Les lois naturelles de l’enfant (BIBLI DES VI)

Lorsqu’on m’a proposé de rejoindre l’équipe des VI, j’ai été terriblement touchée et disons-le… flattée ! J’aime énormément l’esprit de cette association ! Très vite, il m’a été proposé de chroniquer « Les lois naturelles de l’enfant » de Céline Alvarez, c’est sûrement mon statut de jeune (dans le métier) prof qui leur a fait penser à moi pour cette chronique ! Eh bien, j’en suis ravie, j’avais très envie de découvrir ce livre dont tant de monde parle…

Céline Alvarez, vous en avez évidemment entendu parler, IMG_4810.jpgc’est cette jeune femme qui a passé le CRPE en candidate libre il y a quelques années avec l’envie de faire collaborer l’école et la recherche. Avant ça, elle avait travaillé dans une école privée Montessori et s’était très vite passionnée pour cette pédagogie. Après la réussite de son concours et après avoir enseigné à Neuilly, son projet a donc été d’utiliser la pédagogie de Maria Montessori dans une classe de maternelle d’un quartier défavorisé classé ZEP et Plan violence à Gennevilliers, de septembre 2011 à juin 2014. Suite à cette expérience, Céline Alvarez a pris la décision de démissionner de l’éducation nationale. Elle tient aujourd’hui le site Les lois naturelles de l’enfant et propose des conférences sur ce sujet.

Mais de quoi parle-t-elle dans son livre et quel public vise-t-elle ?

 

L’apprentissage humain

Comme son nom l’indique, le livre de Céline Alvarez nous questionne sur les mécanismes naturels de l’apprentissage humain. Céline Alvarez dénonce le fait que les belles valeurs théoriques de notre système éducatif (liberté, égalité, fraternité) sont niées par l’école : comment comprendre la notion de liberté alors que l’école ne laisse pas à l’enfant sa liberté ? Comment croire en l’égalité alors que le système est inégalitaire ? Et la fraternité est-elle possible lorsqu’on sépare les enfants en groupes d’âge ? En effet, la comparaison et la compétition perdent leur sens lorsque les enfants ont des âges différents. Ces questions me touchent beaucoup. Je suis terriblement attachée à l’école publique et à ses valeurs. Mais propage-t-elle toujours ces valeurs originelles ?

« Nous avons tout fait pour que les enfants puissent réellement être connectés, rire, échanger, s’exprimer, s’entraider, travailler et vivre ensemble. Cette « reliance sociale » fut un véritable catalyseur d’épanouissement et d’apprentissage » (p.18). Lire les propos de Céline Alvarez lorsqu’on est enseignant fait tout d’abord réfléchir : comment ça se passe dans ma classe ? Y-a-t-il assez de « reliance sociale » comme elle l’appelle ? Ses propos motivent à aller de l’avant. Elle le dit « une grande exigence envers l’enfant implique donc avant tout une grande exigence envers soi-même » (p. 48). Alors oui, ça demande de s’interroger, de se remettre en question, de ne pas reproduire ce que nous même enseignants avons connu lorsque nous étions élèves (et ça, c’est pas si simple…), et de créer un cadre propice aux apprentissages.

Quelques pistes :

  • Le mélange des âges ! Ah oui, Céline Alvarez en parle beaucoup et je la rejoins complètement sur ce sujet, les enfants ont besoin d’être entourés d’enfants d’âge différents.
  • L’encouragement des échanges positifs entre les enfants.
  • Les limites : évidemment il est essentiel que l’enfant sente un cadre structurant et sécurisant.

En mettant en place (est-ce si compliqué ?) ces quelques idées, la reliance sociale a immédiatement plus de chance d’être présente au sein de notre classe.

 

# L’apprentissage de la lecture :

Ce qui peut surprendre à la lecture de ce livre c’est de voir que de nombreux enfants de maternelle qui sont passés dans sa classe à Gennevilliers savent lire très tôt. Mais pourquoi ?…

La lecture… Un symbole très fort en France. « Nous savons que le niveau de langage oral à 3 ans prédit les capacités de lecture à 5 ans et la compréhension de textes à 8 ans. » (p. 41) C’est donc à nous, enseignants, d’utiliser toujours un langage soutenu avec nos élèves, si petits soient-ils et plus encore s’ils viennent de milieux défavorisés. En tant qu’enseignante, Céline Alvarez ne semble pas « pousser » ses élèves vers des performances inadaptées aux petits de maternelle… Mais pourtant l’idée la plus répandue est que les enfants lisent vers 6 ans, au CP, alors que les élèves de Céline Alvarez sont nombreux à lire vers 4 ou 5 ans, en maternelle. Mais dis donc, on dirait bien que la pédagogie Montessori qui est à la base du travail de Céline Alvarez fonctionne pas mal, non ;-) Même si, on est bien d’accord, savoir lire précocement n’est pas une fin en soi, cet apprentissage précoce de la lecture je le vois plutôt comme un symbole.

