Neurosciences et éducation avec le Dr Gueguen

Ce livre  » Pour une enfance heureuse »  regroupe mes thèmes de prédilection : les neurosciences, les émotions, le maternage, les enfants, et la communication non violente.

J’étais ravie en le découvrant, me disant que ce genre de livre pouvait aider à l’ouverture des mentalités, notamment en France, où tout est plus facile à accepter quand c’est « la science qui l’a dit ».

Le sous-titre d’abord «  Repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau ». Merci donc à l’imagerie médicale qui nous permet de mieux comprendre ce qu’il se passe dans nos cerveaux, et notamment celui de nos enfants. Par ailleurs, tout n’étant pas biologique, le Dr Gueguen précise :

«  Dans un débat sur l’affectivité  et les relations humaines, l’introduction des sciences peut faire craindre que l’on réduise l’être humain à du biologique. Mais comprendre les déterminants biologiques de notre manière d’être, de nos réactions psychologiques et affectives lorsqu’on entre en relation avec autrui, savoir ce qui se passe dans notre corps lorsque l’on éprouve des émotions, des sentiments n’enlève rien aux charmes et aux mystères de la relation humaine. Au contraire, la compréhension des déterminants biologiques peut nous aider à mieux nous connaître et à appréhender autrui avec plus d’empathie. Cela nous permet d’apprendre et d’accepter que la réalité de notre condition humaine est faite d’interactions indissociables entre notre corps, nos affects, nos pensées et l’environnement » 

Et ça, ça me parle. Parce que je suis convaincue que les informations dont nous disposons participent on ne peut plus activement à nos comportements. Par exemple, lorsque l’on sait que :

«  Vers l’âge de 5-6 ans, l’enfant commence donc à contrôler un peu mieux ses émotions négatives, à comprendre leurs causes et à savoir les surmonter » 

« Les quatre premiers mois, les régions du cerveau servant à notre survie, à nous alerter des dangers sont très actives, dominantes. L’enfant vit dans un état d’alerte et de vigilance. Face à une situation imprévue ou qu’il ne comprend pas, il est très vite submergé par la peur, l’angoisse, la colère » 

Nos réactions peuvent se modifier à la lumière de ce type de données. Quand je suis face à ma petite de 2ans 1/2 qui pleure et hurle parce que je suis lasse de la pousser sur sa balançoire, je comprends alors qu’elle ne peut faire autrement, qu’elle n est pas encore capable d’exprimer sa déception de façon plus tempérée, et je cesse plus facilement de me dire qu’elle «  fait son cirque ». Quand mon bébé de 3 mois pleure parce que nous arrivons dans un endroit inconnu avec plein de personnes inconnues elles aussi, je peux être plus empathique, envisager qu’il a peur ou soit angoissé et adopter un comportement plus rassurant.

Tout ces exemples du développement du cerveau de l’enfant, nous pouvons les retrouver chez Isabelle Filliozat *, mais dans cet ouvrage nous allons encore plus loin dans notre compréhension. A la fois sur les mécanismes du stress et des émotions en général, chez l’enfant en particulier, et sur l’impact de l’environnement dans le développement du cerveau mais aussi sur le rôle et le fonctionnement des différentes parties de notre cerveau, des hormones, du système nerveux.

Allergiques à la biologie humaine s’abstenir !! Moi j’adore !

Sauf que…. Mieux vaut avoir lu le livre AVANT d’être parent, ou d’être un parent qui utilise les outils de la parentalité positive depuis la naissance de ses enfants. Parce que ça peut faire peur, et engendrer beaucoup de culpabilité…

« L’ambiance dans laquelle vit l’enfant, la conduite, l’attitude de son entourage seront déterminantes pour sa vie future. Les premières années de sa vie, de sa conception à 6/7 ans, sont de véritables fondations sur lesquelles s’enracinent toute existence humaine. Les expériences relationnelles que l’enfant vivra durant ces premières années seront décisives » 

« Quand l’enfant grandit entouré de tendresse, de sécurité affective, il développe non seulement une intelligence émotionnelle et sociale, mais cela lui évite aussi des perturbations physiologiques cérébrales et même structurelles qui, lorsqu’elles se sont installées, sont souvent à la base de difficultés affectives et comportementales durant l’enfance, l’adolescence et à l’âge adulte. » 

Waouh, tout se joue donc avant 6 ou 7 ans… ??

