{6.Confronter deux thèses} Retrouver une vie de couple après la naissance d’un enfant

[Une autre façon de contribuer est de choisir deux articles (ou deux livres) aux thèses contradictoires et de les confronter, soit parce qu’on penche plutôt pour une des deux thèses, soit parce qu’on ne sait pas exactement ]

Le couple après la naissance (ou l’adoption) d’un enfant est un sujet qui m’intéresse particulièrement, j’en parlais déjà ici. Le sujet fait de plus en plus parler, on entend maintenant le terme de « baby-clash » mais la façon d’en parler diffère d’un article à l’autre bien entendu. La plupart du temps, il me semble que cela tourne principalement autour de la sexualité, comme dans cet article du magazine Parents « Après bébé, une relation de couple à réinventer », comme la photo l’illustre bien, on y voit un couple au lit, heureux. Pourtant, cela me semble réducteur, je préfère lire, par exemple, les interviews de Bernard Geberowicz, psychiatre et thérapeute familial, auteur avec Colette Baroux de Baby-clash. Le couple à l’épreuve de l’enfant (Albin Michel) sur Elle (« Comment éviter le baby-clash ») et Psychologies magazine (« Devenir parents sans baby-clash »). Pour illustrer ces articles, ce sont des photos de couples avec un enfant. On comprend déjà que l’orientation ne sera pas la même.

Dans le premier, on lit :

Pour redevenir une amante, une nouvelle mère a souvent besoin de temps. (…) Elle s’installe confortablement dans cette relation, sans intention de nuire à son compagnon, sans même penser qu’il puisse en souffrir. (…) A lui revient le rôle de redonner sa place à l’érotisme dans les relations du couple, avec patience, et doigté.

Dans les interviews en revanche, on peut lire :

La baisse de désir est souvent mise au premier plan de la crise de couple, même lorsqu’elle préexistait à l’arrivée de l’enfant. Bien sûr, le changement (de corps, de statut, de place) amène des transformations dans la dynamique du désir et nécessite une redécouverte par les parents. Mais on croit trop souvent que c’est de la femme, trop “pleine” de son bébé pour désirer son mari, que dépend le retour à une sexualité épanouie. Cette lecture à sens unique évite à certains hommes de se poser la question de leur propre désir, mis à mal par une confusion entre leur femme et leur propre mère, par une difficulté inconsciente à mélanger “le sexe et le sacré”, entre trop de respect et trop de crainte. Pour lever petit à petit ces blocages, chacun doit accepter de faire un pas pour aider l’autre à en faire un, sans désigner un seul responsable.

Les conseils donnés sont également très différents. Dans le premier :

Pour s’aimer à satiété, il faut en général du temps. Du temps sans bébé, tranquilles. Du temps entièrement dévolu aux retrouvailles. Le jeune père pourrait donner l’impulsion à ces escapades. Et même les organiser avec soin, pour éviter que la maman angoissée ne puisse se rétracter à la dernière minute.

Le second :

L’arrivée de l’enfant est une période pendant laquelle il est indispensable que les parents repositionnent les frontières de leur intimité et retrouvent des moments de promiscuité. Mais il ne s’agit pas forcément de moments sexuels. Plutôt de moments de complicité, de sensualité, de sensorialité. (…) Il est important de réussir à prendre du bon temps ensemble, et cela ne veut pas forcément dire partir huit jours aux Seychelles, ou aller au restaurant. Il suffit parfois de passer une heure ou deux ensemble, quand le bébé dort, à discuter, à prendre soin l’un de l’autre. Et je soulignerais juste de faire attention aux écrans (télé, ordinateur, téléphone…), qui font « écran », justement, à la relation.

Le premier article me semble très réducteur, voire dangereux parce qu’il oppose l’homme et la femme, alors que tous deux vivent un changement (non ressenti de la même manière certes) et c’est sur cela que la discussion peut se baser.

