Pourquoi m’a-t-on appuyé sur le ventre pour que j’accouche ?

Embed from Getty Images

Voilà bientôt 10 ans, je donnais naissance à mon premier enfant.

J’étais une primipare avec des rêves et des envies comme :

  • pouvoir profiter de la baignoire de dilatation, ce que j’ai fait entre 5 et 8 cm de dilatation. 2h de bain chaud en musique (celle que j’avais apporté) pour 3 petits centimètres
  • pouvoir accoucher sans péridurale (et sans épisiotomie si possible)

Sur le papier, mon souhait a été exhaussé. Un beau bébé de 4kg200 (avec une grosse tête qui plus est) né par voie basse, sans péridurale et sans épisiotomie (juste quelques éraillures non recousues qui piquaient un peu).

Pourtant, en y regardant de plus près, mon rêve avait une tâche. Mon accouchement sans péridurale n’était finalement pas si idyllique que cela et la fautive (parce qu’il faut toujours un fautif) était l’élève sage-femme qui m’avait accompagné ou c’était peut-être moi car je n’avais pas protesté, mais j’étais primipare et ignorante (j’ai une excuse donc). J’ai cru que tout cela était « normal ».

Cette tâche m’a faite souffrir les jours suivants la naissance. Poser mon bébé sur mon ventre me faisait mal.

Pourquoi ? Parce que j’avais subi ce qu’on appelle une expression abdominale.

Alors que tout se passait bien, que mon bébé descendait tranquillement dans mon bassin, l’élève sage-femme s’est mise à appuyer très fort sur le haut de mon ventre. De toutes ses forces. Pour pousser mon bébé vers la sortie.

C’était en mai 2004.

3 ans plus tard, en 2007, « la HAS excluaient fermement le recours à l’expression abdominale, manœuvre pour laquelle n’existe aucune indication médicalement validée, de surcroît susceptible d’entraîner des complications graves.« (source)

L’enquête CIANE, lancée en février 2011 totalisant 16998 réponses, comportait la question : « Vous a-t-on appuyé sur le ventre afin d’aider l’expulsion du bébé ? ».

Cette enquête montre que seulement dans 18% des cas d’expression abdominale, le consentement des parents a été demandé.(source)

« Ce geste est associé à un sentiment de violence à l’encontre de l’intégrité corporelle et est donc très mal vécu par les femmes ; il s’accompagne dans un certain nombre cas de réels traumatismes physiques. » (source)

Pensant que cet acte était banal, je ne me suis pas plainte. J’avais un énorme hématome au dessus de l’utérus qui me faisait plus souffrir que mes éraillures ou les crevasses naissantes dues à un allaitement débutant, mais je suis restée muette. Je n’en ai parlé à personne. Or, cela n’était pas normal.

Dans mon cas, absolument rien ne justifiait qu’on pratique l’expression abdominale sur moi. Je n’avais pas de péridurale et mon bébé descendait correctement. D’ailleurs, en 2 poussées, il était là… Cet acte reste traumatisant. J’aurai envie de le renommer « expression abominable ».

Vous pourrez retrouver l’enquête complète sur le site Ciane, aussi vous pourrez trouver un article sur le thème dans le magazine Parents sorti le 11 mars 2014 en kiosque.

Futures mamans, ne laissez personne appuyer sur votre ventre pour en faire sortir votre bébé sans votre accord !

Trop souvent, dans le doute et l’angoisse de prendre de mauvaises décisions, nous n’osons pas contre-dire les médecins ou le personnel médical, pourtant, nous avons des droits.

Publicités

33 réflexions sur “Pourquoi m’a-t-on appuyé sur le ventre pour que j’accouche ?

  1. oh que ton article me parle ! moi aussi j’ai subi cette pression abdominale atroce pour mon 1er accouchement. Ils ont tellement appuyé que j’en avais mal à l’estomac (je les ai repoussées violemment ces mains, mais trop tard). Je suis persuadée que les pb de périnée que j’ai eu par la suite sont liés à cette pratique !

    • Bonjour à toutes,
      J’ai également subie la même chose lors de mon 2ème accouchement et aujourd’hui j’ai une belle descente d’organe à l’avant et à l’arrière : j’ai un rectocele et une cistocele.
      Je viens de subir ma 1ère opération de pose de bandelette car c’est la plus urgente.
      Les autres opérations vont consister à me poser des bandelettes entre chacun des organes … C’est une opération très lourde que je devrai faire mais le chirurgien me conseille d’attendre de ne vraiment plus avoir le choix car cette opération et les effets secondaires sont très lourds.
      J’ai écrit à la Haute Autorité Sanitaire pour présenter mon cas scandaleux : mon corps a été bousillé par une sage femme.
      Pour moi, c’est une faute professionnelle il n’y a pas d’autres termes!
      Et j’aimerai pouvoir me retourner contre eux.
      La haute autorité sanitaire m’a dit que ce n’était pas leur rôle.
      Que me conseillez vous?
      Merci

  2. J’ai eu pareil, et j’ai été interpellée par l’article en question, car jusqu’ici je pensais que c’était normal. Que c’est parce que je ne savais pas pousser (dixit ma gynéco de l’époque).
    C’était en 2011.

