qu’il aime être père et c’est cette image peut vous réconforter. Courage ! Bien sûr, si vous sentez que vous n’en pouvez plus, dites-le lui de nouveau. Vous pourriez peut-être voir un thérapeute ensemble. S’il n’est pas prêt, faites-le déjà pour vous, pour vous libérer de ce poids.
          N’hésitez pas à donner de vos nouvelles ici.
          A bientôt,
          Clémentine

          • bonjour
            merci pour vos réponses
            nous sortons d’un long parcours PMA, nous avions des problèmes avant la naissance, il a toujours été très présent, n’a jamais rien dit parce qu’il ne voulait pas me blesser mais il m’a dit ce wk que nous n’étions pas heureux avant la naissance, que je pleurais beaucoup ce qui était le signe que je n’étais pas heureuse avec lui, qu’il en avait marre des pleurs ou des cris en guise de communication, que tout n’était que contrainte pour lui. Il m’a dit ne pas comprendre que je ne trouve pas au moins un peu de bonheur avec notre enfant si le reste ne marchait plus, qu’après ce qu’il m’avait « couté » je devrais ^etre heureuse. Je le suis mais s’il faut en plus que j’y sacrifie mon couple, c’est ça qui me rend malheureuse. J’ai l’impression qu’il ne me supporte plus, je sais qu’il en souffre aussi et c’est pour cela qu’il est agressif dans ses propos, je n’ose plus le parler de peur qu’il me dise qu’il ne m’aime plus mais je n’en peux plus, je vois aussi un thérapeute de mon coté. J’essaies de prendre sur moi quand il est là pour ne rien laisser paraitre de mes angoisses mais c’est dur, je n’arrive même plus à profiter de mon bébé.

        • Bonjour et dsl de te lire…je pensais etre un cas isolé.je vis la mm situation que toi. J ai mis au monde notre bebe. Mon conjoint s est montre indifferent av moi ms tres aimant avec le bb. Puis il m a dit ne plus se considerer en couple dpuis lgt. De la insultes rupture climat de tension il essaie de me rabaisser tt le temps et je me souvien de ttes ls qestions avt la naissance…
          C qqn de tres gentil a la base je ne le reconnais plus.
          Pdt 3semn nous sommes resT a 2 a la maison. J esperais qe des moments a 3 changeraient qqch.
          Puis trop de crise et d indifference srtt qui me renD plus malheureuz.
          Il est parti.
          Je l autoriz a venir voir son.bb il dit kil m aime ms ne reviendra plus mm s il souffre.
          La grossese s etait bien passée. Bcp d incomprehension…et de tristesse

  13. Chers tous,

    Suite à l’article publié et l’ensemble de vos messages, je me permets à mon tour de solliciter votre attention !
    Je prépare actuellement un documentaire sur cette question (compliquée) du couple à l’épreuve de la parentalité. Ce film sera diffusé sur une chaîne de France Télévisions.
    Si jamais certains d’entre vous acceptaient de m’en dire davantage sur ce sujet (par mail), j’en serais ravie. Aussi, je commence à rechercher des témoignages de couples qui accepteraient de raconter comment ils ont surmonté cette épreuve (ou comment ils ont décliné)….

    Heureuse en tout cas de savoir que ce thème intéresse nombre de personnes.
    Belle route à vous tous !

    • Bonjour à tous,

      Je viens de découvrir grace à vos posts que je n’étais pas la seule à avoir des problèmes de couple et une sérieuse remise en question depuis que j’ai eu ma fille. Cela fait 3 mois que je viens d’accoucher et je suis totalement tombée amoureuse de ma petite puce au point de me demander si j’ai assez d’amour encore à donner à mon mari.

      Cela fait presque 10 ans que je l’ai rencontré, on vis ensemble depuis 5 ans et on s’est marié il y a 2 ans, tout allait super bien, pour moi il n’y avait aucun doute, c’était l’homme de ma vie, je l’aimais plus que tout et voila que je me pose toutes sortes de questions maintenant.

