Peut-on préparer la période de l’adolescence ? [mini-débriefing]

Avant de devenir parent, on sait (plus ou moins) que les premiers mois seront intenses avec des nuits courtes et une croissance impressionnante de son enfant. On pense peut-être un peu à la fameuse période du « terrible two » en se disant que ce n’est pas quand même pas si dur que ça. Mais on réfléchit encore moins à l’adolescence…

Tant mieux, sinon on ne ferait pas d’enfant ! Bon, je plaisante mais de toute façon, il est impossible de tout prévoir. Sauf que sur les Vendredis Intellos, on ne résume pas le rôle du parent aux premières années de la vie d’un enfant. On parle aussi des ados et on attend encore de nouvelles participations à ce sujet car on n’est loin d’avoir fait le tour de la question.

La semaine dernière, deux de nos contributeurs ont abordé ce thème sous des aspects différents.

Pascale 72 s’est attachée à montrer, en s’appuyant sur le livre de Michael J. Bradley Mon ado me rend fou ! : Comment aimer vos enfants sans perdre la raison, que les réactions typiques des adolescents sont dues à la croissance de leur cerveau. Soudain, tout est plus facile à comprendre (mais pas forcément à vivre, évidemment…) :

Tout cela nous aide à comprendre, que cette croissance (avec un câblage n’est pas encore bien opérationnel)  peut se traduire par d’imprévisibles modes de pensée… où la réaction dépasse le jugement comme dans la petite enfance et que bien souvent cela s’accompagne de souffrance.

Pascale précise également que ce livre s’adresse à tous les parents parce qu’il donne des pistes pour gérer cette période en amont : la façon dont nous les élevons les premières années peut influer sur leur comportement d’ados.

Mr Pourquoi, quant à lui, aborde le passage dans l’enseignement supérieur et, en particulier, des critères pour y accéder, décrits dans l’ouvrage (disponible à la bibli) L’université n’est pas en crise de Romuald Bodin et Sophie Orange. Et cela ne se passe pas vraiment comme on pourrait le croire :

Ce que j’ai appris dans ce livre, c’est que l’établissement qui reçoit un dossier ne connaît pas sa position dans la liste de vœux de l’élève. Alors, au lieu sélectionner les meilleurs candidats, quitte à les voir aller ailleurs, et à devoir re-sélectionner ensuite, il va sélectionner les dossiers les plus appropriés à l’état d’esprit et au niveau de sa formation. Si cela ne change pas grand chose pour les filières où s’engouffrent les tous meilleurs lycéens (CPGE en particulier), tout est inversé pour les BTS par exemple. (…) Les auteurs détaillent ainsi un mode de sélection complètement biaisé, qui concerne aussi les écoles avec concours. La première partie de la sélection, écrite et anonyme est assez objective : ce sont les meilleurs qui sont admissibles. Mais la sélection est assez faible à ce niveau, et c’est lors des épreuves orales, et entretiens, que sont réellement choisis les étudiants. Et c’est à cette occasion que l’adéquation entre leurs niveaux, et leurs états d’esprits et celui de l’école est évaluée.

Comme le montre Mr Pourquoi, notre rôle de parent n’est pas forcément d’encourager nos enfants à avoir le meilleur possible pour un large choix mais de les aider à trouver leur voie et donc à construire un dossier en accord avec cette voie. Pas simple ! Cela dépend de plusieurs facteurs et la majorité des lycéens ne savent pas ce qu’ils veulent faire comme métier, j’ai l’impression. Mais, c’est une autre façon de voir les résultats de nos enfants, cela me paraît très intéressant et important à savoir !
Bonne lecture !
Parents d’ado, n’hésitez pas à commenter, à écrire, à développer tous ces sujets !
Publicités

5 réflexions sur “Peut-on préparer la période de l’adolescence ? [mini-débriefing]

  1. Parent d’ado je suis!! J’ai commandé le livre mon ado me rend fou, car c’est le cas. Bienvenus dans les montagnes russes de l’émotion, un coup noir un coup blanc, pourquoi comment??En quelques secondes??On ne sait pas. Le défi permanent aux limites parentales un pur régal et se positionner dans le sens contraire nous Mister presque ado à eu une phase ou j’ai faillis mourir, nous lui avons et continuons de lui inculquer la tolérance, la compréhension et l’acceptation de l’autre et pendant quelques semaines il a eu des propos racistes, j’ai compris sa démarche lui ai signifié il a arrété. Il cherche autrement, dans la négociation no limit et avoir le dernier mot. Nous sommes pour l’éducation intelligente qui met en valeur l’enfant mais il y a beaucoup de moments ou cela n’est pas applicable à ce stade d’évolution. Pour ce qui est des études nous lui inculquons qu’effectivement avec de bonnes notes cela facilite l’accès et lui donne le choix pour plus tard, mais qu’il a le droit de se tromper, de ne pas comprendre et d’avoir de mauvaises notes que nous sommes là pour le soutenir et être à ses côtés et lui expliquer quand il bloque. Que quel que soit la voie qu’il choisisse nous le soutiendrons, après l’approche de son paternel est beaucoup plus élitiste, et nous ré équilibrons et tentons de réparer les dégâts à chaque retour…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s