L’état d’esprit des grands-parents d’aujourd’hui : garder ou pas ses petits-enfants

Les grands-parents, c’est pratique. Ça joue les baby-sitters avec plaisir. Ça remplace les nounous occasionnellement ou régulièrement. Moi-même je confie souvent mes enfants à leurs grands-parents le weekend, parce que mon mari et moi nous travaillons et que la nounou pas. Nous ne leur imposons pas la garde de nos enfants, ils le font volontiers et sont même demandeurs pendant leurs propres vacances. C’est un arrangement préalable entre nous. Je sais pourtant que nous sommes chanceux et que dans la réalité tous les grands-parents ne s’investissent pas autant. Cette semaine sur le site Rue89.com, je suis tombée cet article : « Les gosses, ces mini-nazis » : les réactions de nos riverains grands-parents (ou non). Et non, tous les grands-parents ne souhaitent pas devenir des papis ou mamies gâteaux. Premier constat :

Les grands-parents confirment : ils sont beaucoup sollicités.

Soyons honnête. Dans une société où le coût de la vie est élevé, il est plus avantageux d’appeler les grands-parents que de payer une baby-sitter pour garder les enfants. En plus de cela, c’est facile et aussi rapide qu’un coup de fil « On peut vous déposer les enfants ? Ok on arrive ! » et c’est réglé ! (Je parle des grands-parents qui sont à proximité bien sûr.)

 
Mais tout n’est pas si simple, et les grands-parents d’aujourd’hui savent se faire entendre.

Ils n’ont pas envie de devenir les nounous officiels de leurs petits-enfants et ils imposent leurs conditions.

Un weekend par mois ou seulement en cas d’urgence … Les grands-parents ne sont pas les pigeons de leurs enfants. Ils acceptent de rendre service certes, mais souhaitent aussi garder leur liberté. Pour une partie d’entre eux, garder les petits-enfants est loin d’être une vocation. Nos bambins les épuisent. Cela peut se comprendre. Pire, pour certains d’entre eux c’est même une corvée. Ils ont assez donné avec leurs propres enfants, à leur tour de se reposer et de profiter de leur temps libre.

« Ils ont raison, ces grands-parents ! Que les seniors s’éclatent ! C’est tellement chiant, les gosses ! Je viens de passer une semaine avec mes petits neveux, l’horreur ! »

Voilà Messieurs-Dames les parents, c’est dit, les grands-parents ne sont pas des nounous et ne sont pas à votre service !

 
Finalement, cet article montre simplement la diversité des points de vue existants, comme un miroir de la diversité de notre société. Il existe des grands-parents gagas et d’autres qui ne veulent pas s’occuper de leurs petits-enfants. Tous les cas de figures sont dans la nature. Personnellement je comprends chaque point de vue. Peut-être que les grands-parents qui ne nouent pas de liens avec leurs petits-enfants passent à côté de beaucoup de choses, mais en tant que parents devons-nous les juger pour autant ? C’est leur vie et leur choix. Après tout, nous ne savons pas encore quels types de grands-parents nous allons devenir …

 

Publicités

21 réflexions sur “L’état d’esprit des grands-parents d’aujourd’hui : garder ou pas ses petits-enfants

  1. Chez nous, des grands-parents habitant tout près et qui ont fait nounou et baby-sitter avec mes aînés. Par contre, c’est la petite dernière qui n’est pas du tout volontaire pour aller chez eux… C’est vrai qu’ils ont 15 ans de plus les grands-parents, et que la petite dernière, je l’ai allaitée très longtemps (donc pas facile à laisser en garde ne serait-ce qu’un week-end) …

  2. Je n’aime pas trop laisser mes enfants aux grands-parents parce que je considère que je n’ai pas fait des enfants pour les donner aux autres. Du coup, c’est eux qui les réclament.

