Répondre aux besoins de son enfant [mini-débriefing]

La question « Suis-je une bonne mère ? » revient souvent dans ma tête. Je réagis de trois manières différentes :

1. Non, tu n’es pas une bonne mère, file pleurer dans ta chambre ! (constructif, n’est-ce pas ?)

2. Mais qu’est-ce que c’est que cette question à la noix ?!? Tu n’as rien de mieux à faire ?!? (oui, il y a beaucoup de signes de ponctuation dans ma tête !)

3. Prenons un stylo, un carnet et répondons sérieusement à la question. (c’est mon côté intello du vendredi)

Laissons de côté la 1 (trop personnelle) et la 2 (trop évidente) pour en venir à la 3. Il est évident que cette réponse n’est pas la plus courante  mais les billets de cette semaine sur les VI y répondent en partie et c’est assez reposant je dois dire. Pour dire les choses simplement : un « bon » parent (même si l’expression est à revoir, je vous le concède) est un parent qui répond aux besoins de son enfant. Là où cela se complique, c’est dans la définition des « besoins ».

En faisant quelques recherches sur Internet, j’ai constaté qu’il y a plusieurs réponses mais toutes ont un socle commun.

Les besoins physiologiques viennent, bien entendu, en premier : manger, boire, dormir, etc. S’ils sont relativement simples à décrire, ils ne sont pas comblés de la même manière chez les uns et chez les autres, comme nous en parlons souvent ici. C’est justement là qu’on peut en venir à se demander si l’on fait bien ou pas. Certains ouvrages nous aident à choisir, d’autres nous culpabilisent pour rien. J’ai bien peur qu’il n’y ait pas de réponse définitive… (mais peut-être est-ce pour un bien finalement ?)

La question de la façon dont on nourrit son bébé, par exemple, crée moult débats. Pascale72 nous présente un livre (disponible au prêt) clair, simple et encourageant sur l’allaitement écrit par Véronique Darmangeat, bien connue pour son respect du choix des parents à ce sujet, ce qui fait du bien.

Même la façon de gérer le sommeil des tout-petits fait débat : faut-il le laisser pleurer ? le coucher dans son lit ? le garder contre soi ? etc. Mama Galzerano nous commente un ouvrage où la question du sommeil s’apparente à une lutte de pouvoir entre l’enfant et ses parents, ce qui influe donc sur les conseils donnés. Pour ma part, je sais qu’il n’y a pas de recette miracle, chaque enfant est différent et chaque parent a ses propres limites. Il est difficile de donner un conseil ferme et définitif… D’où l’intérêt de lire plusieurs ouvrages, de discuter (d’avoir créé les Vendredis Intellos en somme !)

Viennent ensuite d’autres besoins tels que l’amour. Il n’est plus à prouver qu’un enfant a besoin de quelqu’un à qui s’attacher. Peuvent-ils souffrir ? nous en parle en commentant une étude sur les bonobos. Cela rejoint les besoins de contact social, d’amour, de reconnaissance.

Enfin (pour aujourd’hui mais il en existe encore d’autres), l’enfant (comme l’adulte d’ailleurs) a besoin de sécurité. Malheureusement, les parents ne peuvent pas toujours être là, ce qui pose problème pour aider un enfant en difficulté à l’extérieur. Le cas du harcèlement scolaire, dont nous parle avec précision (et courage) A la mère si, est particulièrement frappant. Le parent ne peut pas assurer la sécurité de son enfant partout et tout le temps mais il doit être là pour l’aider à traverser cette épreuve.

Ces exemples, tous très différents, nous donnent des pistes quant au rôle primordial du parent. La réponse à donner à tous ces besoins n’est pas évidente mais tout parent chercher à faire le mieux possible et c’est ça le plus important. Essayons donc de nous aider les uns les autres pour trouver les réponses qui nous conviennent, plutôt que de nous montrer du doigt…

Oui je suis pour la paix dans le monde ;-) (et aussi pour que les gens cessent de faire des commentaires négatifs aux parents dans la rue, dans le bus et ailleurs)

Bonne lecture à tous !

Clem la matriochka

Publicités

3 réflexions sur “Répondre aux besoins de son enfant [mini-débriefing]

  1. « aussi pour que les gens cessent de faire des commentaires négatifs aux parents dans la rue, dans le bus et ailleurs » sauf quand ils donnent des baffes/des fessées ;-)

  2. Merci beaucoup Clem! J’aime toujours autant ta façon de t’approprier les articles et de les présenter de façon originale (même si je ne suis pas toujours très en avance pour te le signifier…!)!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s