Quand Améli se mêle du retour à la maison après l’accouchement [MàJ 27/04]

rentrerchezsoi

L’Assurance Maladie française propose un nouveau service dont l’accroche est prometteuse : Rentrer chez soi en toute sérénité après l’accouchement (voir la plaquette .pdf, les citations ci-dessous proviennent de ce document, le gras vient de moi).

Ca commence par un biberon : le truc (après la péridurale) qui simplifie le travail du personnel médical (je ne remets pas en question le choix légitime des parents, pointe juste que ça fait moins de boulot à la mater).

J’ai accouché pour la première fois en France en 2007, je suis restée 3 nuits à l’hôpital et j’ai trouvé ça trop long. J’ai demandé de sortir en avance, on m’a laissé partir facilement (après m’être acquittée des visites obligatoires pédiatre et gynéco).
Je suis rentrée chez moi pour accueillir dès le lendemain les déménageurs qui embarquaient nos affaires pour l’Allemagne.

Le service d’accompagnement du retour à domicile après une hospitalisation est une offre innovante (…). Il permet au patient qui le souhaite de retourner chez lui lorsque son hospitalisation n’est plus jugée nécessaire par l’équipe médicale, tout en bénéficiant d’une prise en charge de qualité à domicile.

Dit comme ça, ça donne envie. Et puis c’est bien vendu (innovante et tralala).

Mon second accouchement s’est passé en Allemagne et j’ai été ravie de n’avoir passé qu’une nuit à l’hôpital. J’étais donc très curieuse de comparer les deux systèmes français et allemand sur ce fameux retour à la maison tellement novateur proposé par Amélie.

Le principe ? Permettre aux femmes ayant accouché sans complication d’un enfant unique de quitter la maternité quand l’équipe médicale l’a décidé, en bénéficiant d’un suivi à domicile assuré par une sage-femme libérale de leur choix.

Bon, même si dans la pratique en Allemagne aussi il faut évidement que les toubibs disent que c’est bon, qu’il n’y a pas de complication ou de problème, mais que ça soit écrit comme ça sur la brochure ça me glace : Ô équipe médicale décide de mon sort à moi la pauvre ignare.
Bref, question autonomie, on reviendra, mais continuons.

Il constitue aussi une réponse à la volonté de certaines femmes de retrouver rapidement un cadre de vie familier et de passer moins de temps à l’hôpital après l’accouchement, tout en bénéficiant d’une aide et d’un suivi à la sortie de maternité  : ainsi 20% des femmes estiment que le séjour à l’hôpital est trop long.

On est sur la même longueur d’onde la sécu et moi, ça roule.

Pour mon second bébé, j’avais envie de rentrer vite chez moi, de dormir dans mon plumard, d’avoir mon petit dej’ à l’heure de mon choix (et que Mr Mari me préparait avec amour et m’apportait au lit), avoir la compagnie de l’Ainé…
L’hôpital c’est déjà pas marrant, imagine en Allemagne (et quand tu ne baragouines que trois mots).

L’accouchement c’était bien passé, nous avions envie de rentrer vite, j’étais déjà en contact avec ma sage femme de suivi, c’était mon second enfant et Mr Mari s’engageait à rester à la maison plusieurs jours à temps plein et de s’occuper de tout (moi j’allaitais et je dormais contre mon bébé), nous avons donc attendu les 4 heures réglementaires pour demander notre ticket de sorti.
Le Cadet étant né à 18h et ayant eu en toute logique  l’autorisation de partir à 22h, nous avons préférer profiter d’une première nuit à trois sur place dans une chambre privée avant de réintégrer le domicile où l’Ainé nous attendait de pied ferme.

[Pendant la grossesse] le conseiller de l’Assurance Maladie contacte la sage-femme choisie par la patiente et organise le 1er rendez-vous à domicile, assure le suivi du dispositif et aide la jeune mère, si besoin, à réaliser certaines démarches administratives.
C’est un service entièrement pris en charge par l’Assurance Maladie et basé sur le volontariat de la jeune maman. La patiente reste tout à fait libre d’accepter ou de refuser ce service, sans incidence sur sa prise en charge.

Comme en Allemagne, les choses sont organisées (bien que j’ai fait la démarche de me trouver ma sage femme) mais il n’y pas d’obligation, on peut changer d’avis le moment venu, c’est tout bon.