  3. Eh bien moi je suis contente que mes parents habitent trop loin pour que la question ait pu se poser! Ma maman (longtemps assistante maternelle et qui va bientôt le redevenir) a tendance à être un peu « envahissante » parfois et je crois que je ne me serais pas sentie aussi libre dans mes choix éducatifs, non pas qu’elle les désapprouve forcément mais ne correspondant pas à ce qu’elle a toujours fait, elle ne les comprends pas trop, ou les juge utopiques… Et en fait mes parents sont assez d’accord, considérant que le rôle des grands-parents n’est pas celui d’éduquer mais de faire plaisir aux petits-enfants (sans pour autant abolir toute règle bien sûr!). Finalement, le tout est de bien se mettre d’accord sur le rôle que chacun accepte ou pas d’avoir et de donner à l’autre.

  4. Pas encore maman, mais je pense que je serai une chanceuse dont les parents seront contents de garder de temps en temps les enfants. Mais seulement de manière ponctuelle vue que j’espère que nous pourrons les garder nous-mêmes. Pour mes beaux-parents, je ne sais pas trop. Et j’imagine que ça dépendra aussi du caractère des nos enfants.

  5. Moi je suis intimement convaincue que les grands parents ont un rôle à jouer dans la vie de leur petit enfant…ils participent à l’épanouissement de l’enfant, en leur apportant une autre vision des choses. Evidemment, il faut respecter leur liberté et le choix de tous (parents comme grand -parents); donc quand je dit un rôle à jouer cela peut être quelques jours par an…mais des jours riches !

  6. Merci beaucoup de ta contribution! Et merci d’avoir accepté de commenter cet article!
    J’ai le sentiment que ce qui est décrit dans l’article que tu cites est aussi à l’image des évolutions de notre société: des grands parents qui vivent plus longtemps et mieux qu’avant, de la retraite qui n’est pas que le lieu de la maladie et de la sénilité mais aussi et avant tout un temps de réalisation de soi et de ses projets… je salue cette évolution qui va dans le sens d’un plus grand confort de vie et en même temps je me dis un peu comme Pascale 72 que le rôle des grands parents est tout de même important pour leur petits-enfants et aussi pour leurs propres enfants…
    Plus la qualité de vie des parents se dégrade (stress au travail, surmenage et épuisement à la maison) plus l’aspiration au calme et au repos devient forte une fois libéré de ces contraintes. Bref, je me dis qu’il nous faut peut être nous ménager un peu en tant que parent, savoir respecter nos limites (y compris en demandant ponctuellement de l’aide à d’autres – grands parents inclus-) histoire de ne pas finir trop dégoûté de tout et encore en capacité d’en aider d’autres lorsque nos enfants seront grands et que le temps de la retraite sera arrivé!

  7. Pingback: La semaine 99 des VI [EN BREF] | Les Vendredis Intellos

  8. Si seulement les grands-parents n’étaient pas aussi loin… (500km pour mes parents, plus de 1000 km pour mes beaux-parents !)
    Pourtant, je suis persuadée qu’il est sain pour toutes les générations de se côtoyer beaucoup plus qu’actuellement. Et pas seulement d’un point de vue pratique, mais aussi pour une bonne sociabilisation, une meilleure compréhension mutuelle, plus de solidarité, un enrichissement personnel de tout le monde.
    J’ai la chance d’avoir une « mamie » dans le voisinage, qui adore les enfants, et qui me rejoint quand elle garde les enfants de la femme de ménage (un peu dans la panade). Du coup, on fait garderie chez moi, et c’est beaucoup plus simple d’en avoir 4 à gérer à 2 (même d’âges différents), que 2 à gérer toute seule ! Les enfants n’attendent pas la même chose de ma part et de la sienne, et ça ne tient pas qu’à la personnalité. L’âge, c’est aussi une sorte de « statut ».
    J’espère que je pourrais profiter / m’occuper de mes petits-enfants, et soulager mes filles… mais surtout passer du bon temps en famille !

