Je voulais partager une petite traduction (faite maison). L’original est (mais je l’ai d’abord lu ici). La traduction de la totalité de l’article est sur mon blog : la première partie commente une campagne d’affichage qui avait été faite en Géorgie et évoque l’impact de la grossophobie sur les enfants ; je ne reprends ici que la 2e partie de l’article, les « 15 conseils » que je trouve très pertinents – à transmettre à tous les enfants (et les adultes!).

En tant que parent, nous avons une influence importante sur la manière dont nos enfants grandissent, leur relation à leur corps et de leur relation avec la nourriture. Ce que nous disons ou ne disons pas a un énorme impact.

  1. N’utilisez jamais le mot « gros » de manière péjorative. Évitez les médias qui le font.
  2. Ne sous-entendez jamais qu’on ne peut pas faire quelque chose ou porter un vêtement de par sa corpulence. (« Oh, pas avec ces cuisses ! »)
  3. Ne jamais complimenter les autres en se basant sur leur corpulence (combien de fois « tu as l’air si mince » est considéré comme le compliment ultime ?)
  4. Remarquez la beauté de la diversité – chez les personnes et dans la naturenourrissez l’idée que la beauté est dans la diversité. J’aime dire « que serait le monde si toutes les fleurs étaient pareilles ? »
  5. Évitez de faire une activité physique pour perdre du poids ou selon ce que vous venez de manger (« je vais courir pour perdre ce gâteau »). L’activité physique devrait être source de joie.
  6. N’étiquetez pas la nourriture comme « bonne » ou « mauvaise ».
  7. Proposez une nourriture variée et des petits plaisirs. Manger devrait être source de joie.
  8. Ne forcez pas vos enfants à manger s’ils n’ont pas faim. Le refrain « finis ton dîner » devrait être rayé du lexique d’une maman [et d’un papa !]. Il vaut mieux qu’ils se fient à leur corps plutôt que se sentir coupable à propos de gaspillage alimentaire.
  9. Ne refusez pas de la nourriture à vos enfants s’ils disent qu’ils ont faim. C’est là un autre domaine dans lequel nous ignorons souvent les opinions et sensations des enfants. Envisagez positivement votre garde-manger en y prévoyant des aliments variés et sains dans lesquels vos enfants peuvent piocher quand ils veulent.
  10. Ne commentez jamais la quantité de nourriture(trop ou trop peu) que vos enfants mangent.
  11. N’utilisez jamais la nourriture comme récompense, incitant ou punition ! (C’est là un des sujets où l’on voit un certain nombre d’abus !)
  12. Préservez vos enfants des médias diffusant une image négative du corps – résiliez votre abonnement aux magasines féminins, ne regardez pas « The Biggest Loser » ou « Toddler and Tiaras » (ciblés sur l’apparence), et tout programme de variété promouvant l’apparence comme route vers le bonheur.
  13. Evitez de parler de la nourriture selon ses caractéristiques nutritionnelles – disséquant la nourriture en graisses, carbones, calories et autres aspects propres à susciter l’obsession et la comptabilité (point difficile depuis que c’est enseigné à l’école).
  14. Encouragez les aspects de l’estime de soi qui ne sont pas basés sur l’apparence – la spiritualité, les valeurs, l’empathie, l’effort…
  15. Faites du bénévolat ! C’est beaucoup plus difficile de penser à quelque chose d’aussi superficiel que la corpulence si on est confronté aux situations réellement critiques.

Dame Andine cogite