La parentalité et les gros sous [mini debrief]

Retard abyssal pour ce debrief… Mille pardons à tous les lecteurs des VI et aux neuroneuses (et neuroneurs) également…

La mère, l’enfant, le patient, les parents, les élèves… sont des cibles commerciales comme les autres, et si certaines entreprises ou institutions tentent de manier, avec plus ou moins de bonheur, une certaine forme d’éthique, ce n’est évidemment pas le cas partout et tout le temps.

Pascale72 nous a ainsi parlé d’un article du linguiste Alain Bentolila paru dans Cerveau & Psycho (décembre 2014) intitulé Sommes-nous tous devenus stupides, un titre qui d’ailleurs fait référence à son propre livre paru en septembre dernier, Comment sommes-nous devenus si cons ?Dans cet article, Alain Bentolila tire à boulets rouges sur la production télévisuelle et certaines facettes des réseaux sociaux, dénonçant la médiocrité des émissions, la banalisation de la violence et de l’indécence, ainsi que leur indéniable pouvoir d’attraction sur les jeunes cervelles. (Re)lisez l’article de Pascale72. Elle reprend les propos du linguiste, et l’actualité leur donne un relief tout particulier.

J’ai lu l’article de Cerveau & Psycho, mais l’auteur dénonce sans proposer de pistes concrètes. Je n’ai pas lu son livre et je ne sais pas s’il y est plus constructif. Cela étant dit, dénoncer l’inanité des émissions télévisées et exhorter parents et enseignants à donner l’exemple est déjà une étape intéressante, probablement indispensable. Mais surtout, et plus que jamais, il nous faut guider nos enfants dans le monde.

Pourquoi parler de « gros sous » dans le titre de ce debrief, alors, puisqu’il s’agit ici surtout de dénoncer la médiocrité de la soupe servie par la télévision (entre autres) ? Et bien parce que cette soupe, elle est ainsi pour des raisons économiques. Les programmes sont écrits et calibrés avec un objectif bien précis : nous faire rester devant le poste, de préférence en masse, afin que la mesure d’audience donne de la valeur aux cases publicitaires innombrables qui interrompent sans cesse le flux. Quant aux enfants, on sait bien que les produits dérivés des séries animées, qui vont des céréales aux cartes et figurines, se vendent comme des petits pains…

Autrement dit, les émissions « pensées » de la sorte par les producteurs ne sont pas seulement médiocres, elles sont calibrées pour rapporter le maximum d’argent, selon une « méthode » qui est tout sauf éthique, puisqu’elle joue sur de nombreux ressorts psychologiques, et pas parmi les plus nobles… Il faudrait reparler, par exemple, du placement de produit dans les séries animées destinées à la jeunesse… Ou du neuromarketing… Brrrrr…

Les choses ne sont guère plus reluisantes dans la relation de soin. MèreCruelle nous parle ainsi d’une nouvelle disposition, en Grande Bretagne, recommandant aux femmes enceintes ne présentant pas de risque particulier d’accoucher ailleurs qu’à l’hôpital. Allez lire son article, qui reprend le Figaro Santé, lui même reprenant une news du NICE (National Institute for Heath and Care Excellence). Ce serait enthousiasmant si la raison n’était pas essentiellement budgétaire. Parce que finalement, la question n’est pas de savoir où on accouche, mais bien comment ! La question de la sécurité est essentielle, pour tous les accouchements, que cela se « présente bien » ou non. Accoucher dans un environnement où la technique permet le meilleur, mais où surtout les désirs d’accompagnement de chaque femme sont respectés, n’est probablement pas un choix économique, en France comme en Angleterre…

Publicités

Une réflexion sur “La parentalité et les gros sous [mini debrief]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s