    Je suis enceinte de 38 SA, j’ai un projet de naissance en béton, et maintenant je ne suis plus dans l’ignorance de mes droits et de leurs devoirs.

    Malgré ça, cet accouchement commence a mettre en péril mon futur accouchement pour cette raison : a cause de la poussée abdominale qu’on m’a fait subir il y a presque 3 ans…

  3. j’ai vécu ça pour ma première bien que je pensais que la vie était faite de bisounours et ne connaissant ni de la tête ni du cul cette pratique je savais que ce n’était pas bon!!!
    un flash qui me disait non !!!!
    j’ai insulté le personnel j’ai jeté au sol la sage femme qui m’avait prise pour un cheval en me grimpant dessus !
    on m’a maltraité on a maltraité mon bébé on l’a forcé à sortir on me l’a arraché avec 2 forceps une expression abdominale un bébé en mauvais état à la sortie car en souffrance bref je ne leut dit pas merci à ces cons!!

  4. Cest tres bien de partager! Je le is aussi que cest interdit mais a ma premiere grossesse non.
    Cest bien de le faire savoir pour faire cesser la pratique!

  5. Je ne savais pas non plus que c’était déconseillé, on me l’a fait pour mon 1er accouchement. Heureusement, je n’ai pas eu d’effets secondaires. Et on ne m’a rien demandé évidemment mais on ne m’a pas prévenue non plus pour l’épisiotomie…

  6. J’ai eut ça aussi. Mais a moi on m’a dit « une infirmière va vous maintenir l’utérus car après chaque poussé bébé remonte. Donc se que vous faite ne sert a tien. » Je n’es eut ni douleur ni suite

  7. On me l’a fait aussi car mon bébé ne descendait pas…. Après un dépassement de terme, 20h de contractions et quasiment pas de dilatation, je suis désolée, mais moi je dis  » faites ce que vous voulez, mais sortez le! »
    C’est bien de dire aux femmes « ne vous laissez pas faire, vous avez de droits! » mais moi je n’ai pas fait médecine et je ne saurai pas dire au praticien comment faire son travail… Il y a 50 ou 60 ans je pense que ni moi ni mon bébé n’aurions survécu, alors je dis juste « merci » aux sages femmes qui ont fait ce qu’elles pensaient bien.

    • Dans votre cas, l’acte était peut-être nécessaire.
      Par contre, je ne suis pas d’accord quand vous dites qu’on a pas à dire au praticien comment faire son travail car parfois, ils font aussi ce qui les arrange.
      Dans mon cas, mon obstétricien m’a fait stresser inutilement car mon bébé devait être gros à terme. Il voulait me déclencher à J-10, il voulait m’imposer une péridurale que je ne souhaitais pas, on m’a fait prendre une douche à la bétadine parce que mon obstétricien pensait que ça finirait en césarienne. Pourtant, j’avais déjà eu 2 gros bébés sans péridurale … mais ça l’arrangeait de tout contrôler.
      Je ne regrette pas d’avoir refuser la péridurale qu’il voulait m’imposer, même si la SF s’est faite taper sur les doigts après. Mais j’ai le droit de choisir ce que je veux. Je savais que je prenais le risque d’une césarienne en AG mais je préférai prendre ce risque et avoir confiance en mon accouchement.
      Bien sûr, chaque cas est différent. Dans certains cas, l’expression abdominale est peut-être justifiée, mais si la HAS exclue le recours à cette pratique, ce n’est pas pour rien.

      • je préférai prendre ce risque  » risible savait vous ce que c’est le risque madame je sais mieux que mon doc ! le risque c’est le defait d’engagement et souffrance foetale et bingo un enfant avec sequelles neurologique et handicap ! et là vous vous serez plus plainte et ca aurait bien fait pour vous ! quel insouciance ! vitre praticien avait raison bébé macrosome c’est césarienne direct on est pas dans un casino pour jouer avec le pronostic des bébés ! maintenant que pour vous et votre bébé, vous avez été chanceuse de pas avoir payer les consequence de votre stupidité merci de pas encourager les autres a l’inconscience

        • Les insultes ne sont pas tolérées ici. Par ailleurs, nous considérons que tout le monde a le droit de discuter et de débattre et que ce droit n’est pas réservé aux « experts ». Enfin la pratique évoquée dans cet article est très largement condamnée aujourd’hui par ces memes experts (voir en particulier les recommandations de l’OMS).

