« Contre les jouets sexistes », deuxième partie : la norme hétérosexuelle

Je continue mon compte-rendu du livre « contre les jouets sexistes » aux éditions l’échappée. 

contre les jouets sexistes

Après une introduction sur l’injonction à un genre et une première partie sur la construction de la féminité et de la virilité, la seconde partie est consacrée à la norme hétérosexuelle. C’est la partie que j’ai trouvé la plus intéressante, parce que je pense qu’auparavant, j’y avais moins réfléchi que sur le reste donc j’ai découvert plus de choses. 

« La norme hétérosexuelle transparait à travers la façon dont les gens réagissent face aux petits garçon s’aventurant à jouer à des jeux « féminins » et à travers la représentation de la famille ».

Le contrôle de l’identité de genre :

Les garçons sont détournés de tout jouet dits féminins alors que les filles peuvent plus facilement s’approprier les jeux ou jouets de garçons. Les insultes de « tapette », « femmelette », « pédé » sont plus souvent utilisées pour dénoncer le non respect des « attributs masculins » que par rapport à la véritable orientation sexuelle de la personne. Elles servent aux personnes qui les utilisent à se rassurer sur leur propre « normalité ».

« Le stéréotype joue un rôle psychologique majeur, puisqu’il permet d’apaiser l’angoisse identitaire de se voir un jour déserter son statut ou de se faire rejeter par son groupe d’appartenance surtout lorsque celui-ci apparait comme le modèle à suivre » (Daniel Borillo) « L’homophobie n’est donc pas une anomalie de la société moderne, mais un de ses piliers » qui sert à réguler l’organisation en genre sexuels préétablis : « elle permet de cloisonner et d’inculquer les comportements sexués nécessaires à la reproduction patriarcale ». Monique Witting écrit ainsi que l’hétérosexualité est un système politique en soi, sont la famille est la pierre angulaire.

Ces derniers temps, je me suis souvent demandé pourquoi la loi sur le mariage pour tous entrainait une telle levée de bouclier, et pourquoi on trouvait des réflexions si violentes et si inquiètes sur les conséquences que cette loi pourrait avoir (j’ai quand même vu un prêtre dire, sur BFM télé, que si cette loi était adoptée, on allait vers la fin de l’humanité) alors qu’elle n’allait concerner directement qu’un petit nombre de personne. Je pense qu’on tient là une des raisons de l’ampleur du mouvement contre le mariage pour tous : la défense (inconsciente ?) des schémas préexistants et l’idée qu’accepter le mariage pour tous et l’adoption par les couples homos remettrait en cause toute l’organisation de la société en supprimant un des moyens essentiels de contrôle de l’identité de genre. 

La masculinité se construit donc par une suite d’interdiction. Pour la féminité, c’est une suite d’obligation. Elles ont plus de libertés pour s’approprier des jouets de garçons car les valeurs masculines sont celles qui dominent dans notre société et sont donc jugées positivement. Cependant, la féminité a également un stigmate pour empêcher la transgressions des limites : celui de la pute.

La représentation du couple et de la famille :

La famille fantasmée composée de deux parents hétérosexuels aux rôles différenciés et hiérarchisés avec deux enfants, un garçon et une fille, est le modèle le plus courant et est présenté comme l’idéal à atteindre. On le voit par exemple avec la représentation des familles dans les boites playmobils : que ce soit  à la préhistoirechez les romainschez les chevaliersau ski, sur un bateauautour du sapin de Noëldevant un camping carsur un autre bateau, on retrouve quasiment toujours ce modèle.

playmobil-prehistoire.jpg

Le père chasse, la mère fait la cuisine, un garçon, une fille, c’est bon, on est dans les stéréotypes dès la préhistoire !

Le rapport entre filles et garçons est rapidement investit par les adultes de la volonté de fabriquer un couple hétérosexuel. Les enfants sont souvent taquinés par leurs aîné-e-s sur le mode « tu as un-e petit-e amoureux-se ? » Lors des rencontres parents/enfants à la PMI où je vais, j’ai entendu plusieurs fois des mamans dire « ah mais non, machin c’est l’amoureux de bidule » ou « X se mariera avec Y » en parlant de bébés de quelques mois, j’ai toujours trouvé ça absurde. 

