Suite à une enquête réalisée auprès de 776 collégiens d’Ile de France âgés de 12 à 14 ans, la psychiatre Sylvie Royant-Parola, présidente du réseau de santé Morphée, un réseau de santé qui s’occupe des troubles du sommeil, déclare:

« On voit apparaître de nouveaux comportements qui modifient le déroulement de la nuit et altèrent le sommeil, qui n’est plus un moment isolé où tout s’arrête avant une nouvelle journée » (source)

Ce genre d’enquête m’intéresse particulièrement puisque mes 2 plus grands enfants seront bientôt dans cette tranche d’âge.

Pour le moment, à 9 et 11 ans, ils ne possèdent pas de téléphone portable. La tablette et l’ordinateur sont familiaux et nous nous les partageons. La tablette n’entre jamais dans la chambre des enfants avant le coucher. D’ailleurs, si moi-même je lis parfois des ebooks dans mon lit, pour le moment, je reste réfractaire aux ebooks pour enfants, préférant qu’ils prennent un livre papier avant de dormir.

Mon homme et moi sommes totalement conscients que les écrans stimulent et empêchent de s’endormir facilement. Dans ces conditions, j’ai du mal à imaginer que nous changerons d’idées d’ici 3 ou 4 ans et je ne pense pas que mes enfants feront partie des 52% de collégiens utilisant un appareil électronique dans leur lit.

Ok, j’avoue, pendant les vacances, j’ai déjà laissé mon grand jouer sur la tablette avant de dormir. C’était essentiellement pour avoir la paix et pouvoir regarder un film pour grands, tranquille dans le canapé, avant 22h00.

J’ai lu avec attention les résultats de cette étude qui démontre que les collégiens qui se réveillent la nuit se connectent sur les réseaux sociaux ou jouent sur la tablette, voire envoient des SMS. Cela ne m’étonne pas vraiment. Ado, j’avais fréquemment des insomnies et je pense que j’aurai fait de même. D’ailleurs, vers 18 ans, quand j’ai eu un téléphone ou un Tamtam (je ne sais plus trop si j’ai eu un tamtam ou un tatoo), il était fréquent que je vérifie si j’avais reçu des SMS en pleine nuit ou que j’en envoie.

Notre génération d’adulte n’est pas réellement mieux. Combien se connectent sur twitter ou facebook en pleine nuit en cas d’insomnie ? Les parents créent également des #teamhibou quand bébé ne veut pas dormir. Parfois difficile de se couper de la vie virtuelle. Parfois tentant de se sentir appartenir à un groupe, même nocturne, et y participer.

Pour en savoir plus sur cette étude, n’hésitait pas à aller lire les autres conclusions faites. Cette infographie est également fort instructive.

infographie sommeil

© Réseau morphée

Sans téléphone ou tablette, je me souviens avoir malgré tout lutté contre le sommeil en cours et avoir trouvé le réveil de 6h00 vraiment très dur. Mais bon, je dormais rarement avant 23h00 au collège (parfois à cause des devoirs) (parfois à cause de la télé dans ma chambre) (nos enfants n’auront pas de télé dans leur chambre)…

MissBrownie