  9. Pingback: Savoir lâcher prise : de l’auto-bienveillance ? {Mini-débrief} | Les Vendredis Intellos

  10. Mon homme et moi, petits, avons chacun eu la chance de passer beaucoup de temps avec nos grands-parents respectifs, et d’avoir aimé ça ! Du coup, c’est tout naturellement que nous laissons nos filles à leurs grands-parents régulièrement durant les vacances… et elles aiment ça ! Comme Mme D et Pascale72, je suis intiment convaincue que cela est profitable pour les enfants, même si je ne suis pas toujours d’accord avec la manière dont s’y prennent mes parents avec elles… Mais ce n’est pas si mal que les enfants découvrent qu’ailleurs c’est différent…

    Malheureusement nous sommes géographiquement loin de grands-parents, donc pas de coup de main de dernière minute ni de babysitting sauvages, et ça, c’est bien dommage car on aurait bien besoin de souffler un peu en dehors des vacances !

    Je remarque aussi que les choses sont différentes d’une génération à l’autre. Jamais ma grand-mère ne s’est plainte de nous garder tous les étés pendant un mois mes cousins et moi, sans l’aide de jeune fille au pair ni babysitteuse. Alors que ma mère, même si je sais qu’elle adore s’occuper de mes filles pendant les vacances, se plaint régulièrement que c’est crevant, très prenant (et pourtant, elle, elle fait parfois appel à des jeunes filles au pair !) ALors, pourquoi cette différence ? Peut-être l’âge : ma mère est devenue grand-mère dix ans plus tard que sa propre mère ; parce que les femmes ont leurs enfants de plus en plus tard, les grands-parents sont aussi de plus en plus « vieux » et donc moins en forme, peut-être ?

    • L’âge… et le type d’habitation ? Mes grands-parents des 2 côtés habitaient à la campagne, grand jardin, la liberté… pour les enfants, comme pour les grands-parents !
      Rien à voir avec les grands-parents de mes filles, en pleine ville. Or s’occuper d’enfants dans un pré, c’est bien plus facile qu’enfermés entre 4 murs.

      Et l’intérieur des maisons aussi : moins d’objets couteux et fragiles (hifi, par exemple).

      Et les loisirs/occupations : ramasser les pommes de terre ou les cerises, mettre les haricots verts en conserve, aller chercher les œufs à la ferme, le lait à la laiterie, tricoter, aller à la pêche, chercher des escargots (et les faire dégorger dans la baignoire, miam…), des champignons, des pousses de pissenlit… Y a-t-il encore des grands-mères « actuelles » qui font ça ?!! Ce sont des activités bien plus faciles à partager avec des enfants, sans effort particulier, que la salle de sport, le golf, question pour un champion, etc…

      Les grands-parents actuelles cherchent des occupations pour les enfants, ils bousculent leur quotidien. Les grands-parents de la génération précédente pouvait plus facilement les inclure dans leur vie, tout simplement.

  11. Ce qui est super avec cet état d’esprit toujours plus « chacun pour soi », c’est que quand ils seront vraiment vieux ces grands parents, on se fera un plaisir de les coller en maison de retraite et de s’en laver les mains. Nous ne sommes pas des infirmiers, et les vieux c’est chiant. Non mais SANS DECONNER quoi !!!!

    • Bravo !!! C’est exactement ce que je pense !
      J’avais pour objectif de prendre ma belle mère à la maison pour ces vieux jours etc …
      Elle a refusé de garder notre petite fille une demi journée par semaine ( elle est pas baby-sitter)
      Et bien je reprendrai ta phrase Sookie : Je ne suis pas infirmiere !!
      Bravo ! :)

  12. ma mère ne supporte pas de garder mes enfants. Elle est toujours énervée quand je rentres le soir et très pressée de nous voir partir.
    j’ai trouvé une baby syter et je préfère que l’on reste chacune de son coté pour le moMENT.

