Cerveau rose, cerveau bleu

[Par Lise de l’association Grandissons]

1540-1

Lise Eliot est neuroscientifique à Chicago, et mère d’une fille et de deux fils. Son livre, Cerveau Rose Cerveau Bleu, paru en 2009 (traduit en 2011 aux éditions Robert Laffont),  annonce dès la quatrième de couverture vouloir tordre le cou aux idées reçus concernant les différences soi-disant innées entre garçons et filles.

Voilà une question qui commence à me tarauder… Inné, acquis, différences interindividuelles, important, pas important ?… En discuter autour de soi, en tout cas, c’est obtenir autant d’opinions que d’interlocuteurs, et des opinions souvent assez tranchées, quelles qu’elles soient.

Pourtant, il me faut dire que sa lecture m’a laissé un goût un peu ambivalent, allant de l’enthousiasme à la déception, en passant par l’ennui. Tout d’abord, l’auteur s’appuie sans cesse sur « de nombreuses études », mais elle ne les cite ni ne les détaille de manière systématique, et surtout ne livre pas de bibliographie de référence à la fin de l’ouvrage. Ensuite (euh… pour me faire politically incorrect, je vais dire : comme c’est fréquent dans les ouvrages américains), les mêmes idées sont répétées et re-répétées tout au long de l’ouvrage, ce qui a le don de prodigieusement m’agacer. En parlant d’ « écriture américaine » : elle ne dédaigne pas non plus nous livrer de petites « méthodes ». Et enfin, une grande part du livre est dédiée au sexisme à l’école, ce qui, d’une part touche à d’autres sujets sensibles pour moi (importance de la compétition et de la réussite, l’agressivité, etc.), et d’autre part, est un peu trop lié au contexte local pour livrer une analyse qui serait vraiment pertinente en France.

A ce point, je vais préciser qu’il s’agit du premier livre que je lis sur ce sujet, et par conséquent que je n’ai à peu-près aucune connaissance personnelle ni même d’esprit vraiment critique sur la question, qui, de par mon vécu personnel, m’apparaît encore un peu abstraite (je vois les clichés que délivre à ce sujet la société, mais, ne m’étant jamais, à titre personnel, sentie limitée par mon sexe féminin, je ne perçois pas encore à quel point cela risque ou non de toucher chaque enfant en tant qu’individu tant que les parents sont conscients du problème.)

????????????????????????

Lise Eliot, donc, dans son livre, s’emploie à déterminer si la différence entre les sexes a une part d’inné –et quelle serait celle-là. Dès le départ, sa position n’est pas figée dans un « tout noir tout blanc », mais ouverte à une réponse nuancée. Elle écrit dans l’introduction que lorsque nous avons nous-mêmes des enfants « les différences entre les sexes deviennent impossibles à ignorer » et que « garçons et filles ont des forces et des faiblesses différentes », malgré la volonté de les élever de façon identique. Cette assertion, nous l’avons tous entendue souvent émaner de mères d’enfants de sexes différents ayant pourtant cherché à faire preuve de neutralité face à leurs enfants. De même, statistiquement, les garçons sont davantage exposés que les filles aux troubles du comportement et du développement.

Pourtant, l’auteur ajoute que, lors de ses recherches exhaustives, elle a « découvert avec surprise que la science a peu de preuves sérieuses qu’il existe des différences entre les sexes dans les cerveaux des enfants ».

Ainsi, s’il existe quelques différences innées entre les sexes (au niveau des rythmes de développement, dans les processus sensoriels, les niveaux d’activités, etc.), Lise Eliot insiste surtout sur la plasticité cérébrale, celle qui fait que nos cerveaux sont en continuel changement, celle qui est à la base de tout apprentissage. Autrement dit, dit-elle, «  votre cerveau est ce que vous en faites. » Ainsi « plus les garçons et les filles auront d’activités similaires plus leurs cerveaux seront similaires. »

Inversement, « à la naissance, le cerveau des enfants est si malléable que d’infimes différences peuvent s’amplifier au cours de l’enfance, lorsque les parents, les professeurs et les pairs, ainsi que notre culture au sens large, sans même s’en apercevoir, renforcent les stéréotypes masculins/féminins. »

Quoi qu’il en soit, toutes ces recherches concernant les différences entre garçons et filles n’apportent que des résultats statistiques, dans lesquels se manifeste la « taille d’effet ». Il s’agit de la manière dont les courbes (celle correspondant aux performances des hommes et celle correspondant aux performances des femmes dans un domaine donné, par exemple la taille, ou le niveau en lecture) se chevauchent largement-ou pas. Ainsi, dans la plupart des performances, la différence entre hommes et femmes est très petite en comparaison avec l’éventail des performances à l’intérieur de chaque sexe. Il n’y a donc qu’aux extrêmes de la courbes qu’il y a peu de chevauchement entre les sexes, tandis qu’il y a globalement assez peu de différence entre l’homme moyen et la femme moyenne. Or, « se focaliser sur les extrêmes ne peut que renforcer les stéréotypes. » C’est pour cela que l’auteur se hérisse face aux allégations basées sur ces extrêmes et qui ont connues des succès médiatiques dépassant largement leur intérêt réel.

