La stérilisation féminine et la méthode Essure

Je viens de tomber sur un article qui m’a surprise (par sa teneur et par les chiffres) dans le Marie France de ma belle mère et j’ai retrouvé l’info sur le site de Madame Figaro :

En 2011, à peine plus de 4 % des Françaises bénéficiaient d’une contraception définitive, contre plus de 36 % des Américaines et 33 % des Canadiennes.
La stérilisation est le premier contraceptif au niveau mondial, puisqu’il est utilisé par 19 % des femmes à travers la planète, contre 9 % pour la pilule.
Source : madame.lefigaro.fr

On parle souvent de contraception dans les Vendredis Intellos, mais on oublie souvent les méthodes irreversibles, certainement parce qu’étant irreversibles elles dérangent.

Probablement que le taux de divorce élevé et le nombre de familles recomposées fait réfléchir à deux fois sur le « pas d’autre enfant » : qu’est ce qui nous garanti que l’envie d’un dernier enfant avec un nouveau compagnon ne pointera pas le bout de son nez ?

Dans tous les cas, il est heureux de savoir que la femme dispose de son corps : toutes mes femmes y ont droit, avec ou sans enfant, mariées ou pas. Et si 25% des gynécos demandent encore une autorisation écrite du mari par peur d’un procès, ils n’en n’ont légalement pas l’obligation…

Il existe deux techniques : la ligature des trompes qui existe depus 1950 (autorisée depuis 2001) et la méthode Essure, arrivée en France il y a 10 ans.La première, réalisée sous anesthésie générale, consiste à pincer les trompes avec un clip ou un anneau et nécessite une hospitalisation de 24 à 18h.
Source  : Marie France juin 2013

Apparue en France en 2002, la méthode Essure s’effectue en moins de dix minutes, en ambulatoire et ne nécessite pas d’incision. Déremboursée entre 2010 et 2012, elle est à nouveau prise en charge par la Sécurité sociale, quel que soit l’âge de la patiente. Elle doit être motivée par une confirmation écrite, au terme de quatre mois de réflexion. Comme la ligature des trompes, elle est irréversible. Environ 1 400 chirurgiens sont formés à la méthode Essure en France, un nombre encore insuffisant au regard de ceux rompus à la ligature des trompes.
Source : madame.lefigaro.fr

« Entre 10 et 15 % des femmes changent d’avis pendant cette période », précise Hervé Fernandez, chef de gynécologie obstétrique de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre.
Source : madame.lefigaro.fr

Cette méthode de contraception me semble notamment une superbe solution pour les femmes d’un certain âge, potentiellement encore fertiles de manière un peu aléatoire, et qui n’ont vraiment pas l’intention de (re)faire d’enfant, et veulent une solution efficace et facile.

Notez que les deux techniques restent des méthodes contraceptives et que par conséquent elles ne sont pas fiables à 100%.
Pour la ligature, le taux est de 99,6% avec effet immédiat (source wikipedia), la procédure Essure est effective après trois mois (une vérification doit être faite) après et son taux d’efficacité est de 99,8%. (source wikipedia).

Pour aller plus loin :
http://www.choisirsacontraception.fr/pdf/sterilisation.pdf
http://www.choisirsacontraception.fr/moyens-de-contraception/la-sterilisation-a-visee-contraceptive.htm
Le site officiel de la Méthode 
Essure

Publicités

35 réflexions sur “La stérilisation féminine et la méthode Essure

  1. C’est vrai qu’on en parle trop peu. J’imagine que pour une jeune fille de 20-25 ans, qui est sûre de ne pas vouloir d’enfant et qui souhaite une stérilisation, la pression doit être terrible. Déjà pour les femmes plus âgées, qui ont déjà 3 enfants, selon le toubib c’est pas toujours évident alors…

      • Je confirme, même à 45 ans, avec un 3e enfant (et une troisième césarienne programmée), on se fait encore rire au nez quand on demande une ligature des trompes au décours de la césarienne… Et surtout personne ne vous parle du délai de réflexion de 4 mois, comme ça il est trop tard de toutes façons…

    • Oui, tout à fait, pourtant c’est une solution tout aussi idéale que pour les femmes d’un certain âge qui en ont déjà eu, mais ça, très peu de médecins veulent bien l’entendre… et beaucoup ne respectent pas la loi !

    • Très vrai j’ai 35 ans et la demande depuis 2001, et je la veux aussi conforme à mes antécédents médicaux particuliers (auto immuno et immuno option coag),
      mon planning à 0 est aboutis donc vu ma santé la stérilisation par scœlio et électrocoag serait géniale,
      mais non chantage de viol par TV avec refus de réorientation parfaitement accepter avec vol de dossier par l’ordre des médecins…
      Résultat je n’ai pas accès à mes soins au motif d’absence de contraception efficace
      je n’ai pas accès à mes antibio : le fluconazol, le mycélium je dois dire merci comme pour les menaces d’IVG parce que je veux du définitif et c’est ça ou rien et non négociable, j’en suis à xième sepis dont choc septique, OUI je suis en train d’en crever à petit feu! ni au anti inflammatoire stéroïdien!