      Je suis perdue.

      j’ai l’impression qu’il ne comprend pas ce que je ressens, ca a commencé avec l’allaitement qui s’est relativement mal passé, il me culpabilisait alors qu’il essayait de m’aider, il ne comprend pas non plus a quel point entendre ma fille pleurer me touche, il y a aussi le gros probleme de sa famille qui est devenue extremement envahissante depuis la naissance de notre fille et qui demande sans arret de venir la voir ou alors qui passe a l’improviste, je ne l’ai supporte plus. j’en ai parlé plus d’une fois de tous ces problèmes qui me dérangent à la longue mais il trouve toujours des excuses ou de bonnes raisons a me donner et cela ne règle pas le problème. je fini par croire que le problème vient de moi ou que j’en rajoute et ca me pèse.

      Le fait est que mon seul soutien et ami que j’avais était mon mari car ma famille et mes amis vivent loin et qu’ici je n’ai pas de travail et personne avec qui partager mes angoisses.

      il ne me comprend plus et je m’eloigne de lui, notre couple est en danger et je ne suis meme pas sur qu’il s’en rend compte. j’ai beau en parler avec lui, ca n’arrange rien et j’ai l’impression de le souler.

      C ‘est un très bon père mais ce n’est plus mon ami et ca me manque, j’ai peur de finir par ne plus l’aimer et je me demande si cette confusion n’est pas tout simplement du aux bouleversements hormonaux suite a l’accouchement ou si cela n’a rien avoir.

      Avez vous des conseils a me donner, je sais plus quoi faire.

      lili

  14. Bjr je ne sais pas si cela existe mais mon concubin est parti 15 jours apres la naissance de notte petit.oui nous avons eu une dispute ou les mots ont ete fort mais je lui demzndzis juste un peu de tendresse et de communication je suid parti loin de tout monentourage pour etre pred de lui et accoucher dans son environnement familiale et voila je me retrouve seule loin tres loin de tt mon environnement avec un petit garcon que j aime tant m1is mon amour mon homme n est plus la rt jen souffre enormement car jamais je nai souhaité ce quil arrive.3 jours quil n a pas vu son petit juste un sms par jour pour savoir sil a bien dormi.je suis donc professionnellement drtruite car jai tt laché et sentilentalemrnt seule.je suis si desolépour mon fils je ne lui dirai pas que son papa est parti au bout de 15 jours .jai honte limite

    • Salut Amélie,

      Je me retrouve un peu dans ton essaye, je suis partie loin de ma famille pour être avec mon mari et sa famille. Je viens d’accoucher d’une petite fille que j’adore mais je me sens seule. Avec mon mari, on s’est éloigné, il est pas parti mais j’ose même pas imaginer si il le faisait. Je pense que ça ne doit pas être facile pour toi. Je te répond pour t’apporter mon soutient et si tu as envie de parler.

      Courage

      Lili

  15. Ca fait du bien de voir que ce sujet tabou finit par être évoqué.
    Pour ma part, les problèmes relationnels ont commencé dès la grossesse : au 5ème mois de grossesse nous avons déménagé à l’autre bout de la France pour son travail, loin de nos familles, amis. J’étais alors au chômage, nous avons emménagé dans un appartement dans lequel je ne me sentais pas bien. Nous y avons « campé » pendant 4 mois avant de déménager une seconde fois, cette fois dans un endroit ou je me sentais bien pour accueillir notre enfant. Entre temps, je me suis retrouvée en menace d’accouchement prématuré, hospitalisée, puis suivie à domicile. C’est une période dont je n’aime pas me souvenir, j’ai beaucoup souffert de l’enfermement, la solitude, l’angoisse… et lorsque je tentais de l’expliquer à mon compagnon, il me disais que je me plaignais tout le temps. Il ne s’est pas beaucoup impliqué dans la préparation à l’accouchement, dans les achats pour bébé, j’essayais d’être compréhensive et de l’excuser en me disant qu’il avait besoin que le bébé soit là pour comprendre ce qui lui arrivait…
    Peu avant la naissance, je lui ai demandé de poser son congé paternité les 2 premières semaines car j’aurais besoin de ne pas être toute seule, mais lui a refusé de façon assez catégorique en me disant qu’il les poserait plus tard pour prendre des vacances avec bébé…