La sage-femme libérale choisie par la mère prend en charge cette dernière et son nouveau né dès le lendemain du retour à domicile, assure le suivi clinique et les accompagne dans leur nouvelle relation mère-enfant.
Deux visites au minimum sont prévues ; leur contenu a été défini avec des sages-femmes experts, puis validé par la Haute Autorité de Santé.
(…)
Une ou des visites complémentaires peuvent être naturellement décidées par la sage-femme, en fonction des besoins de la jeune mère et de son enfant.

En Allemagne dans tous les cas (retour précoce, tardif, complication ou pas, hôpital ou maison de naissance) une sage femme vient te voir tous les jours (sauf si elle a poney) les 10 premiers jours de ton retour chez toi, puis jusqu’à 16 autres fois sur 8 semaines si tu en a besoin (= que tu réclames ou qu’elle le juge nécessaire).

Elle vérifie le bon état de santé de l’enfant et de la mère (et oriente vers les médecins concernés si besoin), et donne de précieux conseils sur l’allaitement, demande des nouvelle de tes lochies , surveille l’état de ton utérus, comment cicatrise ton périnée si besoin…

Donc les deux visites à domicile d’Amélie, ça me fait doucement rire. Ca n’est pas vraiment le progrès novateur que j’attendais.

Mais je me rends compte que je m’égare #ohWait.

J’avais cru que l’Assurance Maladie nous proposait enfin de choisir facilement un retour à domicile précoce, sans avoir à se battre, qu’elle avait compris que les femmes voulait être actrices dans la mise au monde de leur enfant, qu’elles n’étaient pas idiotes, qu’elles méritaient d’avoir le choix.
Mais que nenni, le document clarifie ce point :

Il ne s’agit en aucun cas d’une « sortie précoce », définie par la Haute Autorité de Santé entre J0 et J+2 inclus (J0 étant le jour de l’accouchement) pour un accouchement par voie basse.

Donc c’est juste un moyen de libérer un lit au bout de 48h si la patiente est d’accord.
Et c’est pour ça que la brochure insiste autant sur le dernier mot de l’équipe médicale : on ne vous fout pas à la porte si votre état ne le permet pas (ouf).
D’ailleurs, c’est comme cela que se sont déroulés les essais pilotes de ce service novateur :

Concrètement [pendant les essais pilotes], un représentant de la Cnam vient à la maternité présenter aux mères une liste de sages-femmes libérales (elles sont 3.500 en France) qui pourront les accompagner une fois de retour chez elles, mais « la décision de sortie est toujours prise par l’équipe médicale », insiste-t-elle.
Source : mag.materneo.com

Je m’attendais à un service innovant pour le libre choix des femmes dans leur parcours, et au final c’est une solution qui arrange en premier lieu les structures d’accueil qui manquent de place.
Dommage.

Ce service ravira tout de même les personnes qui cherchent un juste milieu : rentrer chez elles après 2 jours sans être entièrement livrées à elle même. Bénéficier d’un retour rapide (lorsque l’état de la mère et l’enfant le permettent) et de deux visites de sage femme à domicile, sans avoir à justifier en long en large et en travers de sa demande, c’est une avancée.

Pas significative, mais c’est peut-être la porte ouverte à un meilleur suivi à domicile post-accouchement et une plus grande liberté de la jeune mère dans ses choix.

[Edition du 27/04/13 à 16h15]

Breaking news : j’apprends qu’en France il est possible de se faire suivre chez soi, par sa sage femme et dès sa sortie de la maternité, jusqu’au 12 jours de l’enfant.

À partir du premier jour du sixième mois de grossesse, elle bénéficie d’une prise en charge à 100 % de l’ensemble de ses frais médicaux remboursables, en lien ou non avec sa grossesse, au titre de l’assurance maternité, et ce jusqu’au douzième jour après la date de l’accouchement.
Source : ameli > sages-femmes

Ce suivi jusqu’à 12 jours est indépendant du service discuté dans cet article, dont l’objectif est de faire rentrer les mères plus tôt chez elles si elle le souhaitent.

On a donc d’un côté une possibilité de suivi pendant 12 jours dont personne ne parle ou presque : je serais curieuse de savoir combien d’accouchées en France ont eu vent de cette possibilité lors de leur suivi de grossesse puis à la maternité avant de rentrer chez elles.