En ce qui concerne la relation de couple au sens strict, la sexualité est un point très important bien entendu. Mais pour éviter le baby-clash, je pense que cela est plus compliqué, il faut prendre soin de toute la relation : communication, attention à l’autre, à ce qu’il vit, à ce que cette naissance lui fait vivre. Je sais bien que c’est facile à dire mais je crois que la première étape est de se parler, même si ce que l’autre a à dire est dur à entendre et peut-être consulter un thérapeute si la communication ne revient pas facilement.

Oui je suis pour la paix des ménages ;-)

Clem la matriochka

3 réflexions sur “{6.Confronter deux thèses} Retrouver une vie de couple après la naissance d’un enfant

  1. Ah, comme je suis d accord avec vous! Tous ces articles sur comment retrouver une vie sexuelle apres l accouchement….comme si il n y avait que ca qui avait changé avec l arrivée du bébé…

  2. La sexualité et le partage d’intimité sont 2 concepts souvent mélangés et pourtant bien différents.

    Le partage d’intimité dans le couple peut se faire autour de l’enfant aussi: partager ce que cette nouvelle partie de vie que chacun découvre de lui-même, sa part parentale, lui amène de réflexions personnelles profondes, de sentiments, d’émotions. Partager ensemble ce que cela nous fait de découvrir notre conjoint-e devenir parent aussi. J’ai une amie qui m’a récemment partagé sa joie de découvrir son homme devenu père, et de découvrir les nouvelles relations qu’ils construisaient ensemble et qui n’existaient pas avant l’arrivée de leur premier enfant: leur relation parentale et la relation de chacun d’eux à leur bébé. Ca venait enrichir le champ des partages d’intimité entre eux deux.

    De même, côté sexualité on évoque souvent une baisse du désir féminin.
    Mais d’une part, comme le dit un article cité ci-dessus, l’homme-devenu-père pourrait aussi interroger honnêtement sa part de désir personnel et sa part de responsabilité dans le partage sexuel plus ou moins attentif et plus ou moins respectueux qu’il pourrait avoir avec sa compagne, et d’autre part il y a plus de couples qu’on ne le pense dans lesquels c’est l’homme – et non la femme – qui manifeste moins de désir vis à vis de sa compagne devenue mère.

    J’ai eu fréquemment des témoignages de femmes-devenues-mères que j’accompagnais qui se trouvaient surprises de la baisse de désir sexuel de leur conjoint alors que le leur avait même parfois augmenté, même si elles allaitaient leur enfant (contrairement là aussi à une idée reçue). Ces femmes étaient souvent désemparées, se remettaient en question en culpabilisant, ne se sentant pas « normales ». L’une d’elle m’a dit un jour « pourtant d’habitude c’est l’homme qui a le plus de désir dans le couple, surtout après un enfant. Chez nous c’est l’inverse. Qu’est-ce que j’ai fait de pas normal? » Merci les idées reçues socialement véhiculées…

  3. Effectivement l’arrivée d’un bébé est un bouleversement dans le couple et si le père ne s’investit pas à fond dans l’accueil de l’enfant il risque de se sentir exclu – d’autant plus que physiquement les relations sexuelles peuvent être difficiles après l’accouchement…selon les séquelles (épisio par exemple) – plus les nuits bousillées…
    Mais en revanche je n’inclurais pas l’adoption dans cette analyse car même si elle épuise parfois moralement , l’arrivée de l’enfant ne rime pas (toujours) avec l’épuisement physique suivant un accouchement.
    Pour nous ça a été le jour et la nuit – le projet d’adoption se fait à deux et on gère tout à deux alors que la grossesse et l’allaitement sont « supportés physiquement » par la maman même si le papa fait preuve de la meilleure volonté possible.
    Ce sont deux expériences magnifiques mais difficilement comparables, d’autant plus qu’en adoption l’enfant arrive à des âges très divers et à minimum 3 mois.
    Anne maman adoptive et biologique ;-) – en 2001 à 15 mois puis en 2004 .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s