L’importance du couple n’a toutefois pas la même importance dans l’univers des garçons dont les filles sont souvent absentes et dans l’univers des filles où l’homme est présent, presque toujours sous les traits du prince charmant. Traits qui ne correspondent d’ailleurs pas à l’idéal masculin proposé aux petits garçons (on peut prendre l’exemple du chanteur de Tokyo Hotel qui a (eu?) beaucoup de succès auprès des préadolescentes alors qu’il se maquille, qu’il parle de ses émotions, chante des chansons d’amour… ce qui ne correspond pas aux critères de virilité proposés aux petits garçons). Le couple et la recherche d’un partenaire deviennent constitutifs de l’identité féminine.

Ce qui explique qu’une fois adultes, ce sont les femmes qui sont le plus souvent chargées de faire durer les relations de couple. Il n’y a qu’à regarder les magazines : dans la quasi totalité des magazines féminins, une part très importante est consacrée au couple et aux efforts à faire pour le faire durer, je doute que l’on retrouve cela dans les magazines masculins.

« Les enfants n’ont pas accès, dans les jouets ou leur environnement, à une représentation diverse (…) des relations amoureuses : la quasi totalité des dessins animés finit par l’idée « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants (…). Le couple hétérosexuel est toujours le seul modèle proposé et valorisé. »

Ca me rappelle une conversation avec un ami homo il y a quelques temps. Son homosexualité a été tout a fait acceptée par sa famille, à l’adolescence. Mais pendant son enfance, que ce soit dans les jouets, les livres, les dessins animés, son entourage, les discours de sa famille, on ne lui « proposait » qu’un futur avec « une chérie », « une femme », des enfants. Et il en a souffert. Il se sentait anormal, a même traversé une période où il voulait être une fille, parce que elles, elles étaient « autorisées » à aimer des garçons. Il me racontait que quand il avait 10 ans, il a vu un reportage sur la gay pride à la télé, et que ça a été un soulagement immense, parce qu’il a pris conscience qu’il y avait d’autres hommes qui aimaient les hommes. Je pense donc qu’il est important de laisser aux enfants une « porte de sortie » vers d’autres situations que la famille hétérosexuelle traditionnelle (j’ai pris l’exemple de l’homosexualité, mais on peut aussi parler du fait de rester célibataire, d’avoir une famille recomposée, d’adopter des enfants, d’avoir une famille très nombreuse etc etc). Cela peut passer par des jouets qui proposent des modèles différents, ou par l’utilisation différente des jouets (pour reprendre l’exemple des playmobil, on peut facilement s’éloigner du propos porté par les boites). Cela peut passer par des livres pour enfants aussi. Par exemple  la collection « les petites familles », à l’école des Loisirs, présente aux tout-petits de nombreux livres avec des familles « atypiques » dont la famille homoparentale avec le titre  Jean a deux mamans. (Pour découvrir d’autres livres pour enfants sur l’homosexualité et l’homoparentalité, allez voir cet article de la mare aux mots !). Cela peut passer par le discours des parents ou l’entourage de l’enfant. Ce même ami m’a d’ailleurs dit qu’il était heureux que ses neveux et nièces puissent voir l’homosexualité comme quelque chose de naturel et d’habituel, et je suis contente qu’il fasse partie de l’entourage de mon fils pour ces raisons (entre autres).

 

Le sexisme et l’homophobie sont donc étroitement liés. La semaine prochaine, j’arrête avec ces constats un peu déprimants et énervants pour mettre en avant les alternatives et les luttes possibles contre le sexisme dans les jouets !