De l’autre un service qui arrange l’assurance maladie en libérant un lit plus tôt contre deux visites de sage femme (dont toute femme a donc droit de facto) et qui fait l’objet de communiqué de presse et d’une communication bien huilée.
[/Edition]

Advertisements

27 réflexions sur “Quand Améli se mêle du retour à la maison après l’accouchement [MàJ 27/04]

  1. tiens c’est nouveau on est suivit par une sage femme au retour de la mater?? je n’ai jamais eu pour mes 3 accouchements (le dernier datant du 31 aout 2011 quand même) de doc la dessus (ni de visite de la CNAM mais d’un photographe ça oui!)…je me suis débrouillée comme une grande fifille sans maman pour aider ni femme de ménage ni garde d’enfant pour les deux petits d’avant…pourtant j’ai accouché deux fois à perpignan dans une clinique et un hôpital ami des bébés mais aussi en corse dans un petit clinique.

    Et puis personnellement trouver une sage femme dispo pour chaque maman venant d’accoucher c’est du domaine du rêve éveillé! Idem pour la puéricultrice…

    Bref je m’en suis très bien sortie comme ça au moins j’ai pas eu l’excuse biberon d’amélie! mdr

    • Une SF vient 2 fois chez toi si et seulement si tu choisis ce nouveau service de « retour à domicile après une hospitalisation » et que tu es éligible pour quitter la maternité plus tôt.
      Dans la pratique il faudra voir comment ils arrivent à gérer les demandes par rapport à la disponibilité des sages femmes…

      • oui mais quand on ne t’informe pas de ce nouveau service…comme je le disais je n’étais au courant de rien j’ai accouché je suis rentrée plus tôt que prévu, et on ne m’a rien proposé…

        • Ca a été en test pilote dans quelques département, mais sinon c’est tout nouveau officiellement, ça vient juste de sortir, c’est pour ça qu’on t’a pas informé :)
          Aucune idée de comment cela sera communiqué dans les maternités…

  2. J’ai accouché en Belgique. Pour ma deuz’, j’ai demandé un retour précoce à domicile. J’ai accouché le samedi en fin d’après-midi et j’ai pu rentrer chez moi le lundi matin. Une SF est venue chez moi tous les 2 jours pendant une semaine puis une dernière fois, une semaine après. Donc 2 semaines après la naissance pour la dernière visite. Non pas que j’avais besoin d’aide dans ma vie de maman (c’est un bb2) mais elle a été merveilleuse pour m’aider dans mon allaitement. Elle est venue si souvent car ma vie prenait très peu de poids et elle a arrêté de venir quand ma fille a eu atteint à nouveau son poids de naissance.

  3. Merci Carpediem pour cette comparaison très instructive !!
    C’est moi qui avait posté le lien de ce nouveau dispositif d’Ameli sur le mur FB des VI, je suis ravie que tu t’en soit emparé ainsi ;-)

    En fait, je pense qu’il faut voir le truc dans l’autre sens : aujourd’hui, pour de très nombreuses raisons bonnes et beaucoup moins bonnes, les mamans sortent de plus en plus tôt de la maternité (il y a 20 ans la durée moyenne du séjour était de 5 à 6 jours, aujourd’hui c’est 3 !)
    Or bon nombre d’entre elles se retrouvent bien seules et démunies une fois rentrée ! Donc je trouve que cette initiative d’accompagnement est plutôt une bonne nouvelle, même si c’est encore insuffisant (deux visites de SF seulement ??) et si je pense que cela pourrait être envisagé dès j+24h…

    Quant au fait que ce soit l’équipe médicale qui décide, alors là ça ne me choque pas du tout ! Je suis peut-être idéaliste, mais j’imagine que jamais on ne retiendrait une maman – et son bébé – en parfaite santé contre sa volonté (quel serait l’intérêt alors pour l’institution médicale ?) ! Par contre, on peut « retenir » une maman de partir quand un souci est suspecté et qu’elle ne s’en rend pas bien compte…

