Rencontres Lyon 2/3 nov. 2013: Coup de projecteur sur nos invités #2

Plus que 3 semaines avant les rencontres des VI!!!!

Il est donc temps de finaliser votre inscription!!! D‘inviter vos amis! Et si vous hésitez encore, de lire et relire notre très alléchant programme… ou d’achever de régler les détails techniques en potassant cet article ou en posant vos questions/demandes sur notre forum.

La semaine dernière, je vous présentais deux de nos intervenants, explorant la dimension familiale (au sens large) de la co-éducation.

Je reviens cette semaine vous présenter la suite des Conférences-ateliers… parce que si la famille participe pour beaucoup dans la co-éducation, d’autres acteurs moins proches relationnellement ou parfois moins bien défini, y participent aussi. En effet, au XXIème siècle notre « village pour élever un enfant » comporte aussi toute une kyrielle d’acteurs institutionnels dont nous avions envie de vous proposer de débattre de la place qu’ils occupent dans l’éducation de nos enfants.

Au premier rang de ces acteurs institutionnels: l’ECOLE.

Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, qu’on la fréquente ou qu’on l’évite, elle est là, comme le mètre étalon incontournable de l’enfance.  L’école éduque-t-elle? Pour certains c’est une évidence, pour d’autre c’est un non-sens (l’école instruit ou forme mais n’éduque pas). Ce qui est à peu près certain c’est qu’elle influe pour le meilleur et pour le pire sur les enfants qui la fréquentent. Elle a aussi autrefois influé sur nous, parents, anciens enfants, anciens élèves… et nous traînons toujours un peu avec nous une partie de cette histoire chaque fois que franchissons son seuil.

Jean Pierre Lepri Aux Vendredis Intellos, on aime bien les gens qui se posent des questions, qui renversent les idées reçues, et qui invitent à la remise en question des idées toutes faites, alors pour explorer la question de l’école et de son rôle, on est allé chercher quelqu’un qui pense que l’école ne sert à rien, ou du moins à rien d’autre qu’à elle-même. Que l’enfant apprend même et surtout sans école et que le projet même de vouloir éduquer est une forme de violence faite à l’appétit d’apprendre de l’enfant.

Oui, il va fort!

Et ce qu’il y a de plus étonnant, c’est que cette personne connaît très très très très bien l’école: il y a été instituteur, formateur, inspecteur, il l’a défendue, il a cherché à la comprendre, il a cherché à l’améliorer, il a cherché à y rendre des enfants heureux…

Je parle bien entendu de Jean-Pierre Lepri, dont nous avions déjà présenté ici et  le dernier ouvrage dans lequel il développait l’essentiel de sa pensée (et que nous vous proposerons à la vente lors des Rencontres 2013).  J’espère que vous serez nombreux pour l’interroger, le questionner, le contredire peut être aussi, apporter votre histoire, votre témoignage, vos réflexions… et j’ai comme dans l’idée qu’avec près de 10% d’enseignants que comptent les neurones du vendredi, on va passer un moment tout à fait enrichissant!

Pour en savoir plus sur son intervention lors des Rencontres 2013, rendez-vous ici.

Mais l’école n’est pas non plus le seul partenaire institutionnel de la co-éducation de nos enfants… dès la sortie de la maternité: les PMI, les crèches, les assistantes maternelles participent aussi/interviennent à titre d’éducateur. D’une façon moins patente mais non moins significative, la CAF et ses dispositifs de soutien à la parentalité participe localement et nationalement à cette action co-éducative. Enfin, les associations de parents, leur rôle de soutien, d’entraide, de diffusion d’information nous a semblé être un dernier partenaire décisif dans la co-éducation.

Marie-CLaude BlancAlors pour évoquer toutes ces questions, on s’est souvenu qu’il n’y a pas si longtemps d’autres parents s’étaient posé un peu les mêmes… d’autres parents s’étaient demandé quel était le rôle des professionnels de l’enfance dans l’éducation de leurs enfants, et de quelle façon ils pouvaient agir pour rester eux aussi des acteurs. Ces parents ont été à l’origine de la création des crèches parentales à la fin des années 60, qui a peu à peu constitué l’Association des Collectifs Enfant Parent Professionnel et a continué à oeuvrer pour une co-éducation harmonieuse et respectueuse des parents et des professionnels.

Marie Claude Blanc, chargée de mission à l’ACEPP a accepté de venir nous rencontrer pour retracer avec nous l’histoire de ce mouvement en faveur de la co-éducation et en dégager les enjeux actuels.

Pour plus d’informations sur son intervention lors des Rencontres 2013 c’est par là!!!!!

Publicités

3 réflexions sur “Rencontres Lyon 2/3 nov. 2013: Coup de projecteur sur nos invités #2

  1. Pingback: Rencontres Lyon 2&3 nov. 2013 – En serez-vous?! | Les Vendredis Intellos

  2. Pingback: L’apprentissage informel, l’IEF ou comment les enfants sont moteurs de leur apprentissage | Les Vendredis Intellos

  3. Pingback: Ecoute et adaptation dans l’accompagnement des apprentissages ( au sens large) des enfants (mini-débrief) | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s