Voici à quoi la prise en compte de tous ces paramètres amène : « Garçons et filles ont bel et bien des capacités, des personnalités et des centres d’intérêt différents (…). Mais quel garçon ou quelle fille, quel homme ou quelle femme, ne réussirait pas mieux de la vie avec un éventail le plus complet possible des capacités cognitives et émotionnelles ? Les études menées sur les adolescents les plus talentueux confirment que l’intelligence et l’excellence à l’école sont davantage corrélées aux capacités communes aux garçons et aux filles qu’aux rôles stéréotypés de chaque sexe. (…) Plus tôt nous intervenons pour influencer la croissance des neurones et des synapses des enfants, meilleures sont nos chances d’élever des garçons et des filles dotés d’aptitudes diverses et bien équilibrées. »

beach-387313

L’auteur se propose d’ « entamer une présentation rigoureuse des différences entre chaque sexe, de dépasser les stéréotypes pour comprendre plus finement en quoi et comment garçons et filles ne sont pas tout à fait les mêmes. Ensuite, seulement, [il sera possible] de déterminer ce qu’il convient de faire à leur sujet (…) afin de découvrir les moyens d’égaliser les chances de réussite entre les sexes, et en fin de compte, de tirer le meilleur de chaque garçon et de chaque fille. »

Le livre se décline en huit parties, quatre qui suivent l’ordre chronologique du développement de l’enfant, autour des mises en place chromosomiques et hormonales qui conduisent à la création et au développement du corps et du cerveau d’un garçon ou d’une fille, puis des différences physiques, et des subtiles différences ou analogies entre le développement sensoriel, moteur, langagier, émotif etc. des garçons et des filles. Quatre autre sont ciblés sur des versants particuliers du développement cognitif et affectif (langage, maths et sciences, émotionnel et relationnel…) qui « commencent sous la forme de minuscules graines plantées par l’évolution et nourries par les hormones –mais [qui] ne s’épanouissent que sous l’eau et le soleil de notre société sexuellement ultra-polarisée. »

Chaque chapitre se termine par des suggestions et conseils pour renforcer chez chaque sexe les compétences pour lesquelles il rencontre statistiquement plus de difficultés, et aller au contraire des stéréotypes, qui creusent et installent ces faiblesses au lieu de les contrer.  Par exemple, comment aider les fillettes à développer au mieux leurs compétences visuelles, spatiales, sportives, les garçonnets leurs compétences langagières et en lien avec l’écrit… En effet, Lise Eliot insiste sur le fait que chaque sexe mérite que l’on soit attentif : « chacune des techniques s’acquiert par la pratique et l’expérience », il est donc primordial de donner à tous les enfants l’opportunité d’accéder à toutes les techniques au lieu de les confiner dans les stéréotypes qui les conduisent à penser que les filles sont nulles en maths et n’ont pas besoin de faire d’effort, tout comme les garçons en expression verbale.

Cependant, je suis un peu dérangée par ces conseils destinés spécifiquement aux garçons ou aux filles, certes dans l’objectif louable de compenser les difficultés de chacun, mais qui laissent par là une barrière entre les deux sexes –même si celle-ci est à l’opposée de l’habitude- alors que tous ces conseils doivent s’appliquer à tous les enfants.

Bref, me voilà ambivalente face à ce livre, aux critiques pourtant fort positives sur internet. J’aime son point de vue ouvert et argumenté (quoi que déstabilisant car, la plupart des cas, les études citées sont contradictoires), et j’en conseille la lecture. Pourtant… Eh ! bien, j’attends vos avis en commentaire !


Article publié initialement sur le blog de grandissons : http://grandissons.org/?p=2431

Pascale72 en avait déjà parlé ici : https://lesvendredisintellos.com/2013/11/23/cerveau-bleu-cerveau-rose/


Publicités

2 réflexions sur “Cerveau rose, cerveau bleu

  1. Sur bien des points j’ai l’impression que Fiston raisonne bien plus comme moi que ma fille. Je ne suis peut-être pas un exemple j’ai toujours eu l’impression d’avoir un cerveau de mec. Je déteste les chicaneries de fille, je ne les ai jamais compris, j’aime le bricolage, j’ai toujours aimé l’informatique (partie programmation pas Pinterest). Mais j’aime aussi faire de la broderie, des bracelets, de la cuisine tout comme mon beau-père ;-p .
    Bref je ne comprends pas qu’à ce jour on continue à parler de rôle, et de différences de capacités selon les sexes alors que l’éducation et la personnalité font énormément et que cela a déjà été démontré maintes fois.

  2. Merci beaucoup pour cette présentation et merci aussi de nous livrer tes doutes et réflexions. Je me demande aussi si, progrès de l’échographie aidant, il ne va pas devenir de plus en plus compliqué d’évaluer la part « innée »: après tout, les comportements éducatifs différenciés fille/garçon commencent désormais pour nombre des couples dès la vie in utero (stimulation du foetus au travers de la paroi maternelle, nourriture de la mère, projection genrée de l’activité du foetus, préparatifs de la naissance, etc…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s