« Comme à la maison. » Vraiment ?

Alors que cet automne, les députés ont adopté la proposition de loi de la sénatrice Muguette Dini, autorisant les maisons de naissance à titre expérimental en France pour une durée de 5 ans, voilà qu’est annoncée l’ouverture d’une salle d’accouchement physiologique au sein de la maternité de l’hôpital d’Auch.

Voilà une nouvelle qui me réjouit plutôt.

En effet, cela répond à une demande des familles de pouvoir vivre une naissance avec le moins d’intervention médicale possible, au sein d’une maternité. Et qu’une équipe médicale porte ce projet au sein d’un hôpital, aboutissant à la création d’une salle spécialement aménagée, me semble tout à fait positif.

«Depuis toujours, on faisait de l’accouchement sans péridurale pour les patientes qui le souhaitent, sans diriger le travail, avec le moins d’intervention possible, mais ça nous paraissait plus agréable, pour les couples qui le souhaitent, de pouvoir le faire dans un environnement dédié» explique le docteur Véronique Lejeune-Saada, chef du pôle Mère-Enfant. «Quand une femme décide d’accoucher de cette manière, il n’y a pas de péridurale, explique le médecin. Car une péridurale induit nécessairement une médicalisation, la pose d’une perfusion, la mise en place d’une surveillance de la mère et du bébé à naître, etc.»

Cependant, à la lecture de cet article, je m’interroge tout de même sur plusieurs points…

  • La péridurale induit une médicalisation (…) la mise en place d’une surveillance de la mère et du bébé à naître, etc.». Sous entendu, sans péridurale, on ne met donc pas en place de surveillance de la mère, ni du bébé ?!?!
  • L’article, illustré d’une jolie photo, détaille les équipements de la nouvelle salle. Alors, certes, il est bien sympathique de mettre de jolies couleurs sur les murs, des rideaux, des coussins et un grand lit circulaire… mais il n’est pas fait mention de l’accompagnement qui pourra être offert aux femmes dans cet espace. Et, très honnêtement, je suis convaincue que ce qui compte lors d’un accouchement n’est pas tant la couleur des rideaux mais l’accompagnement, le soutien proposé par la sage-femme.
    Et précisément, quel accompagnement pourra-t-on trouver dans cet espace ? Une même sage-femme sera-t-elle disponible en permanence pour accompagner la femme tout au long de son accouchement ? Ou devra-t-elle suivre en même temps une ou plusieurs autres femmes en train d’accoucher dans les salles classiques de la maternité ?
Depuis deux jours, la maternité de l’hôpital d’Auch est en mesure de proposer aux femmes qui le souhaitent, de pouvoir accoucher comme à la maison.
Accoucher comme à la maison ? Vraiment ? N’y aura-t-il vraiment absolument aucun protocole hospitalier à respecter ?

Les femmes qui souhaitent accoucher de manière naturelle, peuvent donc le faire comme si elles étaient chez elle, mais avec la sécurité d’être toute proche des moyens d’urgence si cela s’avérait nécessaire. S’il n’est pas interdit d’accoucher chez soi, les sages-femmes ne sont généralement pas professionnellement assurées pour le faire. «Le coût des assurances pour travailler à domicile est très élevé» confirme l’une d’elles. «L’an dernier, il y a eu deux ou trois cas de femmes qui avaient commencé à accoucher chez elles et que nous avons récupérées ici en urgence» ajoute le médecin. Désormais, l’outil est en place pour que l’on puisse accoucher le plus naturellement du monde, mais en toute sécurité.

Pas besoin d’être devin pour comprendre que la fin de cet article m’a mise en colère.

L’article met bien l’accent sur la dangerosité pseudo dangerosité de l’AAD. Pourtant, pour deux ou trois femmes ayant été transférées ensuite à la maternité, combien ont accouché chez elles sans aucun problème ? Et, bien-sûr tout se passe toujours pour le mieux en structure hospitalière, n’est ce pas ? (ironie inside)

Il ne s’agit pas de rejeter l’hôpital en général et cette initiative en particulier, mais bien de réfuter cet amalgame qui est fait dans l’article : hôpital = sécurité / accouchement à domicile = danger.

Affirmer que, dans une maternité, on accouche « comme à la maison », c’est mensonger, et c’est faire des raccourcis infondés.

Bien-sûr, il est tout à fait louable que des unités physiologiques voient le jour au sein des maternités, que des maisons de naissance intra-hospitalières se mettent enfin en place, mais il est important de ne pas user de qualificatifs trompeurs. Et, je le répète, il n’est évidemment pas question de rejeter les structures hospitalières. En revanche je milite pour que soit proposée une vraie et entière liberté de choix aux femmes pour vivre leur accouchement. Car, non, une unité physiologique au sein d’un hôpital – ou une Maison de Naissance intra-hospitalière – ne permet pas d’accoucher « comme à la maison ».

Rappelons pour finir que la vraie liberté de choix, c’est la coexistence de toutes ces possibilités : à l’hôpital – que ce soit en salle d’accouchement « classique » ou dans un pôle physio, en Maison de Naissance intra-hospitalière, ou en plateau technique – , en Maison de Naissance (ie dans une « vraie » Maison de Naissance indépendante) ou à la maison.

Publicités

5 réflexions sur “« Comme à la maison. » Vraiment ?

  1. Merci beaucoup Vermicel de ta lecture vigilante et de tes réflexions!!! Les amalgames sont encore trop présents et trop systématiques, cela dessert vraiment beaucoup la cause…

  2. Chacune est libre d’accoucher comme elle le souhaite…. cependant, personnellement, je ne comprends comment on peut choisir de prendre quelque risque que ce soit, il y a tant d’imprévus lors d’un accouchement. Alors je trouve cette initiative plutôt louable pour offrir une certaine sécurité à celle qui veulent un accouchement le plus « naturel possible » ….

  3. Ce n’est absolument pas cette nouvelle offre qui est proposée aux femmes que je critique, mais bien la présentation qui en est faite. Je suis tout à fait d’accord avec vous pour dire que cette initiative est une bonne chose, en revanche je ne pense pas que l’on puisse le comparer à une naissance « comme à la maison ».

    pour ce qui est des risques à accoucher chez soi, ils ne sont pas plus élevés qu’à l’hôpital (dans le cas d’une patiente à bas risque, et d’un AAD planifié). Je me permets de vous indiquer ces quelques liens :
    http://choisirsonaccouchement.wordpress.com/2013/10/19/accoucher-a-la-maison-mais-cest-super-risque/
    http://www.ansfl.org/medias/doc/090914-MemoireMarionSicard.pdf
    http://portail.naissance.asso.fr/memoires/Cathy-AnnePiette.pdf

  4. Pingback: Parentalité au naturel [mini debrief] | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s