Les langages de l’amour

5  langages de l'amourSe parler dans la même langue.

Peut-être connaissez-vous déjà « les 5 langages de l’amour » de Gary Chapman car ce n’est pas une nouveauté. Mais si, comme moi, vous étiez passé à côté, ça vaut vraiment le coup de s’y arrêter.

Ce journaliste anime des séminaires pour les couples dans le monde entier dans lesquels il explique qu’il y a cinq façons de communiquer son amour:

– Les paroles valorisantes
– Les moments de qualité
– Les cadeaux
– Les services rendus
– Le toucher physique

L’idée est de communiquer son amour à l’autre de la façon dont il peut le recevoir car sinon cela ne remplira pas son « réservoir émotionnel ». Si on trouve le langage de l’autre, il est facile de remplir son « réservoir d’amour » et la plupart des problèmes liés à la vie commune disparaissent comme par magie, ça fait envie, non? (cf: « Comment communiquer son amour? »).

 

Les enfants et le langage de l’amour

Ce qui m’a le plus intéressé, c’est le chapitre dédié aux enfants:

« Si votre enfant prépare souvent de petits cadeaux qu’il a enveloppés avec amour et vous les offre avec des yeux brillants de joie, il est sans soute très sensible lui-même au langage des cadeaux. Si vous constatez que votre fils ou votre fille aide son petit frère ou sa petite sœur, vous pouvez, sans risque de vous trompez, en déduire qu’il ou elle est porté(e) sur le langage des services rendus. Si l’enfant répète souvent que vous êtes beau, que vous êtes un gentil papa ou une merveilleuse maman, que vous avez bien réussi le gâteau ou la tonte du gazon, il est enclin à utiliser et à bien comprendre le langage des paroles valorisantes. »

Gary Chapman, à propos des paroles valorisantes, décrit l’enthousiasme des parents devant leur bébé:

« Quel joli petit nez!…Oh, ces bouclettes! ». Lorsque le petit commence à se déplacer à quatre pattes, les parents s’émerveillent et applaudissent à chaque progrès réalisé.(…) Comment se fait-il qu’au fur à et mesure que l’enfant grandit, nos paroles, d’appréciatives qu’elles étaient, deviennent dépréciatives? Le bambin a 7 ans. Nous entrons dans sa chambre et lui demandons de ramasser ses petites autos et de les mettre dans la caisses à jouets. Il y en a douze qui traîne par terre. Nous revenons quelques minutes plus tard. Sept autos ont été ramassées. Que disons-nous?: « Je t’avais demandé de tout ramasser. Si tu ne le fais tout de suite, je… ». Pourquoi ne nous écrions-nous pas: « C’est bien, Grégory, tu as déjà rangé sept voitures! » Si nous tenions ce langage, les cinq dernières sauteraient toutes seules dans la caisse! ».

Quelques indications sur les autres langages d’amour (vous aurez deviné sans peine quel est le mien):

– Moment de qualité
« Répondre au besoin de moments de qualité de l’enfant, c’est lui accorder une attention soutenue. Pour le tout petit, c’est s’asseoir avec lui par terre et jouer à lui envoyer la balle. C’est lui parler de petites autos ou poupées… Bref, c’est entrer dans son univers et pratiquer certaines activés en sa compagnie. »
– Services rendus
 » Lorsque vous l’aidez à faire ses devoirs, cela représente pour lui plus qu’une bonne note. Il se dit: « Mes parents m’aiment ». Quand vous l’aidez à réparer un vélo, vous faites d’avantage pour simplement lui permettre de rouler à nouveau. »
– Le toucher physique:
« Si votre enfant aime vous surprendre par derrière, attraper votre bras, vous pousser légèrement, vous faire un cloche-pied lorsque vous traversez la pièce, ou simuler une lutte sur le tapis, il indique que le toucher a une grande importance pour lui »
– Les cadeaux:
« Si l’enfant met rapidement de côté le cadeau que vous lui avez offert, s’il dit rarement merci, s’il ne prend pas soin de ce qu’il a reçu, s’il en fait peu de cas, vous pouvez être certain que le principal langage d’amour auquel il est sensible n’est pas celui des cadeaux. »

Ce que je trouve vraiment intéressant, c’est qu’il propose une autre interprétation des situations qu’on a tous vécus en tant que parent: l’enfant n’est pas bagarreur, il est en demande de « toucher », il n’est pas désobéissant, mais en demande de compliments, il n’est pas ingrat, mais insensible aux cadeaux… Sans vouloir trouver des excuses à tout, c’est toujours enrichissant de voir les choses avec un nouveau regard, non? Dans le même genre de décodage de nos enfants, cette fois axé sur les cinq sens: « Connaissez-vous vos enfants? »

Et vous, connaissez-vous le langage d’amour de vos enfants?

Publicités

10 réflexions sur “Les langages de l’amour

  1. J’ai l’impression que plus on grandit, plus les adultes utilisent les paroles dépréciatives. On retient que ce que l’enfant n’a pas fait ou n’a pas fini, on ne le complimente pas sur ce qu’il a fait et c’est dommage.
    Je retiendrais l’utilisation des paroles valorisantes au lieu et à la place des paroles dévalorisantes et pour cela, merci de m’avoir fait découvrir cet ouvrage.

    • oui, pour un enfant sensible aux paroles valorisantes, les paroles dévalorisantes seront d’autant plus destructrices… j’ai découvert récemment aussi que l’intonation peut avoir beaucoup d’effet: une critique faite sur le ton d’un compliment passe beaucoup mieux (….que l’inverse! ;-)

  2. Merci beaucoup de cette contribution et bienvenue sur les VI!! A lire l’extrait que tu nous proposes j’ai l’impression que nous sommes nombreux-ses à nous laisser entraîner dans notre quotidien, la somme des tâches à abattre, les soucis, etc… et que prendre le temps d’un câlin, d’une histoire, d’un mot qui ne soit pas qu’une réponse automatique ben… c’est déjà un petit défi!
    Après, je ne suis pas trop partisane des compliments « normatifs » mais apprécie plus les compliments « descriptifs »… (je me permets du coup de te renvoyer vers cet article précédent plutôt que de pondre ici une grosse tartine… https://lesvendredisintellos.com/2014/02/08/voir-les-choses-du-bon-cote-avec-le-compliment-descriptif-bibliotheque-des-vi/)

    • oui, je suis tout à fait pour les compliments descriptifs, (j’ai découvert la nuance, il y a peu de temps). Ce qui me plait dans ce livre, c’est qu’il relève l’importance de communiquer son amour, alors qu’on pense d’ordinaire que « ça se voit » ou que « c’est évident », ce qui n’est pas toujours le cas ;-)

  3. Pingback: La communication, l’essence de l’être humain {mini-debriefinf} | Les Vendredis Intellos

  4. Pingback: La communication, l’essence de l’être humain {mini-debriefing} | Les Vendredis Intellos

  5. Pingback: Etre parent, ça s’apprend dans les livres?Drôle de Maman

  6. Pingback: (De l’importance de) leur faire sentir leur importance. | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s