L’évolution de la politique de l’enfant unique en Chine

J’ai remarqué que les Chinois sont un de ces peuples que nous Français (entre autres) aimons à regarder de haut, comme si leurs pratiques ou leurs choix étaient tous si arriérés, absurdes, antidémocratiques, dégueulasses.
Non seulement la généralisation est inacceptable, mais j’aimerais qu’on abandonne parfois notre ethnocentrisme si confortable et qu’on ait l’honnêteté d’analyser de façon la plus objective possible les tenants et les aboutissants du sujet.

Vous l’avez compris, je n’aime pas le ton de cet article de M. Yglesias.  Je le trouve méprisant, à la limite du racisme.
Je vais essayer de décrypter un peu les informations qu’on y trouve.

Mais refermons cette parenthèse-coup de gueule et venons-en au sujet qui nous intéresse. Aujourd’hui nous allons parler de la fin de la politique de l’enfant unique en Chine.

ASIE - CHINE -  HONG-KONG

La politique de l’enfant unique a été mise en place en 1979 pour enrayer la démographie galopante de la Chine. Elle ne concerne que l’ethnie Han, l’ethnie majoritaire du pays, et elle stipule que chaque couple ne doit avoir qu’un seul enfant. Il n’y a pas d’interdiction d’avoir d’autres enfants à proprement parler, il y a une amende à verser pour chaque enfant supplémentaire (et a contrario des avantages pour les couples n’ayant qu’un enfant).
Le but est la limitation de l’accroissement de la population, problème socio-économique majeur en Chine.

Rétablissons une première vérité : contrairement à ce qu’affirme le titre de l’article, il ne s’agit pas de la fin de cette politique de l’enfant unique, uniquement de son assouplissement.
Désormais les couples dont au moins l’un des membres est enfant unique pourront avoir deux enfants sans pénalité. Auparavant, il fallait que les deux parents soient enfants uniques ou qu’ils vivent à la campagne et que leur premier enfant soit une fille.

Les points positifs de cette politique

La politique de l’enfant unique est devenue au fil des années de plus en plus dépassée. Elle a d’abord été mise en place à une époque où tout le monde croyait les histoires de surpopulation et au besoin urgent d’encourager les familles du monde entier à avoir moins d’enfants.

Je ne suis pas d’accord. Cette politique a bel et bien eu l’impact escompté.
On estime à 400 millions de naissances évitées ainsi (selon les responsables du planning familial de Pékin).
La surpopulation de la Chine (pays le plus peuplé au monde et dont beaucoup d’habitants vivent encore dans la misère malgré le boom économique du pays) et plus généralement celle du Monde ne sont pas des mythes ou des « histoires ». La population humaine croît à un rythme effréné alors que la misère ne recule pas et que les ressources naturelles commencent à atteindre leur limite.
Malgré les critiques que suscitent la politique de l’enfant unique, c’est une décision non dénuée de courage et de sens des responsabilités de la part du gouvernement chinois. Après des années de promotion de la croissance démographie chinoise (en interdisant notamment la contraception), Mao avait commencé à prendre des mesures allant dans le sens d’un déclin démographique. C’est que le problème était de taille : la Chine n’arrivait plus à se nourrir. Dans ce contexte, le nouveau gouvernement mené par Deng Xiaoping a hérité d’une situation épineuse et a continué sur cette lancée avec la création de la politique dite de l’enfant unique en 1980.
La politique nataliste de la France, se basant à l’inverse sur des encouragements financiers en cas de naissance, n’a, en comparaison, aucune raison d’être de nos jours. Il est loin le temps où il fallait repeupler la France d’après guerre. Aujourd’hui penser tout résoudre par un accroissement sans fin de la population est une fuite en avant, un système de Ponzi.

