Pour ma toute première participation aux Vendredis intellos, je me suis demandée : « C’est quoi la différence entre être mère et être maman? » J’ai fouillé ma bibliothèque remplie puis j’ai fouillé dans une partie de mes cartons remplis eux aussi parce que j’ai trop de livres et que du coup je suis obligée de stocker.

Selon notre cher Larousse la mère est :

mère: nom féminin
(latin mater)
Femme qui a mis au monde ou qui a adopté un ou plusieurs enfants : Elle est mère de trois enfants.
Femme qui joue le rôle d’une mère : Elle a été une mère pour ses neveux orphelins.

Ok, c’était pas le Larousse qui allait m’aider, quoi que, il y a donc deux types de mères, celle qui met au monde et celle qui élève, qui joue le rôle de la mère. On peut être les deux et on peut être une seule des deux.

Cette double casquette de la mère d’ailleurs se retrouve dans le livre Lambeaux de Charles Juliet

Un jour, il te vient le désir d'entreprendre un récit où tu parlerais de tes deux 
mères, l'esseulée et la vaillante, l'étouffée et la valeureuse, la jetée-dans-la-
fosse et la toute-donnée. Leurs destins ne se sont jamais croisés, mais l'une par 
le vide créé, l'autre par son inlassable présence, elles n'ont cessé de 
t'entourer, te protéger, te tenir dans l'orbe de leur douce lumière.

Dans cette autobiographie (qui est géniale d’ailleurs) l’auteur rend hommage à sa mère décédée et à sa mère adoptive, celle qui l’a élevée, celle qu’il a connu, et l’absente. On observe bien cette ambivalence, cette place profonde des liens biologiques mais aussi celle des liens éducatifs.

Cette problématique se retrouve chez beaucoup d’enfants adoptés, ballotés entre leur mère biologique et leur maman.

La différence est elle dans ce simple mot : maman? A t’on besoin de ce petit nom pour se sentir mère à part entière ?

« Mère » garde quand même un aspect légal, c’est ce qui est écrit sur les papiers, ce la révèle un statut. « Maman » relève de l’affectif de l’émotion. J’ai choisi pour exemple ces paroles de Jacques Brel, Hé! M’man

Les autres savent pas ce qu'ils disent Les autres ils disent n'importe quoi
Non, non il faut passer ta robe de dentelle On défilera de sur la promenade
Tu souriras arcade après arcade Les hommes diront que c'est toi la plus belle
Et tant pis si les femelles jasent Et tant pis si jasent les bourgeois
D'ailleurs il n'y a plus de bourgeois Maman il n'y a plus que des bourgeoises
Hé! Maman faut pas pleurer comme ça
Dis, dis, dis hé! Maman

Oui si on remplaçait le mot « Maman » par le mot « Mère », les paroles n’auraient plus de charme, les paroles seraient froides.

Le mot mère met il de la distance ? Appeler sa mère « Maman » ou l’appeler « Mère » est ce la même différence qu’entre appeler une femme par son prénom ou l’appeler Madame ? Comment doit on se définir en société ?

Si sur les papiers je remplie maintenant la case mère toujours avec un certain émoi, dans la vie de tous les jours j’ai plutôt tendance à dire, « Je suis maman. » A vrai dire je ne me pose jamais la question, en 6 mois maman est devenue mon second prénom, ma seconde identité.

Aujourd’hui pratiquement plus personne ne se fait appeler mère par ses enfants, mais à l’époque, lorsque « mère » était l’usage, les liens étaient t’ils les mêmes ? Cette proximité qu’inclue le mot « maman » existait t’elle malgré tout ?

Un mot est un mot et malgré les synonymes , chaque mot à son identité propre, ils ne veulent pas dire la même chose, c’est d’ailleurs pour ça qu’il faut toujours soigneusement les choisir. Je ne sais pas ce qu’est être mère, mais je sais ce que c’est d’être Maman. Là est toute la différence et si je suis mère sur le papier je fonctionne à l’affectif, peut être qu’à l’adolescence de ma fille lorsque je serai fâchée un jour je prononcerai cette phrase : « N’oublis pas que je suis ta mère » et là, peut être la dimension de ce mot prendra sens pour moi.

Et pour vous y a t’il une réelle différence entre ces deux termes ?

Et en exclu Top 5 de mes livres préférés qui parlent des Mamans ou des Mères

Sido de Colette

Lambeaux de Charles Juliet

Vipère au poing de Hervé Bazin (et là pour le coup Folcoche c’est vraiment pas le genre à se faire appeler maman)

À la recherche du temps perdu de Marcel Proust

Le château de ma mère de Marcel Pagnol (ça c’est mon côté provençal qui parle)

Bisous à tous

et

Bonne Lecture

Cet article vous a plu ? Vous pouvez aussi me suivre sur mon blog

Mamanuages