Sur quelle planète vivons-nous ?

Nous sommes exactement à la veille de la COP21 ( à quelques heures même)… On en entend parler beaucoup mais ces trois lettres suivies de ce nombre n’évoquent parfois pas grand chose à nos chères têtes blondes (j’ai mené ma petite enquête). Il est vrai que l’actualité particulièrement tragique de ces derniers temps, nous a un peu tous pris de court et nous a détourné de cette réunion super importante ! La COP21 ou la 21e conférence des parties est une réunion se tenant à Paris à partir du 30 novembre 2015. Y participent des dirigeants de nombreux pays (mais aussi des scientifiques) avec comme objectif celui de trouver un accord pour tenter de limiter le réchauffement climatique et de s’y préparer.

Au-delà de ce qui va s’y jouer,  des accords qui seront discutés et des décisions qui seront prises, je trouve que c’est une formidable opportunité aussi de s’intéresser, parents comme enfants- si ce n’est pas déjà fait – aux préoccupations des scientifiques mais aussi de tous ceux qui ont pris le problème à bras le corps, quant à l’avenir de notre belle planète et de toutes les espèces qui y vivent.

Sans tomber dans le catastrophisme, sans forcément chercher à nous culpabiliser outre mesure des dégâts engendrés par le développement des activités humaines et industrielles, je pense qu’il est important de comprendre ce qui se passe, en quoi certaines actions sont néfastes et comment chacun peut se préparer à faire mieux.
Nous avions déjà évoqué des sujets liés à l’écologie  ici même, avec le livre aux Editions Le Pommier « Les Terriens malins » de Delphine Grinberg, chroniqué par Phypa à retrouver ICI.

Bref, pour comprendre quelque chose à la situation, à la démarche des scientifiques mais aussi pour mettre le doigt sur les incertitudes qui planent encore sur la complexité du climat et de son évolution, les Editions le Pommier ont encore frappé (Les Editions Le Pommier sont partenaires des VI). A l’occasion de la COP21, ils ont édité un petit ouvrage facile à lire, dans la série « Sur les épaules des savants », écrit par Anna Alter et Hervé le Treut (Illustrations par Lucie Millot).

Hervé Le Treut est climatologue, membre de l’académie des sciences, directeur de recherche au CNRS et membre du GIEC. Anna Alter est astrophysicienne, journaliste et écrivain.

Bref, cette fois-ci, on ne plonge pas dans la matière mais dans l’univers de notre planète bleue avec comme titre « Sur quelle planète bleue ai-je atterri ?  »  sous-titre « Climat, mer, Terre, atmosphère, ce qu’on ne sait pas encore ».

Planete_bleue

La forme
Comme toujours avec les ouvrages de cette série « Sur les épaules des savants », c’est toujours très bien vulgarisé : clair et limpide, avec des illustrations qui séduisent l’œil, et le tutoiement qui ne peut qu’attirer et toucher le jeune lecteur ! Mais, encore plus dans cet ouvrage que dans les autres de la série tout est empreint de poésie…
Les rimes de l’encart introductif de chaque chapitre n’y sont pas pour rien bien sûr.

planetebleue_encart

Mais il n’y a pas que cela, il y a le choix des mots (simples mais justes), les images, les jeux de mots, les comparaisons, les personnifications… un bien beau texte ! Et oui, on peut faire de la science et de l’information, en poésie.

« Les cirrus haut placés ressemblent à des plumes d’oie blanche… »

« Le climatologue est comme un médecin, qui comprendrait à quoi servent tous les organes du corps humain… Pour la Terre, on comprend séparément chaque engrenage, on comprend la mécanique se déclenche et comment elle marche, mais on a beaucoup de difficultés à savoir exactement ce qui se passera si on fait des bêtises et que notre planète est vraiment malade »

Le fond
Evidemment, toutes les informations scientifiques sont bien là, claires, nettes, précises et exhaustives. Et on ne se limite pas aux notions classiques généralement évoquées pour parler du réchauffement (effet de serre et on s’arrête là), on parle ici aussi de la lumière,  des couleurs du ciel, des volcans, de la tectonique des plaques, de la glace, de toutes sortes d’espèces de différents environnements (mers, montagnes, forêts tropicales, pôles).

 » Les rayons visibles, eux, prennent différents coloris en traversant l’air, plus ou moins épais, plus ou moins humide, plus ou moins chargé de gouttelettes d’eau ou de cristaux de glace »

Parce que les auteurs veulent faire comprendre « en douceur », ils procèdent par étapes : comment est notre planète, comment elle se comporte, quels sont les différents phénomènes naturels qui ont joué et jouent encore sur son climat, quelles activités humaines en rajoutent, comment les scientifiques étudient (la Terre et son climat), les deux principaux protagonistes de l’affaire : l’océan et l’atmosphère, la richesse de la vie sur Terre (la biodiversité) et les menaces.

planetebleue_glace

Les différents chapitres qui rythment l’ouvrage sont les suivants :

  • Chapitre 1 : Petite, fragile, et pleine de bleus, où on parle de la Terre, de son côté fragile et unique, retours sur quelques moments historiques, quelques explications de littérature (Paul Eluard)…
  • Chapitre 2 : Les couleurs du ciel, où on y parle des nuages (qui posent une inconnue), de l’atmosphère, de la météo, du soleil (ses rayons et sa position)
  • Chapitre 3 : Fiévreuse et dans les nuages, où on commence à expliquer le réchauffement, les gaz à effet de serre, leurs conséquences, mais jusqu’à quel point ?
  • Chapitre 4 : Les moteurs de notre planète, où on parle des phénomènes naturels, ces mécanismes complexes qui n’ont pas encore livré tous leurs secrets,
  • Chapitre 5 : Une histoire brûlante et glaçante, où on parle du climat du passé, pourquoi il est important de l’étudier, comment on s’y prend, ce qui est différent à l’heure actuelle…
  • Chapitre 6 : Océan, atmosphère, c’est la guerre, où on présente l’influence mutuelle de ces deux entités, leurs différences et leur rôle dans les conséquences du réchauffement,
  • Chapitre 7 : Un trésor à conserver à tout prix, où la biodiversité actuelle est passée au crible, dans tous les environnements possibles de notre belle planète bleue.

Bon, alors, chers parents, chers enfants, vous l’avez compris, ce livre est TOP et je m’en vais de ce pas, le relayer auprès des miens. J’ajouterais qu’en complément, pour donner envie d’aller plus loin et de participer à l’effort global, « les Terriens Malins » évoqué plus haut ferait un bon candidat : des tas de petites expériences pour recycler et penser autrement.

Sinon, sachez que sur Kidiscience, nous avons commencé (je dis nous, parce que j’en suis) une série de quelques articles sympas sur le sujet (exemple ICI) et que Bayard jeunesse met à disposition des fiches magnifiques, avec des infographies très claires… à ne pas louper ICI.

Publicités

Une réflexion sur “Sur quelle planète vivons-nous ?

  1. Merci beaucoup de ta présentation Pascale!!! Le ton n’est pas toujours simple à trouver avec les enfants, trop alarmiste il serait contreproductif (pour avoir filmé dans des classes de collège sur le développement durable, je peux te dire que certains n’étaient pas loin de la dépression…), trop angélique également… tu sembles avoir trouvé le juste équilibre avec ce livre!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s