Elevons nos enfants avec amour [Bibli des VI]

Carlos Gonzàlez est pédiatre en Espagne et a publié pas moins de cinq livres où il vante les mérites de l’allaitement et de l’éducation bienveillante. Le dernier en date, Serre-moi fort: comment élever vos enfants avec amour, paru en France aux Editions du Hêtre, déconstruit l’idée moderne que l’enfant est naturellement mauvais et qu’il faut le dresser. Il nous invite au contraire à écouter notre coeur et à répondre avec bienveillance aux demandes et aux besoins de nos enfants.

IMG_3727

Dans un premier temps, Carlos Gonzàlez explique que le comportement des enfants est dicté par leurs gènes. Partant de la théorie darwiniste, il considère que les pleurs sont hérités de l’époque où la vie était rude et où les bébés hurlaient dès que leurs parents partaient trop loin, par sécurité. Un bébé qui ne pleurait pas assez vite ou pas assez fort était une proie facile. C’est la raison pour laquelle notre réflexe est de leur porter secours immédiatement alors que les pédiatres et autres professionnels de la santé nous le déconseillent sous peine d’en faire un enfant capricieux. Alors qu’il ne s’agit que de la nature. Est-ce normal de voir une mère se retenir de prendre son enfant dans les bras? Je n’ai personnellement jamais pu résister aux pleurs de mes enfants et aujourd’hui âgés de 2 et 4 ans, ils sont loin d’être des enfants-rois. Au contraire, ils savent que je suis là en cas de besoin et une étude est parue en ce sens:

Chez les moins de 3 ans, meilleure est la relation à la mère, plus le comportement de l’enfant s’altère lors de la séparation. […] En revanche, parmi les enfants de 5 à 8 ans, ceux qui ont eu auparavant une relation plus solide avec leur mère, ceux qui recevaient le plus de câlins et passaient le plus de temps dans les bras, sont ceux qui supportent le mieux la séparation.

Pourquoi culpabiliser les parents qui répondent aux besoins de leurs enfants? Qui sommes-nous pour refuser de l’amour à un enfant? Avec plusieurs exemples tirés du quotidien, Carlos Gonzàlez tend à nous prouver que l’éducation bienveillante est une réponse naturelle à offrir aux enfants et que des enfants élevés respectueusement seront respectueux à leur tour.

Dans un deuxième temps, il critique les méthodes éducatives des siècles passés, parfois extrêmement violentes, et celles que nous pratiquons encore aujourd’hui. Il considère par exemple que le cododo est une très bonne chose, héritée de nos ancêtres préhistoriques et inscrite dans nos gènes, et qu’il est absurde de l’interdire, du moment que des règles de sécurité élémentaires sont mises en place. Pourquoi forcer l’enfant à dormir seul accompagné d’un doudou?

Vous semble-t-il normal que l’ami d’un enfant ne soit pas un être humain, mais une peluche? Or, il doit être son ami, et mieux encore son meilleur ami, puisque ses autres amis (ses parents) l’abandonnent, alors que Pepito, non. […] cela ne préoccupe-t-il donc personne que le pauvre enfant s’habitue à dormir avec Pepito? C’est bien précisé: « Il dormira toujours avec toi. » Les parents et les voisins ne vont-ils pas commencer à critiquer? « Quand il fera son service, il faudra qu’il emporte son doudou. » « Quand il se mariera, pour la nuit de noces, il faudra mettre le doudou au milieu du lit. » Non, bien sûr, personne ne dit de telles bêtises. Nous sommes tous d’accord que l’enfant dormira avec son doudou pendant un temps, tant qu’il en aura besoin, avant de l’abandonner. Plus ou moins le même temps qu’il aura besoin de dormir avec sa mère, dont le doudou n’est qu’un triste et froid substitut. Et pourtant, si vous avez eu le courage de défier les préjugés sociaux et d’admettre votre enfant dans votre lit, vous aurez immanquablement entendu des dizaines de commentaires stupides.

Nul besoin de refuser les soins et l’attention aux enfants pour les préparer à la frustration, nul besoin de leur poser des limites, tout se fait naturellement avec le temps. Il est d’ailleurs contre-productif de poser des règles immuables, tout est une question de moment et d’humeur. S’il vous arrive de céder à une demande après de multiples demandes, cela n’enseigne pas à votre enfant que vous êtes faible mais au contraire que l’on peut parfois changer d’avis. C’est plutôt une qualité! Personne n’apprécie de discuter avec quelqu’un qui campe sur ses principes et ne veut rien savoir.

Cet ouvrage est un livre pour les enfants mais aussi pour les parents, afin de faire cesser cet affrontement permanent qui mine les uns et les autres. C’est un livre résolument bienveillant et déculpabilisant.

Serre-moi fort: comment élever votre enfant avec amour de Carlos Gonzàlez, traduction de Violaine Bideaux. Merci aux Editions du Hêtre.

Advertisements

5 réflexions sur “Elevons nos enfants avec amour [Bibli des VI]

  1. Je vais le lire, ça a l’air très intéressant ! J’avais beaucoup aimé « mon enfant ne mange pas » du même auteur. Et je trouve que de dire que si ton enfant pleure avant 3 ans lors de la séparation est le signe d’une bonne relation avec la mère est une bonne chose d’écrite car cela va à l’encontre des croyances actuelles où on te regarde comme une mère trop fusionelle si il pleure à ton départ…

  2. Merci beaucoup de cette belle chronique! C’est vrai que les pleurs d’enfants on quelque chose de surprenant au regard de l’évolution… peut-on réellement faire l’hypothèse que l’enfant « naturel » ne pleurait jamais car ses parents (sa mère?) était constamment avec lui? Et s’il pleurait malgré tout même un tout petit peu, quel risque cela pouvait-il représenter vis à vis des prédateurs?

  3. Pingback: Et si on y mettait plus de douceur [Mini-débrief] | Les Vendredis Intellos

  4. Pingback: Questions autour de la « parentalité positive  et autres notions du même genre {Dossier thématique + bibli des VI} | «Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s