Le masculin l’emporte… mais seulement depuis 400 ans !

« Fé-mi-ni-té » lit mon fils de 7 ans par-dessus mon épaule (alors que je fais une recherche d’article sur le site des Vendredis Intellos ;-) ),

« Ça veut dire quoi féminité ?

– Ça te fait penser à quoi toi ?

– Heu, à féminin

– Et le féminin c’est quoi pour toi ?

– … c’est les garçons ! »

Faites gaffe les mecs, j’ai mon sabre laser !

Bon ok, si on met de côté la confusion, ce que je comprends que mon fils (et il n’est sûrement pas le seul) a retenu, c’est que masculin et féminin sont opposés, contraires et je me dis que c’est un peu dommage que ce soit présenté comme ça.

C’est aussi à mon sens ce qui fait que ma fille (4 ans) répète à qui veut l’entendre qu’elle n’aime pas les trucs de filles, entendez les trucs roses/à pailettes/avec des coeurs qui brillent et que parfois les gens pensent que c’est un garçon. Bon sang, on est en 2015, mais les stéréotypes ont la vie dure !

À ce sujet, une partie du 13h de France Inter de ce vendredi (http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=1063617 à partir de 16’34 environ), était consacré à La Journée Internationale des Droits des Femmes.

Je vous invite à écouter en particulier l’interview très instructive de Marie-Hélène Drivaud, directrice éditoriale aux Éditions Le Robert, à propos des qualificatifs utilisés pour parler des hommes et des femmes : « Notre société est sexiste et misogyne et ça se voit dans le langage », elle ajoute que de nouveaux mots de vocabulaire sont introduits régulièrement mais uniquement pour décrire les femmes…Et le florilège d’exemples qu’elle nous offre n’est pas piqué des hannetons !

Pendant le sujet suivant, j’ai eu la surprise d’apprendre que cette fameuse loi grammaticale du « masculin l’emporte » ne date que du 17ème siècle quand un grammairien décide qu’un homme au milieu d’un million de femmes impose le masculin aux termes qui vont suivre.

Auparavant, l’accord se faisait avec le sujet le plus proche.

Pour Bernard Cerquiglini, linguiste, la règle d’aujourd’hui n’est plus modifiable maintenant et on ne va pas se mettre à compter les hommes et les femmes pour savoir comment accorder. Mais pour lui souplesse et capacité de variation doivent primer : « On peut utiliser de temps en temps (…) un accord qui soit avec le sujet rapproché ».

Chouette ! On peut donc finalement dire « cet homme et ces dames sont prêtes » !
Ne nous privons pas :-).

48138190

Pour conclure ce petit article de réflexion, je voulais dire combien écrire un dimanche (même un 8 mars !) pour une mère de famille est une vraie gageure et je ne peux m’empêcher dans ces moments-là de penser à Virginia Woolf à qui je laisse le mot de la fin :

Il est nécessaire d’avoir cinq cents livres de rente et une chambre dont la porte est pourvue d’une serrure, si l’on veut écrire un oeuvre de fiction ou une oeuvre poétique.

Publicités

3 réflexions sur “Le masculin l’emporte… mais seulement depuis 400 ans !

  1. Pingback: Femmes,mères… Égalités (Mini-Débriefs) | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s