L’Amour du Père

Cette semaine pour ma participation à la gymnastique neuronale des vendredis Intellos, je vais à la demande de Mme Déjantée elle-même revenir sur la lecture du livre « Tuer le père » d’Amélie Nothomb. Sans vous raconter la totalité de l’histoire, mais pour vous situer le thème de la paternité dans cette lecture, je vais vous faire un petit résumé rapide de la situation : Le héros de l’histoire, Joe, 15 ans à peine, est rejetée par sa mère qui se sent incapable de le prendre en charge convenablement conte 1000 $ mensuel. Une fois sorti du domicile maternel, il rencontre un homme qui lui conseille de se rapprocher d’un des plus grand magicien reconnu afin d’en faire son maître et d’apprendre les ficelles de la Magie, un domaine qui le passionne. Pendant la quasi-totalité du roman, le magicien prend le jeune sous son aile et lui apprend toutes les ficelles et rudiments des magiciens. Il accueille Joe sans réserve dans sa maison et s’occupe de lui tel un père pour son fils… Cependant, à la fin, on apprend que Joe a abusé de cette confiance et à profité de la situation pour faire valoir les intérêts de l’homme qui lui a recommandé le magicien. Effectivement, cet homme lui a donné des consignes à suivre (qu’on ne découvre qu’à la fin) et lui a accordé sa confiance. Le jeune Joe a donc considéré cet homme qu’il n’a rencontré qu’un fois comme faisant figure de père ce que le dévoué magicien ne comprend pas… Une histoire un peu compliquée, je vous l’accorde mais qui démontre à quel point la sécurité, le  foyer, la chaleur et l’amour inconditionnel ne font pas tout dans la tête d’un enfant. En effet, ici, le héros, bien que choyé par son  mentor qui lui a donné tout ce qu’on pourrait espérer en terme de stabilité et d’équilibre pour un jeune, a préféré donner son amour de fils à un homme croisé une fois au détour d’un bar juste parce que celui-ci à cru en lui.

« Cet homme m’a choisi. Je suis l’élu d’une arnaque monumentale. S’il m’estime à ce point, c’est qu’il me considère comme son fils. Si je pouvais désigner mon père, ce serait lui : mystérieux, imposant, l’air de savoir précisément où il va. […] Il me sert la main et il part. […] Le lendemain, je te rencontre et te prie d’être mon maître. tu corriges et cela devient professeur. Aussitôt, je sais que, comparé à cet homme, tu ne fais pas le poids. »

Quelle douleur a dû ressentir cet homme qui durant 5 ans a agit et aimé cet enfant comme un fils, lui donnant amour, affection, partageant son talent… Tout ça pour servir un étranger…Et malgré la déception et l’incompréhension, cet homme va continuer de se battre pour cet enfant qui le rejette et ne l’a jamais considéré, car l’amour d’un père est inconditionnel…

 » – Dans cette histoire où je me croyais ton père, je n’étais qu’un pion. Tu t’es abominablement conduit envers moi et tu n’en éprouves aucun remords.

–  Et alors ? […]

– Pour le coup, c’est toi qui n’as rien compris. […] Même si, pour toi, je ne suis rien, moi je te considère toujours comme mon fils. […] Dorénavant mon petit, je ne te lâche plus. Partout où tu sera, j’irai. tu m’apercevras toujours dans ton paysage. ton père belge t’a eu par serment, je t’aurai par la même méthode. »

A la lecture de ce roman, je me dis que l’amour paternel est sans limite et généreux, il est beau ! J’en suis témoin chaque jour qui passe quand je vois mon Ours regarder avec un amour infini mon Petinours. Cet enfant issu de notre amour est sa fierté, sa raison de vivre, de se lever le matin… L’idée que l’amour d’un père est inébranlable me rassure, je me dis que quelques soient les bêtises qui seront celles de notre Mini-nous, mon mari sera toujours présent et aimant pour son enfant. Il ne rejettera pas son fils sous prétexte de difficultés d’éducation ou autres phénomènes difficiles liés à l’adolescence (âge ingrat…).

