Conception, (in)fertilité, désir d’enfant(s).

Bonjour,

 Un petit vendredi intellos depuis les vacances !

ovuleAujourd’hui, un petit article sur un thème plutôt personnel, féminin (quoi que), sur la fertilité féminine.
Un grand mot pour parler conception, envie d’enfants, le tout mêlé à notre conception scientifique de la ‘chose’.
Ou comment un ovule + un spermatozoïde le 14eme jours du cycle = un enfant.

C’est tout du moins ce que j’ai pu retenir de mes cours de svt de terminale (S)…
Bref, il est peu question dans la vie de tous les jours de soucis, de fiv, de pma, de courbes de températures, ou encore d’iac !

L’infertilité peut venir de l’homme (30%), de la femme (30%) ou des deux à la fois. D’autre part, dans certains cas, l’infertilité ne peut pas s’expliquer.

Autant de mots plutôt barbares qui n’ont plus de romantique avec un homme, une femme, une envie commune et une soirée à la bougies !?

Lorsque nous avons eu envie de sauter le pas pour avoir Martin, comme beaucoup de couples, arrêt de la pilule, consultation du médecin (et vitamines qui vont bien), et « essais » à gogo !
Une bonne excuse pour en profiter ;).

pilule« 50% des françaises, 25% des britanniques et 22% des espagnoles prennent la pilule » (source Inserd-Ined) …

J’avais passé 8 ans sous pilule (différentes), un vague souvenir d’avoir eu des cycles de 5 semaines avant (sans certitudes) bref, rien que des envies et des bonnes ondes.

Après les 5 premières semaines et toujours rien, un test de grossesse acheté à 2 en pharmacie (8 euros gloups…), et au final non rien.
Un premier cycle qui durera 7 semaines, un second qui durera 10 semaines (ou 2 mois 1/2) de quoi se poser des questions non ?
Un gynéco consulté qui n’y voit rien d’alarmant et surtout n’entends pas mon besoin d’avoir des explications…
Plutôt scientifique, j’avais besoin d’une écoute, explication et aidé !

Bref, après un autre cycle à rallonge et une seconde (une femme) gyneco consultée, elle me propose un premier traitement pour réguler mes cycles, et permettre de remettre en route « la machine » de façon régulière.
Efficace pour mes durées de cycle mais pas pour l’ovulation (4 courbes de température aussi plate qu’un trait droit), on change de traitement et ce coup ci, au second cycle du traitement une belle courbe comme dans les bouquins et surtout une belle petite graine née le 4 juin suivant.

Bref en résumé 10 mois d’essai, bien ridicule au yeux de certaines je le conçois, mais surtout des cycles complètement bousillé à cause de cette foutue pilule !

Que j’en veux à ces médecins sans vergogne qui ne proposent même pas de stérilet alors qu’il se pose pour les nullipares sans soucis, que j’en veux à cette désinformation constante comme quoi on peut facilement tomber enceinte, que j’en veux à ce manque d’écoute de la part de beaucoup de spécialistes, que je m’en veux de n’avoir été plus critique, que j’en veux à cette pression de la société (famille, boulot, …) qui ne faisait que de nous demander « quand » on s’y mettait (puis pour le 2eme, le 3eme, …), que j’en veux à certains amis de sous entendre que c’était facile, qu’il fallait juste le faire au bon moment …

Bref, oubliez nous et laissez nous profiter de notre premier bonhomme avant de nous parler d’un deuxième !

Marie

marie

Pour lire le billet sur mon blog, c’est par ici ! Merci pour votre lecture et vos visites :)

Publicités

10 réflexions sur “Conception, (in)fertilité, désir d’enfant(s).

  1. Il y a 15 ans de ça, lorsque nous expliquions aux adolescentes (et aux adolescents) que la pilule n’était pas une solution miracle, qu’elle avait des effets secondaires, et surtout qu’elle n’était pas le seul moyen de contraception, on se faisait tomber dessus par la terre entière, on était dangereux, réac, etc…
    C’est un peu décourageant quinze ans plus tard de voir tout le monde s’étonner que se shooter aux hormones pendant des années peut avoir des conséquences…

  2. C’est intéressant ces différences entre pays…50 % de femmes sous pilule en france et deux fois moins en GB et Esp…Bref, il faut se poser des questions je crois.

  3. j’avoue n’avoir jamais été informée ni renseignée de tels risques par le corps medical, prise de conscience seule en.lisant les notices et en découvrant les effets incompatible (soucis cardiaque,veineux, migraines…). cela n’a jamais soucié les médecins pourtant informés de mes pathologies au global…
    à croire que la pilule est totalement placebo !

    • oops, mon message n’est pas arrivé au bon endroit : je voulais répondre à pascale72. Dès qu’on sort de nos frontières, les études deviennent bien plus instructives !

  4. ce que tu écris fais écho chez moi. Ado, j’avais des cycles qui faisaient n’importe quoi (genre 4semaines, puis 10 semaines, puis…ben en fait rien pendant 3 mois etc.). Le gynéco de l’époque m’a dit qu’on allait me donner la pillule pour « réguler tout ça ». j’avais 15 ans, me suis pas posée de questions car j’avais enfin des cycles de 28 jours :-)
    par contre, quand j’ai tout arrêté pour tomber enceinte, ben là, il n’y avait plus personne LOL le gyneco de l’époque m’a dit que cela allait retourner à la normale…mwouais bien sûr. Après 6 mois de tergiversations, de teste etc. et à la faveur d’un déménagement et surtout de mon mari, j’ai changé de gynéco. résultat, je suis tombée sur quelqu’un de génial, qui m’a fait une échographie, m’a diagnostiquée des ovaires micropolykystiques (donc j’ovule toutes les calendes grecques :-) et m’a dit que 1) la pillule ne faisait que masquer le problème 2) ça se soignait très bien. Résultat 3 mois après, petite graine était là :-) et pour le 2ème, ben 1) je m’y suis prise à temps (sachant que je n’allais pas tomber enceinte comme dans les films US sur un coup de baguette magique) 2) je suis retournée chez le même gyneco.
    Pour la contraception d’après grossesse, j’ai revu mon gynéco et on a discuté une bonne heure en passant en revue toutes les possiblités mais finalement, avec mes ovaires à problème, je n’ai pas d’autre choix de contraception que la pillule

  5. Merci beaucoup de ta contribution!! Et ravie de te retrouver pour la reprise des VI!!
    J’imagine comme ces mois d’attente ont du te paraître longs et incompréhensibles… j’ai effectivement lu que chez certaines adolescentes qui prenaient la pilule très jeunes, cela pouvait masquer des problèmes de cycles qu’elles ne découvraient alors qu’au moment de concevoir.
    Tes cycles ont-ils repris un rythme normal maintenant? ou as-tu toujours besoin d’un traitement?

  6. Pingback: La semaine 97 des VI [EN BREF] | Les Vendredis Intellos

  7. Pingback: FéminismeS, avoir le choix… | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s