Dans les dédales du cerveau

Encore un article sur le cerveau… on adore ça ici sur les Vendredis Intellos, les neurones qui bouillonnent et qui fonctionnent bien : efficacement et sans stress…
Pourquoi je vous dis cela ? Car aujourd’hui, je voulais vous parler de la découverte du cerveau mais pour les tout petits. C’est important qu’ils comprennent comment eux mêmes fonctionnent (pour mieux solliciter leur mémoire par exemple : apprendre efficacement sans se lasser) ou parce qu’un jour ou l’autre, il est possible qu’ils soient confrontés à des cerveaux moins performants ; je pense surtout aux enfants dont les grands-parents ou amis sont victimes d’AVC ou de déclin cognitif ou de la maladie d’Alzheimer.
Alors pour appréhender ce sujet, j’ai choisi la présentation d’un petit ouvrage et de deux associations : les trois approches ont toutes les trois comme principal public cible les enfants.
Le petit ouvrage  s’intitule « les petites cases de ma mémoire », aux Editions « Le Pommier » (partenaires des VI). La collection s’intitule « Les Minipommes » pour les 9-12 ans.
Les « Minipommes » ce sont des petits bouquins sous forme d’histoires qui se lisent rapidement et qui abordent la science simplement, en donnant la parole à des scientifiques. Ici, l’auteur est Francis Eustache, neuropsychologue. Il dirige une équipe à l’INSERM de Caen et s’intéresse de près aux différences techniques d’imagerie cérébrale pour l’étude du fonctionnement cognitif humain. Il est auteur de nombreux ouvrages scientifiques, dont plusieurs aux éditions Le Pommier.
Les jolies illustrations qui parsèment ce petit ouvrage sont l’oeuvre d’Odile Graumer.
Je l’ai acheté pour mes enfants mais ce fut un plaisir de le découvrir moi-même car on y apprend simplement des choses très utiles.

memoire

Ici il est question de Sofilou et Benjamin qui accompagnent leur tante Agathe pour une consultation mémoire au CHU (elle a tendance à avoir quelques petits oublis mais il faut dire qu’elle est artiste, donc un peu connectée à « son monde créatif »). Là, ils rencontrent le Pr Mnémo qui leur explique la différence entre les petites distractions dont est victime tante Agathe et la maladie d’Alzheimer. Puis on suit les enfants dans leur découverte de l’imagerie cérébrale : connaissez-vous bien la différence entre l’IRM, la tomographie à émissions de positons ? Les deux techniques apportent des informations complémentaires qui sont clairement décrites ici. On y apprend que le cerveau se défend contre le déclin lié à la maladie, avec son chef de guerre (l’hippocampe) : les recherches se focalisent pour tenter de comprendre comment et pouvoir ensuite apporter du renfort pour gagner la bataille !

memoire_b

Les deux enfants posent classiquement beaucoup de questions, et ceux du bouquin n’échappent pas à la règle, ils cherchent à comprendre la mémoire. C’est dans ce contexte que le lien entre mémorisation et le sommeil est expliqué. Conclusion : « Pour bien retenir ses leçons, il faut bien dormir ! » Enfin, on y parle de la mémoire des animaux, des hommes préhistoriques, des bébés, d’amnésie infantile… et enfin de la façon d’entraîner sa mémoire.

memoire_c

Bien au delà des informations véhiculées ici, je trouve important que les enfants emmagasinent quelques connaissances sur le fonctionnement de leur cerveau (et de leur corps, sans prôner l’idée que tout le monde doit s’adonner aux neurosciences) : une façon de leur faire prendre conscience que certaines pratiques (excès de mauvais comportements) peuvent être dangereuses ou qu’au contraire certaines habitudes favorisent la bonne santé cérébrale… et tout aussi important, une façon de lutter contre les mythes particulièrement ancrés (différences fille / garçon par exemple).

Voilà, moi qui défend la démocratisation des sciences autant que je peux, je suis une grande fan des Editions Le Pommier. Et leur ligne éditoriale me plaît beaucoup : « Sérieux et amusants, les livres du Pommier nourrissent l’émerveillement des jeunes curieux et les accompagnent dans leur découverte du monde !« 

J’en profite pour vous présenter le travail de deux associations œuvrant également sur le thème des neurones et du cerveau à destination du jeune public.
Le premier projet s’appelle Cogni Junior : un groupe d’étudiants en sciences cognitives imagine des scénarios, les illustre et cherche à toucher le jeune public ; leur but est de vulgariser les sciences cognitives, de lutter contre les stéréotypes. Toutes les histoires sont en libre accès, et je vous invite à découvrir le site ICI.

Le second projet est l’association Émotions Synesthètes qui fait appel aux émotions face à l’art, la musique et propose des spectacles avec des marionnettes (des « peluches-neurones »), des conférences-concert. L’idée est là aussi d’amener les connaissances scientifiques autour du cerveau auprès du plus grand nombre, tout en s’amusant !

Les peluches neurones permettent de comprendre les synapses, la communication, la plasticité, le rôle des apprentissages…

Voilà de jolies découvertes, des talents créatifs au service de la connaissance, que je voulais absolument partager !

Publicités

Une réflexion sur “Dans les dédales du cerveau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s