À noter que selon une enquête de 2008 (Global Attitudes Survey), 76% des Chinois approuvent la politique de l’enfant unique.
Sans doute parce qu’elle est associée dans les esprits à l’amélioration du niveau de vie et à la modernisation du pays.

deuxparents-unenfant

Les points négatifs de cette politique

  • La limitation de la liberté fondamentale de prendre des décisions personnelles et de fonder une famille avec autant d’enfants qu’on le souhaite est sans aucun doute critiquable, pour des raisons évidentes. Quelle légitimité un État a-t-il pour dire à ces citoyens s’ils doivent avoir des enfants ou pas, et pour en définir le nombre ?
  • Des tensions ne se sont-elles pas créées entre les membres de l’ethnie Han, régulée, et ceux des autres ethnies, qui ont conservé toute leur liberté ? Je n’ai pas la réponse, je n’ai en tout cas rien trouvé à ce sujet.
  • Lorsqu’un couple ne peut avoir qu’un seul enfant, en particulier lorsqu’il est dans une situation socio-économique difficile, la préférence va toujours au garçon, en matière de sexe. Dans ces conditions, combien de petites filles abandonnées, mal-aimées, avortées, tombées dans le trafic d’enfants…?
    La répartition des sexes à la naissance est clairement déséquilibrée. Un tel déséquilibre impacte toute la société à mesure que le temps passe.
    Selon cet article de China Mike (article très complet mais en anglais), la tendance se réduirait car les femmes sont désormais capables de bien gagner leur vie et même de prendre soin de leurs parents vieillissants.
  • Les démographes et les économistes affirment que la politique de l’enfant unique a trop duré. La population a beaucoup vieilli, ce qui représente une charge pour le pays au niveau économique puisque la proportion de citoyens en âge de travailler décroît.
  • Dans les faits, des violences, du harcèlement, des avortements tardifs et des stérilisations auraient été commis sur ordre d’officiers locaux désirant respecter leurs quotas par tous les moyens. Cette pratique tendrait à se raréfier.

Et maintenant ?

Nous avons aussi appris depuis que les taux de natalité chutent de manière spectaculaire dans toutes les sociétés utilisant des technologies de contrôle des naissance, ayant des femmes avec un minimum d’autonomie par rapport à leurs partenaires masculins et un accès à la culture populaire mondiale.

En d’autres termes, même sans des mesures de contrôle de la population, la plupart des pays développés ont des taux de natalité en dessous du seuil de renouvellement de la population et la plupart des pays en développement convergent rapidement.

Cette analyse me semble pertinente, reste à savoir à partir de quand et dans quelle proportion de la population ces changements socio-culturels ont eu lieu en Chine. L’émancipation économique et psychologique des femmes est un facteur décisif pour la transition démographique et je me réjouis que les choses aillent dans le bon sens à ce niveau.

Cette tendance à un taux de fertilité faible (celui de la Chine était de 1,54 en 2010) ne fera sans doute que se renforcer dans le futur, en témoigne cet article de Chine Informations qui nous dit :

Une étude menée à Pékin par l’Institut d’administration de Beijing rapporte que 52% des couples ne souhaiteraient pas avoir de deuxième enfant même si la politique le leur permettait. Le principal facteur cité étant les pressions économiques.

baby

En conclusion

Une situation économique confortable et stable pour chaque famille semble être le but des politiques de planning familial chinoises, mais aussi le pré-requis a un retour à un accroissement de la natalité.

Avec la forte croissance économique du pays, c’est toute une classe de nouveaux riches qui est apparue, avec une masse de pauvres dont les problèmes n’ont pas vraiment changé et une classe moyenne presque inexistante.

L’avenir du pays se joue probablement dans la démographie et la hausse du niveau de vie mais aussi dans le rapport des citoyens chinois à leur gouvernement dont les interventions relèvent jusqu’à présent plus de l’autorité que de la bienveillance.

N’hésitez pas à venir en parler aussi sur mon blog ou sur ma page facebook !

Publicités

8 réflexions sur “L’évolution de la politique de l’enfant unique en Chine

  1. Merci pour cet article très intéressant, je ne comprenais pas comment l’indice de fécondité était toujours supérieur à 1 en Chine puisqu’il y avait la « politique de l’enfant unique ».

    Une nuance cependant, la politique nataliste française se fonde sur une histoire effectivement dépassée (remise en question de la France « pays de vieux » perdant la guerre de 1870, repeuplement suite aux 2 guerres) , mais je considère qu’elle a toujours sa légitimité.
    En effet, devant le vieillissement de la population en Occident, avoir un taux de natalité parmi les plus forts d’Europe en « limite » (faiblement il est vrai) les conséquences. Aujourd’hui, le but n’est plus de « repeupler la France » mais bien d’avoir assez de jeunes générations qui supportent les coûts des anciennes.

