Etre et Devenir : un film sur l’apprentissage autogéré

Etre et DevenirIl y a presque un an, j’ai vu le film de Clara Bellar « Être et Devenir » sur ceux qui ont fait le choix de ne pas scolariser leurs enfants, lors d’une projection presse organisée par Pourquoi Pas Productions, à laquelle les Vendredis Intellos étaient conviés.

Oui, vous avez bien lu, c’était il y a un presque un an. J’ai envie d’écrire un billet depuis tout ce temps et je viens seulement de comprendre pourquoi je n’ai pas réussi avant : ce film m’a bouleversée, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les témoignages, les images de ces parents et enfants aussi heureux m’ont beaucoup émue. Je me suis également rendue compte – et ce n’est pas facile à admettre – que je manquais d’esprit critique : je n’ai jamais remis en question l’école en France (ou alors dans les détails), ce film m’a rappelé qu’il n’y a pas UNE façon d’apprendre. Enfin, en voyant les enfants du film, je me suis dit : « Mais qu’est-ce que je fais à mes enfants !?! ». J’ai été ébranlée dans mes convictions parce que j’ai beaucoup aimé cette façon d’instruire les enfants (de les laisser s’instruire plutôt) mais je n’en ai pas le courage.

Bref, laissons là mes états-d’âme, venons-en au film !

Le documentaire vise donc à faire découvrir au plus grand nombre l’apprentissages autonome. Ce n’est pas la même chose que l’école à la maison, il s’agit là d’une instruction complètement libre et qui diffère d’un enfant à l’autre, d’un parent à l’autre. Voici le synopsis (voir le site du film) :

Etre et devenir propose, pour la première fois sur grand écran, des récits d’expériences et des rencontres qui explorent le choix de ne pas scolariser ses enfants, de leur faire confiance et de les laisser apprendre librement ce qui les passionne. Le chemin de découverte de la réalisatrice nous emmène à travers quatre pays, les Etats-Unis, l’Allemagne (où il est illégal de ne pas aller l’école), la France et l’Angleterre. Ce film est une quête de vérité sur le désir inné d’apprendre.

J’ai appris énormément de choses avec ce documentaire. Même s’il est impossible de faire le tour de la question, de nombreuses questions sont abordées : comment se passe les journées de ces enfants ? Peuvent-ils réussir dans la vie sans aller à l’école ? Ne sont-ils pas isolés du reste du monde ? Est-ce une mode ? Etc, etc. C’est assez complet. La réalisatrice démonte ainsi de nombreuses idées reçues sur ce type d’apprentissage : oui, les enfants peuvent finir par faire des études supérieures, comme ceux qui sont à l’école petits. Non, les parents ne sont pas tous des hippies. Oui, les enfants sont sociables (ils passent leur temps avec d’autres enfants, d’autres adultes autant que les enfants scolarisés).

Je laisse la parole à la réalisatrice, Clara Bellar (interview

Le bagage le plus solide, c’est la confiance en soi et savoir apprendre par soi-même : quoi que l’on veuille apprendre, on sait qu’on en est capable (…). Le modèle de travail de la révolution est désuet, et le modèle éducationnel industriel cédera inévitablement sa place lui aussi. C’est donc un modèle de pensée plus réaliste qu’utopique que de reconnaître que les faits et capacités enseignés aujourd’hui pourraient ne pas être pertinents dans le futur, et que les métiers du futur n’existent pas encore aujourd’hui. Les capacités dont on aura besoin incluent des qualités auxquelles on ne pense pas forcément, surtout dans le contexte du monde du travail, comme : l’adaptabilité, la capacité à faire des recherches, l’esprit de coopération, l’innovation, la créativité, la curiosité, la persévérance, l’autonomie, la motivation intrinsèque, la capacité à la prise de décisions, la prise de risques et la volonté de faire par soi-même. L’apprentissage autogéré est une excellente manière de les développer à tout âge.

Un beau programme en effet !

J’aimerais beaucoup que ce film soit plus connu pour qu’on cesse de prendre notre école comme LE modèle à suivre. Peut-être pourrait-il amorcer une réflexion sur notre façon d’instruire les enfants aujourd’hui.