    • Il n’y avait aucun moyen d’utiliser des forceps ou des ventouses au lieu d’appuyer sur le ventre? Pourquoi dire que 50 ans avant votre bébé et vous auriez eu des problèmes?? Heureusement que vous n’avez pas eu de séquelles, mais je ne crois pas pour autant que cette pratique, même dans le cas ou le bébé ne veut pas venir soit justifier.

  8. Merci beaucoup de ta contribution et de ton témoignage Miss Brownie!! Merci de contribuer ainsi à sensibiliser sur des pratiques qui devraient être abandonnées pour le bien de tout-e-s.

  9. Pingback: Bien s’informer pour bien décider [Mini-debrief] | Les Vendredis Intellos

  10. Pingback: Non Merci, pas d'épisiotomie » Cocon pour Bébé

  11. On ressent toujours cette même sensation de douleur au moment d’ accoucher. J’ avais l’ impression qu’ un gros camion m’ écrase le dos, j’ avais tellement mal que je ne peux plus supporter.

  12. C’est vrai, ne vous laissez pas faire, mais surtout n’attendez pas votre accouchement pour ça, vous serez trop fatiguée, pas en état de « combattre » pour autre chose que pour faire naître votre enfant.
    Prenez les devants, avec cette pratique et les autres que vous redoutez peut-être (épisio, péridurale, tout ce que vous souhaitez ou ne souhaitez pas, ou juste tout ce que vous ne connaissez pas), et demandez à votre équipe ce qu’ils en pensent, ce qu’ils pratiquent, et pourquoi.
    Ainsi vous serez préparée : vous redouterez moins les pratiques qu’on vous aura expliquées et auxquelles vous aurez finalement adhéré, vous saurez que d’autres ne sont pas pratiquées dans votre établissement sauf indication rare, l’équipe saura que telle pratique habituellement utilisée ne vous plait pas et la contournera si possible, et si vraiment vous voyez des divergences de point de vue incompatibles, vous aurez éventuellement le temps de rencontrer une autre équipe, une autre maternité, ou un autre mode d’accouchement si possible…

    Merci d’expliquer l’expression abdominale. pour vous qui écrivez cet article, n’en voulez pas trop à l’élève : elle y croyait, et visiblement les dates font qu’on ne savait pas à l’époque que c’était plus mauvais que bon. J’espère qu’elle l’aura appris depuis.
    Pour les autres… j’espère que vous vous en remettez, sans trop de colère, et que vous parvenez à garder de bons souvenirs de la naissance de votre enfant

  13. Pingback: Grossesse, naissance | Pearltrees

  14. Pareil avec mon premier en 2007 – et pourtant déjà je savais que c’était déconseillé, pas su/pu dire stop… Enfin, tous les trucs auxquels je n’ai pas su/pu dire stop à l’époque, par méconnaissance de toutes les possibilités de faire autrement ou par confiance aveugle dans le corps médical…..

  15. Pingback: Préparer son accouchement | Pearltrees

  16. Ben je ne savais pas que cela avait un nom se que j’ai subi pendant l’accouchement de ma fille en 2007, tout ce que je sais, c’est que mon corps est traumatisé par cet acte, j’ai une descente d’organe niveau 3………….. Et seule une opération lourde me permettra d’éviter des prolapsus, top d’apprendre que son corps est bousillé à 30 ans!

  17. bonjour
    j’ai subi cette pression sur le ventr deux fois, pendant mes deux accouchements, et pendant des cesariennes, la premiere fois, j’ai pu recuperer rapidement, mais la dexieme etait trés dure, ça fait 6 mois mantenant et j’ai toujours des douleurs en haut du ventre, dés que je fais un effort de plus, je sens que cette partie va s’arracher de moi………..vraiment, je sens que mon corps est epuisé tout le temps.

  18. Pingback: Retour sur …. la dénonciation des violences médicales via le hashtag #Payetonuterus [GUEST] | Les Vendredis Intellos

  19. Pingback: Toucher vaginal sur patiente endormie: STOP! | Les Vendredis Intellos

  20. sérieux les hypocrites là , accouchez en césarienne et foutez nous la paix ! vous pensez ca amuse le personnel médical de faire des expressions , des épisio ? mais bordel vos bébés sont bloqués en souffrance ! on fait quoi ? on laisse trainer pour que madame ne sois pas traumatisé psychologiquement et on laisse le bébé avoir des séquelles neurologiques irréversible parceque madame pensait que les bébés sont distribuer par les cigognes et ne pousse pas assez au moment fatidique ou que son vagin et trop étroit pour la présentation du bébé ? .

    c’est facile d’accuser le personnel médical aprés ! quelle hypocrisie !

