Et si on y mettait plus de douceur [Mini-débrief]

Trop souvent, quand on évoque le sujet d’éducation bienveillante, on oublie les parents. Seuls les enfants sont évoqués et certains parents se demandent si ils vont vraiment y arriver, surtout quand ils n’ont pas le temps de se plonger dans plusieurs ouvrages ! On oublie aussi souvent les parents qui pratiquent l’éducation bienveillante mais qui se retrouvent souvent la cible de critiques de leur entourage.

Dans son article « Quel langage utiliser avec mon enfant ? », Biboumam nous parle d’un petit livre d’Adele Faber et Elaine Mazlish accessible à tous  » Votre guide pour une famille plus heureuse » dans lequel les auteures nous expliquent l’importance des mots que nous utilisons avec nos enfants et le fait qu’ils ne comprennent pas encore le second degré…

Elle nous parle aussi des autres ouvrages de Faber et Mazlish et des ateliers qui existent partout dans le monde pour aider les parents à mettre en place une éducation bienveillante, car, oui, ce n’est pas simple tous les jours !

Cleophis, quant à elle, dans son article « Elevons nos enfants avec amour » nous présente un ouvrage de Carlos Gonzàlez « Serre-moi fort, comment élever vos enfants avec amour ». Quel joli titre, n’est-ce pas?

En tout cas, ce livre semble être l’ouvrage idéal pour les parents que l’on accuse d’être « trop » à l’écoute des besoins de leurs enfants, qui ne les laissent pas pleurer et à qui on fait craindre le fameux « enfant roi » !

Nul besoin de refuser les soins et l’attention aux enfants pour les préparer à la frustration, nul besoin de leur poser des limites, tout se fait naturellement avec le temps. Il est d’ailleurs contre-productif de poser des règles immuables, tout est une question de moment et d’humeur.

Alors déculpabilisons-nous au maximum en tant que parent. Nous faisons le maximum du possible pour nos enfants, inutile d’ajouter de la culpabilité. Et comme disaient Faber et Mazlish : « Parents épanouis, enfants épanouis ».

 

 

Publicités

7 réflexions sur “Et si on y mettait plus de douceur [Mini-débrief]

  1. J’ai beaucoup apprécié la phrase « Trop souvent, quand on évoque le sujet d’éducation bienveillante, on oublie les parents. » Je pense qu’en effet les parents ne doivent pas oublier d’être bienveillants avec eux-mêmes comme ils le sont avec leurs enfants. Etre un bon parent ça veut dire s’aimer, soi, et se respecter, soi, autant qu’on aime et respecte ses enfants, et prendre en compte ses propres besoins (de calme, de repos ou autre) autant qu’on prend en compte les leurs. C’est crucial, c’est précisément ce qui évitera aux enfants d’être des enfants-rois.

  2. Merci pour cet article déculpabilisant.
    Aimer ses enfants et être le parent de chacun tout simplement et non pas essayer d’être l’anti-parent de nos parents ou le parent parfait.

  3. Merci beaucoup de ce débrief!!! Je suis comme toi très attachée à ce que dans la CNV comme ailleurs on n’oublie pas le principe « bien intentionné commence par soi-même »… Comme si on pouvait être dans la bienveillance pour ses enfants tout en se meurtrissant soi-même…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s