    Pour ma grande poulette, je ne me souviens plus très bien combien de temps a duré le séjour (probablement 4-5 jours et c’est tant mieux parce que si j’avais du vivre la montée de lait à la maison seule, je serai devenue folle).
    Pour ma petite poulette, je suis sortie très tôt, à ma demande et avec l’accord de l’équipe médicale. Trop tôt pour que le test de Guthrie ait pu être réalisé (donc avant J+72h) donc la maternité m’a envoyé une SF à la maison pour le faire. Finalement cette SF est revenue le lendemain (souci de crevasses pour cause de trop plein de lait !) Et j’ai BEAUCOUP apprécié ça ! Finalement j’ai un peu eu droit à ce dispositif sans le savoir donc…

    De là à imaginer une visite tous les 2 jours pendant deux semaines par exemple, ce serait vraiment le pied, hein ?! Mais 1/est-ce réalisable en France ? 2/il faut veiller à ce que cela reste sur la base du volontariat, certaines mères n’ont aucune envie de ça…

    • Je suis toujours surprise que des pays pourtant frontalier puissent être tellement différents sur certains points ;)

      Je ne sais pas ce qui fait que la France est tellement en retard, est-ce un manque de considération du travail des sage femmes ? Une pénurie de SF ? Ou que le sacro saint corps médical des Médecins a eu trop de poids jusqu’à présent ?

  4. Ça alors, moi qui croyais que ça marchait comme ça partout, j’étais donc dans une maternité pilote…
    J’ai accouché en novembre 2011, j’ai été suivie par une sage-femme a domicile après mes 3 jours à la maternité. Je n’y avais pas songé avant l’accouchement, ce sont les sages-femmes de la mat qui me l’ont proposé (vraiment proposé, pas imposé). Je n’ai eu qu’à répondre oui, elles se sont occupées de tout. Elles ont contacté une sage-femme libérale que je connaissais, transmis le dossier, planifié les deux premières visites.Tout était prêt avant ma sortie.
    La SF est venue trois fois, en me demandant de la contacter si besoin, ce qui n’a pas été le cas. Les 3 rdv ont suffit, plus ça ne nous aurait pas apporté grand chose, nous avions trouvé notre rythme.
    C’était mon premier bébé, j’ai beaucoup apprécié d’être accompagnée les premiers jours chez moi. J’étais en confiance avec quelqu’un de compétent et neutre pour s’occuper de nous.

    • Merci pour ce retour d’expérience !
      Et tu mets le doigt dessus pour l’accompagne post naissance, « neutre » est la sage femme, et ça fait du bien dans le flot de conseils contradictoires qu’on peut parfois entendre.

  5. mais ce qu’ils proposent c’est un truc qui existe déjà … pour ma 2e je suis sortie à J+3 et j’ai ma sf qui est venue à la maison la semaine qui a suivit, plus ou moins tous les jours voir comment ça allait (moral pour moi car 2e enfant après 1e décédé + galères allaitement). Et pour mon 3e j’ai voulu sortir rapidement, je suis sortie même pas 24h après la naissance, le lendemain matin donc et ma sf est venue à la maison plusieurs jours de suite aussi, c’était super appréciable. nous étions les premiers parents à faire cette demande dans la maternité où j’ai accouché et heureusement que ma sf bossait aussi sur place car elle a bien soutenu le truc, sinon on aurait dû batailler. Dans tous les cas on serait sortit rapidement comme ça (sauf soucis évidemment hein) mais là on n’a même pas dû batailler sur le sujet. Si au moins leur truc permet aux parents qui veulent une sortie anticipée de ne pas se faire emmerder par les médecins, c’est déjà ça ! après leur visuel biberons, explication allambiquées, ça craint c’est clair !

    • Le fait que ce retour anticipé soit un service proposé par Améli en rend probablement l’accès plus facile. Pas comme un retour précoce qui est encore parfois très délicat suivant la maternité.

