La face obscure de la parentalité {mini-débriefing}

Que celui ou celle qui n’a jamais pensé qu’être parent était dur me jette la première pierre ! Pourtant l’humanité continue de se reproduire. Malgré les nuits hâchées, les crises d’opposition ou d’affirmation, et autres joyeusetés.
Alors pourquoi on continue à enfanter ?

La pression sociale ? Car après tout, l’existence de l’instinct maternel a été remise en question. Elisabeth Badinter, dans Le conflit : la femme ou la mère, évoque notamment cette raison. Euprosyne nous reparle de cet ouvrage qui a fait couler beaucoup d’encre depuis qu’il est sorti en 2010. Féministe, Badinter dénonce la pression exercée sur les femmes par la société pour enfanter. Elle évoque la question du désir d’enfant chez la femme, qui peut être inexistant. Elle a le courage de briser des idées reçues qui enferment la femme dans un rôle qui n’est pas obligatoire, celui de mère, et par lequel elle n’est pas obligée de passer pour s’épanouir. Cela me rappelle le témoignage d’Anémone, l’actrice française, qui a déclaré lors d’une interview radio qu’elle regrettait avoir eu des enfants. Je vous laisse découvrir ce billet pertinent ainsi que les commentaires. Ce qui est sûr c’est qu’au-delà des clichés et des clivages homme-femme, il s’agit plutôt de ne pas juger et de laisser les individus s’épanouir dans leurs choix. Mais ces choix sont-ils, en dehors de toute pression sociale, fait en pleine conscience ?

La parentalité c’est parfois tellement douloureux à vivre, à un tel point qu’elle revêt le masque du.. bourreau et se fait violence envers la chair de notre chair. Sandrine S comme C nous parle de la maltraitance infantile, ce phénomène de santé publique massif passé sous silence par les médias. En effet, le sujet est souvent abordé dans les cas extrêmes, ceux où l’enfant trouve la mort sous les coups de ses parents. Des drames largement relayés. Mais qu’en est-il de la maltraitance quotidienne, physique mais aussi psychologique. Les chiffres rapportés dans une enquête de l’INSERM sont effarant. 10 % des enfants serait maltraités. Pourquoi un tel tabou sur un phénomène si répandu ?

 

Et vous, que pensez-vous de ces questions controversées ? Venez nous le dire en commentaire des articles… ou à l’occasion d’une participation dans les Vendredis Intellos !

Advertisements

Une réflexion sur “La face obscure de la parentalité {mini-débriefing}

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s