Les petites bulles de l’attention : plop plop plop… [Bibli des VI]

Vous le savez, nous aux Vendredis Intellos, les histoires de neurones, on aime (c’est complètement fascinant). Quand j’ai découvert ce petit livre qui raconte la vie (et l’œuvre) de certains neurones aux enfants (et aux adultes – grands enfants que nous sommes !) j’ai évidemment voulu en savoir un peu plus… Alors les neurones, oui, mais pour quoi faire ?

« Il n’écoute jamais rien !! » Entendu des milliers milliards de fois, à l’école, à la maison, au square etc

« On attend un peu plus de concentration au second semestre » Un bulletin classique.

« Oh non ! Encore une assiette cassée ! Concentre-toi un peu sur ce que tu fais ! » Vie quotidienne, T. 8 ans met la table.

« J’ai trop de boulot mais impossible de me concentrer plus de 3 minutes dessus… » Pensée fugace sortie tout droit de mon cerveau.

« J’ai beaucoup de mal à me concentrer sur mes cours, c’est juste un gros tourbillon dans mon cerveau et tout semble emmêlé tellement il y a de données. Ce manque de concentration me dessert aussi dans des discussions de tous les jours, je décroche assez vite si les phrases ou le « discours » est trop lent » Quelqu’un qui cherche à trouver des solutions à son manque de concentration !

Je crois qu’on a déjà tous vu ou entendu ce genre de remarques. Quand il s’agit de nos enfants on se dit « ouille ! Il va falloir redresser la barre ! ». Quand la réflexion porte sur nos habitudes de travail, on se dit qu’on devrait peut-être songer à la reconversion… Et puis on s’intéresse à la question de l’attention et de la concentration. On se demande comment il est possible que parfois son enfant soit tellement concentré sur un jeu, un travail, un dessin minutieux (avec une telle qualité de concentration), comment il est possible qu’il soit capable de tout à fait l’inverse à d’autres moments dans une seule et même journée (voire moins). On se demande comment le cerveau s’y prend pour entrer dans un tel état de concentration alors que parfois nous sommes envahis par une multitude de stimuli, aussi bien externes (les multiples notifications, incessantes, la mouche qui passe, une odeur suspecte…)  qu’internes (rappelez-vous, le scandale de la charge mentale, par exemple ! ). On sent bien que souvent quelque chose nous lâche, on l’observe aussi fréquemment chez nos enfants, on doit parfois faire beaucoup d’efforts pour rester focalisé sur une tâche, une activité, la lecture de cette chronique…

Bref, ça se passe comment là-haut ? Et est ce qu’il existe un moyen d’action, un levier, qui me permettrait non seulement d’arriver moi, à me concentrer mieux et plus efficacement et accessoirement, est ce que je peux faire découvrir tout cela à mes enfants ? Alors il existe des tas de livres très « avancés » pour nous expliquer le fonctionnement de notre cerveau et les mécanismes de l’attention. Mais si cela nous permet à nous d’y voir un peu plus clair, comment transmettre ces connaissances à ses enfants ? Comment les sensibiliser à cette machine fantastique qu’est le cerveau sans les noyer d’informations pas toujours compréhensibles pour eux, au risque de les dégouter ? (il existe en effet de belles émissions de radio pour ça mais chez moi ça a un effet plus soporifique sur les enfants que culturel !).

« Les petites bulles de l’attention » de Jean-Philippe Lachaux – directeur de recherche en neurosciences cognitives au sein de l’unité Inserm « Dynamique Cérébrale et Cognition » à Lyon – répondent à ces questions : ce livre s’adresse directement aux enfants (5-15 ans nous dit l’auteur) en se mettant à leur portée avec des mots, des images (en particulier la première partie du livre sous forme de BD), des métaphores que je trouve particulièrement adaptées à la génération d’aujourd’hui (et c’est là que je suis assez stupéfaite de la qualité de vulgarisation : l’auteur  arrive à se mettre à la portée des enfants aussi bien petits que plus grands, en faisant judicieusement référence aux outils numériques qu’ils connaissent bien – télévision, réseaux sociaux, smartphones, jeux vidéos etc – ou encore en faisant appel à leur imagination). Cela dit, bien que ce livre soit, dans la forme et le fond, dédié en priorité à nos jeunes, il permet aussi aux parents (enseignants, éducateurs ou même curieux !) qui ne sont pas familiers avec ces notions d’en savoir un peu plus sur les mécanismes de l’attention, ce qui l’entrave, ce qui l’aide, ce qui la perturbe, et de trouver une porte d’entrée à un dialogue sur ce sujet avec les plus jeunes. J’irai même plus loin en disant qu’il nous permet, à nous, adultes, de mieux comprendre certains comportements et réactions de nos enfants et de répondre de manière alors plus adaptée et efficace (et éviter ainsi la colère et le conflit !). L’idée étant de les guider vers une meilleure maîtrise de leur attention.

La première partie du livre, sous forme de BD, est un « Guide illustré du cerveau attentif (et distrait) ». Ce format est particulièrement attirant pour les jeunes (et attention, gros débat en perspective sur ce à quoi nous font penser les dessins du cerveau et des neurones ! Un éléphant ? Une trompette ? Une casquette ?).
Une seconde partie intitulée  « Pour en savoir plus… Vous reprendrez bien un peu de neurosciences ? » détaille et approfondit un peu plus les notions présentées dans la BD.
Enfin, la dernière partie « A chaque problème sa solution » permet de faire le lien entre ce qui a été vu auparavant et des exemples concrets et propose des pistes pour maîtriser son attention.

DSC05685

Travail d’équipe ou mode marionnette ? Des métaphores avec la réalité qui nous parlent à tous !

