Garde alternée : Conseils pratiques

Lâcher prise

Il n’est bien heureusement pas rare, même si le reste est chaotique, de pouvoir s’entendre sur les grandes lignes éducatives, et de les réajuster au court du temps.

Cela signifie un dialogue et une communication où chacun s’implique positivement : cela se fait parfois directement, parfois dans le cadre d’une médiation familiale. Mais la récompense, c’est de garder face à soi quelqu’un avec qui partager la responsabilité éducative, et de trouver chacun un peu de liberté au lieu de s’emprisonner mutuellement dans les injonctions et les mises en demeure. – Divorcer sans se détruire, Yves Le Corre

S’il ne doit y avoir qu’un conseil c’est celui là : lâcher prise et  être capable de se déconnecter une semaine sur deux et accepter qu’on a pas vraiment notre mot à dire sur ce qu’il se passe en détail chez l’autre parent.

Ils ne mangeront pas comme chez nous, ne se coucheront pas à la même heure, ne feront pas leurs devoirs pareil, etc.
Et c’est constructeur pour eux.

Connaitre la maison de l’autre parent, savoir où son enfant mange, dort, ça rassure, ça permet de faire plus confiance.

Calendrier et prises de contact

Avant notre séparation leur père partait en déplacement professionnel entre 2 et 3 mois par an, parfois plusieurs semaines à la suite. Nous nous étions rendus compte que l’Ainé supportait très mal les appels téléphoniques ou les webcam en son absence. Il appréciait parler de lui avec moi, mais l’exaltation de son contact téléphonique de quelques minutes laissait place à une grande mélancolie de plusieurs heures ou plusieurs jours.

Nous avons donc décidé de ne pas interférer dans la semaine de l’autre parent. Les enfants petits peuvent demander à nous joindre mais nous, nous ne faisons en général pas la démarche de les appeler.

Chez moi j’ai un calendrier où sont marquées les semaines Papa et les semaines Maman, on y déplace une épingle à linge chaque jour. Ce repère visuel peut être rassurant et important chez les plus petits.

Changement de parent le vendredi matin à 8h30

La perspective de récupérer le dimanche soir à je ne sais quelle heure des enfants épuisés d’une semaine chez leur père, demandeurs de temps de qualité pour rattraper la semaine sans moi, pleurant peut-être en passant des bras d’un parent à l’autre, me donnait des sueurs froides.

En parallèle nous voulions avoir l’un et l’autre du temps libre et refaire nos vies, et partir en long week-end faisait partie de nos besoins respectifs.

Nous avons donc opté pour un changement de garde le vendredi à 8h30 (heure de l’école) : Parent 1 dépose les enfants à l’école/la crèche et devient childfree jusqu’au vendredi matin suivant ; Parent 2 récupère les enfants le vendredi à 16h30 à l’école (ou avant s’il y a eu un problème, il est d’astreinte) et les enfants ont tout le week-end pour profiter de Parent 2 avant de retourner à l’école le lundi.

Lors des vacances scolaires on s’arrange sur un horaire, et pour les grandes vacances on s’arrange d’une année à l’autre suivant nos besoins (une année par tranche de 2 semaines, une autre 1+1+3+3, etc.).
Si nous ne trouvons pas d’accord amiable nous devrions appliquer la décision du juge indiqué dans notre contrat de divorce, mais cela ne s’est heureusement jamais présenté.

Coût financier non négligeable – Les biens communs

Une garde alternée ça coûte cher, aux deux parents, parce qu’un grand nombre de choses indispensables dans chaque maison vont devoir être achetées : lit, habits (vélo, jeux…)

Certaines choses peuvent/doivent être mutualisées comme le cartable, les chaussures, les manteaux.

Reste la délicate question des habits le vendredi : ils arrivent chez Parent 2 avec des habits de la maison de Parent 1. Si les transferts d’habits entre maison ne posent pas de problème, aucune précaution à prendre. Si chaque habit doit retrouver sa maison d’origine, il faut soit connaitre ses habits par coeur, ou les marquer (arrggg) ou bien être astucieux : Parent 2 lave le vendredi soir les habits de Parent 1 (surtout sans les mélanger avec d’autres habits d’enfants de sa propre maison) et les met de côté jusqu’au matin du vendredi suivant où les enfants partirons de chez Parent 2 avec les habits de Parent 1.

En ce qui concerne les gants, bonnets et casquettes, à force d’en acheter et de les voir disparaître chaque semaine chez leur père pour ne jamais les revoir, j’ai préféré qu’ils partent sans le vendredi matin…

Charge mentale

Sur les choses du quotidien j’ai trouvé plus reposant d’assurer seule la charge mentale de mes enfants la semaine où je les ai, en sachant que c’était normal de gérer seule.
Parce qu’au final lorsque nous étions ensemble leur père « m’aidait » et la frustration générée de devoir penser à tout seule alors que nous étions deux était nerveusement très épuisante.

Sur les choses plus générales comme le coupage des ongles, le coiffeur, le médecin, et bien, il y aura probablement des discussions ;)

Pour les dossiers d’inscription aux écoles, ayant deux enfants nous en faisons en général un par parent chaque année.

Carpediem

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.