Des retrouvailles ratées avec sa mère biologique… [Bibli des VI]

couv-ma-mere-quand-ca-larrangeMon titre est triste oui… comme l’histoire d’Hélène Delhamende qu’elle raconte elle-même dans Ma mère… quand ça l’arrange (offert par les Editions La Boîte à Pandore à la bibli des VI) : elle souhaitait tant rencontrer sa mère biologique que la déception fut grande car elle comprit que ce n’était pas réciproque et qu’elle était tombée dans une famille malsaine, disons-le simplement. Pourtant, elle tentera tout au point de risquer de se perdre.

L’écriture est belle, les sentiments sont forts, souvent difficiles à lire. D’ailleurs je n’ai pas pu tout lire, c’était trop. Le bourreau psychopathe, la victime qui n’arrive pas à lâcher, les non-dits, les secrets…

Mais je retiens cet amour inconditionnel pour sa mère biologique, cette attente, ce besoin de réponses, comme en témoigne cette lettre qu’elle lui écrit, dont voici des extraits :

Je vous ai toujours imaginée sans visage, sans nom, sans village. Je vous ai dessinée, peinte, dépeinte et repeinte. (…) Avec le temps, j’ai essayé d’étouffer cet arrachement de peau, de main et de corps tout entier. Je crois même que j’ai nourri en moi la tristesse que j’imaginais être la vôtre. J’ai cherché mon regard dans celui de bien d’autres. (…) Je vous ai inventée sans vous haïr. Je vous ai aimée sans vous choisir.

Sa mère biologique n’aura jamais répondu à son appel désespéré. Mais elle n’aura pas pour autant manqué d’amour.

Je m’étais accrochée à une main, que j’aurais voulu ne plus lâcher. L’idée était si belle qu’elle me semble encore éternelle.

Car certains yeux, comme un miroir, me laissent croire que c’est possible. L’espace d’une seconde me donne l’illusion d’un amour qui se prolonge et me dépasse.

L’amour éternel… c’est à mes parents adoptifs que je le dois.

Ce livre est un témoignage. L’éditeur annonce sur la quatrième de couverture qu’on pourrait y trouver des réponses. Ce n’est que mon avis personnel mais il me semble qu’on en ressort avec plus de questions.

Ce n’est pas une critique. C’est un sujet complexe… Le livre a le mérite d’en parler.

Parlons-en commentaires !

Clem la matriochka

Publicités

4 réflexions sur “Des retrouvailles ratées avec sa mère biologique… [Bibli des VI]

  1. J’ai toujours trouvé suspect cette glorification du lien du sang, par rapport aux liens de l’affection.

    ça a un petit coté Gobineau que je trouve déplorable.

    • Peut-être que les liens du sang ne sont pas les plus importants mais il est important à mon avis de savoir d’où l’on vient pour se construire plus sereinement. Les retrouvailles ne sont pas toujours un conte de fées mais elles ont le pouvoir de mettre enfin un visage sur l’inconnu qui est toujours resté dans un coin de notre vie. Non le chemin ne peut pas être fait à l’envers mais savoir, même si tout n’est pas rose est une façon d’avancer dans la vie en allégeant le bagage de cet abandon.

  2. Enfin l’autre face de la réalité dévoilée, car non, toutes les recherches et retrouvailles ne sont pas sous le signe de l’amour. Et c’est une mère biologique qui a abandonné et retrouvé deux enfants qui vous le dit. Deux retrouvailles ratées, qui n’ont absolument rien changé à mon absence d’affection pour eux. Ils ne m’ont jamais manqué, et 30 ans après on se retrouve juste deux étrangers devant soi, ni plus ni moins.

  3. Merci beaucoup pour cette chronique Clem, ce nouveau format te va décidément vraiment bien… Tu nous emmènes juste comme il faut pour piquer notre curiosité, nous donner envie de débattre… et de lire! Merci!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s