    Bref, la naissance a été pire que tout : sa mère est venue les 3 premiers jours et il est resté avec elle pour faire le ménage de notre appartement pendant que j’étais seule à la maternité avec notre fille… Même si cela partait d’un bon sentiment, je lui en voudrais toujours de ne pas avoir été présent à ce moment qui était si important pour moi, pour nous…
    Pendant les quelques semaines qui ont suivi, il a continué sa vie comme si de rien n’était, en allant bosser, en allant au sport. Il s’occupait certes de sa fille, mais ne m’aidait pas énormément pour le reste… Lorsque je me mettais à pleurer de fatigue, j’avais droit à de nombreux reproches comme « pourquoi les autres couples sont heureux et toi tu ne fais que pleurer » ou « si l’allaitement ça te fatigue t’as qu’à acheter du lait en poudre » ou même « ah bravo de pleurer devant ta fille tu vas bien la traumatiser »… Je me suis sentie tellement seule et incomprise..,

    6 mois après la naissance, il refuse que je lui reparle de ma souffrance à cette période et rentre dans des colères noires si j’évoque le sujet… De mon côté, après avoir tenté de recoller les morceaux en suggérant d’aller voir ensemble une conseillère conjugale (en lui disant que c’était pour moi car je ne me sentais pas bien, sinon il aurait bien sur refusé), je vois qu’il refuse toujours de reconnaitre à quel point j’ai pu me sentir blessée, alors que j’ai juste besoin de cela pour lui pardonner et aller de l’avant… Le problème est que je ne me sens plus capable de faire des efforts et d’aller vers lui maintenant, car il m’a beaucoup déçu… Du coup notre relation s’étiole, on devient des colocataires plus que des amants, des amis… Les problèmes deviennent des non dits pour éviter les disputes, et je m’absorbe dans mon rôle de mère pour « oublier » mes besoins de femme qui ne sont pas satisfaits. Ce qui je sais ne va pas du tout régler le problème, mais m’évite de souffrir en attendant quelque chose de la part de mon compagnon…

    Courage aux femmes qui vivent des difficultés de couple à un moment ou on est si vulnérable et ou on aurait besoin de l’autre pour se sentir rassurée…

    • Salut,

      Dommage que ce forum ne soit pas assez actif, on a pas beaucoup de reponse. En tout cas, ça fait du bien de se dire que l’on est pas toute seule dans cette situation. Je pense que les hommes ne peuvent pas comprendre ce que vit une femme après l’accouchement surtout lorsqu’elle est loin de ces proches. Le fait de ne pouvoir parler a personne de tout nos petits tracas, ça s’accumule et on ressent un véritable mal être. Du coup, on se plaint non stop à nos mecs et on les gonfle. Je connaît pas la recette magic pour améliorer tout ça mais je sais que le temps aide un peu. Pour ma part ça s’est un peu arrangé avec mon mari mais sa famille m’etouffe, j’attend du soutient de sa part mais il trouve que j’exagère. Comme je n’ai personne d’autre a qui en parler, je me retrouve encore une fois face à ma solitude et je doute même de moi. Maintenant je pense qu’il faut être forte pour notre bébé et essayer de parler au papa en les mettant aussi un peu à sa place. Pas évident tout ça. COURAGE

      • Salut Lili,

        Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis, on vit un tel bouleversement lors de la grossesse et de la naissance qu’on a besoin de se décharger de nos angoisses… Mais nos conjoints ne peuvent pas être nos seuls exutoires car eux aussi ont besoin de soutien au moment ou ils deviennent papa et prennent conscience de leurs responsabilités… La solitude et l’éloignement de nos proches jouent aussi beaucoup je pense dans les tensions qu’il peut y avoir dans le couple…
        J’ai eu de la chance de trouver une oreille attentive à la PMI ou j’ai reçu beaucoup de compréhension de ce que je vivais. Une des infirmières a décidé de mettre en place un atelier pour parler justement des problèmes que peuvent rencontrer les couples après une naissance.
        Notre couple va mieux. Petit à petit nous trouvons notre rythme, les nuits sont (un peu) moins mouvementées, on a plus de temps le soir pour nous retrouver. J’ai compris que mon conjoint assume mal de ne pas avoir été assez présent, mais je crois sincèrement qu’il n’avait pas du tout conscience de ce que je vivais, tout comme moi je ne comprenais pas ce que lui vivait.
        Quant à la belle famille… Il faut aussi réussir à trouver un équilibre qui convient à tout le monde. J’ai expliqué à mon conjoint que je préfère voir sa famille moins souvent et avoir de bonnes relations plutôt que me sentir envahie et que ça me gonfle. Et je lui ai parlé aussi du besoin que j’avais d’être en famille juste avec lui et notre fille…
        Bref, je crois que l’arrivée d’un enfant est un tsunami pour chaque couple, mais qu’au final quand on arrive à surmonter la crise, on en ressort d’autant plus fort !