    • Comme je vous l’ai déjà dit les insultes ne sont pas tolérées ici. L’argument « les médecins savent et vous pas alors taisez-vous » n’en ai pas un. Merci d’étayer votre point de vue si vous souhaitez débattre.

    • C’est incroyable de vous exprimez ainsi! Il y a au moins l’émission les Maternelles pour vous informez!!! En cas de bébé qui ne veut pas sortir, ils ont parlé de forceps, de ventouse de césarienne mais jamais d’expression abdonminale… Il existe des moyens UTILES d’aider bébé à sortir enfin! On est plus au moyen age, et ils n’auraient pas inventé tout ça si l’expression abdominale fonctionnait!!! D’ailleurs, si l’HAS déconseille il y a une raison!!! Lisez les commentaires! C’est être hypocrites de se plaindre de décente d’organe ou de prolapsus??!! C’est clairement vous qui avez un problème Madame!

  21. Je tombe sur ton article à quelques jours de mon terme pour cette deuxième grossesse. J’ai eu droit aussi à ce geste très douloureux de la part de deux sages femmes lors de mon premier accouchement, j’en suis traumatisée je hurlais de douleur et j’essayais de les repousser mais rien à faire, et en plus c’est tout récent c’était en 2013, je n’ai jamais oublié la douleur. Le personnel médical qui me suit aujourd’hui ne comprend pas que j’ai eu a subir ça surtout en 2013.. Je suis rassurée de savoir que au chu ou je suis désormais suivie personne utilise encore cette méthode très douloureuse. Ton témoignage m’a fait du bien, jusqu’à peu je pensais que c’était normal ce que l’on m’avait pas fait mais je me rends compte petit à petit que non. Courage à toutes celles qui ont vécu ça et pour les autres ne vous laissez jamais appuyer sur votre ventre de cette façon !

  22. Je vous parle d’une veille histoire…36 ans. Je n’ai pas oublié cet accouchement ‘sans violence’ à ce qu’ils disaient. A l’époque c’était la mode. Je m’étais battue avec la sage femme qui m’écrasait le ventre et je me sentais coupable ou indigne. Je pensais que j’étais la seule. Maintenant j’ai compris, le médecin était pressé. Je l’avais remarqué mais je n’avais pas fait le lien. Je me sens mieux après vous avoir lu,ce n’est pas ma faute à moi. Je n’ai plus jamais fréquenté un gynécologue même pour la visite postnatale ou je ne suis pas allée. Je m’en porte très bien d’ailleurs, faites comme moi.

  23. Bonjour,
    j’ai dû subir l’expression abdominale pour mon 4 ième accouchement sans péridurale parce qu’il en aller de la vie de mon bébé. Mais j’ai un gros regret car pendant mon accouchement, je savais qu’il y avait quelque chose qui n’allait mais ils ne m’ont pas écouté. J’avais dû mal à respirer et bébé ne descendait pas et ne travail n’avançait pas. Bébé avait un double tour du cordon autour du cou et dystocie des épaules, je ne pouvais pas pousser. Je pense que j’ai évité la césarienne car ils étaient dans l’urgence. Les équipes médicales quand elles veulent vous imposer quelques choses, elles vous disent que vous n’avaient pas le choix, et que votre situation est à risque alors vous vous en remettez à eux et leur faites confiance. J’ai demandé mon dossier médical et j’ai pu constaté qu’ils n’avaient pas respecté mais choix et qu’il fallait se montrer insistant. Aujourd’hui il y a pleins de reportages sur la maternité, on nous montre plein de belle chose, mais le jour où il y a un pb, c’est là que l’on réalise tous les dysfonctionnement.

  24. bonjour
    Merci pour ce témoignage.
    En 2003 j’ai accouché de mon premier enfant.
    J’étais enceinte de 8 mois.
    Je faisais de la toxémie gravidique.
    J’ai été hospitalisée.
    On m’a dit que mon bébé devait sortir.
    ok
    Là j’ai eu deux choses traumatisantes :
    Soit disant pour déclencher l’ accouchement, l’obstétricien m’a fait sans me prévenir un décollement de membrane ( rien que de l’écrire j’en ai des frissons) cela n’a rien déclenché
    Il a donc fallu me déclencher mon accouchement de manière artificielle
    C’était très violent
    Pour terminer j’ai eu moi aussi droit à une expression abdominale.
    Je revais de cette naissance de ce moment particulier
    Résultat : un cauchemar !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s