L’art d’accommoder nos enfants {mini-débrief}

Le titre de ce mini-débrief de la rentrée des Vendredis Intellos, vous vous en serez aperçus, est un plagiat éhonté du livre de Geneviève Delaisi de Parseval et  Suzanne Lallemand: L’art d’accommoder les bébés, dont on a déjà parlé sur les Vendredis Intellos ICI, et ICI, et que la Poule Pondeuse présente LA !

.

Car les deux contributions que je présente aujourd’hui s’intéressent aux vérités d’hier et d’aujourd’hui sur les pratiques éducatives ou de soin des bébés.

Pour moi, c’est d’autant plus intéressant que ces pratiques diffèrent selon les pays, et que dans mon pays à moi, l’Angleterre, s’il y a moyen de faire tout à l’envers, on fait! J’évoquais récemment sur Twitter que par exemple, à la naissance d’un enfant, il est interdit de le baigner (pendant une semaine, je crois?) ou de toucher au cordon. Pour nous, chez qui le nécessaire du soin au cordon est à lui seul un investissement, et où le premier bain est parfois donné par le papa alors même que la maman n’est pas encore en état de se lever, ça peut être surprenant!

 

  •  Phypa nous parle d’ailleurs de l’Angleterre puisqu’elle évoque les langes du Prince George: Un article du monde a attiré son attention sur la compagnie New-Yorkaise qui fabrique le lange que le Royal Baby portait à sa présentation, assaillie de commandes en quelques heures. Or cette compagnie prône l’emmaillotage des bébés, ce qui a poussé Phypa à s’interroger sur cette pratique, naguère universelle, puis complètement abandonnée, et peut-être en train de refaire son apparition aujourd’hui:

Dans mon esprit, c’est une pratique ancienne qui avait surtout pour but de protéger l’enfant, de le suspendre pour le surélever pendant que les parents travaillaient.

Voir les exemples  sur le site de la réunion des musées nationaux.

Cela a longtemps été la norme lorsque l’enfant était allaité et devait être porté nuit et jour par sa nourrice, et a été très décrié dès que la médecine s’est occupée des soins aux nourrissons.

Mais cette pratique,  à condition d’en limiter l’usage à la nuit aurait des vertus calmantes pour les nourrissons, d’après doctissimo

 

Je n’ai pas essayé l’emmaillotage pour mon bébé, mais je comprends bien l’idée d’un cocon rassurant, et je me rappelle que Marie Wolf avait également parlé de la pratique du « packing« , et dit que l’idée d’être serré/tenu, c’est vrai qu’en état de crise ça peut parfois m’aider. La critique qui est faite des prétendues « vertus calmantes » m’interpelle cependant: Ces vertus apaisantes pourraient être le résultat du contact du bébé avec sa mère et non de l’emmaillotage (l’étude sur les souris qu’avait présenté ICI theworkingmum semblait aller dans ce sens?).

.

  • De son côté, rondeaufeminin revient la récente campagne publicitaire « Il n’y a pas de petites claques« . Les punitions corporelles, longtemps considérées comme indispensables, sont aujourd’hui dénoncées. Mais alors comment faire? Dans l’esprit de beaucoup de parents, il semble qu’il n’y ait pas d’alternatives:

Des articles ont pullulé un peu partout sur la blogosphère. Les uns proclamant « qu’une claque n’a jamais tué personne », les autres proclamant « que la moindre fessée est de la maltraitance » en passant par les habituels « il faut bien imposer des limites aux enfants » et autres « à quand la prison pour les punitions corporelles ? »

Les commentaires évoquent l’Education Non violente chère aux Vendredis Intellos, mais aussi les limites qui y sont perçues, puisque certains parents ne sont pas certains d’avoir le sang froid suffisant pour parvenir à la mettre en pratique…  Ou bien que l’ENV ne permette de s’en sortir avec un enfant particulièrement « ingérable » (pour citer les termes utilisés dans les commentaires).  Sur ce thème, je ne résiste pas à citer aussi cet article de Père d’As Education bienveillante, vraiment? pour une autre critique de l’ENV: il me semble que c’est la première que je lis, même si Sandrine S Comm C  avait parlé ICI de la question de l’intérêt des limites éducatives pour l’enfant. En tout cas, l’article m’a fait réfléchir! .

.

Bonne lecture!

Publicités

2 réflexions sur “L’art d’accommoder nos enfants {mini-débrief}

  1. Merci pour tous ces liens ! Je reviens sur l’emmaillotage. Quand j’ai accouché il y a plus de 2 ans, on nous a offert la « couverture miracle » une couverture qui facilite l’emmaillotage. On nous a vanté ses bienfaits sur les coliques du nourrisson etc. On a tenté quelques fois et on n’a jamais réussi, supabb s’énervait, pleurait encore plus fort bref la cata. Et la solution est venu du portage en écharpe ! L’emmaillotage sur le parent ^^ et là notre bébé pouvait rester des heures, lové, un pur bonheur. Je pense donc que l’emmaillotage seul ne peut répondre aux besoins d’un tout petit, il lui faut le contact pour se sentir rassuré aussi.

  2. Merci beaucoup pour ton débrief!! C’est la 2ème année que je sollicite Geneviève Delaisi de venir aux Rencontres des VI… et ce sera encore non cette année :/ Je ne suis que déception! ;)
    Quant à Père D’as, j’ai un peu commencé mon lobbying sur twitter pour l’encourager à venir rejoindre les rangs des neurones du vendredi… ravie que tu t’y mettes toi aussi! :D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s