  16. bonjour voici mon problème
    mo, conjoint et moi nous somme ensemble depuis bientôt 7 ans nous avons voulut etre parent de bonheur nous avons eu la plus belle chose au monde mon fils. Mon conjoint etais le plus heurex surtout que c’etais un garcons et c’est ce qu’il souhaiter. Puis 3 ans plus tard nous avons decide de remettre sa tous les deux souhaitons un deuxieme enfant mes quand j’ai su que j’etais enceinte tous a changer dans mon couple. Il a complétement changer il ne me regarde plus ne touche meme pas mon ventre ne crée aucun lien avec mon ventre, je me suis dit que sa lui passerais peut etre que c’est parce que on voit pas mon ventre. Il souhaitais avoir un deuxieme garcon et moi je voulais une fille. Quand on nous as annoncer que c’etait une fille sa na etais que du bonhneur pour moi mes pas pour lui. Il na pas voulu crée de lien avec mon ventre rien moi il ne parle plus ou quand on ce parle c’est pour s’engeuler ou nous reprocher des chose et c’est devenue pire depuis la naissance de ma vie on ne ce comprend plus on ne fait plus rien ensemble il ne fait rien ave sa fille . Devant sa famille ou nos amies il fait bien que tous ce passe bien et une fois rentrée il n’arrete pas de me lancer des pique qui me vexe et lui il prend sa a la rigolade . Il ne veut plus rien a faire au lit avec moi je devenue a lui demander de le faire et lui fait semblant de dormir ou a mal a la tete je suis en pleine refelexion aider moi s’il vous plait la famille me conseille de faire un break et de partir avec mes enfant pour le faire réagir mes je l’aime telment et j’ai peur de le perdre et quand je lui dit je veux faire un break il me dit sa serre a rien de revenir a l’aide

    • Bonjour, merci pour ce billet… cela fait du bien de ne pas se sentir isolée. En même temps je trouve cela fou qu on puisse arriver à se separer avec un jeune ou très jeune enfant.. cela me déchire pour l enfant. Mais qu est ce qu il vaut mieux quand tout (en tout cas à priori) a été fait pour ne pas en arriver à la séparation. Mon enfant à 14 mois et aujourd’hui même j ai pris contact avec une avocate pour le divorce. On a essayé le psy chacun de notre côté et ensemble mais l amour n est plus là ni d un côté ni de l autre et une déception énorme de mon côté sur le papa. Ce papa que je ne pensais pas si ‘absent’. Je crois que la vision que je projetais sur mon mari comme père était tellement loin de la réalité de ce que mon mari en fait est. Je ne sais pas si je suis claire. Je pense que même si je ne cherchais pas un géniteur je voyais en lui un père doux maternant.. Et forcément il ne peut pas être maternant étant père mais du coup désillusion et tensions ont pris place entre nous.
      J espère qu on sera en tout cas assez lucide et intelligents pour faire en sorte que notre enfant puisse se construire sur des bases solides de confiance, d amour et de sécurité..
      Si j avais LA solution.. un temps je me suis dit que tant pis j allais prendre sur moi, vivre comme en collocation afin que ‘bébé’ puisse grandir avec des parents qui vivent sous le même toit.
      Mais malgré tout l amour que j ai je n arrive pas à prendre sur moi..

      Je suis preneuse de conseils bien sûr.