    • Je trouve que le système actuel de solidarité est bancal (rien qu’à voir le financement des retraites, on vit à crédit sur le dos des générations suivantes), d’où ma critique.
      Cela dit je ne sais pas quelle pourrait être la solution…
      Mais c’était aussi pour dire que des critiques on peut en faire au système français au lieu de toujours regarder les autres de haut, sans remettre en question des politiques qui ont plusieurs décennies déjà.

  2. Merci beaucoup de ta contribution! Sans approuver le ton de l’article que tu cites, je ne pense qu’il est toujours délicat de défendre un des éléments d’une politique qui s’est assez largement inscrite dans le mépris le plus total des droits les plus élémentaires de l’être humain…
    La question du contrôle des naissances, de sa nécessité, et de ses formes est un vaste débat. Certains y voient une évidence écologique, d’autres pensent plutôt que ce sont nos modes de consommation et d’existence qu’il faut revoir avant le nombre de nos enfants.
    Peut être est-ce aussi mon irrépressible fond anarchiste qui me fait considérer avec beaucoup de méfiance tout interventionnisme étatique dans ce qui relève de la sphère privée…
    Enfin il me semble imprudent d’oublier qu’une société où l’enfant unique est la norme construit un autre rapport à l’enfant, à son éducation, aux autres. Les projections et attentes qui pèsent sur les épaules d’un enfant unique « subit » sont également colossales…

    • Je ne suis pas partisane de la politique de l’enfant unique pour toutes les raisons citées, mais j’en avais un peu marre de lire des articles ou des commentaires qui ne prenaient même pas 2 secondes pour essayer de comprendre un peu la situation chinoise qui est quand même très délicate.

      • Oui, je comprends. Je pense aussi un peu comme toi que la culture est fondamentalement différente de celle que nous connaissons en Europe… le rapport à l’individu, à la collectivité. L’héritage spirituel n’est pas non plus le même. Je ne suis pas assez spécialiste pour en dire plus… Bon après, tu dis qu’il n’y avait pas d’interdiction franche mais les mesures étaient tout de même suffisamment autoritaires pour que le monde s’y plie pas forcément de son plein gré…

        • La situation chinoise est délicate, et la culture différente, c’est sûr. Mais enfin quand je me suis penchée sur le sujet (dans cet article: https://lesvendredisintellos.com/2012/07/06/faut-il-limiter-le-nombre-denfants/), j’avais quand même lu que beaucoup de démographes et de sociologues remettaient en question la politique de l’enfant unique non seulement en raison de ses méthodes (extrêmement violentes, ce n’est pas seulement une amende à verser mais des représailles très importantes – brûler la maison familiale par exemple – si l’on ne peut pas payer, ce qui est souvent le cas vu le montant exorbitant) ou de ses « dommages collatéraux » (déséquilibre filles-garçons, dévaluation des filles, non déclaration d’enfants qui vivent dans la clandestinité sans couverture sociale, etc…) mais AUSSI, en terme d’efficacité. On peut se demander par exemple d’où sortent ces chiffres qui sont avancés: On a EVITE 400 millions de naissances. Comment cela est-il calculés? Il est intéressant de comparer l’évolution démographique des pays limitrophes par exemple, qui connaissaient la même croissance démographique exponentielle que la Chine, et qui SANS politique de l’enfant unique, ont connu la même transition démographique au même moment. Par ailleurs, le sort des Chinois s’est-il amélioré? Pas toujours, et si oui, est-ce que ce n’est pas le résultat du boom économique plutôt que de la diminution du nombre d’enfants?

          Parce que son efficacité est très incertaine, et parce que cette politique me semble tout simplement inhumaine, personnellement, je crois sincèrement que le jeu n’en vaut pas la chandelle.

          • Nos avis se rejoignent, nos billets sont différents parce qu’ils partent de textes à commenter différents. J’ai aussi mis essayé de voir le pour et le contre parce que je n’imagine pas explorer les deux sons de cloches avant de me faire un avis.
            Pour moi le bilan est clairement beaucoup trop lourd à porter au niveau humain, MAIS tout jeter en bloc sans reconnaître que la démographie est un sujet à ne pas prendre à la légère est pour moi une erreur.
            Autre précision, une politique nataliste ou dénataliste n’est pour moi concevable que par des incitations, jamais des obligations, des punitions voire des violences (comme cela arrive malheureusement officieusement en Chine).

  3. Pingback: De la chance d’avoir le choix [mini-débriefing] | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s