Le lait est-il le même pour un garçon et pour une fille ?

Il y a quelques semaines paraissait un article dans la revue scientifique généraliste PLOS One, dont le titre est : « Biased Milk Production Programmed during Pregnancy as a Function of Fetal Sex ». La presse (voir par exemple le Huffington PostLes Échos, etc…) s’en est emparé à grand bruit, et a déclaré tout azimut que le lait pour garçon et pour fille était différent en qualité et en quantité.

Problème : le titre complet de l’article est en fait :

« Holsteins Favor Heifers, Not Bulls : Biaised Milk Production Programmed during Pregnancy as a Function of Fetal Sex« 

Traduction (grossière) :

« Les vaches de race Holstein favorisent les génisses, pas les boeufs : production différenciée de lait programmée durant la grossesse en fonction du sexe du foetus ».

On est loin de la question de la différence entre nourrisson mâle et femelle chez l’être humain !!

En cherchant un peu, j’ai essayé d’y voir un peu plus clair sur le sujet. Voici les grandes lignes que j’ai développé dans un billet sur mon blog.

Comme le disent les auteurs de l’article, il y a eu quelques études sur les différences entre le lait humain pour garçon et pour fille :

Direct evidence for sex-biased milk synthesis among non-domesticated species has now been reported in ungulates (Cervus elaphus hispanicus, [23]), rodents (Myodes glareolus [24]), primates (Macaca mulatta [25–26]; Homo sapiens [27–29], but see also [30] for exception), and marsupials (Macropus eugenii, [31]).

Des « évidences » (traduction sujette à caution, je l’avoue) pour de la synthèse de lait différenciée suivant le sexe chez l’homo sapiens ? Quand on regarde les références citées, on se rend compte que les échantillons sont très très faibles, (quelques dizaines pour chaque étude) et surtout que les résultats sont contradictoires. L’une trouve que le lait est plus riche pour les garçons, l’autre qu’il est plus riche pour les filles, et la dernière qu’il n’est pas différent selon le sexe.

Par contre, chez les animaux, on note de vraies différences. Chez la vache Holstein, beaucoup plus de lait est fabriqué si le foetus est une femelle. Chez le singe Rhésus, le lait est plus abondant, mais plus pauvre, pour les femelles que pour les mâles, etc…

Ces résultats montrent surtout que chez les animaux, il existe des critères, liés à l’évolution des espèces, qui permettent dans certaines situations, de favoriser un sexe par rapport à l’autre. Par exemple, deux hypothèses sont fréquemment citées :

  • L’hypothèse de Trivers-Willard : le sexe favorisé est celui qui permettra une plus grande descendance
  • Les hypothèses de l’augmentation des ressources locales (Local Resource Enhancement en anglais) et de  la compétition pour l’accès aux ressources (Local Resource Competition) : le sexe favorisé sera celui qui permettra une augmentation des ressources (par une collaboration parent-enfant), ou qui minimisera les questions de compétitions pour l’accès aux ressoureces (par exemple, le sexe qui sera indépendant le plus tôt, et qui partira)

Ces hypothèses ont pu être vérifiées dans divers cas, chez de nombreux animaux.

Chez l’humain, c’est un peu plus compliqué… En réalité, ces hypothèses ont été évaluées dans différents groupes, ethnies… Et sont parfois vérifiées, parfois invalidées.

En Inde par exemple, la sélection des garçons, par avortement sélectif, par infanticide ou défaut de soin des filles peut correspondre à la seconde hypothèse : les filles « coûtent » trop cher (à cause de la dot en particulier), donc les garçons sont favorisés. En Europe occidentale, ce sont souvent les filles qui sont « favorisées ». Mais dans un contexte de peu de pression pour l’accès aux ressources, il est difficile d’interpréter ce favoritisme. A chaque nouveau exemple, on obtient un résultat différent, suivant l’organisation de la société étudiée, sa culture, le niveau de vie…

