Est-ce juste ou non que bébé n’embrasse pas qui il veut?

J’ai lu un article cette semaine qui m’a laissée perplexe: Les enfants ne sont pas des distributeurs de bisous que tu peux lire sur Slate ici. Ayant à la maison une petite fille à la maison de deux ans et demi qui n’aime pas les distribuer, je n’ai rien trouvé de bizarre dans le titre.

A y regarder de plus près, il y a pourtant une grande contradiction: on voudrait que nos enfants soient des distributeurs de bisous. A nous, à la famille… C’est certes légitime car le bisous, c’est le signe de l’attachement. Mais il y a aussi le caractère à prendre en compte. Être tactile ou non, forcer ou non pour rentrer dans le moule et faire plaisir.

La polémique sévit en Grande-Bretagne

C’est une étude de l’association Sex Education Forum, qui milite en faveur d’une meilleure éducation sexuelle des enfants et des adolescents, qui a démontré qu’un ado sur trois n’avait pas eu d’info sur le fait que son corps lui appartient et que personne n’a le droit d’en disposer sans son accord. Pour la responsable cela commence dès le plus jeune âge avec cette obligation qu’on impose à nos enfants à faire un bisou à la famille. Selon elle, en informer nos enfants dès le plus jeune âge permettrait de limiter les abus sexuels.

  • Première polémique: quand même, elle pousse en annonçant un lien entre le bisou forcé à mamie et l’abus sexuel, il y a un grand pas.

Certains la remettent en place en faisant appel à l’intelligence de l’enfant: «Les enfants et les adolescents sont parfaitement capable de faire la différence entre embrasser en toute conscience –parfois à contrecœur– un tata ou un tonton, et accepter des avances sexuelles.» Je pense malgré tout que mieux informer nos enfants permettrait dans des situations d’abus de ne pas se taire parce qu’on ne sait pas, parce qu’on n’ose pas, parce que « c’est un adulte et qu’il doit savoir »… La logique commence bien là: ne pas faire ce que l’on a pas envie, cela enlève la signification du geste. Il n’a plus de sens. Est-ce l’enfant qu’on doit éduquer ou soi-même?

  • Seconde polémique: il y a tout de même plus important comme combat.

C’est certain qu’il y a plus important que de parler du bisous aux papis et mamies mais après tout, pourquoi ne se charger que des causes les plus graves? Toute information est bonne à prendre.

  • Troisième polémique: sans bisou, plus de famille.

Le partage n’est pas dans le seul bisou. En quoi un sourire, une main tendue, un éclat de rire partagé serait moins fort que le bisou? Un regard compte parfois plus, un câlin, l’envie exprimée d’aller voir mamie…

Ma fille a son caractère et je le respecte autant que possible. C’est la fine frontière entre apprendre les codes de la société avec un bonjour, au revoir et merci et l’irrespect de l’être humain qu’elle est et de son besoin de prendre le temps parfois de découvrir l’autre avant de le laisser entrer dans sa sphère privée (dont le contact physique).

On peut arriver vite à faire du chantage affectif «Fais un bisou sinon je ne t’aime plus» et là c’est du grand n’importe quoi!

Fais ce que je dis mais pas ce que je fais

L’auteur de l’article Nadia Daam énonce une chose très juste: « Personne ne songerait à contraindre un adulte à en embrasser un autre ». Pourquoi imposer à nos enfants de faire ce qu’on ne fait pas et pire se contredire: « Tous les parents disent à leurs enfants de ne pas parler aux inconnus, de ne pas suivre le monsieur de la rue, de ne pas accepter de bonbons de n’importe qui, de ne pas se laisser toucher à l’école, au square, ou à la piscine par un adulte. » alors d’où vient ce bisou obligatoire pardi!?

J’adore son expression « Le bisou est un droit inaliénable ». L’affection n’est ni un droit ni un devoir. C’est un sentiment et un sentiment ne se contrôle pas et se démontre de différente manière selon les individus.

Et chez toi, c’est polémique?

Tu peux aussi être intéressé par le livre On ne touche pas ici pour sensibiliser autour des abus sexuels

Sur mon blog, cet article est étayé de quelques exemples issus de mon vécu, si ça te dit…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma Page sur Hellocoton

Publicités

12 réflexions sur “Est-ce juste ou non que bébé n’embrasse pas qui il veut?