    • Ca reste vraiment tabou ici.
      Est-ce seulement le côté irreversible ou le lobby des méthodes contraceptives renouvelables qui freine en France ?
      Parce que dans certains pays d’Europe du Nord la vasectomie est aussi très répandue…

      • C’est je pense une question de culture et peut-être encore un peu de religion. Aussi la France a en quelque sorte une tradition nataliste, enfin… Toutes ces raisons font qu’on fera tout pour mettre des bâtons dans les roues des femmes qui désirent simplement mettre un terme à leur fertilité (ce qui semble être un drame immense, une forme de suicide social… enfin bref…).

  2. Il me semble qu’Essure utilise du nickel, et ne peut donc pas être utilisée en cas d’allergie à ce matériau, ou du moins c’était le cas il y a 3 ans (et c’est pour cela qu’on m’a directement proposé la ligature classique).
    Le délai des mois de réflexion est bien sûr aussi obligatoire pour la ligature classique.
    C »est théoriquement autorisé à tout le monde, mais ma gynéco m’avait fait une lettre pour « justifier » mon intervention, me disant que dans mon cas de 40 ans passés, de déjà 5 enfants, et avec en plus de l’hypertension interdisant la pillule, ça « passerait » facilement, ce qui n’était donc pas forcément le cas pour tout le monde… J’imagine qu’on doit fortement décourager les femmes plus jeunes ou qui ont moins d’enfants !
    Je précise aussi que les cicatrices de l’intervention classique sont minuscules.

      • Les hypothèses divergent à ce sujet. Ce qu’on m’a raconté c’est qu’il n’y avait pas assez de nickel pour pouvoir développer quoi que ce soit, aussi que les risques d’intolérance étaient vraiment très faibles voire quasi nuls.

  3. « Quel que soit l’âge de la patiente » ?
    Ca fait 4 ans que je la demande, 4 ans qu’on me la refuse au titre de « vous êtes trop jeune » (j’ai 34 ans, je n’ai jamais voulu d’enfant, et je n’en voudrai jamais, soyons clairs, les 4 mois de réflexion il y a longtemps qu’ils sont écoulés) : 3 gynécos, 1 endocrino, 1 médecin traitant et 1 « spécialiste ès fibro ».
    Il y a une grande marge entre ce qui est écrit et ce qui se fait. En revanche, aucun problème pour me refiler des contraceptifs hormonaux qui me foutent tous en l’air un peu plus les uns que les autres, ça, ça va. Parce que ça rapporte du fric alors qu’une fois que la contraception définitive est faite, c’est fini ?
    Donc depuis 3 ans on fait « sans filet » (ah oui parce qu’en plus je fais des allergies aux capotes, sinon ce ne serait pas drôle)… jusqu’à l’accident ? J’ai déjà vécu un avortement une fois, je n’ai aucune envie de recommencer.
    Merci pour ton article, je vais en reparler sous peu, et cette fois je ne me contenterai pas d’un « vous êtes trop jeune ».

      • Merci pour ton lien.
        J’ai rdv avec une endocrino à la Pitié en juin, dans un service dont dépendent aussi les problèmes de fertilité et conception, elle aura peut-être un gynéco à me conseiller qui m’écoute… pour une fois. Sait-on jamais !

      • Non, ça n’est pas la chose à faire, vraiment.

        Les médecins ouverts à la demande d’une personne a fortiori nullipare se comptent sur les doigts de la main, si le but est de les voir tous cela ne donnera que mépris, perte de temps et infantilisation.

        Tâchez de voir auprès de M. Winckler qui s’attèle à constituer une liste ou du MLSV : http://mlsv.tk/site/

  4. Excellent billet! Effectivement carrément tabou… Perso le côté irréversible est certes dérangeant… Mais passer un certain âge (décider par nous-mêmes) Pourquoi se préoccupé encore de ça…? Et est-ce que cela change quelque chose à la ménopause ?
    Merci ;)

    • A priori cela n’a pas d’incidence sur le fonctionnement hormonal du cycle ovarien.
      Donc les règles continuent d’arriver comme elles doivent le faire, il ne s’agit pas d’une ménopause en avance.
      A contrario de l’hystérectomie (suppression de l’utérus) où les règles disparaissent et où un traitement hormonal est nécessaire.