  13. J’ai 69 ans et mon épouse 64 et nous avons travaillé depuis l’âge de 14 ans,nous avons élevé 4 enfants qui ont maintenant entre 26 et 48 ans (Et oui) et ce n’est pas pour recommencer maintenant à élever d’autres enfants et être cloués à la maison,nous voulons nous aussi profiter un peu de la vie en étant libres et faire ce que nous voulons.
    Du dépannage oui,les élever non.

    • à votre lecture, on dirait ma famille ,j’ai 67 ans mon mari 68 nous avons eu quatre enfants (47 à 26 ans) six petits enfants et là nous venons de déclarer une crise familiale car on a refusé de prendre en pension notre petite fille de 18 ans pour ses études, toute la semaine scolaire, toute l’année scolaire pendant au moins deux ans voire peut être cinq ! notre fille a coupé les ponts avec nous, devenus persona non grata suite à notre refus ! on n’a pas le droit de rester maîtres de notre temps nous voulions bien l’accueillir de temps en temps mais ne pas nous charger pour si longtemps étant donné que nous avons tous les deux travaillé plus de quarante ans et que nous sommes fatigués et pensons avoir mérité d’être tranquilles et ne souhaitant pas accepter cette responsabilité , cette contrainte qui portant pour notre fille allait de soi ! nous avons d’autres petits enfants et alors on s’arrête quand ?

    • Je pense exactement comme vous. Mais nos enfants réussissent à nous faire sentir coupable de faire du bénévolat ailleurs alors que notre priorité devrait être nos petits enfants selon eux. Nous avons formulé le désir d’être un plan B ce qui veut dire quand il n’y a vraiment pas d’autres options. cette semaine 3 fois nous avons été interpellé pour dépanner. Je ne crois pas que nous étions un plan B et si on refuse on va passer pour des parents ingrats.

    • J’ai 66 ans j’ai eu trois enfants avec mon mari décédé il y a 3 ans , on a adoré nos enfants , mais je suis d’accord avec vous sauf pour des exceptions je ne serais jamais la nounou de mes petits enfants les parents de nos jours leurs laissent passer trop de caprice par exemple ‘ le portable dés 2ans entre leurs mains !!! es ce nous les coupables de vouloir une vie calme à présent sans corvées !

  14. Pourtant ces fameux nouveaux grands parents ont bien su profiter de leurs parents à l’époque pour garder leurs enfants … Faites ce que je dis mais pas ce que je fais … Génération baby-boom = Nombriliste !

  15. Avec mon conjoint, nous avons 3 enfants de 6, 7 et 9 ans. On s’est toujours débrouillés seuls, sauf à de rares exceptions près (genre pour garder mes aînés au moment de la naissance du plus jeune…ouf, trop sympa). Mis à part ça, basta. Aucun grand parent ne s’est jamais vraiment impliqué (parce que c’est trop fatiguant, parce qu’ils sont trop rapprochés, parce qu’on habite pas juste à côté, etc…y’a toujours une bonne excuse). Bon, mis à part le fait que du coup, on ai carrément mis notre vie sociale et notre vie de couple de côté pour s’occuper exclusivement de nos enfants en dehors de notre temps de travail, ça fout un peu le cafard de se dire que vos propres parents n’ont absolument pas envie de passer un peu de temps avec vos enfants, même pas une demi-journée, rien (genre…ils sont infects ou quoi ?). PAR CONTRE, ils se plaignent souvent de ne pas les voir assez, leur disent que bientôt ils vont les inviter dans leur maison, etc, et mes enfants y croient dur comme fer, bien naïvement. Autour de moi, j’entends souvent les enfants dire qu’ils vont passer leurs vacances chez papi et mamie. J’avoue, ça me fout grave les boules…mes enfants ne connaîtront jamais ça, eux. De toute façon, j’aurais dû me douter : quand j’ai annoncé ma première grossesse à mes parents, ça les a plus plombé qu’autre chose…tout à coup, ça leur a rappelé qu’ils vieillissaient. Dommage pour nous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s