LEUR faire confiance …

Bonjour, Bonsoir,

Et si la meilleure chose que nous puissions faire pour nos enfants était simplement de les laisser tranquilles ? Ou pourquoi les méthodes d’éducation modernes rendent nos enfants malheureux.

Par Jay Griffiths

Une bien belle entrée en matière pour parler « éducation » n’est-ce pas ? Pour parler de la façon dont on souhaite accompagner son(ses) enfant(s) ?

Car oui, dans la bouche de beaucoup de parents, le mot éducation a plus un sens de dressage, façonnage, savoir vivre et être, politesse, que son sens d’accompagnement, de respect et d’aide que nous aimons lui donner dans notre maisonnée.

En quoi un enfant serait-il différent d’un adulte dans ses droits, dans son écoute, dans son intelligence ?

Dès le berceau

berceau_leanderDès le berceau, nous demandons à notre enfant de dormir dans son lit loin de la chaleur de ses parents, loin de ses bras rassurants, loin … seul dans son lit froid et noir !

Je ne recopierai pas l’article en entier mais je vous invite à le lire : Pourquoi les parents devraient laisser leurs enfants tranquilles ? ».

Morceaux choisis :

Contrôle. Pleurs. Les mots parlent d’eux-même : un système d’intimidation qui contrôle les sentiments d’un bébé. On a dit à la mère que la situation était inverse, que c’est le bébé qui essayait de lui imposer sa volonté, mais tout ce que je pouvais voir c’était un bébé d’un an affolé par l’abandon qu’il vivait. Une mère américaine a eu ce témoignage poignant sur internet : « La Méthode Ferber vaut-elle le prix de mon chagrin ou suis-je vraiment en train de torturer mon enfant ? Cela me semble être un châtiment cruel et inhabituel”.

Et d’ailleurs, une des questions les plus fréquentes à laquelle les jeunes sont rapidement confrontés par l’entourage n’est-elle pas « Fait-il/elle ses nuit ? » … Souvenez vous que la réelle question est plutôt « Fait-il/elle VOS nuits ?« , cela permet de voir les choses autrement, de prendre du temps pour soit (son enfant, soit-même) et apprécier les moments de sieste et de repas avec lui plutôt que de chercher à reprendre une vie trépidante (ménage, sortie, courses, repas &co).pied adulte nourrisson

D’ailleurs à ce sujet, une anecdote qui perdure dans beaucoup de pays encore, la principe de quarantaine post-accouchement qui impliquait que la jeune accouchée reste au calme (souvent allongée à allaiter son enfant) pendant environ 40 jours après l’arrivée du nouveau-né pour se reposer. La famille prenait le relais pour s’occuper de la maison et de la fratrie.

Une idée à explorer n’est-ce pas ? S’écouter et écouter son enfant.

Puis dans l’assiette

Puis dans l’assiette de son enfant – tout d’abord en écoutant beaucoup de médecin, qui même nourri au sein, parlent de « toutes les 3h00 », « 15 min de chaque côté pas plus », … Et même si rien les consignes ne sont pas aussi claire, les maternités font remplir une fiche avec horaires des tétées, fréquences, « remplissages » des couches … Bref tout est normé !

allaitementHors, il est clair que « à la demande » c’est clair et net ! C’est « à la demande » ! et ce dès les signes d’éveil, pas seulement lors des cris strident de bébé ! Vous même, vous mangez avant d’avoir le ventre qui gargouille et mal à l’estomac ? Alors pourquoi ne pas répondre à son enfant qui se met à tirer la langue, s’éveiller et chercher l’adulte du regard ?

Besoin de se rassurer me direz vous ? Besoin d’être dans la norme, dans les courbes ? peut-être ! Mais à quoi cela est-ce du ?

Une norme est une règle, une loi auxquelles on doit se conformer. La norme est l‘ensemble des règles de conduite qu’il convient de suivre au sein d’un groupe social. Elle est souvent inscrite dans l’inconscient collectif. – Extrait.

Alors sortir des courbes serait-il synonyme d’exclusion ?

En effet, les gens « différents » restent tout de même souvent mise à la marge, moqué ou tout du moins différencié par leur caractéristique spécifique !

Le tableau à "respecter" du carnet de santé.  Ca vous dit quelque chose ?

Le tableau à « respecter » du carnet de santé.
Ca vous dit quelque chose ?

Pour en revenir aux repas, vous connaissez la diversification alimentaire menée par l’enfant ? Sans pour autant le laisser transformer votre cuisine en champs de bataille à chaque repas (quoi que Ben me dirait que toucher la nourriture est aussi une forme découverte :) !), écouter son enfant n’aura que du bon !

Il manque des pâtes 3 soirs de suite ? Peut-être fait-il un pic de croissance ! Laissez le faire, et vous constaterez par vous même que dans les repas suivant, il aura aussi besoin de sa dose de légumes !

Nous mêmes, adultes, quand nous avons mangé un « bon » repas (mais si, pensez au dernier repas de noël ;) ), nous préférons une bonne soupe de légume le soir qu’un hamburger frittes ?!

… Faites leur confiance, faites vous confiance !

Et enfin dans leurs choix

Open spaceCar au final être heureux dans sa vie et « réussir » sa vie n’est-ce pas l’ambition de beaucoup de parents pour leurs enfants ?

Mais qu’est ce que c’est ? Devenir cadre dans un open space, avoir un crédit pour 25 ans pour un appart ou une maison en banlieue ? 2 voitures, le chien et la barrière blanche devant ? (et j’oubliais les 2 enfants histoire de finir le « formatage » typique de notre société ?

Une « usine » à cerveaux … le rêve non ?