Ces différences de traitement entre bébés garçons et filles s’expriment par des sélections de sexes lors de FIV (update : attention, je ne parle pas de la situation générale : cela est interdit dans la plupart des pays où les FIV sont réalisés. A ma connaissance, seules quelques cliniques spécialisées existent, aux USA et à Chypre), des avortements sélectifs, et dans les cas extrêmes par des infanticides. Elles s’expriment aussi par des différences en terme de soin, et en premier lieu par des différences pour l’allaitement. Serge Hefez, psychiatre, prétend sur son blog qu’il existe des différences en terme de régulation des tétées entre garçon et fille (Les filles auraient des tétées à heures fixes, alors que les garçons seraient plutôt allaités « à la demande« ). Même si je n’ai pas pu trouver de références fiables sur le sujet, il me paraît assez probable que, compte tenu des représentations sexistes existantes dans la société, qui touchent même les nourrissons, des différences apparaissent très tôt dans la façon dont les garçons et les filles sont allaités. Ce qui a pu être montré néanmoins, c’est que, suivant la société, les garçons et les filles ne sont pas allaités autant. En Europe occidentale, les garçons sont allaités globalement moins longtemps que les filles, ce qui n’est pas le cas en Egypte, Inde, etc…

 

En résumé, ce qui est valable pour les vaches, ou pour certains singes est loin de l’être pour l’homme. Les différences entre le lait maternel pour garçon ou pour fille existent peut être, mais elles sont complètement gommées par les différences culturelles, et dans la façon de s’occuper des bébés garçons et filles. L’auteur principal, Katie Hinde, militante pro-allaitement, semble persuadée que ces différences existent, et qu’il faut les étudier davantage, pour pouvoir en tenir compte dans la mise au point de laits artificiels, ou lors de dons du lait. A mon avis, c’est sur-estimer totalement ces variations, et risquer d’oublier que les véritables différences entre petits garçons et petites filles sont des différences liées aux sociétés sexistes dans lesquelles on vit.

Pour plus de références, et plus de détails, vous pouvez retrouver l’article écrit sur mon blog écrit sur mon blog.

 

Publicités

6 réflexions sur “Le lait est-il le même pour un garçon et pour une fille ?

  1. Je suis allée lire l’article sur ton blog et ouf, l’histoire de choisir le sexe grâce à la PMA est plus développée, en lisant la phrase ici j’avais l’impression que c’était une généralité.

    Or le diagnostic pré implantatoire est très rare, soumis à des conditions très strictes et une sélection du sexe n’est pas permise (sauf si la maladie génétique ne touche qu’un sexe??).

    Donc il s’agit d’une seule clinique, pour gens fertiles, aux US qui fait cette sélection – je me permets de préciser parce qu’avec toutes les croyances qui entourent déjà la PMA, la généralité me gênait un peu.

    • J’aurais peut-être dû être plus prudent ici… Effectivement, il y a quelques établissements, aux USA, à Chypre… Disons qu’en tout cas, il y a les technologies, un marché, avec de l’offre (très restreinte) et des demandes (qui ne le sont peut être pas autant).
      Merci pour tes précisions !

  2. J’avoue avoir tiqué également sur cette sélection du sexe grâce à la pma alors qu’on en est vraiment très loin. En France en tout cas. Mon fils est issu d’une fiv IMSI. Il y a eu selection du ou des meilleurs spermatozoïdes sur leur pouvoir fécondant en écartant tous les autres qui présentaient un défaut de mobilité, des anomalies de queue, de tête etc. Vu comment ils ont été sélectionnés, impossible de voir s’ils sont porteurs d’un chromosome Y ou non.

    • J’ai rajouté deux lignes dans le billet, pour rappeler qu’en France, cela n’est pas autorisé, et pas pratiqué (à ma connaissance). S’il n’existe que quelques cliniques dans le monde qui le pratique, il n’en reste pas moins que cela est réalisable techniquement, et que cela répond aussi à un désir de la part de quelques parents.

  3. Merci beaucoup pour cette belle et riche contribution!!! Je n’ai rien d’autre à rajouter sinon que j’attends avec impatience ton prochain article sur l’explication sociologique du sexe ratio! ;)

  4. Pingback: Vérité en deçà, erreur au-delà [Mini-debrief] | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s