  17. Je suis pleinement concernée par le sujet. Je suis maman pour la 1ère fois depuis 1 an maintenant, et j’ai 37 ans. J’ai longtemps désiré cet enfant, mais ma carrière est passée avant et je n’ai pas laissé beaucoup de place à la belle histoire d’amour. L’horloge biologique me titillait depuis des années et j’ai finalement rencontré la bonne personne. Peu de temps après notre rencontre, je suis tombée enceinte. Mon compagnon avait déjà 2 enfants, ce qui ne m’effrayait pas au départ, au contraire, cela me rassurait dans la paternité à venir. Pendant ma grossesse, perte de libido, et ça a été aggravé après l’accouchement car nos rapports deviennent sporadiques et de plus en plus espacés, ce qui a tendance à agacer lourdement mon compagnon qui voit chez moi un signe manifeste de mon désamour pour lui. Comme bon nombre de mamans, je suis très fusionnelle avec ma fille, et ce bonheur m’emplit tellement que je ne ressens ni l’envie, ni le besoin de contact sexuel. Pour autant, je partage des moments de tendresse avec le papa, d’embrassades, de tête à tête, de promenade main dans la main, de cocooning dans le canapé. Mais dès qu’il essaie d’aller plus loin à chercher le full contact physique, je suis dans la résistance, dans la non réaction. Il ne comprend pas ce comportement, et se sent frustré, ce qui provoque régulièrement des frictions sans compter les contrariétés liées à son ex et la garde alternée de ses 2 1ers enfants. Les exigences toujours plus grandes de monsieur, la présence à mi-temps de ses filles, la présence trop intrusive de l’ex me dépassent et m’exaspèrent souvent. Mais depuis l’arrivée de ma fille, bien des choses me paraissent dérisoires, et moins prioritaires, ce qui semble déranger mon compagnon qui supporte de moins en moins ma distance à son égard.
    Pourtant, nous menons une vie bien remplie, où tout grouille. Mais je sens que cet équilibre est instable et risque de s’effondrer à tout moment.

    • Effectivement, la situation n’est pas simple pour vous… L’arrivée d’un enfant change tout l’équilibre familial et avec les enfants de votre mari, je comprends la difficulté supplémentaire. Le plus important c’est de parler autant que possible pour éviter les incompréhensions et préserver la relation. C’est plus facile à dire qu’à faire, je sais bien ! Vous pouvez essayer de parler avec quelqu’un d’extérieur… ensemble ou juste vous si vous en éprouvez le besoin. Courage en tout cas !

  18. Bah bonjour,
    Je ne sais pas si le forum est encore actif mais voila…

    Moi, Femme, Jeune mère enamourée d’une fillette sucre d’orge, qui fait ses nuits depuis ses 6 mois, souriante, heureuse, facile a vivre, un vrai bébé koala… je suis en train de vivre la destruction lente et passive de mon couple malgré tout mes efforts et propositions pour améliorer les choses ….
    Je ne suis aujourd’hui, et ce, deux ans après la naissance de ma fille, plus une priorité pour mon amoureux…
    Nous sommes pourtant ensemble depuis 2009 et avons vécu 2 années plus que merveilleuse avant l’arrivée de notre fille entre 2013 et 2015 faites de voyages, projets, et de beaucoup d’amour et de tendresse…
    Cette grossesse était voulu, et nous remplissait de joie.

    Et puis fillette arrive et nous nous sommes fait rattrapés par les schémas de construction familiales que la société nous impose insidieusement… lui qui bosse et moi qui pose un congé parentale qui s’éternise…. et l’impression que ce que je fais a la maison n’a pas de valeurs, ni dans sa bouche ni aux yeux des autres…
    Je ne suis jamais a la hauteur, la maison pas assez propre, les habitudes prises avec ma fille en son absence pas les bonnes…( il travaille a l’extérieur 4 ou 5 jours par semaines du mois de mai a octobre, donc seule avec ma fille)….