IMG_4817.jpg

Un mini lecteur déchiffre « Calinour va à l’école » d’Alain Broutin

# Le niveau de langue :

Ce que Céline Alvarez met en place quant à l’utilisation d’un vocabulaire précis et adapté est tout simplement fascinant. Avec son ATSEM, elles n’utilisent plus le « on », elles font attention à ne pas faire d’élision, elles préfèrent les réponses longues et précises aux réponses données à la va vite. « Les chercheurs se sont aperçus que les enfants issus de milieux favorisés avaient entendu, à l’âge de 4 ans, quelque trente millions de mots de plus que les enfants de milieux défavorisés. L’intelligence de ces derniers n’avait tout simplement pas été nourrie au moment précis où elle se développait » (p. 40). Cet intérêt pour le niveau de langue dans sa classe est évidemment essentiel pour le développement de l’intelligence de ses élèves mais j’y vois également un respect pour les petits humains qui fréquentent sa classe, et je trouve ça à la fois formidable et émouvant.

 

Mais à qui s’adresse ce livre ?

Ce livre est accessible à tous ! Et c’est vraiment ça qui m’a épatée dans cet ouvrage. Elle explique des choses relativement pointues mais avec des mots simples. Bon, soyons clair, lorsqu’on est déjà convaincu, le livre présente peu d’intérêt, mais pour les sceptiques, pour ceux qui se questionnent, pour des jeunes parents, pour des enseignants qui se sentent un peu perdus : ce livre est un vrai réconfort. Moi, je me suis sentie boostée par sa lecture !

Je crois que ce qui m’a « boostée » (en delà du propos avec lequel je suis en parfait accord), c’est l’enthousiasme et l’optimisme de Céline Alvarez. Je ne vous dis pas ça pour vous parler de « mon » ressenti mais bien pour vous en conseiller la lecture car c’est un livre qui motive, qui nous permet de croire en l’avenir (oui, oui, n’ayons pas peur des mots :-P ), allez, je vous le prouve :

« Il est (…) fondamental que les enfants qui n’ont pas eu la possibilité de développer correctement les compétences-socles de leur vie, puissent, durant les trois années qui suivent, bénéficier d’un environnement qui les encourage – fermement s’il le faut – à construire leur intelligence avec leurs mains, et à s’engager dans des activités réelles qui réveillent leur enthousiasme et leur envie de faire par eux-mêmes. Il s’agit de la plus grande responsabilité de ce que l’on appelle l’école maternelle. Le soutien du développement de l’intelligence d’action par l’activité ordonnée et intrinsèquement motivée de l’enfant devrait être sa principale priorité.

Nous devrions à ce propos, et par souci de cohérence, la renommer : l’enfant de 3 ans ne recherche pas le maternage; il a certes besoin d’une base affective solide que l’école doit pouvoir également lui offrir, mais surtout, il souhaite conquérir son indépendance avec la plus grande urgence et la plus grande détermination. Et, pour le soutenir dans cette tâche, il s’agit de lui rendre sa liberté, de reconnaître qu’il est celui qui formera son intelligence, et de lui permettre de continuer à suivre la guidance émancipatrice de son enthousiasme. Simplement en faisant cela et en nous rendant disponibles pour l’aider à y parvenir, le jeune être humain épanouira sa capacité à agir dans le monde, à atteindre ses objectifs et à se réaliser pleinement. Je ne doute pas un seul instant que le monde en sera alors merveilleusement transformé. »

Le monde en sera merveilleusement transformé… Le monde en sera merveilleusement transformé…

On a tous envie d’y croire.

 

Advertisements

4 réflexions sur “Les lois naturelles de l’enfant (BIBLI DES VI)

  1. merci pour cet article
    j’hésitais à lire ce livre, vos commentaires m’engagent à le dévorer rapidement!
    oui, je suis une enseignante qui doute, oui j’ai besoin de me remotiver, de prendre du recul quant à ma pratique et oui je n’ai pas envie de reproduire l’enseignement que j’ai moi-même reçu (ce qui est parfois difficile comme vous le soulignez)
    au sujet du vocabulaire, je suis tout à fait consciente que c’est une base sur laquelle s’appuyer et à valoriser, à travailler quotidiennement.
    merci également, d’avoir appuyé sur ce point – qui a vraiment résonné en moi : « Il est (…) fondamental que les enfants qui n’ont pas eu la possibilité de développer correctement les compétences-socles de leur vie, puissent, durant les trois années qui suivent, bénéficier d’un environnement qui les encourage – fermement s’il le faut – à construire leur intelligence avec leurs mains, et à s’engager dans des activités réelles qui réveillent leur enthousiasme et leur envie de faire par eux-mêmes. »

  2. l’enfant de 3 ans ne recherche pas le maternage; c’est une phase que j’aime beaucoup dans ce post. Il y a une école de l’enseignement supérieur qui s’appuie sur ces principes et qui pourrait t’intéresser. Il s’agit de l’ensci les ateliers. Merci.

  3. Pingback: Céline Alvarez – Yay or Nay ? – Blablabambini

  4. Merci pour ton article, et bienvenue ici !!! J’ai un peu de mal je t’avoue avec Céline Alvarez dont je trouve l’approche bien rigide, mais ta chronique me donne envie d’y jeter quand même un œil à son bouquin. +1000 en ce qui concerne le niveau de langage utilisé par l’enseignant… Mais que c’est difficile en pratique lorsqu’on est constamment sollicité par les petits !! ;-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s