Advertisements

18 réflexions sur “« Contre les jouets sexistes », deuxième partie : la norme hétérosexuelle

  1. Bonjour Lilaetlemagicien,

    juste une réaction concernant le livre « jean a deux mamans ». je l’ai acheté pour mon loulou, sans le feuilleté avant et sur les recommandations de la libraire. Et bien, un truc m’a saisi:
    la répartition des rôles dans le couple des deux mamans Loups.
    Les deux mamans loup soient en robe ( la solution choisi par l’auteur pour séxuer ce couple de loup et en faire un couple lesbien)
    l’une des deux mamans porte une robe bleue et un tablier et il se trouve que c’est celle qui a porté le bébé dans son ventre, qui fait la cuisine, et qui console en premier le petit loup. La deuxième maman loup porte une robe rouge, fait les travaux, emmène Jean pécher, joue avec lui aux cowboys et aux indiens et celle elle qui « arrive à grand pas », pour rejoindre la maman au tablier et le petit loup pour un gros câlin… bref des rôles hétérosexuels posé sur un concept d’homoparentalité…

    l’intention de ce livre était bonne, mais pour moi elle enfonce le clou de la norme hétérosexuelle, en distribuant des rôles de cette manière….Mettez un pantalon à la maman en robe rouge donnez lui une pipe et hop vous êtes dans livre lambda bourré de stéréotypes…
    du coup j’ai été très déçue…
    afterjune

  2. « XY : de l’identité masculine » d’Elisabeth Badinter, explique aussi que l’homme construit son identité en opposition à la féminité.

    La publicité à laquelle les enfants sont très sensibles participe énormément à des constructions d’identité très stéréotypées.
    Sans doute l’entourage se préoccupe -t-il trop et trop tôt des relations sociales de l’enfant.

    J’avoue qu’à la maison nous luttons beaucoup contre les préjugés ramenés de l’école et de la fréquentations des pairs .

  3. Pingback: "Contre les jouets sexistes", deuxi&e...

  4. Très intéressant ! Je n’avais jamais pensé à l’aspect des normes hétérosexuels représentée par les jouets. J’imagine effectivement comme ça peut être perturbant pour un enfant qui n’arrive pas à se projeter dans les jouets qui l’entourent.
    Je me rends compte que je suis bien conditionnée, en réfléchissant à certaines de mes réactions à des « associations bizarres de personnage » de mon aînée. Alors que les réactions homophobes des dernières semaines m’avaient franchement surprises par leur violence. Glups… Mea culpa, je vais faire attention, dorénavant !

  5. Merci beaucoup de ta contribution!!! Le chemin est encore bien long avant de pouvoir élever nos enfants dans le respect et l’ouverture à la différence mais ces prises de conscience sont un premier pas nécessaire!

  6. Pingback: Parentalité et normes #Mini débriefing | Les Vendredis Intellos

  7. Pingback: Contre les jouets sexistes , deuxième partie : la norme hétérosexuelle | MAXI-JOUET.COM

  8. Le « mariage pour tous » impose de fait l’égalité des sexes. En effet, si l’homme pourrait encore ne pas être égal à la femme dans un mariage « traditionnel », un homme ne peut par contre pas être inégal à un autre homme ; idem entre femmes.
    De là découle d’autres lois comme le droit aux couples homos d’adopter.

    Est-ce que ce ne serait pas le principe de l’égalité des sexes qui poserait un problème aux opposants au mariage pour tous ? Je rejoins l’auteur qui relie sexisme et homophobie.
    La France, un pays macho ?

  9. Pingback: Entraînes-toi (tôt) petite fille, tu seras mère | Madame Sioux

  10. Pingback: Retour sur…. le sexisme dans la littérature jeunesse [Guest] | Les Vendredis Intellos

  11. Pingback: Un an déjà ! Résultats du concours | Fille d'album

  12. Pingback: Une éducation anti-sexiste, pourquoi ? Comment ? [dossier thématique] | Les Vendredis Intellos

  13. Pingback: “Contre les jouets sexistes”, la norme hétérosexuelle | La Licorne et ses bouquins

  14. Pingback: Contre les jouets sexistes, troisième partie : alternatives et luttes | Les Vendredis Intellos

  15. Pingback: Orientation scolaire et lutte contre le sexisme | Les Vendredis Intellos

  16. Pingback: Les représentations véhiculées par les jouets – Maternités féministes

  17. Pingback: Entraînes-toi (tôt) petite fille, tu seras mère – Madame Sioux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s