  5. idem, 33 ans, 2 enfants (adoption) en attente d’un troisième et aucun medecin qui ne veut le faire, on me traiterait presque de folle. Et une vie sexuelle largement gâchée par cette fertilité qui pèse sur nos têtes…

      • Leur éthique étriquée, surtout. Franchement, qui risquerait de gagner un procès contre ces derniers suite à une demande de stérilisation avec accord de consentement éclairé dûment signé ? Il y a déjà très peu de femmes qui regrettent alors de là à se lancer dans une telle folie… Pour eux une femme doit être mère et parfois remère et c’est tout, on dirait.

  6. Je connais une femme qui a choisi de se faire ligaturer les trompes à l’âge de 37 ans, alors qu’elle était mère célibataire d’une fille de 10 ans. Que des gynécos refusent cet acte à une femme sous prétexte de l’âge et/ou du nombre d’enfants est inadmissible…

    Aujourd’hui j’ai 35 ans et deux enfants. Mon compagnon et moi n’en voulons pas d’autres. Cependant je serai bien incapable de choisir un tel mode de contraception. Le côté irréversible me fait très peur j’avoue !

    Un endocrinologue, que j’interviewais récemment à propos des pilules de 3e et 4e génération, m’assurait qu’il existe une technique réversible de ligature des trompes. Mais je n’ai jamais réussi à trouver d’infos là-dessus. Est ce qqu’un sur les Vi en a déjà entendu parler ?

    • Dans ce que j’ai lu, on peut parfois essayer de revenir en arrière, mais c’est sans garantie aucune. Il est donc demandé de considérer que ces deux méthodes sont irréversibles.

      La stérilisation féminine est très difficilement réversible.La réversibilité dépend
      du degré de destruction tubaire et des caractéristiques des patientes opérées
      (notamment âge, technique utilisée…).

      http://www.choisirsacontraception.fr/pdf/sterilisation.pdf page 6

      Je ne trouve par contre aucune autre information…

    • Ma belle-soeur a obtenu une ligature des trompes vers 30 ans, malgré tous les arguments (notamment le « et si vous devez refaire votre vie »). Et puis ce qui ne devait pas arriver est arrivé, elle a refait sa vie… Et à 43 ans, elle s’est fait déligaturer les trompes, et moyennant un petit traitement hormonal, a pu concevoir un nouvel enfant avec son nouveau mari, car les trompes n’avaient pas été trop endommagées.

  7. Merci beaucoup de ta contribution! Et merci à toutes de vos commentaires, c’est un sujet qui mérite qu’on s’y attarde!
    Personnellement, je ne me sens pas encore prête pour cette contraception définitive mais je trouve scandaleux qu’on mette ainsi des bâtons dans les roues des femmes qui ont fait leur choix!
    Assurément la bataille pour disposer librement de nos corps n’est pas terminée!

  8. Pingback: La grossesse, les débuts… Contraception et fin. Mini-Débriefs | Les Vendredis Intellos

  9. J ai 33 ans, 2 enfants et j ai pu bénéficier de cette méthode.
    Quelle était ma motivation?j ai les seins refait, j ai essayé toutes sortes de pillules et dispositifs utérins : sans succès et surtout 2 enfants ça me suffit!!!!! J ai eu 4 mois imposés pour réfléchir . L opération est sans douleur et rapide. Aujourd’hui, je ne regrette pas mon choix, je me sens libérée d un poids! Si vous ne souhaitez plus d enfants, je vous encourage à vous battre pour obtenir cette stérilisation. Faites plusieurs gynécologue si besoin… Nous sommes encore libres de disposer de notre corps!

    • Bonjour Aurore, je suis arrivée au terme des 4 mois de réflexion et je dois renvoyer les papiers au gynéco, seulement je ne sais pas comment formuler ma lettre manuscrite… pouvez-vous m’aider svp?
      merci d’avance!

  10. Pingback: Retour sur …. la dénonciation des violences médicales via le hashtag #Payetonuterus [GUEST] | Les Vendredis Intellos

  11. Pingback: Toucher vaginal sur patiente endormie: STOP! | Les Vendredis Intellos

  12. bonjour
    J’ai eu une stérilisation par pose d’essure, sans vraiment de soucis, j’avais 30 ans à l’époque, et 4 enfants. J’ai simplement appelé l’hôpital et demandé un rdv avec un gynécologue qui pratique cette technique. Alors évidement j’ai eu droit aux questions débiles (du moins que j’ai trouvé débiles) « et si je me sépare, et si votre mari vous quitte et à un autre enfant, et si ceci, et si cela ». Puis 4 mois après le 2ème rdv pour confirmer ma décision (autrement dit un rdv pour dire « bonjour, oui je veux toujours, au revoir » ^^) et enfin le rdv pour l’intervention.
    J’apprécie vraiment beaucoup de ne plus avoir à m’inquiéter de ma contraception!

  13. Pingback: Stérilisation à visée contraceptive (jamedlavy) | Pearltrees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s