Comprendre ses pleurs, comprendre ses besoins

« Mais pourquoi mon bébé pleure-t-il ? »

La première fois que j’ai entendu et compris cette question, c’est ma première nuit à la maternité. A travers la cloison en papier mâché, j’entendais cette maman désemparée qui répétait en pleurs ces paroles tandis que le personnel hospitalier venait vérifier trois choses : est-ce que le bébé avait été nourri, est-ce que la couche a bien été changée, est-ce que la maman avait bien noté les heures de change et la quantité de lait bu (en minutes ou ml !). Les pleurs du bébé et de la maman ont duré plusieurs nuits…puis ils sont sortis de la maternité.

Je ne connaissais pas la réponse à cette question et je ne savais pas encore que j’allais moi aussi, en tant que parent, également me la poser plusieurs fois, le temps d’apprendre à mieux connaître mon enfant.

Un bébé ne pleure jamais pour rien, il exprime quelque chose. Non, il n’en fait pas trop, non il ne « fait pas ses poumons » -expression que j’ai parfois entendue-, non, il ne fait pas de caprices. C’est un bébé !

Quand le livre « Bébé zen » d’Aurore Aimelet a fait son entrée dans la bibliothèque volante des Vendredis Intellos, j’ai tout de suite eu envie de le lire, non pas parce que j’ai un bébé à la maison (quoique !) mais plutôt parce que je voulais savoir comment cet ouvrage pouvait aider les jeunes parents à mieux comprendre les besoins de leur nouveau-né.

Bebe_Zen_c1_large

Source: editionsleduc.com

Dès le début de ce petit guide, l’auteur propose aux parents les trois essentiels pour donner à son enfant ce dont il a besoin : A, B, C !

A comme Amour […]

B comme Bon sens […]

Un conseil judicieux pour vous qui en cherchez tant. N’écoutez plus tout ce qu’on vous dit. Choisissez plutôt LE bon médecin, celui qui vous semblera pertinent et à l’écoute [… ]

C comme Cohérence […]

Il s’agit alors d’apprendre à se connaître en tant que parent –ce que vous n’étiez pas jusqu’à présent…- puis de se montrer authentique, fidèle à soi-même pour que l’éducation ne soit pas parfaite mais simplement…cohérente.1

Pour expliquer les besoins du bébé de façon schématique, Aurore Aimelet fait appel à …la Pyramide de Maslow !

Source : Bébé zen de Aurore Aimelet, Editions Leduc.s, p43

Source : Bébé zen de Aurore Aimelet, Editions Leduc.s, p43

Après avoir énuméré les besoins physiologiques (de niveau 1) (manger, boire, dormir…), l’auteur s’est intéressée au besoin de sécurité en donnant quelques conseils pratiques aux jeunes parents : porter son enfant, être authentique, ne pas brouiller les repères ou prendre soin de soi en tant que parent. L’originalité de cet ouvrage est dans le fait de s’être intéressé également au besoin d’appartenance, au besoin d’estime mais surtout au besoin de réalisation, d’accomplissement de soi !

Dans un style toujours léger, l’auteur fait passer de petits messages essentiels aux parents :

N’attendez pas qu’il soit parfait ![…]

Laissez-le s’exprimer ![…]

Comme Dolto l’a dit mieux que nous : « Le sentiment de sécurité de l’enfant s’acquiert si on le laisse libre, au jour le jour, de courir des risques à sa mesure, sans l’empêcher d’en courir, en veillant à ce que les risques qu’il court ne soit pas traumatisants mais le mettent dans un effort dont il se sent avoir triomphé quand il y est arrivé, ce dont il faut le complimenter ». Tout est dit.1

Aurore Aimelet propose ensuite aux jeunes parents de les aider à diagnostiquer le souci de l’enfant qui pleure. Elle dresse une liste de tout ce qui peut déranger le bébé.

L’enfant pleure parce qu’il a un souci:
a- physiologique

b- lié à son environnement

c- émotionnel1

On retrouve ici la fameuse check-list que tous les parents ont sans doute tous faite et qui est donc « oh précieuse ! » :

– il a faim […]
– il a soif […]
– il a mal au ventre […]
– il a chaud/froid […]
– il a mal aux dents […]
– il y a trop/ il n’y a pas assez de bruit […]
– il est mouillé […]1

Et plein d’autres petites choses…
Mais aussi :

– il est mélancolique à la tombée du jour […]
– il est énervé […]
– il s’ennuie ferme […]1

L’auteur s’intéresse ensuite au cas plus délicat du parent qui pourrait être la source des soucis de l’enfant, puis très rapidement au baby-blues de la maman ou du papa et à la dépression post-partum.

Quand je dis « rapidement », c’est bien le mot qui me vient à l’esprit. Ce livre de 176 pages se lit très vite, ce qui est très agréable, mais il manque parfois de références. Il n’y a pas de bibliographie pour les parents qui aimeraient en savoir plus sur certains sujets. J‘ai été parfois un peu déroutée par le discours qui s’adresse parfois aussi bien au papa qu’à la maman puis exclusivement à la maman sans que l’on sache pourquoi.