    Notre fille aura deux ans en septembre et cela fait un an déjà que je tire la sonnette d’alarme, en lui disant que nous sommes en train de nous perdre, de ne plus cultiver notre complicité, amitié, et surtout que nous avons lui comme moi sur-investi notre rôle de parents… au détriment de moments passer seuls en amoureux.
    Je précise que me sont dévolue, et je ne sais pas pourquoi : le bain, les ongles, le tri des vêtements, les papiers, vaccinations, inscription a la crèche … etc…. et bizarrement aussi de plus en plus souvent le reste des tâches quotidiennes, comme si j’étais devenue la garante et bonne gestionnaire du fonctionnement de la maison…..pour autant il se trouve que c’est un papa super lorsqu’il passe du temps avec sa fille…

    Mais est ce que dire cela n’est pas de trop ?
    LORSQU’IL passe du temps avec elle, il est super….. bref.

    Alors certes son coté macho a bien pris le dessus … et c’est pas une partie de plaisir, …
    mais ce qui m’amène ici aujourd’hui c’est qu’en devenant la mère de sa fille j’ai perdue ce coté
    « ouaw ma chérie » …
    Ce n’est pas compliqué en ce moment et ce depuis un an, les autres me nourrissent de leurs attentions… c’est fou !
    Peu importe comment je suis habillée, il ne me voit pas, il me trouve belle lorsqu’il me met la main aux
    fesses !!!
    Mes projets sont beaucoup moins prioritaires que les siens, par exemple, je passe en générale après ses dispos, ses réunions, ses potes, son boulot, bénévolats et je reste gentiment a la maison pour m’occuper de sucre d’orge…
    Je suis DEVENUE une roue du carrosse de cendrillon… et ma fille est dedans… je n’existe plus .
    J’ai proposée des sorties (trop cher !) un week end ( pas le temps !), la faire garder (pas de sous !) ,un stage de CNV (pas utile !) , un thérapeute( de la merde ! ) , un projet de vacances au Portugal ( jamais reparler) , un resto (fatigué !) bref bref….

    Les moments d’amoureux ont disparu, parce que je n’ai plus envie de me retrouver au lit face a un fantôme que je ne voit qu’en coup de vent et avec qui je ne partage rien….
    Et puis doucement mais surement, je me suis rendue compte que si je l’écoutais, nous devions attendre
     » les 18 ans  » de sucre d’orge pour recommencer a vivre…. je ne le connaissais pas angoissé comme ça ….. tout est compliqué … une sortie toute simple peut l’être.
    C’est mon premier enfant, mais je me sent parfois mère et père, car je materne, et
    je raisonne ses angoisses !

    Voilà mon constat après des années ensemble, une envie réel d’enfant et un déséquilibre…….
    lié a de l’injustice … privé de nos indépendances et autonomies respectives….
    Le quotidien nous a grignoté a petits feu, pour laissée la place a SUCRE D’ORGE, que je ne regrette absolument pas, et que j’adore je le précise…

    Je me sent en colère face a ce constat … non, je ne pourrai pas vivre la famille que je m’étais imaginé, sereine et souriante sur des photos de vacances…mon côté Bisounours..
    Bref je tombe de mon nuage et ça fait mal !!!

    Aujourd’hui je suis une maman de 33 ans en deuil de ma relation amoureuse, triste, et désillusionnée qui fait ses cartons et déménage, pour un jour, être de nouveau belle dans les yeux de quelqu’un .
    Envie d’offrir a ma fille une maman heureuse, confiante, et épanouie, qui retrouvera le goût de la vie qui pétille.
    Mais merde qu’est ce que c’est dure !!

    Merci de m’avoir lue.

    • Bonsoir,
      nous lisons encore les commentaires oui. Je suis bien désolée de lire ce qui vous arrive. Je n’ai malheureusement pas de solution, à part celle de parler autant que possible avec votre conjoint. Je sais que vous avez essayé et que c’est difficile mais il n’y a pas d’autre solution à mon avis. Le mieux pour se faire entendre est de dire « je me sens comme ci » et non pas « tu es comme ça ». Dire ce qu’on ressent sans accuser. C’est plus facile à dire qu’à faire, je le sais bien !
      Si vous pouvez, essayez de sortir avec des amies, ou seule pour vous changer les idées. C’est dur aussi d’être tout le temps avec un bébé.
      Je vous souhaite bon courage.

