Cette affection qui fait grandir { Mini-débrief }

Protéger nos petits. Tel est le but que nous nous fixons en tant que parent.

Dans le monde qui nous entoure, c’est souvent compliqué de réussir ce challenge. Le monde est violent, irrespectueux, égoïste, grisâtre…

Oui une partie du moins.

Mais il existe encore et toujours quelques lopins de terre parentaux qui résiste aux assauts de ce monstre qu’est la société actuelle.

Dans ces petites contrées verdoyantes et chaleureuses, des enfants ont  la chance d’y venir au monde, d’y être respectés, d’y être entourés avec bienveillance, d’y être guidés sans y être lâchés dans la nature. Ils n’y poussent pas seuls, comme des herbes sauvages, mais sont malgré tout soutenus par de solides tuteurs attentionnés.

Dans ce pays de cocagne qu’est l’Education Bienveillante, le respect s’apprend tout les jours. Les parents apprennent à être parents à leur rythme, suivant le sentier qu’ils se sont choisis, en accompagnant du mieux qu’ils peuvent leur progéniture. Ils trébuchent parfois, se prennent des cailloux de ras-le-bol dans les souliers, ou s’arrêtent un instant sur le bord du chemin afin de se reposer quelque temps, pour mieux repartir. Ils apprennent à mettre en garde sans voiler les yeux, à protéger sans mentir.

Les protéger, protéger nos filles de l’hyper-sexualisation véhiculée par la télévision ou les magasines. Les protéger en les conscientisant dès l’entrée dans l’adolescence. Ne pas en faire des mini-miss et autres lolitas selon Phypa.

« La vraie question reste à mon sens d’aider nos enfants, filles et garçons, à construire une identité qui leur corresponde profondément, leur permette d’avancer sereinement dans la vie et de faire face à ses défis. « 

Les protéger, c’est aussi évoluer dans nos connaissances, comme le suggère Pascale dans son article parlant  de la parentalité qui modifierait le cerveau. 

S’étonner de constater que devenir parents ne s’arrêterait pas seulement à la dyade mère-enfant, mais irait même au-delà. Que le père tiendrait une place importante lui aussi, et pas seulement en tant que « père moderne » qui saurait changer les couches et mettre un body à l’endroit.

Les protéger en leur offrant de bonnes bases, dès le départ, avant même leur naissance. Les faire naître pour ensuite les mettre au monde, deux événements qui, selon Kawine, seraient complémentaires.

Les protéger sans les étouffer, leur apprendre le monde sans les effrayer, les aimer et les respecter, pour les faire grandir.

Bonne lecture !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s