Vous l’avez compris, il s’agit donc d’un guide destiné aux « futurs parents primipares », qui ont besoin de conseils pratiques, un guide écrit sur un ton léger et parfois humoristique. Ceux qui veulent en savoir plus pourront ensuite se tourner vers des ouvrages plus complets s’ils le souhaitent.

J’écris cela…mais en même temps, je repense à cette maman à la maternité, en pleurs,  dont le bébé n’avait visiblement pas un des besoins physiologiques de niveau 1 dans la pyramide de Maslow, puisque ce sont ceux que vérifiait chaque nuit, toutes les 2 ou 3 heures, le personnel hospitalier…

En sachant tout cela, j’aurai peut-être pu lui apporter mon aide si je n’avais pas été moi-même complétement dépassée par mon nouveau rôle de maman.

Source:

1 AIMELET Aurore, Bébé zen : calmer ses pleurs, comprendre ses besoins…tous les conseils pour un bébé serein, Quotidien Malin , Editions Leduc.s, 176 pages (réf à p 28,31,35,37,43, 83-85, 88-104)

Publicités

6 réflexions sur “Comprendre ses pleurs, comprendre ses besoins

  1. Merci pour cette article, en revanche je ne suis pas d’accord avec la pyramide de maaslow et les récentes études faites sur le lien d’attachement le prouve. Parmis les besoins fondamentaux voir même avant ceux ci il y a le besoin de contact. Combien de fois ma fille s est elle mise à pleurer alors que tout le reste était checké et s’est aussitôt calme dans mes bras. Puis une fois ce besoin satisfait j ai pu la reposer tranquillement pour quel vaque à ces occupations.
    Et c est peut être ça qui manquait à cette maman et que le personnel ne lui a pas dit.

    • Merci pour ce commentaire. J’ai également été surprise de voir la pyramide de Maslow dans cet ouvrage sur les bébés (et aucune allusion aux résultats de recherches récentes en neurosciences) mais c’est le fil conducteur choisi par l’auteur pour décrire les besoins de façon simple, je pense. Concernant le portage, elle en parle dans la partie de « besoin de sécurité », pourquoi pas…
      Quand à ce qui manquait à cette maman, cela restera un mystère, son bébé ne pleurait pas le jour quand sa chambre était pleine de visiteurs, c’est peut-être un indice…

  2. Merci beaucoup de ta contribution et merci d’avoir accepté de nous présenter ce nouveau livre reçu pour la bibli des VI!!!
    Pour tout te dire, j’ai été pour mon aîné cette maman que tu entendais par la cloison de ta chambre. Pour mon aîné, je me revois observer de loin d’autres chambres, avec des mamans qui s’occupaient de bébés presque silencieux, et avec une facilité qui me déconcertait! Le mien hurlait constamment, tétait constamment tout en ne réussissant pas à téter comme il l’aurait voulu, ne dormait que par tranches de 20 min… bref, MrD est resté avec moi tout le long de mon séjour à la maternité où je me demandais bien ce que j’avais pu faire de travers pour qu’on en arrive là… Au final, mon bébé était « juste » très très très angoissé, et on a mis des années à pouvoir (un peu) le soulager…

    • Merci pour ton témoignage. J’ai moi-même parfois été cette maman-là ! La maternité où j’étais n’autorisait pas les papas à rester toute la nuit, moment où son bébé se mettait à pleurer….et surtout n’apportait pas de soutien particulier aux primipares que nous étions.
      J’ai personnellement eu droit à des tonnes d’informations contradictoires en fonction du personnel hospitalier et des remarques, la nuit, du style: « mais vous n’avez jamais pris de bébé dans vos bras ou quoi? » ou « vous avez du mal comprendre ce que vous a dit ma collègue parce qu’elle est très compétente ! »… Bref, de jolies phrases qu’une nouvelle maman n’a pas besoin d’entendre quand elle essaie de tout bien faire pour son bébé.

  3. super ! oh que ce livre m’aurait aidée je crois…à mon premier bébé et même au second…oh que oui, on est souvent désemparé face aux pleurs !
    Je te rejoins aussi, concernant les informations contradictoires, culpabilisantes, voire accusatrices (« quoi vous êtes en train de dormir avec votre bébé ? »).
    Sinon, pour rebondir sur le premier commentaire, le besoin de contact n’est il pas celui pris en compte dans le niveau 2 (besoin de sécurité ?)
    Bref, merci pour cette présentation qui va aider je l’espère les mamans qui souhaitent se préparer.

    • Merci pour ton commentaire ! Oui, tu as parfaitement raison. Le besoin de contact est bien celui pris en compte dans le niveau 2. L’auteur l’a d’ailleurs inclus dans un paragraphe sur le « portage ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s