Ils appellent ça la paternalité active

paternalité positiveJ’ai publié mon post à ce sujet hier soir, quelques minutes avant de recevoir le mail hebdomadaire de suggestions de lectures de Mme Déjantée qui nous le proposait pour aujourd’hui (aaaah les grands esprits! … excusez, je m’égare!).

Je saute donc sur l’occasion pour vous résumer ici le rapport édité par le Centre d’Analyse Stratégique ce mardi 16 Octobre intitulé Désunion et paternité.

J’attire votre attention sur le titre de l’article vs. celui du rapport.

« Paternalité » ou « Paternité »?

Je me mélange un peu les pinceaux. Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d’analyse stratégique, fait référence dans Les Echos à la « paternalité ». Comme un (joli?) mélange entre paternité et parentalité. Une réflexion peut être menée sur le fait d’être « Père » au sens biologique, par la force des choses, et celui d’être parent au masculin. C’est une question purement personnelle qui n’est pas du tout abordée dans le rapport… (141 mots au compteur, je me suis déjà égaré 2 fois… maudit vendredi!…).

Cependant, j’adresse la question : Est-ce la paternalité est le fait d’être père-parent (sous-entendu impliqué) et la paternité le simple fait d’être le père biologique d’un enfant ? … C’est un peu tiré par le cheveux mais c’est ce que je comprends.

Mais de quoi ça parle ce rapport ?

Le rapport traite de l’autorité parentale au sein du couple et très spécifiquement dans les cas de désunion.

Je suis mal placé pour intégrer à ma réflexion cette notion de désunion (et pourvu que ça dure) MAIS, je trouve intéressant de voir les préconisations établies par le rapport et notamment en faveur du père.

Le rapport propose ainsi 4 grandes orientations pour une parentalité mieux équilibrée après une séparation:

1. Favoriser une paternité active

2. Encourager les arrangements souples et personnalisés dans les conventions parentales et les décisions de justice

3. Traiter ensemble les enjeux financiers de la rupture et ceux relatifs à la garde : en favorisant le recours à une “médiation globale”

4. Etudier une “compensation de parentalité” pour les ex-concubins et pacsés qui ont élevé des enfants, en vue d’améliorer la cohérence des droits et des devoirs.

Je me particulièrement intéressé à la première proposition.

Favoriser une paternité active

Le rapport met en valeur les différences notables entre la répartition des tâches domestiques et parentales au sein du couple.

Malgré l’avènement dans les représentations des “nouveaux
pères”, la participation des hommes au soin des
enfants a peu progressé (+ 5 minutes en moyenne entre
1999 et 2010), même au sein des couples bi-actifs. En
France, les mères vivant en couple consacrent 2 heures
par jour au “travail parental” (3 heures en présence d’un
enfant de moins de 3 ans) contre 1 h 10 pour leur conjoint
(1 h 20 en présence d’un enfant de moins de 3 ans).

Rien de révolutionnaire mais on pointe du doigt le fait que la femme garde, bien souvent malgré elle, une place prépondérante dans l’exécution des tâches liées au foyer. L’homme prendrait à sa charge les transports et les loisirs… le pauvre…

Un problème fondamental qu’est celui de la répartition de ces tâches qui, grâce à l’émancipation professionnelle des femmes, ne devrait plus avoir lieu d’être. Ces stéréotypes, au delà de la maternité et ces impacts, nuisent considérablement à l’autonomisation économique des femmes au profit des hommes qui semblent consciemment privilégier leur vie professionnelle.

Ce soucis pointé du doigt, les solutions restent bien maigres… On parle de favoriser l’implication des pères dans leur nouveau rôle mais pas d’inverser la tendance quant à la prise en charge des tâches dites ménagères.

Favoriser un congé parental mieux répartis entre la femme et l’homme permettrait-il de faire prendre conscience à ces messieurs que l’entretien d’un foyer n’a rien de sexué ? J’en doute un peu. En revanche, cette mesure (comme quelques autres énoncées dans le rapport) resserrerait certainement le lien père-enfant.

L’impasse est faite sur la lutte contre les stéréotypes qui, à mes yeux, est une bataille fondamentale dans l’implication des pères dans la vie de famille. On l’évoque néanmoins avec une certaine légèreté :

La lutte contre les stéréotypes de genre qui vise en France principalement les médias, l’éducation/formation et l’entreprise doit davantage cibler la sphère familiale.Des actions de valorisation des hommes en tant que pères ou “pourvoyeurs de soins” (caregivers) pourraient être expérimentées ou mieux diffusées. À titre de symbole, l’implication dans la paternité pourrait être distinguée, sur le fondement d’une modernisation des dispositions honorifiques.

Le rapport ancre un peu plus l’importance à donner aux pères ce qui n’est pas fait pour me déplaire. La route est longue et plus j’y réfélchis, plus je me dis qu’il n’est pas tant question de parentalité mais d’égalité.

Père de famille

3 réflexions sur “Ils appellent ça la paternalité active

  1. Merci beaucoup de ta contribution!! Et merci d’avoir accepté de partager ton billet par ici! Pour répondre à l’interrogation que tu soulèves en intro de ton article, il me semble (mais je peux me tromper) qu’effectivement le néologisme inventé par l’auteur du rapport fait écho au fait que les études distinguent la « parenté » de la « parentalité ». Parenté ou étude du lien filial sans référence à l’éducatif contrairement à la parentalité (ou façon de se vivre parent). Mais effectivement, je doute qu’un néologisme de ce type aurait semblé nécessaire pour distinguer la maternité d’une « maternalité »…

  2. Pingback: Un papa, des papas -mini debriefing- « Les Vendredis Intellos

  3. Pingback: Un papa, des papas -mini debriefing- « Les Vendredis Intellos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.