Les nouveaux pères en perte de repères ?

Il y a des jours où on tombe sur un super article: Les nouveaux pères ne sont pas des gens fabuleux : rafraîchissant, encourageant, revigorant et j’oserais presque dire novateur si ça n’allait pas à l’encontre de la thèse de son auteur… [edit du 15/07/14: Thomas Messias pour slate. fr, jeune père naturellement égalitariste]

Mais ce même article pointe vers un autre (pour le dénoncer) Les nouveaux pères sont-ils trop mères ? et celui-ci est consternant ! Il y est dépeint, en creux, le portrait d’un couple parental totalement caricatural, directement tiré des années 50…

On y parle de « rôle » : celui de la mère, celui du père.

Le père incarne l’autorité et structure la personnalité de l’enfant. C’est lui qui l’introduit dans la société des hommes. Il stimule sa motricité. Il impose les limites et constitue la figure d’identification sexuée.

De son côté, la mère change les couches, donne le bain et prépare de bons petits plats. Elle enferme l’enfant dans une relation exclusive, « tactile » et câline, qui le coupe du monde extérieur. Elle est permissive et conciliante.

Le rôle traditionnel du père, tourné vers l’autorité, s’estompe au profit d’une paternité plus « féminisée », voire maternelle. Ces pères aiment avec plus d’intensité et moins de distance, car ils changent les couches, rassurent les plus petits la nuit, organisent des goûters, etc. Dans leur relation à l’enfant, ils s’approprient donc des comportements originellement réservés aux femmes. Toutefois, ces hommes doivent rester, malgré cette mutation, des personnes structurantes et dépositaires de l’autorité.

L’auteur insiste alors sur la mutation du rôle du père et le « risque de confusion » alors induit par un père
qui endosse tout ou partie des tâches dévolues traditionnellement à la mère.

Mais que dire des pères tactiles, ces « papas poules » qui assument devant leurs enfants jusqu’aux tâches ménagères les plus ingrates ?

Heureusement, certaines nuances sont apportées pour nous « rassurer« : l’homme poilu, costaud avec sa voix grave, ne peut en aucun cas être pris pour une gonzesse ! Toute forme d’autorité maternelle ne participe qu’à la construction de la figure paternelle, comme le laxisme paternel ne fera que consolider l’image maternelle (?!?)

Conséquence : c’est souvent à la mère séparée de dire non. En endossant ce rôle d’autorité, ces mères ne glissent-elles pas doucement vers la paternité ? Serge Tisseron lève toute ambiguïté : « La mère sévère ne devient pas le père, elle participe juste à la construction de la référence paternelle. Tout comme le père permissif participe à la construction de la référence maternelle. » On peut alors parler de transfert sans confusion dans les couples séparés, la mère assumant en connaissance de cause le rôle de l’instance « interdictrice » sans supplanter le père.

Il associe bien l’autorité à son père.

A l’avenant de mon résumé, le choix lexical est totalement grotesque et excessif: le soin des enfants est
présenté comme contraignant, l’éducation comme « répressive« , les tâches ménagères « discréditent le père aux yeux de l’enfant« , etc.

Il est navrant de trouver ce genre d’article sur un site de « psychologies ». Une rapide recherche sur le journaliste – Jean-Baptiste Drouet – permet de trouver qu’il ne s’agit non pas d’un révolutionnaire français et qui, dans ce cas, se serait trompé de sujet. Mais bien d’un de nos contemporains, soi-disant spécialiste de la question.
Peut-être que, en réalité, je n’ai rien compris et cet article est à prendre au second degré… Toute la vérité de l’article serait alors dans la citation suivante (la seule que j’ai réussi à sauver !):

« Même si un père se charge des tâches habituellement réservées à la mère, il reste père symboliquement, tempère Jean Le Camus. Toutes les études montrent que plus un père est tactile et tendre, plus l’effet en est bénéfique sur le développement social, affectif et cognitif  de l’enfant. »

Ouf, me voilà rassurée !

Advertisements

14 réflexions sur “Les nouveaux pères en perte de repères ?

    • Effectivement, cette phrase est un peu l’apogée de la connerie de l’article !!! A croire que l’auteur est même incapable de nuancer un tout petit peu ses propos en parlant d’un modèle féminin et d’un modèle masculin : tout n’est que mère ou père, tout n’est que caricature !

  1. Mon Dieu… c’est encore possible de sortir des âneries pareilles. Bon, c’est sûr qu’il y a quand même eu la manif pour tous avec « pas touche à nos stéréotypes de genre ». L’auteur fait peut-être partie de cette fine équipe.

    • Le plus flippant en vérité, c’est que cet article apparaît en tête de liste lorsqu’on fait une recherche sur « nouveaux pères » dans g**gle… Un peu comme si cet état des lieux complètement réac était une référence sur ce qui se fait en matière de paternité… inquiétant en ce qui concerne l’état de notre société !

    • Après la découverte de ce texte, il m’a fallu plusieurs jours pour me « calmer »… et j’avoue que j’ai soupiré un bon nombre de fois en rédigeant mon billet !!! J’ai voulu le décortiquer pour mettre en avant ce qu’il avait d’horripilant… tant mieux si ça marche :)

  2. ça ne m’étonne pas de la presse! j’en suis très fachée car ils ne font que démago et rarement des papiers pertinents et creusés… voilà encore un éclairage qui va dans mon sens (hihi)

    • En effet, il est difficile de trouver de bons papiers creusés et constructifs. J’aime pourtant me tenir au courant de « ce qui se dit » mais il ne faut jamais oublier de s’armer de son sens critique !!!

  3. Merci beaucoup de ta contribution qui montre encore le chemin à parcourir pour tordre le cou aux préjugés sexistes!
    Le deuxième lien vers l’article que tu critiques ne fonctionne pas (chez moi du moins)… et du coup je n’ai pas bien compris ta phrase introductive: ce sont deux articles du même auteur? L’auteur se contredit lui-même?
    Sur le reste j’avoue que plus encore que cette séparation dichotomique et stéréotypée des rôles entre père et mère, ce qui me choque c’est le vocabulaire employé montrant à quel point le rôle dévolu à la mère est perçu comme humiliant là où celui dévolu au père est envisagé comme valorisant. Pour un peu on se retrouverait dans les cours de récré: la honte des garçons à l’idée « ressembler à une fille » et la transgression que représente pour une fille le fait de « ressembler à un garçon ».

    • Ça ne fonctionnait pas… J’ai mis le lien à jour et ajouté un petit complément pour aider à la compréhension.

  4. Pingback: Faire du mieux qu’on peut {mini-débrief} | Les Vendredis Intellos

  5. Pingback: Les nouveaux pères en perte de repères ? | La Maman sur le Gâteau

  6. Pingback: Les nouveaux pères en perte de repères ? | Je me disperse

  7. Pingback: Parents | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s