  19. Bonjour..
    Avant de raconter un peu mon histoire je doit avouer que je suis vraiment surpris de voir à quel point l’arrivée d’un enfant dans un couple peu changer ce dernier… Je n’en avait jamais entendu parlé et quand je constate la récurrence de ce phenomene, je suis d’autant plus surpris que lors des cours de préparation le sujet n’a pas été abordé.
    Je suis donc pleinement concerné moi aussi par le sujet, etant papa pour la première foi. Après 8ans de relation, nous décidons avec ma compagne d’avoir un enfant. Chose que elle désirait depuis déjà un moment, mais de mon côté je préférais attendre une situation plus stable (emploi, logement…). Quel bonheur dans ses yeux lors d’un matin en week end en amoureux lorsque je décide de jeter devant elle une à une ses pilules… Quelques mois plus tard, la grossesse commençait et les attentions de ma compagne envers moi disparaissait… Et on fini par disparaître quasi complètement… Plus aucun geste d’amour, aucun compliment, chacun de son côté dans le lit durant des mois… J’essaie de ranimé la flamme entre nous (week end en amoureux restos…) mais rien ne change… Je me dit que peu etre en agissant comme elle je lui manquerai un peu; plus de bisous, de câlins, plus de « je t’aime » , une relation quasi amicale… Là encore rien ne change et j’ai l’impression qu’elle ne le remarque même pas… Nous sommes arrivés presque à un point de cohabitation. Après de nombreuses demandes d’explication (si cela venait de moi par exemple), cela se terminait automatiquement en conflit. Je décide donc de laissé le temps faire en me disant que le bébé resserrera nos lien… Arrive l’accouchement, (qui a duré une demi heure environ) pas un regard de sa part envers moi… Dificile à vivre mais je ne lui en parle pas, pour ne pas débouché sur un conflit…
    3 semaine après la naissance de notre enfant, aucun changement la cohabitation continue… À bout, je craque et je décide de lui en reparlé. Elle me dit que aujourd’hui elle s’en rend comte mais que maintenant elle est comme ca et elle ne sera plus comme avant, et que si cela ne me convient pas, autant se séparer et c’est pour elle la meilleure solution… Avec un regard si froid… Le sol s’effondre encore sous mes pieds. Cette nouvelle personnalité qui a commencée avec la grossesse s’afirme de plus en plus… chaque parole venant d’elle m’anéanti un peu plus. Cette façon de balayé notre couple, nos projets qui se concrétisent enfin avec notre magnifique bébé, une maison en construction… Sous le choc, je ne la reconnaît vraiment plus et je lui que c’est vrai on se sépare immédiatement. Ni une ni deux elle prend ses affaires et s’en va. Je la rappelle pour qu’on se parle, aucun discours possible. Elle me dit alors qu’elle pense qu’elle ne doit plus avoir autant de sentiments pour moi, et que maintenant l’homme de sa vie c’est notre bébé, refuse de dialoguer, et me demande de lui laisser prendre du recul. Mais je vois dans ses yeux, dans ses paroles, que je ne compte plus du tout pour elle. Je lui demande comment est ce qu’on a pu en arrivé là aussi vite, elle me dit que ça vient d’elle mais n’a aucune explication. Cela ne ressemble pas à la personne d’avant la grossesse, jamais je n’aurai pu imaginé cela… Je me sent horriblement abandonné aujourd’hui, sans réponses… La période qui devait être la meilleur de notre vie s’est transformé en déchirure… On se partage le bébé, la moitié du temps chacun. Il me manque des que je ne l’est plus et elle aussi me manque terriblement. Je ne sais plus quoi faire, forcé le dialogue ou la laissé en ayant l’impression qu’elle s’éloigne pour de bon… Je suis perdu.

    • Salut fab
      Je suis bien triste pour toi .
      Et je voulais te dire que les choses ne sont certes pas simples pour le moment … c’était dure pour moi et finalement je commence a m’y faire après 2 mois …
      Alors accroche toi, sois fort et profite de ton bébé d’amour quand tu le vois ….
      La vie change et il y a certaines choses de l’autre que l’on ne peut comprendre parfois même en essayant car il ne les comprend pas lui même ….
      Cultive les petits bonheurs…. qui donne le sourire.
      Prends soin de toi

  20. Bonjour ,
    En temps que nouveau papa depuis 2 semaines je ne reconnait plus du tt ma conjointe, elle non plus d’ailleurs, elle ne me regarde plus ne me parle plus ne veut plus parler ni même expliquer ce qui ne va pas hormis s emporter et prendre la fuite, j ai peur d une séparation et que notre vie de famille et projets soient voués à l échec. J aimerai savoir quoi faire du moins obtenir des conseils si quelqu un pourrait m aider j accepterai volontiers étant complètement perdu et ds une peur totale.

