{5.Livre comme « prétexte » à questionnement} A quel point notre vie in utero nous marque-t-elle ? [Bibli des VI]

[Utiliser un livre comme « prétexte » pour aborder une notion qui nous intéresse et pour poser des questions, pourquoi pas ?]

Introduction à la psychologie périnataleNous avons reçu de la part des Éditions Le Souffle d’or Introduction à la psychologie périnatale. Je n’ai pas réussi à le lire en entier, je l’ai trouvé complexe et j’ai parfois eu du mal à adhérer à toutes les théories liées au vécu prénatal. Néanmoins, cette discipline me semble très intéressante et nécessaire en effet. Elle permet d’approfondir la réflexion, entre autres (ce qui m’a marqué) sur l’importance de l’établissement d’un lien avec le bébé in utero grâce, par exemple, à l’haptonomie ; de mettre le bébé au cœur de l’acte de la naissance en tentant de prendre en compte son vécu, son ressenti ; peut-être même expliquer des difficultés à l’âge adulte, dans la limite du raisonnable bien entendu…

 

Dans notre civilisation, et jusqu’au XVIIIe siècle, la principale expression d’une psychologie prénatale pratique a résidé dans l’idée que ce voyait ou vivait la femme enceinte se retrouvait chez l’être qu’elle portait. (…) « Si une femme enceinte voit un funambule, l’enfant aura des membres exagérément souples et ne sera capable ni de marcher ni de se tenir debout.

La psychologie périnatale a bien évolué depuis ce temps. Cela dit, il existe un pendant contemporain à ces superstitions, celle du stress de la mère qui expliquerait nombre problèmes du fœtus, c’est donc à prendre avec précaution.

Personnellement, je n’ai pas d’expérience à ce sujet, ni pour moi, ni dans mon entourage. En avez-vous de votre côté ? Quel est votre avis sur la question ?

Clem la matriochka

Une réflexion sur “{5.Livre comme « prétexte » à questionnement} A quel point notre vie in utero nous marque-t-elle ? [Bibli des VI]

  1. Il a l’air intéressant ce bouquin. On trouve aussi pas mal de trucs sur le site regardconscient.net, et il y a un article dans le dernier Pep’s d’avril 2016. C’est un domaine bien délicat cependant : ce qu’on trouve est parfois bien culpabilisant et sans trop de bases scientifiques(le fameux « stress » de la mère que tu évoques, et parfois l’idée que ce qui se serait mal passé pendant cette période hypothèque lourdement l’avenir de l’enfant…). En même temps, on pressent combien cette période du début de notre existence, dont personne ne se souvient, doit avoir une grande importance dans notre construction… J’attends d’en lire plus ;-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s