Ecoute et adaptation dans l’accompagnement des apprentissages ( au sens large) des enfants (mini-débrief)

Apprentissages, est-ce aux enfants ou aux adultes de s’adapter ? Et si on faisait un effort ensemble… Vers les mêmes chemins…

Madame Sioux, nous parle d’un livre de Claudia Renau, « l’apprentissage informel expliqué à mon inspecteur » tout d’abord, un grand merci à Madame Sioux, car je suis du coup très intriguée par ce livre ! Les explications et les exemples donnés donnent vraiment à réfléchir, dernièrement je me suis et je me pose tellement de questions sur le sujet, entre les rythmes scolaires, la mise en avant du harcèlement scolaire, comment soutenir mes enfants et les accompagnés ? Mais ce livre il parle de quoi vraiment ?

L'apprentissage informel expliqué à mon inspecteur

Son objectif est d’offrir aux inspecteurs chargés des contrôles des clés pour mieux comprendre l’approche des familles, et de soutenir les parents en facilitant un dialogue constructif avec l’institution. (4e de couverture)

Madame Sioux a écrit quelques choses que je pense aussi :

Le but n’est pas de lui faire son procès hein, je le dis tout de suite. L’école a le mérite d’être accessible à tous, d’être gratuite (à peu près) et de « proposer » les mêmes chances à tous – même si tout le monde n’a pas vraiment les mêmes chances au final mais ça ne vient pas forcément de l’école…

Bref, l’école a le mérite d’exister mais ça ne veut pas dire (du tout) qu’elle n’est pas perfectible. Et moi, je rêve vraiment d’une autre école pour mes enfants.

Je rêve de ça, en ayant conscience des difficultés que cela représente, mais si on commençait par écouter, ces gens qui ont de l’expérience, qui ont réfléchis, poser le pour et le contre depuis longtemps ? Puis y travailler

Apprendre au moment où on en a besoin

Je reprends cette phrase, en gras et en gros tout pareil !!! Parce que ça nous remet sacrément en question, non ?

Finalement je m’arrêterais là, car sinon, je vais recopier petit à petit l’article de Madame Sioux, qui m’a fait bondir et rebondir sur pleins de choses, et n’oubliez pas de cliquer sur ce lien invité des Rencontres 2013.Vous y découvrirez Jean-Pierre Lepri avec sa « fin de l’éducation»

Parmi les apprentissages à travers les livres, Kawine nous parle de «  c’est à moi ça »

c-est-a-moi-ca--michel-van-zeveren_4224301-M

Et c’est tout mignon et rigolo. Les images sont simples, sobres et très jolies. Il n’y a pas trop de texte, uniquement du dialogue.

Méthode qui laisse place aux questions diverses de nos enfants en pleine réflexion, la petite phrase de Kawine qui donne envie d’aller le feuilleté :

Mais la fin est assez inattendue et très drôle.

MajorMarmotte nous présente plusieurs livres «  la colère de Trotro » après avoir relu ce livre elle découvrit :

20140109_135941

En le relisant, j’ai découvert pourquoi j’avais mystérieusement -parfois- droit à un bisou après certaines colères : c’est ce que fait Trotro pour ne pas être privé de dessert ! Ah, s’il y a bien une menace que j’espère ne jamais proférer, c’est bien celle-là !

Du coup elle nous présente un deuxième livre sur la colère :

Dolto_Colères

« Les colères » du Dr Catherine Dolto et Colline Faure-Poirée, dans la collection « Mine de rien » chez Gallimard Jeunesse.

Ce petit livre, aux illustrations colorées et expressives, a pour objectif, vous l’avez deviné, de permettre à l’enfant de mieux comprendre ses colères. Il est écrit à la première personne du singulier, le narrateur étant l’enfant qui lit. Dès le début du livre, le ton est donné et on entre rapidement dans le vif du sujet:

Quand on a une grosse colère, on sent des choses très fortes dans son cœur et ça fait mal[…] 1

Dans ces moments-là on n’arrive pas à dire ce qui ne va pas avec des mots, alors ça explose ! 1

Dans la même collection elle nous présente aussi «  la peur »

Dolto_Peur

J’avoue après avoir lu ce petit résumer de MajorMarmotte ce livre me fait de l’œil…

Dans ce livre, les auteurs décrivent les différentes peurs que peut ressentir l’enfant: le sentiment de ne pas arriver à faire quelque chose, la peur des moqueries, les cauchemars, la peur de la nuit et de l’obscurité, l’angoisse de l’abandon, la peur de ne plus être aimé…Autant dire que ce livre regorge de situations auxquelles l’enfant peut être confronté au quotidien.

Je vous propose si vous désirez des avis sur d’autres livres enfants par ici :

https://lesvendredisintellos.com/category/livres-pour-enfants/

Je garde pour la fin un article qui m’a fait rire, et que je vis en ce moment, j’ai eu la chance de côtoyer divers façon de faire, auprès de mamans très différentes… Et les plus décontractées m’ont apportés sans savoir ce dont j’avais besoin!!!

L’article de theworkingmum est un super décontractant justement!

L’importance de manger salement pour le bébé!

Je vous quelques extrait… Puis courrez lire l’article :)

Une étude trouvée sur le magazine Slate qui met en évidence que des enfants de 16 mois ont mieux intégré le vocabulaire des aliments avec lesquels ils avaient « fortement interagi » . Cela ne fait que renforcer le rôle du jeu (et de l’imitation) dans l’apprentissage et l’acquisition de savoir. Quel dommage qu’on oublie cela après la maternelle et dans notre vie d’adulte (enfin, je m’égare, qui prend en charge ce débat?!).

Perso, ce qui m’a permis de vraiment me décontractée, c’est ceci :

Le mangeur sale fait travailler son cerveau » Laissons donc nos enfants évoluer! Mettons-nous en condition et c’est souvent là le plus dur: une éponge prête, une nappe cirée, un aspirateur opérationnel,  des bavoirs…

Lorsque j’ai vu chez une amie, l’organisation du repas… Je me suis aperçue que cela prenait au final, moins d’énergie et que l’enfant se régalait bien plus…  Chez elle, à l’heure du repas, c’était bâche par terre, et gants de toilettes :) Et bien , c’était ultra rapide ensuite :) Et ses enfants étaient ravis de passer à table!

Cette étude montre bien encore une fois qu’il ne suffit pas de dire « c’est chaud » pour que l’enfant comprenne: il faut qu’il expérimente par lui-même. Cela commence avec les repas et se poursuit toute notre vie (à l’adolescence, nous aurons d’autres exemples sur lesquels nous plaindre!). Il y a une différence avec le bébé qui découvre et l’enfant qui a bien saisi la différence et qui participent aux batailles de petits pois à travers le réfectoire! (vécu au primaire)

Il faut faire de nos repas un moment agréable et non pas de guerre :)

Publicités

Une réflexion sur “Ecoute et adaptation dans l’accompagnement des apprentissages ( au sens large) des enfants (mini-débrief)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s