  1. Je suis d’avis aussi de laisser le choix à l’enfant de faire ou non des bisous à qui il veut. C’est quand même un geste très personnel, limite intime, même s’il est socialement établi. Dans mon boulot, contrairement à l’ancien, il n’y a pas de bises systématiques le matin. Et je dois dire que j’en suis soulagée. A l’inverse, avec mes parents, la bise est plutôt assez distante, et quand l’occasion se présente j’en profite pour faire un gros bisou à l’un d’entre eux, forme rare entre nous de tendresse et d’affection.

  2. Le message envoyé lorsqu’on force un enfant qui n’est pas prêt/n’a pas envie de faire un bisou, c’est effectivement que si on lui demande gentiment ou si c’est une personne proche qui demande, il faut la satisfaire. Que c’est plus important que son libre arbitre et que ce n’est pas lui qui décide des contacts physiques avec autrui.
    Après je ne m’étonne pas que les petits soient confus en cas d’atteinte sexuelle, ni que les jeunes filles (puisque pour d’autres raisons cette pression niant la valeur du consentement est plus forte sur les femmes) n’ose pas repousser leur conjoint lorsqu’il insiste…

  3. Je ne suis pas certaine qu’un bisou soit le signe d’un attachement.
    Il y a des enfants qui font des bisous à n’importe qui justement parce qu’ils ont des difficultés d’attachement, ou se conforment à ce qu’ils croient qu’on attend d’eux pour être sûr de ne pas être rejeté.

    Et franchement, qui parmi nous n’a jamais été agacé(e) par les bises volées par les collègues sous prétexte de nouvelle année ?

    Je crois aussi que ne pas forcer un petit à subir un bisou dont il n’a pas envie fait partie de l’apprentissage du respect de son corps, et que cela le rend plus à même de rejeter les tentatives d’abus plus tard.
    Rien à voir avec l’obligation de dire « bonjour » ou « au revoir » qui peut se faire par un geste distant.

  4. Je suis mitigée car qu’entend-on exactement par bisou? Chez nous, quand on rend visite à la famille, on fait la bise à tout le monde pour dire bonjour et la même chose pour dire au revoir et oui, je force mes enfants à le faire car c’est pour moi un signe de politesse. Par contre, demander un bisou à l’enfant en échange d’un bonbon/gâteau ou juste parce qu’on en a envie à l’instant T, ça peut effectivement être un problème.

  5. Nous apprenons a nos enfant qu’ils ont le droit de ne pas faire de bisous par contre dire bonjour au revoir la on c’est la politesse de base, faisons nous des bisous à tout le monde? Imaginez qu’on fasse comme a nos enfants « fais moi un bisous aller unpetiiiittt » ça nous semblerais hyper intrusif! Ma fille de 15 mois dit très clairement quand elle veut pas avec un « dis donc! » ^^

  6. Article intéressant. Je ne sais pas trop quelle attitude j’ai avec mon fils. Il me semble que je respecte son envie. Même avec moi. Il m’arrive de lui demander un bisou et qu’il ne veuille pas, je n’en fais pas une maladie. Effectivement, les enfants ne sont pas des machines à bisous mais … autant je pense que les parents ont entre autre le rôle de consoler les enfants, mais les enfants ne doivent surtout pas compenser les manques des parents.

    Par contre, un petit bémol pour le « Personne ne songerait à contraindre un adulte à en embrasser un autre ». Moi, j’ai le problème à mon travail. Je travaille dans l’industrie aéronautique dans le sud ouest de la France. Déjà, c’est une région où le tutoiement et la bise sont probablement plus marquée que là où j’ai grandi. Mon environnement de travail est très masculin. Il est très compliqué, quand on fait la bise à certains de ne pas faire la bise à tous. Certains ne comprennent pas. Certains ont même parfois une attitude qui semble chercher à nous imposer de leur faire. Ce n’est pas toujours évident …

  7. Merci beaucoup de ta contribution!!! C’est une question importante et intéressante que tu soulèves ici: jusqu’où peuvent aller les obligation sociales? où commence le respect du corps et de l’individu?
    Chez nous, les bisous ne sont jamais obligés (il y a bien d’autres façons de saluer quelqu’un!) et nous avons choisi avec soin le médecin des enfants afin que dans ce cadre aussi le respect du corps soit au rendez-vous (demander à un enfant son accord avant de l’examiner, entendre son besoin d’intimité, sa gêne, etc…) mais c’est peut être un autre débat…

  8. J’ai découvert qu’il y avait débat, j’hallucine !
    Je ne fais pas la bise quand je n’en ai pas envie : on peut « dire » bonjour tout simplement, ou serrer la main ; mais la bise, c’est quand même un rapprochement physique, ce n’est pas anodin !
    La politesse et l’affection, c’est quand même pas sur le plan.