    • Bonsoir, je suis désolée de lire ce qui vous arrive. J’espère que cela va mieux depuis que vous avez écrit ce message.
      La naissance est un vrai bouleversement et on peut mettre du temps à retrouver un équilibre. Pour la femme, ce n’est pas qu’un bouleversement psychologique, c’est hormonal, physique et il faut du temps pour se retrouver.
      Le mieux est de pouvoir parler bien entendu, Je crois que le seul remède est la patience et tenter de retrouver de tout petits moments à deux quand bébé dort. Plus facile à dire qu’à faire… Courage !

  21. Bonsoir
    Notre fille est âgée de 21 mois et elle a tardé à arriver, 7 ans d’attente. A sa naissance, moi la maman j’ai préféré m’occuper d’elle au lieu de la mettre plus souvent à la crèche… et un emploi chronophage et stressant le tout faisait de moi une femme épuisée qui menait sa vie à bout de bras.
    Aujourd’hui mon mari me dit qu’il veut partir car depuis la naissance de bb je l’ai délaissé et son amour pour moi a « fondu ». J’ai tenté un dialogue et compris trop tard mes erreurs et le manque de dialogue de sa part nous a aussi mené là. Je vis à l’etranger sans famille, sans personne sur qui compter avec mon enfant et y suis restée pour mon mari. Aujourd’Hui j’ai peur de rester sans raison et de ne pas réussir à assumer seule le quotidien avec enfant si jeune qui demande bcp d’attention.
    pour mon mari. Aujourd’hui

    • Bonsoir,
      ce n’est pas facile tout ça… Effectivement, la naissance d’un enfant change les priorités et l’équilibre met du temps à se remettre en place. Je ne sais pas exactement ce qui se passe chez vous mais je vous souhaite de pouvoir continuer à communiquer pour retrouver ce qui vous a uni au départ.
      Courage !

  22. Bonjour , je trouve votre réflexion intéressante, moi je suis en couple avec une femme que j aime ! Je suis tomber amoureux d elle dès le premier regard , elle n’était libre !
    J’ai attendu qu’elle le soit , mais elle était enceinte de son ex !
    On s est mis ensemble , ont s’est mis d’accord pour garder cet enfant , je l ai reconnu , j’ai arrêté de bosser pour un prendre soins !
    Elle est repartie travailler et depuis je m en occupe comme la prunelle de mes yeux .
    Je l aime plus que tout .
    Aujourd’hui il marche depuis 2 semaine et de mieux en mieux , je suis fier de lui !
    Mais il ne m écoute plus , je sais plus quoi faire pour qu’il conprenne que c’est mal ! Enfin c’est pas le sujet .
    Ma vie de couple et devenu penible . On se dispute énormément, on est jamais d’accord sur rien !
    Même c’est réponse commence par « non mais  »
    Sexuellement c’est un néant !
    Mon couple ressemble à une colocation
    J aimerais retrouvé celle qui m’a envoûtée avant cette naissance .
    J’ai besoin d aide , de conseils !

    • Bonjour et merci pour votre partage. Je ne suis pas du tout spécialiste de la question, ma seule suggestion serait de voir un thérapeute en couple pour vous exprimer devant un tiers, ce qui permet de mieux gérer l’éventuel conflit. Si vous y arrivez, prenez un moment pour vous deux pour parler sans jugement ou peut-être aussi sans parler de ça mais en passant un bon moment ensemble. C’est important aussi d’avoir du temps à deux pour maintenir le lien du couple.
      Comme je le disais dans mon billet, l’arrivée d’un enfant est un bonheur mais aussi un moment où le couple se redéfinit. Courage !

  23. Pingback: {6.Confronter deux thèses} Retrouver une vie de couple après la naissance d’un enfant | Les Vendredis Intellos

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.