Une rentrée en chanson ?

Vous souvenez vous de vos premières années à l’école, notamment en maternelle ? Moi, je revois assez bien, par bribes je dois dire, mes premiers pas en classe. Ce qui me revient, ce sont les nombreux moments passés, où nous étions tous rassemblés, assis en tailleur sur un grand tapis et entonnions des chansons ou des comptines et ce, de façon assidue (tous les jours, je crois bien). J’ai un morceau particulier qui me remonte assez précisément (je ne vous dirais pas le titre, c’est super super ancien) mais les souvenirs que j’en garde font remonter de délicieuses sensations lorsque je réécoute la mélodie.

La question que je me pose est de savoir si cette pratique est encore ancrée actuellement dans les habitudes de classe maternelle ? Je pense que oui : mes propres enfants me racontent qu’ils chantaient pour combler un petit moment creux, pour patienter avant la sortie de classe par exemple !

Et tant mieux, car chez le tout-petit c’est visiblement très important et l’impact va bien au-delà du moment convivial qu’on passe ensemble dans un but commun : produire des sons qui structurés et combinés, créent une harmonie.
Je suis tombée sur un article pas tout récent (mai 2014), du magazine ‘Scientific American Mind » (j’ai eu l’opportunité d’avoir entre les mains quelques anciens numéros) consacré à la mémoire.
Il y a toujours des articles intéressants sur les enfants, ados, l’éducation avec des sujets originaux.

SA_Mind_Mai2014

Bref, cet article s’intitule « Music helps kids read » : la musique aide les enfants dans leur apprentissage de la lecture.

Il y a actuellement pléthore de résultats d’études où un lien est clairement établi entre la pratique de la musique et le développement du cerveau : l’organisation de la substance blanche est nettement différente chez des musiciens. Ce n’est pas vraiment surprenant en fait, vu qu’on sait que l’environnement (comprendre par là, les stimulations) dans lequel un cerveau se développe, joue un rôle majeur dans son organisation et son fonctionnement sur le long terme.
Oui mais jusqu’à quel point ? La pratique de la musique (ne serait-ce que la chanson) va-t-elle au-delà d’une organisation cérébrale bénéfique dans le domaine des compétences musicales ?
Certaines études ont en particulier mis en évidence un lien entre le savoir-faire dans le domaine de la musique et des aptitudes dans le domaine linguistique incluant l’apprentissage de la lecture.

singing

Mais connaît-on les mécanismes mis en jeu ?
Une étude publiée par A. Tierney et N. Kraus de l’université de Northwestern [1] fait le tour de la question. Il y est indiqué que de nombreuses capacités liées au langage (lecture, compréhension orale et expression) reposent sur une reconnaissance phonologique, une connaissance précise des composants d’un message oral et la façon dont ils se combinent.
Des compétences qui sont justement travaillées par la pratique de la musique. Il est effectivement prouvé que les musiciens ont une activités neuronale plus rapide lors d’une écoute et une meilleure synchronisation des neurones impliqués dans la reconnaissance des sons issus à la fois d’une mélodie et d’un discours.

D’autre part, l’entrainement musical augmente la capacité d’écoute en dépit des bruits de fond perturbateurs !

« Through music, you learn to pay attention to important sounds« … Avec la musique, on apprend à faire attention aux sons les plus importants.

La perception de la structure rythmique d’une mélodie (durée des notes, prédominance de certaines  sur d’autres…) dans le cadre d’un chant ou de la pratique d’un instrument joue aussi un rôle prépondérant. Pouvoir battre la mesure ou taper du pied (en rythme en début de chaque mesure) donne avantage aux bons lecteurs. Ceux-ci ont une sensibilité accrue aux rythmes des phrases, à la distinction entre sons proches. Pourquoi ? Parce que c’est le même mécanisme neuronal qui se met en place pour les deux activités (percevoir le rythme d’une mélodie et celui d’un langage). Ainsi renforcer ce mécanisme par la pratique du chant chez les tout-petits est un bon entraînement pour aider dans le domaine des compétences liées au langage.

Enfin, la mémoire de travail -celle impliquée dans la perception des sons- est également très sollicitée lors d’un exercice de chant ou tout autre instrument de musique. Or cette mémoire de travail est justement celle qui facilite l’acquisition du langage et l’apprentissage de la lecture.

Bref, si votre enfant, passe de longs moments à chanter à l’école maternelle (ensuite aussi bien sûr), réjouissez-vous ! Non seulement il doit y prendre plaisir, mais en plus, il défriche le terrain pour les autres compétences fondamentales (expression orale et lecture). Des compétences dont il pourra bénéficier jusqu’à l’âge adulte.

« In fact, active training in early life can lead to benefits in task performance in adulthood »

Les résultats des différentes études indiquent que la musique peut être un bon moyen pour booster les capacités d’un enfant, notamment lorsqu’il est en difficulté. Une meilleure motivation peut-être pour ceux qui se sentent découragés.

« These results may indicate that musical training can lead to increased neural synchrony throughout the auditory system, suggesting that music could be an effective way to boost reading skills in children. »

Et vous, gardez-vous de bons souvenirs de vos moments en chanson à l’école ?

Un autre article sur les bienfaits prouvés de la pratique musicale, à relire ICI sur les Vendredis Intellos.

Vous pouvez retrouver cet article (un peu allongé) sur mon blog ICI

Références
1- Adam Tierney, Nina Kraus, « Music Training for the Development of Reading Skills », Progress in Brain Research, Volume 207, 2013

9 réflexions sur “Une rentrée en chanson ?

    • c’est clair…
      ICi j’étais tout de même surprise de voir que l’impact pouvait être si fort, dans des domaines somme toute un peu éloignés (lecture…). Mais en y réfléchissant bien, c’est finalement logique.
      Je ne sais pas si on chante systématiquement dans les petites classes ?

  1. Oui, on chante en maternelle, beaucoup. Mon fils reprend très souvent les chansons apprises en classe, et ce depuis la petite section. Il les entonne avec beaucoup de joie et on voit qu’il y a très souvent de nouvelles chansons. A la fin de l’année, toutes les classes se réunissent pour la chorale de la fête de l’école.

  2. Merci beaucoup de ta contribution (et désolée d’arriver si tard!!!)!!! Tu prêches une (musicienne) convaincue! Pour autant je me dis que cela ne peut se pratiquer sa passion, ou du moins sans envie… et je me demande combien d’autres activités qui mobilisent également corps et esprit peuvent aussi (si on acceptait d’y regarder de plus près) stimuler le développement cognitif, je pense à la couture, au travail du bois, aux arts plastiques, …

    • Oui, tu as raison, sans passion c’est plus difficile. Mais je pense que c’est le rôle aussi des enseignants de faire découvrir l’activité.
      Les arts plastiques, je pense que c’est assez monnaie courante…les autres formes d’art ou d’artisanat sont moins ancrées mais avec les activités périscolaires qui se mettent en place, je crois qu’on y vient…
      Finalement tout est important. Le but de mon post était aussi de souligner cela. Pour certains parents, chanter ou dessiner, ce n’est « juste » que de l’amusement !

  3. Pingback: L’éveil musical | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s