Je n’ai certes pas le courage de déscolariser mes enfants, bien que je sois convaincue du bien-fondé de ce type d’apprentissage, pourtant je suis certaine que notre école n’est pas la meilleure pour nos enfants, qu’il y aurait beaucoup de choses à changer.

Clem la matriochka

 

Advertisements

15 réflexions sur “Etre et Devenir : un film sur l’apprentissage autogéré

  1. Moi, j’ai pas trop aimé ce film. Je le trouve mal filmé, mal monté et brouillon. Cela étant, je suis ravie qu’il existe parce qu’effectivement, ça permet à des personnes qui ne l’ont jamais fait de s’interroger sur la norme scolaire et de découvrir qu’il existe une autre voie.

    J’ai fait plusieurs débats à la suite de la diffusion du film et à chaque fois, c’était hyper enrichissant, avec des gens qui posaient des questions concrètes sur « comment se déroule vos journées ?, pensez-vous « armer » vos enfants pour le monde actuel ? ne pensez-vous pas qu’il y aura des lacunes ? Quels métiers plus tard ? Et si ils passent toute la journée devant des jeux vidéos ? Est-ce qu’ils ne sont pas trop protégés ?

  2. Pour ma part, je pense que pour envisager ce type d’éducation, il faut des moyens intellectuels et matériels que tout le monde n’a pas. D’une façon ou d’une autre, l’école est aussi le lieu pour transmettre une éducation gratuite, avec des moyens (humains et matériel) dont toutes les familles ne disposent pas. L’école n’est pas parfaite, loin de là; elle oscille entre différents systèmes de valeurs, qui ne sont pas toujours ceux des parents ; elle a parfois du mal à laisser les élèves autonomes et créateurs (mais elle crée aussi des occasions, franchement, quand on y regarde de près, c’est une façon d’envisager l’éducation et la scolarité qui gagne du terrain malgré tout). Ce genre de film permet de montrer qu’effectivement, ce ne sont pas que des gens hyper réactionnaires ou embrigadés dans je ne sais quelle secte qui déscolarisent leurs enfants. Mais je ne sais pas s’il faut regretter non plus de ne pas envisager l’éducation de façon aussi radicale. On peut concilier l’école et des propositions autres à la maison qui complètent, qui permettent de mettre l’enfant en réussite, de lui faire prendre ses propres décisions, de se découvrir. Et un enfant qui expérimente cette ouverture et cette curiosité à la maison peut très bien s’intégrer à un circuit scolaire, rencontrer dans ses apprentissages des professeurs intéressés par ses compétences, tirer profit de ce qu’il apprend d’un côté pour enrichir l’autre. Bref, c’est peut-être parce que je suis professeur, mais je n’ai pas envie de jeter l’école malgré tous ses défauts.

    • Je ne peux pas laisser dire qu’il faut des moyens. D’une part C’est une education moins couteuse que l’education nationale et surtout, il existe beaucoup de familles avec de petits moyens. Il y a meme des Mamans seules.
      Enfin, ce n’est pas possible d’adopter une telle approche a la maison. D’abord, on n’a pas Le temps et ensuite, c’est un etat d’esprit assez incompatible avec l’approche scolaire

      • Précisément, le temps est un des moyens auxquels je pensais : il faut du temps, que l’on n’a pas toujours car on travaille pour gagner sa vie par exemple. Le temps est pour beaucoup de familles un luxe.

        • Oui, mais non :D. Certains de mes amis travaillent tous les deux à temps plein. Certes, il faut pouvoir aménager ses horaires. Ceux qui vivent avec un seul salaire ou moins ont du temps.

      • J’ajoute que pour moi, ce n’est pas nécessairement incompatible avec l’école. Quand on a des enfants un peu « hors norme », pour une raison ou pour une autre, on les voit faire toutes sortes d’apprentissages en-dehors de l’école, par eux-mêmes, à travers les opportunités qu’on leur offre. Et d’autres apprentissages passent par l’école et nous parents n’aurions pas pu leur transmettre. Et effectivement, parfois on les sent prêts pour comprendre telle ou telle notion, même si elle n’est pas enseignée à l’école, et on peut leur apporter cette notion. Le gros défaut de l’école est l’aspect normé, on attend que l’enfant en soit à tel stade à tel âge. Effectivement, c’est une source de stress pour tout le monde car ça respecte rarement le rythme de chaque enfant, juste une « moyenne ». Mais l’école permet tout de même à des enfants de rencontrer des adultes qui aiment et ont envie de transmettre qu’ils n’ont pas toujours dans leur entourage.

