Le temps d’apprendre

En ces temps mouvementés de discussions autour des rythmes scolaires, pendant lesquelles tous les rythmes sont mélangés : ceux des parents (et donc des entreprises), des restaurateurs, des moniteurs de ski, des enseignants et autres conducteurs de TGV… ah oui, et ceux des enfants, on les oublierait presque ! Bref, en ces temps mouvementés donc, que dit-on justement du temps ? Quel temps est donné aux apprentissages ? Quel temps est donné aux apprenants ?

Quand on se penche sur le développement du tout petit enfant, on comprend combien il est important de lui laisser faire les choses à son rythme, dans son ordre à lui, quand il est dans sa zone proximale de développement, si on reprend les termes de Vygotski. Et pourtant, dès l’entrée à l’école, il semble que la priorité va à la progression imposée par les programmes (surtout depuis ces dernières années où l’on a laissé un peu de côté les cycles) et non à la progression de chacun. Que d’énergie dépensée lorsqu’il serait si aisé de simplement laisser avancer l’enfant !

Le témoignage d’André Stern dans son livre «…et je ne suis jamais allé à l’école» est éclairant sur ce sujet : l’auteur décrit ses divers sujets d’occupation en insistant sur le fait qu’il pouvait passer des jours sur tel ou tel jeu/activité/apprentissage avant de passer à autre chose… pour y revenir ensuite quelques heures, jours, mois ou années plus tard.

«Durant les mois où je me consacrais à la littérature, dévorant livre sur livre, il est évident qu’il ne me restait que peu de temps pour d’autres occupations»

et plus loin

«Ayant achevé en une journée de labeur indivisible, la construction du bulldozer, je m’employais à la démonter consciencieusement, avant de suivre les indications pour la construction de deux autres machines»

André Stern aura ainsi appris les apprentissages dits fondamentaux sans côtoyer d’enseignant ou d’éducateur autres que ses parents, prêts à répondre à ses interrogations au fur et à mesure qu’elles se présentaient. Et il aura aussi appris le travail du métal, la lutherie, l’astrologie, l’algèbre, etc, etc. Quelle leçon sur les capacités des enfants à se donner les moyens d’apprendre ! Et quelle leçon pour nous parents sur la confiance que nous pouvons leur accorder : nos enfants «sauront», en leur temps ! À condition de le leur laisser…

Dans le film Agora, qui traite d’un conflit scientifico-religieux dans l’Alexandrie de l’époque romaine, Hypatia philosophe agnostique, tente d’approfondir le modèle géocentrique de Ptomlémée pour déterminer les lois exactes qui régissent l’univers. Nous sommes témoins tout au long du film de ses recherches et lorsqu’enfin elle arrive à la révélation, point d’orgue de son cheminement, j’en ai presqu’eu des frissons !
Et je me suis prise à rêver d’une école qui laisserait le temps à chacun de redécouvrir les concepts fondamentaux de notre univers…

Image

Publicités

5 réflexions sur “Le temps d’apprendre

  1. Merci beaucoup de ta contribution!! Quand je vois le temps et l’énergie que je dépense depuis que mes affreux sont à l’école pour réclamer qu’on prenne en compte leurs besoins spécifiques en matière de temps d’apprentissage (oui, je suis en train de virer parent d’élève PENIBLE…).

  2. C’est vraiment la plaie cette course aux apprentissages… Je travaille cette année avec des collègues pour qui « l’acquisition des compétences » en temps et en heure prévus par l’équipe pédagogique est très important, je souffre car je ne me reconnais pas du tout là dedans… Ceci dit, l’expérience d’André Stern ne me paraît pas reproductible partout, car le milieu dans lequel il a grandi est bien éloigné de celui de mes petits élèves (pas de luthier ni d’astronome dans le quartier notamment…)

    • C’est vrai que son expérience est unique et il la revendique comme telle. Ce qui me plaît dans cette histoire, c’est de voir que les enfants (et les adultes !) apprennent tout le temps, de tout, et pour nous éducateurs c’est une donnée capitale ! J’aime bien ce que dit JP Lepri à ce sujet : celui qui envoie des sms en cours d’anglais apprend à envoyer des sms en cours d’anglais !! Et les richesses de l’environnement sont par définition multiples…

  3. Pingback: On se lasse de tout, excepté d’apprendre* {mini-débrief} | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s