Rester concentré, c’est rester connecté  p.57

Je ne vais pas dévoiler ici toutes les notions abordées dans le livre, mais un passage m’a particulièrement interpellé : quand on parle d’attention, on pense à l’école. Être attentif à l’école pour avoir de bonnes notes, une bonne appréciation à la fin de l’année sur le carnet d’évaluation. Savoir écouter le maître ou la maîtresse quand il ou elle énonce des règles, arriver à résoudre son exercice dans le temps imparti en prenant garde à ne pas laisser ses pensées s’égarer… Mais être attentif, ce n’est pas être attentif seulement dans le cadre scolaire :

Il y a dans ton cerveau une porte que tu peux ouvrir ou fermer. Derrière cette porte se trouvent les parties de ton cerveau les plus intelligentes, celles qui servent à comprendre et à apprendre, mais aussi à bien agir et à bien réagir à ce qui se passe autour de toi. Quand tu ne fais pas attention à quelqu’un, ce qu’il dit ou fait rebondit sur ton cerveau sans te faire réagir, comme si ton cerveau était fermé. Comment te sens tu quand on ne fait pas attention à toi ? Invisible ? Ignoré ? Comme si tu n’étais pas là ?

Au contraire, quand les attentions de deux personnes se rencontrent, elles sont connectées l’une à l’autre : (…) elles sont vraiment ensemble. Quand tu fais attention à quelque chose ou à quelqu’un, tu lui ouvres les portes de ton cerveau et tu lui accordes toute ton énergie.

Cette énergie, c’est ta principale richesse, (…).  p51

Je trouve qu’il y a là un beau message à transmettre : l’attention et la concentration ne sont pas utiles que pour l’école ou pour un avenir professionnel incertain. Cette attention est aussi une richesse au quotidien, qu’elle soit accordée à ses copain.e.s, à ses parents ou à l’environnement extérieur : c’est aussi s’ouvrir sur le monde et y être sensible. C’est pouvoir combler cette envie d’apprendre, entretenir la curiosité et sa motivation intrinsèque. Des qualités qui se perdent peut être un peu actuellement et qu’il est bon de favoriser naturellement au quotidien.

Bien sûr on nous explique aussi qu’être scotché devant un écran n’a rien à voir avec cette attention qui, quelque part, demande parfois un effort pour rester focalisée sur son objectif.

Alors j’ai lu le livre (évidemment !) mais comme j’ai chez moi quelques spécimens (à divers degrés) d’homo enfantus déconcentratus j’ai voulu tester l’efficacité du livre sur l’un d’entre eux (le plus volontaire, au départ) : le 10 ans.
Il a lu le livre en 2 soirées, ce que j’ai trouvé assez surprenant. Extrait de conversation :
– Alors tu l’as trouvé comment ?
(petite perle de sueur sur mon front)
– GÉ-NIAL
– Oh ? Tu as appris des choses ?
– Oui, plein
– Quoi par exemple ?
– Ben que quand on veut réussir à faire quelque chose, à atteindre un objectif, il faut décomposer en plusieurs petites actions simples à faire et en faire qu’une seule à la fois.
Objectif 1 atteint ! Et que finalement, le 8 ans, peu voire pas intéressé du tout au départ, s’est mis à lire par-dessus l’épaule de son frère parce que quand même, il avait l’air pas si mal ce livre… objectif 2 également atteint !

Faire plusieurs choses compliquées à la fois, c’est comme essayer de préparer deux gâteaux différents en même temps : on a l’impression d’aller plus vite, mais c’est plus fatigant et pas forcément plus facile . p. 79

Et j’ai même envie de rajouter : « ni forcément plus efficace » ! (là je sens que certains d’entre vous réalisent qu’ils font souvent deux gâteaux à la fois…).

DSC05686.jpg

L’éducation à l’attention : une histoire de temps…

Plus que jamais, dans un monde aux multiples distractions (et où on nous propose parfois même des « boutons » pour avoir l’impression de contrôler quelque chose…) léducation de et à l’attention est un moyen pour réussir à naviguer au milieu d’un flot (flux ?) de données incessants sans trop s’y perdre (surtout quand il existe des spécialistes pour attirer notre attention…). Pari réussi pour ce petit livre ! Qui ouvre autant la discussion avec ses enfants qu’il interroge sur notre propre façon de gérer notre attention… Alors, vous êtes restés concentrés jusqu’au bout ?

 

Beaucoup de chouettes choses à découvrir dans ce livre qui raviront aussi bien les grands que les petits… et à découvrir dès à présent dans la bibliothèque volante des VI ! (et hop : pour les plus intéressé.e.s par ce sujet je vous conseille également, du même auteur « le cerveau funambule » qui est une vraie mine d’informations sur le fonctionnement du cerveau et de l’attention – et tout à fait accessible).

Publicités

5 réflexions sur “Les petites bulles de l’attention : plop plop plop… [Bibli des VI]

  1. Excellente chronique ! Merci !
    J’avoue avoir quant à moi eu un peu de mal à tout capter du livre. Je crois que ce sont les couleurs des dessins qui me rebutent, et une difficulté à percevoir le fil conducteur. Mais je n’avais peut-être pas assez de neurones disponibles quand je m’y suis plongée .
    Le livre traîne ostensiblement sur la table du séjour, et mes ados ont l’air d’y jeter un œil de temps en temps , donc un objectif atteint aussi :-)

  2. On m’a offert ce livre à Noël, j’ai beaucoup apprécié le contenu. J’ai appris plein de choses mais je n’ai réussi encore à progresser.
    Je suis du style très très distraite :-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s