  6. On me l’a proposé pour mon 2ème accouchement, ça s’appelait l’Hospitalisation à Domicile (HAD): j’avais le choix de partir le 2ème jour ou de rester les 3 jours complets. J’ai préféré rester à la maternité parce que je savais qu’à la maison, ma grande ne me lâcherais pas et que je me retrouverais vite aux fourneaux au lieu de me reposer…

    • Cleophis, sauf erreur de ma part ce sont deux choses bien différentes. Ce nouveau programme de l’Assurance Maladie consiste à l’accompagnement lors d’une sortie anticipée, c’est différent de l’hospitalisation à domicile. D’ailleurs il est dit dans le dépliant :
      « Le service de retour à domicile proposé par l’Assurance Maladie s’adresse aux femmes ayant accouché par voie basse, sans complication et dont le bébé est en bonne santé. Il n’est proposé que lorsque l’hospitalisation n’est plus jugée nécessaire par l’équipe médicale.
      A contrario, l’hospitalisation à domicile (HAD) permet d’assurer au domicile du patient des soins médicaux et paramédicaux importants. Ainsi, l’HAD est destinée aux femmes ayant souffert de complications pendant la grossesse ou lors de l’accouchement, pour les grossesses multiples ou lorsque l’enfant est atteint de certaines pathologies. »

    • C’est un point important aussi, que se soit la mère qui ait le mot final, car ça n’a aucun intérêt si la qualité de vie n’est pas amélioré à la maison.

  7. Bonjour,

    en France aussi on a le droit à une visite de SF par jour jusqu’aux 10 jours de l’enfant et ensuite une dizaine de visites jusqu’à ses 6 semaines remboursées par la Sécu. J’ai accouché en 2010 et c’est la maternité qui me l’avait expliqué, confirmé par la SF elle-même. Je n’ai utilisé que 3 visites. (Là
    Ce nouveau dispositif signifierait-il qu’on réduit ce droit à deux visites seulement ???

    • Ce nouveau dispositif entre dans le cadre d’une sortie anticipée, il ne devrait donc pas remettre en cause le suivi dont a pu bénéficier.

      Ma soeur a accouché en France il y a un an, sa sage femme qui s’est occupé de sa préparation à l’accouchement ne lui a jamais parlé de ce suivi de 10 jours. Je trouve surprenante cette désinformation !

      « À partir du premier jour du sixième mois de grossesse, elle bénéficie d’une prise en charge à 100 % de l’ensemble de ses frais médicaux remboursables, en lien ou non avec sa grossesse, au titre de l’assurance maternité, et ce jusqu’au douzième jour après la date de l’accouchement. »
      http://www.ameli.fr/professionnels-de-sante/sages-femmes/exercer-au-quotidien/feuilles-de-soins/la-maternite/remplir-la-feuille-de-soins.php

      Je vais le rajouter dans le billet car c’est une information très importante et méconnue je trouve !

  8. C’est comme ça aussi en Angleterre, aussi pour une question de coût avant tout: Moins cher d’avoir une sage-femme qui passe les jours suivant la naissance et une place à l’hôpital libérée plus tôt.
    Quand je suis arrivée ici, je trouvais l’idée totalement effrayante (j’ai bien été conditionnée en France pour penser que les 4 jours suivant l’accouchement sont FORCEMENT critiques et à risque). En fait, mon bébé était pas en forme et j’ai dù rester une semaine dans le service du coup pas prévu pour (un dortoir de 8 personnes, avec les lits séparés par des rideaux, une douche et des toilettes partagés pour tout le dortoir, avec les quantités de sang que tout le monde perd c’est SU-PER) bin je dois dire qu’une semaine plus tard j’ai PLEURE pour rentrer chez moi!!
    Ensuite la sage-femme est quand même venue et ça c’était bien! C’est rassurant, puis on est plus relaxe à la maison, on peut avoir un bon thé, tout ça…
    Par contre, en Angleterre il y a aussi les visites des services sociaux (« health visitors »), qui viennent t’expliquer en se contredisant comment faut s’occuper d’un bébé et vérifient que tu t’en sors, et ça c’est moins bien: Un pti côté gestapo (elles reportent si quelque chose ne leur plait pas), un côté culpabilisant (tu fais tout de travers), pis un côté intrusif et inutile, je ne sais pas quelle est leur formation, mais pour moi ça procédait de croyances surtout (du genre, surtout ne donnez pas la tétée à la demande, ne dormez pas avec, vous allez l’etouffer, ne le portez pas vous allez en faire un capricieux, à 10 jour de vie, bien sùùùr…).

