L’école serait-elle malade de ses écoliers? [MINI DEBRIEF]

L’apprentissage, faire en sorte que le petit d’homme devienne à son tour, l’Homme…

Il y a beaucoup de livres sur l’éducation, beaucoup de livre sur les apprentissages, beaucoup de livres sur tout… Autant que d’avis divergeant. Il y  aussi beaucoup de livre « sur » des livres! Comme il est difficile de démarrer dans ce domaine et devoir parfois s’éduquer seul a travers nos lectures, une tendance a nous sous-estimer et hop on pars vers des lectures que l’on croit plus simple, plus accessible pour nous… En lisant l’article de Maman Psychomot, que j’ai beaucoup apprécier!!! Son article « Retour sur la Pédagogie Montessori illustrée » a été un petit déclic pour moi… Graçe a ses critiques et aux choses qu’elle n’a pas apprécié comme par exemple ceci :

Alors là, je suis d’accord… mais ça ne va pas assez loin. Je me demande si ce n’est pas l’auteur de l’ouvrage qui ne rend pas bien la pensée de Maria Montessori sur ce point, car certains exemples donnés ensuite sont beaucoup plus pertinents.  Il existe maintenant énormément de travaux au niveau du développement psychomoteur de l’enfant qui montrent que le bébé ( et cela reste vrai  chez le jeune enfant et  l’enfant plus grand) apprend à se connaitre lui-même par ses sensations, ses expériences corporelles et motrices globales … et développe ainsi son intelligence et sa compréhension du monde qui l’entoure.

Je me suis rendu compte qu’effectivement, pour avoir son propres avis, autant lire les livres de Maria Montessori!!!

Majormarmotte nous parle d’une initiative très inintéressante « Un trou dans le mur » un homme le  Dr Sugata Mitra. En 1999, cet homme à installer un ordinateur sur un mur… dans un bidonville de Delhi…

Elle nous parle aussi des futurs méthodes possible en classe, des méthodes qui peuvent nous paraitre dingues! Mais si logique…

En effet, les auteurs nous font tout d’abord découvrir une expérience inédite aux Etats-Unis, celle de la « flipped classroom ». Non, non, il n’y a rien de flippant là-dedans (quoique, peut-être que certains d’entre vous froncent déjà les sourcils en lisant cela ?). Il s’agit en fait du principe de classe « inversée » :

«  Les cours sont délivrés aux élèves via des vidéos en ligne, tandis que, en classe, l’enseignant se concentre sur les exercices pratiques […] la validation des connaissances acquises… » 2

Remettre en question les méthodes de lectures, d’aujourd’hui, en parallèle des soucis que l’on découvre de plus en plus chez les enfants était un article très intéressant de MélinaWitch, la lecture et malheureusement bien d’autres choses! Son article « Grammaire, orthographe et dictée » que je rejoins parfaitement sur ceci :

Pourtant, même si la dictée n’est pas un exercice simple, elle aide, je pense à intégrer des automatismes, en effet mon problème n’est pas de ne pas connaître les règles de grammaire et de conjugaison mais simplement que si je pense à les appliquer, en même temps que j’écris, alors je perds le fil de ma pensée. Comme lorsqu’on apprend à conduire, au début on est tellement concentré sur le jeu des pieds et des pédales, que l’on est pas très attentif à la route, mais ensuite quand les pieds agissent tout seul sur les pédales, alors le cerveau est entièrement concentré sur la route. Ainsi mon prof de 6e avait détecté chez moi une forte propension aux fautes de « a et à, et et est, ou et où, son et sont »

Il est difficile de  prendre des résolutions et d’autres méthodes d’apprentissage… Mais cela fait réfléchir.

J’avoue qu’après m’être balader dans les pages Montessori, puis avoir en parallèle dans la tête les méthodes du futur, les difficultés quotidienne d’apprentissage, un petit retour à la réalité, avec l’article de Marie Wolf sur les « Inclusion des enfants aux besoins spécifiques dans les écoles primaires » Je me demande si ce ne sont pas les parents des autres enfants qui freinent des 4 fers?

D’abord, elle m’a confirmé ce que j’ai vécu: plus les enfants grandissent, plus c’est difficile pour eux d’être dans une classe « classique » car ils voient de plus en plus leurs différences. Par contre, l’inclusion d’enfants « différents » n’a pas d’effet négatif sur leurs camarades. (En à t-elle des positifs? Probablement mais ce n’est pas développé.)

Je rejoins tout a fait Marie pour cet conclusion :

L’impression que me donne cette étude est que, bien préparée, l’inclusion en primaire peut être bénéfique. Mais le « soucis » se situe justement sur cette préparation: les intervenants ont-ils accès au données nécessaires pour pouvoir faire ce travail de préparation? J’ai un doute.

Que de lectures, de questions… On allons-nous?

Publicités

3 réflexions sur “L’école serait-elle malade de ses écoliers? [MINI DEBRIEF]

  1. je peux vous ôter les doutes: les enfants atypiques sont de plus en plus nombreux dans nos classes et les seules formations qu’on nous donne sont celles que l’on veut bien faire, ce qu’on veut bien lire et le terrain…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s