{3.Focus sur un passage qui touche personnellement} La communication non-violente, mon idéal ! [Bibli des VI]

[On peut aussi contribuer en racontant son expérience, votre ressenti de parent, d’éducateur, de grand-mère, d’oncle, de sage-femme, d’instituteur, etc. C’est plus personnel mais c’est tout aussi intéressant. C’est important de donner vie à tous ces livres que nous lisons en montrant ce que cela donne au quotidien, même si la plupart des ouvrages s’appuient déjà sur des exemples concrets. On a la parole ici, prenons-la !]

La première fois que j’ai entendu l’expression « communication non-violente », je me suis demandée ce que pouvait bien être une communication violente. Pour moi, communiquer, c’est déjà être dans la non-violence. Et puis, j’ai lu des choses sur le sujet…

 

J’ai non seulement compris l’importance du terme mais je me suis également rendu compte que ma propre façon de communiquer avec mon entourage proche n’était pas aussi pacifique que je le pensais, elle se rapproche de ce que Marshall B. Rosenberg appelle la « communication aliénante » dans son livre Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) : Introduction à la Communication NonViolente (offert aux VI par les Editions La Découverte) :

 

La communication aliénante nous enferme dans un monde où tout est polarisé entre le bien et le mal, dans un monde de jugements. C’est un langage riche de mots qui étiquettent et catégorisent les gens et leurs actes. (…)

Notre attention se porte alors sur la classification, l’analyse et l’évaluation des torts de l’autre, au lieu de se concentrer sur ses besoins et les nôtres propres qui ne sont pas satisfaits. Si par exemple ma compagne a besoin de plus d’attention que je ne lui en accorde, elle est « exigeante et dépendante » (…).

Je vois dans ce type d’analyse de l’autre une expression tragique de nos valeurs et de nos besoins. Tragique, car lorsque nous les exprimons de la sorte nous attisons les réactions de défense et de résistance chez ceux-là même dont le comportement nous importe.

C’est effectivement ainsi que je réagis de prime abord : mes enfants laissent des tas  de jouets par terre dans le salon, des morceaux de feuille, etc, je trouve qu’ils exagèrent et je me mets en colère, en général ils se braquent. Quand j’arrive à exprimer que mon besoin de rangement n’est pas satisfait et que je demande leur participation au rangement, cela fonctionne souvent mieux, plus rapidement.

Je l’ai expérimentée au quotidien, pourtant je ne suis pas en mesure de l’appliquer à chaque fois. Je suis souvent envahie par la colère. Je pensais qu’il fallait la réprimer. Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant, dans ce même ouvrage, un chapitre intitulé « Exprimer pleinement la colère ». Précisions :

Critiquer et punir les autres sont autant d’expressions superficielles de la colère. Si nous souhaitons exprimer la colère, le premier pas est de décharger l’autre de toute responsabilité, afin de porter notre entière attention sur nos propres sentiments et besoins. Nous avons bien plus de chances d’obtenir ce que nous souhaitons en exprimant nos besoins qu’en jugeant, critiquant ou punissant l’autre.

L’expression de la colère se fait en quatre temps : 1) marquer une pause et respirer profondément ; 2) identifier les jugements qui nous viennent à l’esprit ; 3) prendre conscience de nos besoins et 4) exprimer nos sentiments et nos besoins inassouvis.

Ce n’est pas simple mais ça me donne une marge de manœuvre dans un moment où je me sens souvent dépassée.

J’espère que cela pourra aider certains d’entre vous aussi ! Sinon, vous pouvez lire le livre en entier, c’est encore mieux (et il est disponible gratuitement au prêt pour les adhérents !).

Clem la matriochka

Publicités

7 réflexions sur “{3.Focus sur un passage qui touche personnellement} La communication non-violente, mon idéal ! [Bibli des VI]

  1. Merci, je ne connaissais pas. Je me reconnais dans la communication alienante que vous decrivez. Je souhaiterais lire la version originale en anglais, mais il s’avere que Rosenberg a publie plusieurs ouvrages. Savez vous me dire quel est le titre original de celui ci?

    • Il existe une vidéo en VO qui porte le même nom que ce livre « Words are Windows, or They’re Walls: A Presentation of Nonviolent Communication by Marshall Rosenberg » mais je n’ai pas vu de livre du même nom.

  2. Oui, la Communication Non Violente c’est un chouette outil, mais bien plus exigeant que ce qu’il semble de prime abord… Je l’ai découvert comme toi dans mes lectures, ce qui m’a donné envie de suivre la formation de base. La CNV nous ouvre à une autre vision du monde, moins abîmée par les a priori et les jugements. Pour être franche,j’ai encore du mal à l’utiliser dans mes relations avec les autres, je m’en sers surtout comme un outil de développement personnel pour clarifier mes besoins et ressentis, mais cela viendra ;-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s