«  Ce défi à relever nous amène à prendre la mesure de la très grande responsabilité des adultes vis-à-vis de l’enfant. Nos manières d’être ont des effets directs sur le cerveau de l’enfant, sur sa vie actuelle et future. Mais il est rassurant de savoir que, du fait même de la plasticité cérébrale, l’impact d’éventuelles erreurs pourra être corrigé à condition qu’elles n’aient pas duré trop longtemps » 

Ouf ! Merci la neuroplasticité. Tout ne semble pas figé. J’ai pu faire des erreurs en tant que parent mais je peux revenir en arrière.

Mais c’est quoi «  duré trop longtemps » pour des erreurs parentales ??? Et de quelles erreurs parle-t-on ? Laisser pleurer ? Confondre colère et caprice ? Mettre des gifles ? Humilier ?

Le second point qui m’interpelle c’est que nous, parents, ne pouvons pas toujours être constants dans notre bienveillance  et que cette lecture met la barre haute. Et là, j’ai peur pour les mamans et les papas voulant être bienveillants et qui s’imposent une constance inatteignable, pouvant être source d’un grand stress et donc de violence par épuisement, impuissance.

Mais finalement, la culpabilité n’est-elle pas l’écueil de toutes ces lectures pour une éducation différente, positive, bienveillante, créative, respectueuse… appelez là comme vous voudrez.

Parce que ce livre je l’ai trouvé passionnant. Une synthèse de tous ces auteurs et ces personnalités qui font bouger le regard porté sur l’enfant : Alice Miller, Olivier Maurel, Isabelle Filliozat, Aletha Solter entre autres. Des apports de découvertes scientifiques récentes qui permettent de valider (si cela était encore nécessaire !) les techniques de communication de Thomas Gordon, Marshall Rosenberg ou Faber et Mazlish, comme des outils pour mieux grandir ensemble.

Si tous les pédiatres et professionnels de l’enfance pouvaient lire ce livre, ils seraient les porte-voix d’un nouveau regard, ils sensibiliseraient les parents cherchant les précieux conseils attendus des experts censés se mettre à jour de leurs connaissances.

En tout cas, une chose est sûre… ça bouge!  Et si des médecins défendent tout cela, publient et informent sur des bases scientifiques, ça pourrait aller encore plus vite !

L’accessibilité de ces informations au plus grand nombre constitue l’ouverture à un autre regard et de fait, à d’autres comportements…

Retrouvez cet article et d’autres encore sur mon blog

Christine la sophro, heureuse de sa première participation aux VI !

 

*Notamment dans « J’ai tout essayé » « Il me cherche » et « Au cœur des émotions de l’enfant »

Publicités

14 réflexions sur “Neurosciences et éducation avec le Dr Gueguen

  1. Merci Christine pour cette première participation !
    Comme toi je trouve que l’écueil principal des lectures que l’on peut avoir sur l’éducation bienveillante, positive etc… c’est la culpabilisation. Et la pression que l’on se met à vouloir bien faire. Du coup, parfois je me dis simplement « essaye de ne pas mal faire, ça sera déjà bien » ;-)
    Est ce que cet ouvrage parle de résilience ? C’est un concept qui permet de positiver un peu, et qui illustre la plasticité incroyable de notre cerveau.

