L’école pour chacun, l’école de tous [mini debrief]

Ce debrief a beaucoup de retard mais il est important pour moi car il aborde deux questions qui me tiennent à cœur, en lien avec les enfants et l’école, l’école de nos enfants.

C’est quoi un zèbre ? titre cecilelacourdespetits. Cécile a lu pour nous le livre de Jeanne Siaud-Facchin, L’enfant surdoué : l’aider à grandir, l’aider à réussir. Son article reprend la plupart des points importants développés dans l’ouvrage, et notamment la raison de la dénomination « zèbre », ainsi que les grandes caractéristiques de ces « zèbres ». Une excellente mise au point, donc, pour essayer de sortir des préjugés (non, les « zèbres » ne sont pas tous premiers de la classe) et de réclamer un peu de bienveillance pour ces enfants sensibles, souvent mal dans leur peau et en décalage autant avec leurs pairs qu’avec les adultes.

Evidemment, pour beaucoup de zèbres, l’un des premiers soucis est l’école. Quand un enfant est très différent, il peut avoir du mal à se couler dans le « moule » : rejeté par ses camarades, il est aussi parfois houspillé par les adultes (enseignants mais aussi autres membres de la communauté éducative). D’autant qu’il y plusieurs sortes de zébritude, que tous les zèbres ne le sont pas de la même façon, et que le cumul n’est pas interdit : on peut être zèbre ET dys par exemple.

Le « diagnostic » (qui doit être complet) est donc très important, pour bien comprendre les contours et les caractéristiques de chaque zébritude, et pour pouvoir s’appuyer sur les textes. Mais ce n’est pas l’essentiel, car peu importe le « score » : il faut surtout mettre en place un accompagnement de nature à permettre une insertion scolaire et sociale satisfaisante.

Voir aussi, sur les VI, la chronique de Pascale sur l’ouvrage de Nicolas Gauvrit, Les surdoués ordinaires, ainsi qu’un « état de la recherche » réalisé par le laboratoire Cognition et Développement.

L’école pour les enfants, l’école pour chaque enfant. S’adapter aux enfants différents, mais les enfants ne sont-ils pas tous différents ? Comment faire briller dans les yeux de chaque petit la petite étincelle du plaisir d’apprendre ?

Lauradeboutludo s’est quant à elle intéressée à la courte carrière de Céline Alvarez, une enseignante récemment médiatisée du fait de sa démission fracassante en tout début d’année. Elle a passé le concours de professeurs des écoles pour « infiltrer le système » (c’est elle qui le dit) et a directement obtenu une classe expérimentale en ZEP à Genevilliers, entièrement financée (formation et matériel inclus), afin d’y appliquer une pédagogie particulière, fondée sur un environnement de classe inspiré à la fois par les écrits de Maria Montessori et par les grands principes des sciences cognitives appliquées à l’apprentissage. Elle-même parle d’une « bombe pédagogique » « permettant de révéler spontanément tout le potentiel des enfants ».

L’expérimentation de Gennevillers est frappante à plus d’un titre. D’abord parce qu’elle fascine. Regardez le petit Ilyes et dites-moi si vous ne fondez pas. Comment ne pas être d’accord avec Céline Alvarez quand elle dénonce l’échec scolaire ? Comment ne pas s’indigner en apprenant sa démission ? Comment ne pas s’enthousiasmer quand elle promet de partager ses « outils » ?

Et puis on se pose cinq minutes, on laisse retomber l’émotion et… Des enseignants qui innovent en maternelle, à l’école élémentaire, au lycée professionnel, au collège en français, en histoire-géo, en musique, en sport, pour les dys (et les autres), mais aussi avec du multi-âge en classe coopérative,  des ceintures, des brevets, du Montessori, des twittclasses, des twictées ou même leur sauce personnelle pour enfants en grande difficulté, il y en a plein les internets (et il y en a plein d’autres, que j’oublie, pardon, ou qui n’ont ni blog ni compte twitter). Des vidéos qui font pleurer, il y en a moins, mais il y en a, ici par exemple, ou encore ici, ou même . Certaines de ces « expérimentations » se font parfois sans budget et sans grande considération de la part de la hiérarchie ; quant à l’essaimage on parle là d’enseignants qui sont là tous les jours, je dis bien tous les jours, sur Twitter et sur les forums, à partager, inlassablement, mais aussi à questionner, améliorer, remettre en question leurs pratiques de classe.

Et qui ne démissionnent pas.

PS. On en reparlera :)

Publicités

Une réflexion sur “L’école pour chacun, l’école de tous [mini debrief]

  1. Merci beaucoup de ton débrief!!! Et désolée de mon retard à commenter (en général, je « surveille » de loin les publications et ne commente que tout d’un coup quand je rédige le plan des débriefs…)!! Merci beaucoup d’avoir cherché tous ces liens pour enrichir le propos et nous donner de nouvelles perspectives!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s