        • Je comprends votre propos. Mon propos n’est pas de dire que les enfants deviennent apprendre par eux-mêmes s’ils vont à l’école. C’est plus que l’approche unschooling n’est guère compatible avec l’école. Je trouve que la plupart des enfants qui sont passés par l’école font une distinction entre apprendre et se faire plaisir, entre travail et plaisir, qui est dommage.

          Cela étant, ce mode d’éducation n’est pas destiné à remplacer l’école – qui a son utilité, notamment, et vous le souligner, pour les enfants dont les parents n’ont pas le temps/pas l’envie/pas le désir et aussi pour ceux qui vivent dans une misère intellectuelle terrible…

          Une de mes amies rit souvent avec ça. Elle a longtemps fait de l’humanitaire en Afrique et s’est battue pour que les enfants puissent aller à l’école et, en France, elle se bat pour que ses enfants n’aillent pas à l’école :)…

  3. Merci beaucoup Clem de ce témoignage!! J’avais été voir ce film avec mes deux aînés et les discussions qui s’en sont suivies ont été passionnantes… Comme toi, il m’a beaucoup interpellée, et m’a convaincue que notre soin à garder de longues périodes de vacances en famille (avec les contreparties financières), vacances qui sont pour nous le lieu des apprentissages informels et libres…

    • Nous fonctionnons aussi ainsi. Nous avons al chance d’être enseignant et d’avoir des vacances avec nos enfants. Peut-être que la réussite des enfants d’enseignants passe aussi par cette chance, qui sait ? Je doute que cela ait été exploré mais cela ne m’étonnerait pas. Nos enfants ne font pas tellement de cahiers de vacances ou de révisions (sauf s’ils en ont envie) durant les vacances mais ils « vaquent » à leurs occupations selon l’inspiration du moment.

      • Je n’ai pas encore pu voir le film, ça ne serait tarder…

        On s’interroge aussi beaucoup en famille sur la notion d’apprentissage, de plaisir, d’exigence aussi qu’il est nécessaire d’avoir pour progresser, exigence qui peut / doit rimer avec plaisir !

        Il est certain (et j’en fait tout les jours encore l’expérience) que nous pouvons apprendre seul de manière plus « efficace » que dans le cadre endoctriné d’un enseignement classique de maitre à élève.

        Cependant je crois aussi à la nécessité d’avoir un référent, une personne qui aide à aller plus loin, à se dépasser, mais aussi à se structurer, à donner du sens et de la profondeur à un enseignement. Il me semble que c’est un parcours très difficile à faire seul, d’autant plus pour un enfant … et que je pense est en dessous des capacités de n’importe quel parent … à moins que celui-ci aligne les compétences, capacités, connaissances, dans tout les secteurs et avec de l’envergure et de la profondeur sur les sujets abordés.

        Si je suis convaincu que cette démarche est très positive pour permettre à un enfant en toute liberté de commencer un apprentissage, je suis plus dubitatif en ce qui concerne les possibilités qu’elle offre par exemple pour aborder des corpus de connaissances plus construits et conséquents : l’histoire, la biologie, les sciences physiques, la psychologie, etc.

        Ces domaines de connaissance nécessitent à mon sens un apprentissage structuré, car pour ne pas s’y perdre il faut un « maitre » qui montre le chemin et qui aide à gravir les marches… par ailleurs ces connaissances s’appuient les unes sur les autres, pas de biologie sans physique ni mathématique ni chimie, pas d’histoire sans maitrise de la langue, de capacité d’analyse, etc.

