Un trou dans le mur

C’est en feuilletant le magazine « îledeFrance » d’avril dernier que je suis tombée sur un dossier au nom évocateur : « Des cas d’école pour apprendre autrement ». Les textes ont été préparés par Courrier International, le partenaire du magazine, à partir d’articles parus dans la presse internationale. J’ai décidé aujourd’hui de partager avec vous les textes de ce petit dossier et de m’intéresser plus particulièrement à l’un d’entre eux.

Tout pourrait être résumé ainsi :

«  Des collèges de Sacramento aux bidonvilles de New Delhi, l’accès aux savoirs et la transmission des connaissances font leur révolution. »1

En effet, les auteurs nous font tout d’abord découvrir une expérience inédite aux Etats-Unis, celle de la « flipped classroom ». Non, non, il n’y a rien de flippant là-dedans (quoique, peut-être que certains d’entre vous froncent déjà les sourcils en lisant cela ?). Il s’agit en fait du principe de classe « inversée » :

«  Les cours sont délivrés aux élèves via des vidéos en ligne, tandis que, en classe, l’enseignant se concentre sur les exercices pratiques […] la validation des connaissances acquises… » 2

Je me suis posée la question de l’avantage d’une telle méthode qui nécessite un travail supplémentaire pour les élèves et c’est l’un des enseignants qui y répond finalement dans cet article :

«   L’avantage, c’est que les élèves peuvent apprendre à leur rythme, en repassant la vidéo autant de fois que nécessaire », ajoute Tod Reiswig, un enseignant qui constate par ailleurs une amélioration du niveau dans ses classes.  » 2

J’ai décidé d’en savoir un peu plus en allant cette fois-ci sur le site des « Flipped High Schools » pour y lire les témoignages d’enseignants mais surtout le témoignage de lycéens qui sont les principaux intéressés. Il semblerait que ça marche car chaque élève crée sa propre « expérience » d’apprentissage et le professeur, en plus d’utiliser les « nouvelles technologies », ne passe pas son temps à énoncer un cours théorique devant des élèves passifs. Un véritable échange se crée même avec ceux qui auraient pu « décrocher » dans certaines matières. CNN a d’ailleurs consacré plusieurs reportages à cette expérimentation car le niveau des élèves a réellement augmenté.

Vous l’aurez compris, ce n’est pas sur cette partie du dossier que je me suis attardée. Ce n’est pas non plus sur le texte qui concerne « les cours massifs en ligne libre » ou MOOC (Massive Online Open Course) dans lequel les auteurs évoquent le cas de l’EPFL (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne) qui propose des cours dans ce cadre. Ce sera sans doute pour de prochains articles.

C’est donc l’article « L’école dans les nuages » et plus particulièrement la partie concernant le projet « Un trou dans le mur » (Hole in the Wall, en anglais) qui m’a le plus interpelé.

Son initiateur, le Dr Sugata Mitra, a eu une idée ingénieuse :

 « Cet entrepreneur social indien a installé un ordinateur connecté à internet dans le mur d’un bidonville de Delhi […]3

 Mais pourquoi a-t-il voulu faire cela en 1999 alors que la plupart de ces enfants, d’après les auteurs, ne connaissaient peut-être pas bien l’anglais et que peu d’entre eux allaient à l’école ? Sans doute par curiosité ou pour offrir un accès à la culture qui paraissait destiné à des privilégiés à l’époque ?

Une chose est sûre, le succès a été immédiat. Les enfants se sont approprié l’ordinateur et Sugata Mitra a décidé d’étendre l’expérience à d’autres bidonvilles. La suite, nous la connaissons : Un prix décerné par « TED, des idées qui méritent d’être diffusées » (www.ted.com)…

«  Parfois, il suffit d’un trou dans un mur pour réussir un projet éducatif et obtenir une reconnaissance internationale. » 3

Dans leur article, les auteurs nous parlent également d’une nouvelle initiative lancée par le Dr Mitra, un « laboratoire éducatif » proposant des cours en ligne. Quelle excellente idée et c’est sans doute la solution pour permettre l’accès à l’école pour tous !

Si vous désirez en savoir plus sur « Un trou dans le mur », je vous invite sur mon blog pour la suite de l’article

Signé MajorMarmotte

 Sources :

1Textes de Sabine Grandadam et Alexandre Scher, Courrier International, Des cas d’école pour appendre autrement, îledeFrance Numéro 46/avril 2013, p24 – 25

 2Sacramento Bee, Textes de Sabine Grandadam et Alexandre Scher, Courrier International, Des cas d’école pour appendre autrement, îledeFrance Numéro 46/avril 2013, p24 – 25

 3Times of India, Textes de Sabine Grandadam et Alexandre Scher, Courrier International, Des cas d’école pour appendre autrement, îledeFrance Numéro 46/avril 2013, p24 – 25

Le site de l’organisation TED : http://www.ted.com/

http://www.flippedhighschool.com/

Publicités

4 réflexions sur “Un trou dans le mur

  1. Merci beaucoup de ta contribution!!! Merci de nous présenter ces initiatives innovantes qui permettront peut être de remettre le bon vieux acquis des pédagogies nouvelles (à savoir celui selon lequel l’enfant doit être maître de ses apprentissages, et le milieu simplement organisé par l’enseignant pour permettre les rétroactions nécessaires au dit apprentissage) à l’heure du XXIème siècle!!

  2. Pingback: L’école serait-elle malade de ses écoliers? | Les Vendredis Intellos

  3. Pingback: Un trou dans le mur | Education Revolution | S...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s