Ou bien est-ce le laisser prendre une année sabbatique s’il a envie ? Se planter tout seul ? Vivre de petits boulots avant de trouver sa voie ? Ne pas avoir d’enfant ou au contraire en avoir 4 ? Écouter son tout petit qui ne veut pas aller à la maternelle et le garder avec soit pour découvrir des choses ? Entendre son plus grand qui a « mal au ventre » chaque lundi matin ?

Laissez son collégien jouer dans sa chambre plutôt que de faire ses devoirs (alors que vous êtes vous même tranquillou sur l’ordinateur ou dans la cuisine) ?

S’écouter et écouter son enfant dans ses besoins et ses envies n’en fera pas pour autant un ignorant ou un illettré !

Tout comme chaque enfant marche à son rythme, chaque enfant apprend à lire son rythme, à compter, à vivre tout simplement ! Alors la prochaine fois que vous lui dite « non » demandez vous déjà pourquoi vous lui interdisez cette chose, si cela est vraiment « vital » et ce que vous aimeriez avoir comme incidence sur ca vie !

Lui interdire de vider les placards, lui interdire de regarder un dessin animé, lui interdire de monter / descendre un escalier seul, lui interdire de partir à l’école en pyjama, lui interdire de marcher pied nu, lui interdire … Bref, réfléchissez au vrai sens de l’interdis (et par la même de l’obligation) …

Et si se « contenir » est trop dur, faite une liste à chaque fois que vous interdisez quelque chose …

Ma « petite » conclusion :

942008_10201403350071451_78018145_nMartin n’a (que) 2 ans (moi je serai plus à dire « déjà » en tant que maman mais réjouissons nous de chaque jour qui apporte son apprentissage).

Avant même sa naissance, les gens nous disaient « vous pouvez pas comprendre vous êtes pas parents », puis « vous pouvez pas comprendre il (marche / mange / fait pas encore ci ou ça » … Bref le temps passe, Martin vie, Martin joue, Martin mange à sa guise (autant de pâtes que de petits pois … plus de fraises que de chocolat ! …), Martin profite, Martin découvre !

Martin n’a jamais fait de bêtises ou des choses « pour nous narguer » ou nous embêter … Martin n’a jamais craché ses aliments sans raison (chaud, texture nouvelle, goût …).colere

Martin n’a jamais fait de colères sans raisons, sans que nous trouvions un moyen de le réconforter, avec à la clef une remise en cause de nos limites, nos exigences, nos besoins.

Martin nous écoute, Martin vie avec nous ou plutôt nous vivons avec lui. Parfois nous avons faim à 18h30, parfois à 20h.Parfois nous avons « notre » soirée en amoureux à partir de 20h15, parfois nous attendons 21h30 ou plus tard … Parfois nous dormons jusqu’à 10h00 et parfois entre 23h et 2h du matin nous le réconfortons …

Mais nous gardons toujours en tête de ne JAMAIS choisir à sa place quand il est assez « grand » pour décider. Nous essayons de le contraindre le moins possible, de lui consacrer du temps pour / avec lui, de le laisser profiter de sa vie (c’est à dire pouvoir rester à jouer à la maison s’il a envie), et de s’arrêter au bord de la route pour regarder un tracteur !

Bref, nous l’avons voulu ce bébé, ce petit bonhomme de 3kg500 … qui en fait maintenant 13 ! Ce petit être de 50cm qui en fait maintenant 93 !

Alors à nous de le respecter, de l’aimer et de lui accorder l’importance que nécessite un enfant, ou plutôt un humain ! A nous de l’écouter et le guider sans le contraindre.

Marie

marie

Dans un prochain article, je reviendrai sur la critique de l’éducation dite « non violente », et sur tout ce qui nous y a amené, mais surtout amené à être critiques à ce point ...

Pour lire le billet sur mon blog, c’est par ici ! Merci pour votre lecture et vos visites :)

Publicités

6 réflexions sur “LEUR faire confiance …

  1. Pingback: LEUR faire confiance | Les Aventures de Petite Bête

  2. Je suis heureuse de voir que les choses changent, pas partout, pas chez tout le monde, c’est nouveau pour la france de redonner sa place à l’enfant. Mais ça bouge, ça interpelle, je le vois parce que j’en parle souvent avec les parents que je croise. J’espère que la nouvelle génération dont fera parti mon supabb et le tient (ils ont le même âge ;) ) saura être à l’écoute des autres et d’eux même. Bel article ;)

  3. Merci beaucoup de ta contribution, riche de tes lectures et réflexions. Merci aussi de nous livrer un peu de tes convictions éducatives, de ton expérience, de tes réussites et de tes écueils.
    Ton avant dernier paragraphe me parle beaucoup car au final: quelle vision de la « réussite » souhaite-t-on insuffler à nos enfants? que leur souhaite-t-on pour leur vie d’adulte? sur la base de quels critères aurons nous le sentiment d’avoir rempli notre rôle de parent correctement?
    Je n’ai pas encore toutes les réponses, mais j’espère qu’on sera encore là pour en parler d’ici 20 ou 30 ans! ;)

    • C’est tellement une bonne question …

      Pour « rigoler » en salle de pause récemment on imaginait le boulot futur de nos enfants et un collègue s’offusquait d’imaginer sa fille actrice de films pour adultes … Mais de quel droit peut-on juger son enfant de la sorte ? Accompagner son enfant dans ses choix, dans ses colères, dans ses « loupés » et dans ses réussites c’est surtout ça notre rôle de parents non ? Être la bouée de secours à 2 ans, à 15 ans, ou à 40 ans ? … Et le tout sans jugement ni parti pris ?

      … Pas facile d’en arriver à cela mais nécessaire pour lâcher prise et laisser son enfant découvrir je pense :)
      Marie

  4. Pingback: Ma petite graine, mon potentiel d’avenir (Mini-debrief) | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s