La joie des retrouvailles en famille

Avant d’avoir mes filles, quand j’étais alors jeune adulte, je me souviens des fêtes de Noël comme d’un passage obligé, une rengaine, qui ressemblait plus à une formalité prescrite par la société : « Sois heureux ce jour-là !» plutôt qu’à une vraie joie spontanée. Et effectivement, ces retrouvailles n’étaient pas toujours un pur moment de bonheur pour moi (j’espère qu’aucun membre de ma famille ne lit ce billet …).

Le baby-blues des sages-femmes

Nouvelle lectrice de Causette, je découvre de bons articles de fond, engagés, féministes mais pas enragés. Bref, ça change ! J’avais envie de vous faire partager un excellent article sur les sages-femmes et leur colère.

Les sages-femmes s’occupent de tout ce qui tourne autour de la naissance : suivi de grossesse, cours de préparation à l’accouchement, accouchements, suivi post-natal, rééducations … Elles font tout, mais pourtant elles sont sous-payées, en sous effectif permanent, et considérées comme des « sous-médecins ».

Etre bien à l’école

L’objectif premier de l’année de petite section, c’est d’être bien à l’école, d’y aller avec plaisir et d’y prendre du plaisir. C’est à cette condition qu’on peut s’investir dans les activités et les relations aux autres, et donc acquérir des compétences. C’est un objectif de fin d’année scolaire, c’est-à-dire qu’on tend vers cet état d’esprit, on le vise, ce n’est pas un acquis dès le début. Donc, oui, les petits pleurent souvent le matin, et c’est vrai que c’est un dur travail d’équilibriste que de trouver l’alchimie parfaite entre « J’entends bien que tu es triste » et « mais je te laisse parce que c’est bon pour toi (et pour moi) ».

Mes filles seront-elles féministes ?

Je crois que j’ai envie de transmettre à mes filles, que peu importe qu’on soit identiques ou non, on doit avoir les mêmes droits. Le droit de choisir son métier, ses passions, même si ces choix ne correspondent pas aux stéréotypes ambiants. Le droit d’être très féminine, ou un peu, ou pas du tout. Le droit de disposer de son corps, de refuser que quelqu’un d’autre en dispose malgré soi. Le droit de se défendre, l’obligation de ne jamais se laisser faire, au travail, chez soi. Le droit de choisir son orientation sexuelle, d’être mère ou pas. Le droit d’être une femme libre.