    Bref, évidemment comme tu le soulignes, c’est un tout petit pas, mais enfin c’est bien de combattre ce préjugé qui veut que les 4 premiers jours DOIVENT absolument se passer à la mat, et qu’on peut pas sortir tant que le bébé a pas repris son poids de naissance…

    • Haaa, les Health visitors, on en a pas ici mais il y en a aux Pays Bas. A se demander quelle genre de famille sont les autres familles si ce genre de dispositif est nécessaire…

      Beaucoup, trop, de futures mères « croient » effectivement en la toute puissance du cocon médicalisé, et que c’est un passage obligatoire, nécessaire, vital pour elle et l’enfant.
      Peut-être effectivement ce genre de service permettra de faire changer les mentalités.

  9. Bonjour,
    merci pour cette info
    je suis surprise que peu de femmes utilisent cette possibilité pas très éloignée : pour ma part pour mon fils je suis sortie le jour même et j’ai été suivie tous les jours à domicile par ma sage-femme (j’avais initialement programmé un AAD), sans souci particulier. Elle est venue tous les jours la première semaine puis nous avons espacé tous les 2-3 jours (mon bébé avait des problèmes de succion donc de prise de poids), puis une fois par semaine. Tout à fait légal et remboursé.
    Et c’est surtout grâce à ça que j’ai sauvé mon allaitement, à l’hôpital ça se serait surement terminé en compléments et allaitement foiré. Ma sage-femme m’a aidée à donner mon lait à la pipette jusqu’à ce que mon bébé arrive à téter, m’a surtout très bien soutenue dans ma confiance en moi en tant que nouvelle maman sans me donner de conseils si je n’en demandais pas, sans me dire comment faire… confiance en moi quoi.

    Si on fait un accompagnement global avec une sage-femme libérale, même si elle n’assiste pas à l’accouchement, c’est quand même le top du top qu’elle puisse nous suivre après à la maison, connaissant la maman très bien… la même m’a même prodigué des massages après l’accouchement. Alors vraiment si on se sent mieux à la maison, je recommande +++.

  10. Hello,

    Pour ma première je suis sortie en « HAD » mais en fait c’était exactement comme la sortie anticipée que tu décris. Je ne l’avais pas du tout prévu – ce n’était donc pas préparé – mais est devenu indispensable dès que je me suis retrouvée dans une chambre partagée avec une jeune maman particulièrement désagréable. Je l’ai demandé tout de suite, on m’a dit Ok le soir même, ça a été confirmé le lendemain dans la journée.

    Ayant accouché le samedi matin, je suis sortie le lundi matin et une sage-femme est passée me voir chez moi tous les jours pendant trois jours puis quelques autres fois parce que j’avais un allaitement difficile. J’avais bien compris qu’il n’y avait pas de nombre maximum de visites, mais que ça se ferait en fonction des besoins et c’est ce qu’il s’est passé.

    Bref, le dispositif existait déjà mais on en parlait pas beaucoup et ce n’était pas « promu » mais tout s’est très bien passé pour l’organisation. C’est bien que ce soit un peu plus présenté aux jeunes mamans mais je pense qu’un séjour classique maternité peut être tout aussi reposant, selon les besoins.

  11. Je fais partie des « heureuses élues » qui ont eu droit à ce suivi jusqu’aux 12 jours de l’enfant… Honnêtement ce suivi a été super, rien à redire, il était proposé systématiquement à toutes les jeunes mamans à l’hôpital où j’ai accouché.

  12. J’ai accouché en 2009 et après une sortie cinq jours après l’accouchement j’ai été suivie plusieurs fois par une sage-femme à domicile (la même que celle pendant la grossesse), notamment pour l’allaitement tellement le séjour à la maternité avait été déplorable sur ce point…
    C’est cette même sage-femme qui avait évoqué cette possiblité pendant la grossesse, y compris de nous rendre visite à la maternité si on en ressentait le besoin (ce que nous n’avons pas fait, malheureusement!).

  13. Merci bcp pour cet article.
    Au passage, je trouve le choix du pictogramme (biberon) vraiment très très mal choisie … Ameli a-t-elle oublié que la loi interdit de défavoriser l’allaitement avant les 6 mois de bébé ?

    • D’où vient ce manque d’information ?
      Mon gynéco en France, qui faisait mon suivi de grossesse ne m’en a jamais parlé.
      Il me semble que les gynécos ne travaillent pas vraiment en collaboration avec les sages femmes, non ?

  14. Pingback: Le seul mauvais choix est l’absence de choix* {mini-débrief} | Les Vendredis Intellos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s