    • Merci Miliochka pour ce commentaire.
      L’ouvrage est très dense et je ne sais plus avec certitude si le mot « résilience » est cité en tant que tel. L’espoir semblait quand même permis ;-) en parlant de plasticité cérébrale.
      Concernant la culpabilité, le Dr Gueguen aborde quand même l’isolement, la fatigue et les besoins des parents, et propose d’ailleurs des solutions, comme par exemple l’allongement de la durée du congé mat et paternel aussi , l’information, la sensibilisation ( pour l’allaitement, le maternage, la communication..). On sent que l’auteur ne cherche pas à faire culpabiliser les parents, mais plutôt à éveiller les consciences, faire de la prévention, tout en donnant des outils de CNV ( le livre est d’ailleurs préfacé par Thomas d’Asembourg).

  2. C’est marrant, je sors juste de la chambre où je viens d’endormir ma fille en lisant ce fameux livre de Catherine Gueguen et je tombe sur ton article!! Je n’ai pas encore terminé le bouquin, mais il me fait le même effet qu’à toi: je suis bluffée, fascinée par toutes ces infos scientifiques. Bref, merci beaucoup pour ce premier article qui mérite d’être lu par le plus grand nombre!

  3. Bonjour Christine,
    J’ai moi-même ce livre entre les mains en ce moment, et tout comme toi, qu’est-ce que j’aime comprendre les liens entre nos actes et les réactions biologiques qui se passent chez nos enfants ! C’est pour moi un socle vraiment incontournable, tous les parents devraient être informés (formés ?) pour agir en connaissance de cause :)
    En revanche, un encadré m’a beaucoup refroidie : elle explique que les employés de crèches et garderies sont très mal formés et que l’éducation bienveillante est loin d’être entrée dans les moeurs dans ces structures. J’ai peut-être eu beaucoup de chance, mais dans les deux crèches que ma fille a fréquentée, l’éducation bienveillante est clairement la base de travail des puéricultrices. Je l’ai trouvée trop radicale sur ce point, et comme à chaque fois qu’un auteur noircit trop le tableau, j’ai tendance à prendre un peu de recul sur tout le reste de la lecture… car personnellement, je ne suis pas sûre que la majorité des assistantes maternelles pratiquent l’éducation bienveillante, alors jeter le discrédit sur toutes les structures d’accueil de la petite enfance, j’ai trouvé ça vraiment dommage.
    Mais ceci concerne un encadré sur un livre de plusieurs centaines de pages, resituons un peu les choses !

    • Bonjour Jarmolaine,
      Je ne retrouve plus l’encadré dont tu parles.. Je rejoins cependant le Dr Gueguen, peut-être de façon plus tempérée, mais dans une grande majorité, les professionnels de la petite enfance ( ass mat ou crèches) sont encore peu formés et informés sur le développement neuro affectif de l’enfant.
      Rappelons nous aussi que les techniques d’imageries médicales permettant de voir notre cerveau en action ne date que des années 90… les expérimentations, puis les publications et enfin la vulgarisation grand public nous sensibilisent finalement depuis peu d’années… Et il me semble que les théories psychanalytiques dominent aussi encore beaucoup…
      J’ai comme toi la chance que notre fille fréquente une crèche où la bienveillance et le respect du rythme de l’enfant est au premier plan, mais c’est une toute petite structure qui facilite cela, dans de grandes structures, la réponse aux besoins de l’enfant devient quasiment impossible lorsque l’adulte a en charge 4-5 ou 6 enfants….

  4. Pingback: Apprendre à vivre les émotions {mini-débriefing} | Les Vendredis Intellos

  5. Pingback: L’amour scientifié | Les Vendredis Intellos

  6. Pingback: Quand les conditions de vie impactent le génome | Les Vendredis Intellos

  7. Pingback: Questions autour de la « parentalité positive  et autres notions du même genre {Dossier thématique + bibli des VI} | «Les Vendredis Intellos

  8. Pingback: Christelle Guillet (kenjoro) | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s