    Je me souviens, à une réflexion qu’on m’avait faite au travail, de m’être bouchée le nez pour faire la bise à quelqu’un qui empestait le tabac, et qui était loin d’être propre sur lui. Et m’être nettoyée ostensiblement la joue après.
    Et d’avoir refusé de serrer la main à un supérieur qui ne s’était pas lavé les mains après être allé aux toilettes alors qu’on partageait un panier de croissants… Quand c’est trop, c’est trop.
    Faut pas pousser : le respect, ça se mérite ; l’affection aussi !

    Il ne me viendrait jamais à l’idée d’obliger qui que ce soit, enfant ou pas, à faire ou recevoir une bise ou un bisou.

    Dans le cadre de la famille, c’est pareil ; c’est même là que le respect doit commencer, non ?

    Qu’est-ce qu’on transmet à un enfant, en l’obligeant à faire la bise ? Qu’il faut être hypocrite ? Que le respect de son corps et de ses sensations passent après la préservation de l’égo des adultes ? Formidable, tout ça…

    La difficulté, pour moi, est plus de gérer les adultes frustrés que les enfants…
    J’explique que j’aimerais que mes filles soient capables de dire non à un pédophile, que dans 7 cas sur 10, c’est au sein la famille. Donc quand elles n’ont pas envie de toucher ou être toucher, par qui que ce soit, c’est non.
    Quand vraiment ça chauffe, je demande quel plaisir pervers on peut bien avoir à recevoir un bisou imposé. Faut être tordu, quand même, non ?!!

  9. Merci de soulever cette question. Car précisément ça pose question !
    Ce passage que tu cites me fait réagir :
    « Les enfants et les adolescents sont parfaitement capables de faire la différence entre embrasser en toute conscience –parfois à contrecœur– un tata ou un tonton, et accepter des avances sexuelles »
    Hyper pas d’accord ! déjà, un enfant n’a pas les outils pour comprendre ce qui se passe quand ça dérape, quand la limite est passée. Pourquoi un adulte irait vers un enfant avec un désir érotique ? c’est incompréhensible, impensable pour un enfant. Penser qu’une « tata ou un tonton » sont par essence inoffensif c’est ignorer l’inceste, ignorer que la plupart des abus sexuels ont lieu avec des personnes « proches ».
    Je pense à l’un de mes oncles, à l’esprit « mal-tourné ». Ses bisous ont toujours été très « appuyés », en particulier quand moi et ma soeur étions adolescentes. Il a même une fois léché l’oreille de ma soeur. Ces gestes ne sont pas innocents. Mais on se voile la face. C’est un oncle, c’est la famille, c’est juste faire la bise.
    J’ai aussi jeté un oeil à « on ne touche pas ici ». C’est une bonne initiative, mais se limiter à la zone « dans le slip », c’est de nouveau un peu court. Il y a bien d’autres gestes qui peuvent être malsains et chargé de désir de la part de l’adulte.

    Je rejoins aussi pleinement oops06 dans ses réflexions sur le bisou en général. Je trouve ça assez pénible de devoir faire la bise à des gens qu’on ne connait pas, sous prétexte qu’on a des amis en commun par exemple. La bouche, c’est quand intime quand même ! pas envie de la poser sur n’importe quelle joue !

  10. Pingback: Ne pas être d’accord, et ouvrir le débat [mini-débriefing] | Les Vendredis Intellos

  11. Chez nous, pas de bisous forcés, on demande s’il veut le faire et sinon on lui dit qu’il peut simplement l’envoyer avec la main ! Je ne le forcerait jamais à faire quelque chose qui implique son corps, contre son gré. Une fois un de mes oncles s’est avancé vers lui et l’a forcé à faire la bise, je n’ai pas apprécié du tout, et supabb a un peu de retenu envers lui quand on le croise…
    Notre supabb de presque 3 ans a aussi eu une période moins caline, mais là c’est tout l’inverse, nous avons droit à des bisous à foison et des « je te aime » ♥
    Entre lui et moi c’est particulier, on se fait des bisous sur la bouche, mais c’est un autre débat ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s