        J’attends de voir le film avec impatience pour peut être avoir le plaisir d’être contredit. L’école aujourd’hui a vieillie est n’est plus très adaptée au monde qui vient, mais la réalité est aussi que c’est encore le dernier refuge pour beaucoup pour espérer y avoir une petite place. L’école (et j’en ai souffert) coupe les ailes, même involontairement, c’est une entreprise industrielle décervelant, car elle forme la masse et oublie souvent de s’adresser à l’individu car elle n’est pas conçue pour. Mais l’école est encore aujourd’hui et heureusement une fabrique de nouveaux citoyens …

  4. Étonnamment, non, il n’est pas nécessaire d’avoir un « guide » ou un « maitre ». Mon fils ainé est passionné d’histoire (notamment) et m’indique ce qu’il souhaite approfondir. Comme il apprend avec des documentaires, je lui propose un florilège à chaque fois, pour qu’il puisse avoir plusieurs visions différentes. Il structure lui même ses connaissances, ce qui produit évidemment des réflexions extrêmement pertinentes et intéressantes. Il lui arrive fréquemment de sécher des connaisseurs.

    Il faut faire attention à ne pas confondre « apprentissage autonome » et « apprendre tout seul ». Evidemment, on ne demande pas aux enfants de réinventer l’eau chaude et la roue. Le principe de l’apprentissage autonome, c’est que l’enfant est moteur de ses apprentissages. Un de mes enfants a voulu apprendre la physique et a exprimé le besoin d’avoir une prof de physique pour ça. Il apprend avec une prof de physique.

  5. Je pense que le petit débat plus haut vient essentiellement du fait que le film ne montre pas le cheminement de chaque famille pour en arriver à ces choix de vie si spécifiques et marginaux!!
    Choisir les apprentissages autonomes, autogérés ou je ne sais quel nom leur donner ce n’est pas prendre juste l’entrée dans le menu de la vie, ni picorer un concept et laisser ce qui bouscule de côté: c’est changer le paradigme tout entier et donc…changer TOUTES ses habitudes de vie, parfois même et surtout son petit confort et habitudes! C’est un tsunami de valeurs qui déferle et change le squelette même de chaque être s’il veut bien aller dans le sens du courant bien sûr! On ne décide pas de vivre ce projet de vie, cette philosophie en conservant son poste de fonctionnaire comme tel, sa petite entreprise à 80 heures/semaine et ses vacances en VVF! On fait un choix, un vrai, à chaque niveau d’une vie de famille (ressources, organisations,priorités…) et on l’assume! Mon mari et moi travaillons tous les deux à plein temps (artisan+ salariée du médico-social): toute notre vie a changé quand on a décidé de faire de ces apprentissages autonomes notre priorité familiale en concertation avec nos enfants! Et vous savez quoi? c’est nous que nous trouvons au bout, nous qui réapprenons à vivre et apprenons au quotidien et nous qui peu à peu envisageons une reconversion, un hobbie qui devient une activité rémunérée, un réseau qu’on mobilise, des opportunités qu’on a enfin le temps de saisir.
    Il y a des dizaines de témoignages sur le net de jeunes adultes qui après avoir passé une vie sans scolarité conventionnelle intègrent des cursus universitaires ou professionnels avec plaisir et détermination. D’autres épousent des voies artistiques atypiques et décident justement à un moment de choisir un maître, un mentor, et parce qu’ils ont un objectif précis, passent alors toutes les étapes traditionnelles sans contraintes…C’est de ces citoyens là dont notre monde a aussi besoin. La liberté pour eux ne se gagne pas, elle se prend… je le vérifie tous les jours avec mes enfants dont les centres d’intérêts sont si éloignés des miens,musicien dans une famille de non-musiciens, passionnée de sculpture alors que personne ne l’a initié…ils cherchent alors leur guide ailleurs, les trouvent et cheminent avec sérénité et endurance:) très jeunes déjà!!!
    L’enthousiasme …

  6. Je n’ai pas encore vu ce film car il est passé très peu en Belgique et uniquement à Bruxelles. Mais j’avais pré-commandé le dvd qui ne devrait plus tarder… J’ai hâte de le voir!

  7. Pingback: Etre et devenir : Clara Bellar nous parle des apprentissages autonomes [GUEST] | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s