Pour achever cet article mettant en avant l’ambiguïté des rapports entre un père et son enfant, je  vous mets « LA » citation du roman qui m’a le plus émue et qui est déjà transcrite  sur mon blog :

 » – Et toi, tu le considères comme ton fils ?

– Il y a de ça. J’ai beaucoup d’admiration et d’affection pour lui. Quand je pars, il me manque. Quand je reviens, il m’énerve et il m’exaspère.

– Tu as peur de lui.

– Non. J’ai peur pour lui.

– Alors, il est ton fils. « 

 

J’attends avec impatience vos impressions sur ce rapport de force entre un père et son enfant ainsi que vos témoignages. Et pour celles et ceux qui ont déjà lu ce roman, je suis intéressée pour savoir ce que vous en avez pensé…

@lly02

Crédits Photos : fotocommunity & priceminister.com

 

Publicités

9 réflexions sur “L’Amour du Père

  1. Ce qui est bien avec Amélie Nothomb, c’est que son style d’écriture est fluide et que ça se lit facilement…

    Après, j’ai personnellement un peu de mal avec le personnage, mais bien sûr cela n’engage que moi !

    • Oui, je pense que c’est tout à fait ça… A moins que ce livre ne représente une quelconque signification pour elle…. On ne le sait pas et on ne le saura certainement jamais; d’autant plus qu’elle est souvent le thème photographique de ses romans

  2. je suis une grande fan d’Amelie Nothomb. j’ai adoré le livre, et j’ai beaucoup pensé au Second en le lisant. J’aimerai qu’il me dise comment il voit son rôle de père, ce qu’il ressent pour les enfants … ha je suis curieuse c’est vrai, mais je respecte son jardin secret :)

    • En effet, ce ne doit pas être simple de faire figure de père pour des enfants qui savent pertinemment qu’ils ont un autre père, le vrai… Moi aussi je me pose souvent de telles questions bien que je ne sois pas concernée. Mais je reste convaincu qu’un enfant sais qui est son père en fonction de l’amour et de l’affection, et je suis sûre aussi que parfois il peut y avoir deux papa dans le coeur d’un enfant… Qu’en dis-tu ?

  3. Merci d’avoir accepté de nous en revenir sur ce bouquin pour les VI!! Il y a certain côté d’Amélie Nothomb que j’apprécie mais ces bouquins se lisent beaucoup trop vite à mon goût…!!
    Pour revenir sur celui-ci, et sans l’avoir lu je précise (parce que c’est à toi de me dire si mes remarques peuvent avoir un tant soit peu de pertinence!!!) j’y vois plusieurs réflexions possibles (mais en général avec les romans je suis un peu … comment dire… imaginative..!). On pourrait y voir une métaphore de la naissance et de l’attachement au premier regard comme si ce gars un peu paumé rejeté par sa mère avait vécu une deuxième naissance et s’était attaché au premier homme croisé comme un nouveau né jette son fameux premier regard sur la première personne qui s’occupe de lui…Dans ce cadre, on peut y voir une réflexion sur les crises qui surviennent parfois dans les cas d’adoptions, sur la loyauté que ressentent certains enfants à l’égard d’un parent biologique parfois fantasmé, au détriment des parents adoptifs qui auront toujours contre eux la grisaille du quotidien… Doit-on y voir aussi un affrontement métaphorique entre le père de l’ancien temps, figure d’autorité au point d’en être despotique, au « nouveau père » qui plaçant si haut le respect de son enfant se refuse à en devenir son maître?? Bref, je m’égare…mais donne moi ton avis toi qui l’a lu??!!

    • Tes deux analyses me semblent judicieuses même si j’ai un penchant pour la première. Mais malgré tout je pense qu’A. NOTHOMB pousse volontairement le lecteur vers ses recherches de sens rien qu’avec le choix de son titre, que personnellement je ne saisis que moyennement… Pourquoi « Tuez le père » ??? Allez savoir ce qui se passe dans la tête d’un auteur… (Pour reprendre sa quatrième de couverture (Allez savoir ce qui se passe dans la tête d’un joueur…)

  4. Pingback: La construction de l’image de soi : modèles et autres héros (mini-débrief) « Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.